Hogwarts' forum RPG Index du Forum
 
 
 
Hogwarts' forum RPG Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Rencontre fortuite dans les escaliers

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hogwarts' forum RPG Index du Forum -> Poudlard -> Les couloirs -> Escaliers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Fabian Prewett
Gryffondor
Gryffondor

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2012
Messages: 209
RPG * Nom du perso: Fabian Prewett
Statut: Etudiant - Gryffondor
Cinquième année

MessagePosté le: Dim 2 Déc 2012 - 12:29    Sujet du message: Rencontre fortuite dans les escaliers Répondre en citant

Fabian était plutôt fatigué après cette rentrée.
Il fallait retrouver un rythme de cours, se réhabituer à se lever tôt, se réhabituer à se retrouver au milieu de la masse des étudiants lui qui aimait se retrouver seul de temps en temps.

Les escaliers de Poudlard étaient un de ses endroits favoris dans le château. Il aimait monter et descendre les marches, prenant plaisir à éviter celles qui vous coincaient le pied et il aimait par dessus tout regarder les tableaux dont les habitants lui faisaient toujours un petit sourire.

Ainsi, il prenait tout son temps pour monter au 7ème étage.

Il était un peu perdu dans ses pensées, la saison de Quidditch allait bientôt recommencer, et bien que grand supporter de l'équipe des Gryffondors, il n'aimait plus trop regarder les matchs de sa maison.
Ses échecs successifs lors des sélections le rendaient toujours amère bien que tous pensaient qu'il avait prit ces refus avec humour.

Il n'en avait parlé qu'à sa soeur tandis que Gideon, son jumeau, avait surement deviné ses sentiments par rapport à ça, mais il ne lui en avait pas parlé, ce que Fabian avait grandement apprécié.

Il entendit alors des pas au dessus de lui, et il releva la tête pour voir qui il allait croiser.
Il reconnu la carrure de Terrence Rutherford, un Serpentard de 6ème.

Fabian ne lui avait jamais adressé la parole (pourquoi parler aux arrogants adeptes de magie noire ?) et pourtant, il connaissait sa réputation.
En fait, tout le monde connaissait son histoire dans l'école.
Il avait eu une relation incestueuse avec sa jumelle et cette dernière avait été renvoyée.
Fabian n'avait pas vraiment comprit pourquoi elle avait du partir et pas lui. Il avait toujours trouvé sa soeur jolie et aurait préféré voir rester une Poufsouffle plutôt qu'un Serpentard !

Malgré les moqueries de sa maison par rapport à cette histoire, et malgré le dégout que lui donnait ce genre de relations, il avait ressentit une certaine pitié pour lui.

De la pitié pour un Serpentard arrogant, oui!
Car ce gars là n'était pas à Serpentard pour rien.
Et bien, malgré tout ça, il ressentait réellement de la compassion pour lui qui semblait bien plus solitaire que lui même.

Il croisa son regard froid lorsqu'ils se trouvèrent à un mètre l'un de l'autre.
Déjà que Terrence le dépassait d'une bonne tête lorsqu'ils étaient à la même hauteur, il parraissait imense en étant à quelques marches au dessus de lui.
Mais Fabian ne le craignait pas vraiment.

Il n'avait jamais peur de personnes plus imposantes que lui et sa taille moyenne.
De plus, le mépris que les amateurs de la magie noire lui donnait renforcait son attitude "je m'en foutisme" lorsqu'il passait à côté d'eux.

Décidé à l'ignorer, il leva la tête vers la dernière volée de marches des escaliers, fixant ce point loin derrière Terrence.

D'habitude, une vague d'exaspération le gagnait lorsqu'il croisait un Serpentard méprisant, mais la compassion qu'il éprouvait pour lui diminuait ce sentiment.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 2 Déc 2012 - 12:29    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Terry
Serpentard
Serpentard

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2011
Messages: 203
Masculin
RPG * Nom du perso: Terrence Rutherford
Statut: Etudiant - Serpentard
Sixième année

MessagePosté le: Dim 9 Déc 2012 - 15:18    Sujet du message: Rencontre fortuite dans les escaliers Répondre en citant

- Réponse suivante, Rutherford. Terrence Rutherford !

La voix tonitruante du professeur de potion, se mit à résonner dans la salle de cours. Les regards convergèrent vers lui, lorsque son nom fut répéter une seconde fois. Relevant lentement la tête qui était confortablement installé au creux de ses bras, Terrence émergea doucement, avant de poser son regard arrogant sur Slughorn qui avait osé le déranger pendant son sommeil. De toute évidence il attendait une réponse à une question qu'il venait de poser.

- Je dormais, donc je n'ai pas la réponse à la question

- Quelle insolence ! Ne crois pas que tu t'en sortiras avec un tel comportement ! J'enlève 10 points à Serpentard, tonitrua-t-il

- Vous pouvez même en enlever 50, je m'en fiche, répondit Terrence sous les regards assassins de ses autres condisciples

- Dehors !!! S'insurgea le professeur rouge de colère en pointant du doigt la porte du cachot où se déroulait le cours de potion

Terrence ne se fit pas prier, et remballa d'un geste de la main toutes ces affaires dans son sac, avant de se diriger vers la sortie. Les cours de potions avaient toujours été sa matière préféré, et jusqu'à l'an passé, Terrence faisait parti des chouchous de Slugh'. Il appartenait même à son club très fermé, mais tout cela, c'était avant le scandale. Depuis, Terrence avait été déchu de son titre et n'avait plus ses entrées dans ce club ridicule, quand au petit bonhomme imbus de lui-même, il semblait lui faire payer l'offense de sa trahison, lui qui lui avait fait confiance et tendue la main, en l'invitant si généreusement dans son club très select de lèche-botte. Finalement, il était bien heureux de ne plus en faire parti, c'était une corvée en moins pour cette année

- ça m'arrange, je vais pouvoir continuer ma sieste ailleurs, lâcha Terry qui n'avait pu s'empêcher de rajouter un nouveau pique

- Et ce soir dans mon bureau à 20h pour ta retenue !!! Rugit le professeur alors que la porte se refermait sur le jeune ingrat

A peine quitta-t-il les cachots que Terry décida de se rendre à la volière. A présent qu'il avait quitté la salle de cours, il était bel et bien réveillé et n'espérait plus qu'une chose, avoir des nouvelles d'Anaïs. Il avait été déçu de ne recevoir aucun courrier ce matin lors du petit-déjeuner, car il s'attendait sincèrement à recevoir des nouvelles de sa soeur. Comment allait-elle ? Comment s'était passé sa rentrée ? Etait-elle malheureuse sans lui ? Il l'espérait secrètement et se doutait, que c'était le cas. Mais il n'avait rien reçu... pas la moindre missive. Etait-ce la chouette qui avait prit du retard ? Probablement, à moins que ce ne soit la faute d'Anaïs. Elle avait probablement du s'endormir de fatigue avant d'avoir terminé son courrier, et avait du faire partir leur chouette en catastrophe ce matin. Cette image d'Anaïs affalée sur son bureau, endormie, la plume en main lui tira un sourire amusé. Oui ça ne pouvait être que ça. Confiant, et persuadé d'avoir du courrier qui l'attendait, il monta les marches de la tour nord deux à deux pour se précipiter jusqu'à la volière, où était hébergé aussi bien les chouettes des élèves que celles qui appartenaient à l'école.
C'était un lieu au combien détestable. La première chose qui vous agresse, c'est cette odeur nauséabonde qui vous agresse sans pitié les narines. Puis vous êtes ensuite attaqué par ces nombreux courant d'air provenant de ces innombrables fenêtres sans vitres. Des centaines de chouettes étaient installées là, trônant sur leurs perchoirs. Terry s'avança en levant la tête à la recherche de leur chouette mais elle n'était pas là. Déçu, il se rapprocha de l'une des nombreuses fenêtre pour observer l'horizon, mais bien sur, le ciel était totalement dégagé. Prenant appui sur le rebord de la fenêtre, il baissa la tête et observa ce sol jonché de pailles, de fientes de squelettes de souris ou autres campagnols régurgité. Et si... et si Anaïs ne lui écrivait pas ? Et si elle avait décidé de cesser tout contact avec lui ? Après tout, n'était-ce pas lui qui avait brisé froidement toutes ses illusions en la plaçant devant une réalité implacable : ils n'avaient aucun avenir ensemble à moins de disparaître dans un lieu ou personne ne les connaitrait. Mais un tel lieu n'existait pas. Echanger une correspondance ne ferait qu'entretenir inutilement cette flamme qui brulait et qui ne s'éteindrait jamais en ce qui le concernait. Pourquoi ? Mais pourquoi étaient-ils nés frère et soeur ?! S'il pouvait mourir et renaitre dans une autre famille, même moldu, il n'hésiterait pas si ça pouvait leur permettre d'être ensemble. Mais on ne construit pas sa vie sur des si, et s'il regardait avec objectivité l'avenir qui l'attendait, il n'était guère brillant. Ses rêves de carrière au ministère, jamais n'aboutirait car cette histoire le poursuivrait toute sa vie, mais ce n'était pas aussi important que de savoir qu'il ne pourrait jamais être avec celle qu'il aimait. Une larme indisciplinée va s'écraser sur le dos de sa main. Il essuya ses yeux d'un revers de manche, et se retourna une dernière fois vers l'horizon qui s'étendait devant ses yeux. Il pourrait tout aussi bien emprunter un hibou de l'école pour lui écrire une missive, mais il n'en ferait rien. C'était mieux ainsi finalement.
Il se dirigea d'un pas lent vers la sortie. Avant de descendre la première marche, il regarda une dernière fois derrière lui, avant de quitter la volière.
Les mains enfoncées dans les poches de son pantalon, Terrence ne pouvait pas dire que cette rentrée était la meilleure qu'il ait vécu même si dans un sens, il s'en doutait bien. Mais être prit à parti avec 3 poufsouffles et voir un Gryffondor, Black pour ne pas le nommer, lui apporter son soutient, ça ne pouvait pas être pire comme début !!! Et comme si ça n'avait pas suffit, il avait fallu qu'il se retrouve coincé dans un wagon en compagnie de son ex, de son insupportable française de copine, sans oublier cette tête à claque de Yann qui avait finit par avoir raison de sa patience,... un voyage exécrable du début à la fin qui en fin de compte n'était rien comparé à l'année qui s'annonçait.
Lui qui pensait avoir un peu de répit pendant le voyage pour se préparer à cette rentrée, il n'en n'avait pas eut, par contre, à sa grande surprise, le repas de la rentrée, la convocation dans le bureau de Raines, le retour dans son dortoir et ce matin en cours, tout ceci c'était relativement bien passé, du moins, bien mieux qu'il ne se l'était imaginé. Bien sur, l'isolation, être considéré comme un pestiféré, un pariât, être évité, ou entendre des ricanements sur son passage, ça c'était inévitable, mais à vrai dire il s'en moquait complétement. L'opinion des autres, il n'en n'avait que faire et il n'autorisait personne à le juger, parce que personne ne pouvait comprendre. Et quand il disait personne, c'était aussi bien les professeurs que ceux de sa maison. Car Terrence n'avait pas uniquement entaché sa réputation, celle de sa soeur ou de sa famille, lorsque sa relation incestueuse a éclaté au grand jour, c'est toute la maison des Serpentards qu'il avait entrainé avec lui, dans la boue. Son comportement était sale, ignoble, et détestable, il était le premier à la reconnaître, mais pour ses compatriotes c'était impardonnable, et il le lui ferait surement payer tout au long de ce début d'année. Ensuite les choses se tasseraient et les gens se préoccuperont d'autre chose, c'était toujours ainsi, même si bien sur cette histoire ne le quitterait jamais plus, elle finirait par ce tarir tôt ou tard.
La seule personne qu'il regrettait d'avoir fait souffrir en l'entrainant dans cette histoire c'était Rebecca. Il s'était servie d'elle, d'abord pour tenter d'oublier Anaïs, et ensuite pour cacher leur histoire. Lorsque tout avait débuté entre eux, il avait cédé en se promettant de tomber amoureux d'elle mais il aurait du savoir que que les sentiments ne se contrôlaient pas.
Un petit rire nerveux s'échapper de ses lèvres. Alors qu'on lui fichait la paix, et que tout était calme autour de lui en ce moment, il trouvait le moyen de se torturer l'esprit tout seul, au lieu d'apprécier ce moment. Il n'y avait ni élèves, ni esprits frappeurs dans les parages pour ricaner au creux de ses oreilles, ou encore de fantômes pour geindre sur leur triste sort. Tout juste y avait-il ces insupportables personnages en toile qui passaient d'un tableau aux encadrement richement ornés, à l'autre, tout en faisant des remarques aussi stupides et inutiles que leur propre existence.
Des bruits de pas attirèrent alors son attention. Visiblement il avait parlé trop vite, la tranquillité était terminé, car les bruits de pas se dirigeaient dans sa direction, mais Terry ne ralentit pas pour autant sa cadence. En descendant les escaliers, il reconnu l'un des jumeaux Prewett. Avec sa tignasse rousse impossible d'ignorer son nom de famille, même si on le voulait. Son jumeau n'était pas avec lui ? Bah, quelle importance, il s'en moquait de toute manière.
Terrence se retrouva face à lui, le dominant de sa hauteur, car il se retrouvait deux marches au-dessus de lui. Son regard dur devint méprisant si tôt qu'il décela comme de la pitié dans le regard du Gryffondor. Il s'attirait le mépris des gens qui fréquentaient sa maison et la compassion de la maison rivale ?!!! La veille déjà, Black était intervenu pour lui prêter main forte alors qu'il était désavantagé lors d'un combat qui l'opposait à 3 poufsouffles, et à présent, voici que Prewett avait le regard ampli de condescendance à son égard ?!!! Même si le Gryffondor avait le regard fuyant, il n'avait pas échappé à Terrence, ce regard ampli de compassion... un sentiment de colère s'empara de lui. Prewett connaissait son histoire, mais lui aussi connaissait la sienne, un sourire mauvais se dessina sur son visage alors même qu'il descendait les escaliers en le dépassant

- Alors Prewett, tu vas de nouveau essayer de passer les sélections pour entrer dans l'équipe de Quidditch ? Heureusement que le ridicule ne tue pas, vu tous les échecs que tu comptes à ton actif. D'une certaine manière c'est un sacré score ! Tu mériterais le trophée du joueur le plus recalé de toute l'histoire de Poudlard, ricana-t-il

Appuyer là ou ça fait mal, avec des paroles assassines, c'était sa spécialité. Il jeta un regard par dessus son épaule et pu observer cette fois non plus de la compassion à son égard mais de la colère. Voilà qui était mieux. Il préférait inspirer la haine que la pitié ! Terrence se retourna pour faire face à Prewett, et continua sur sa lancée

- Tant que Potter sera le capitaine de votre équipe, tu n'as aucune chance d'être sélectionné quelque soit tes compétences étant donné que le bigleux préfère s'entourer des sang-de-bourbe pour composer son équipe. C'est assez aberrant, il faut bien le reconnaître. Donner des postes à des gens qui n'ont jamais pratiqué ce sport avant d'arriver ici, plutôt qu'à des sorciers confirmés qui comme toi, ont grandit avec et connaissent toutes les règles... Ce n'est pas à Serpentard que l'on verrait ce genre de chose....

Sang-de-bourbe.... C'était bien la première fois que Terrence faisait usage de cette insulte. Il n'avait que mépris pour les cracmols, quand aux moldus, ils les trouvaient sans intérêt, ignorants et stupides, et par conséquent s'en désintéressait totalement. Quand aux sorciers et sorcières nés de parents moldus, il ne les détestait pas. S'ils s'étaient à Poudlard, c'est qu'ils avaient des capacités magiques et qu'ils étaient de futurs sorciers, pourquoi les mépriser ? D'ailleurs certains d'entre eux avaient même prouvé qu'ils pouvaient être plus brillants que des sorciers issus d'une longue lignée de sang-pur. Evans était d'ailleurs un exemple très parlant
Alors pourquoi en avoir fait usage aujourd'hui ? Parce qu'il avait envie de s'en prendre à la terre entière, que Prewett avait eut le malheur de croiser son chemin, et qu'il avait envie de le provoquer et de faire mal. Le quidditch était une mise en bouche, l'allusion à Potter une perfidie, et l'insulte à ses amis d'origine moldus, le plat de résistance.
Ce n'était plus de la pitié qu'il devrait à présent lui inspirer....


Revenir en haut
Fabian Prewett
Gryffondor
Gryffondor

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2012
Messages: 209
RPG * Nom du perso: Fabian Prewett
Statut: Etudiant - Gryffondor
Cinquième année

MessagePosté le: Dim 9 Déc 2012 - 17:17    Sujet du message: Rencontre fortuite dans les escaliers Répondre en citant

Fabian sentit que Rutherford allait lui dire quelque chose en le dépassant.
Le jeune Gryffondor n'était pas d'humeur à répondre aux provocations.
Il ne le regarda pas lorsqu'il passa à côté de lui tandis que le Serpentard lançait sa première réplique :
- Alors Prewett, tu vas de nouveau essayer de passer les sélections pour entrer dans l'équipe de Quidditch ? Heureusement que le ridicule ne tue pas, vu tous les échecs que tu comptes à ton actif. D'une certaine manière c'est un sacré score ! Tu mériterais le trophée du joueur le plus recalé de toute l'histoire de Poudlard

Une vague de honte mélangée de colère s'empara de Fabian, qui se concentra pour garder son regard fixé bien loin à l'horizon.
C'était la première fois que quelqu'un mentionnait tout haut ses échecs aux sélections.
Il se sentait honteux que quelqu'un d'aussi arrogant et éloigné que Rutherford avait pu si facilement lire en lui.
Il réussit à retenir à grands efforts la répartie qui lui brûlait les lèvres.
Non, il n'allait pas l'avoir si facilement.
Il monta une marche, puis deux.
C'est fait, le Serpentard était à présent derrière lui.
Surtout, ne pas penser, ne pas s'énerver, continuer d'avancer.
Il entendit néanmoins Rutherford se retourner et, par réflexe et bien malgré lui, il pivota à son tour pour être face à lui.

Le Serpentard avait une lueur assassine dans ses yeux mais Fabian y lu aussi une certaine satisfaction. Se maudissant de sa faiblesse, c'est grâce au regard que lui lancait ce dernier qu'il su qu'il ne réussirait pas à se taire.
Rutherford allait avoir ce qu'il voulait.
- Tant que Potter sera le capitaine de votre équipe, tu n'as aucune chance d'être sélectionné quelque soit tes compétences étant donné que le bigleux préfère s'entourer des sang-de-bourbe pour composer son équipe. C'est assez aberrant, il faut bien le reconnaître. Donner des postes à des gens qui n'ont jamais pratiqué ce sport avant d'arriver ici, plutôt qu'à des sorciers confirmés qui comme toi, ont grandit avec et connaissent toutes les règles... Ce n'est pas à Serpentard que l'on verrait ce genre de chose....

Le sang de Fabian ne fit qu'un tour.
Dans une seule tirade, Rutherford avait tout de même réussit à le dénigrer en insistant sur ce qui faisait mal, et à insulter ses amis.
Il ne supportait pas entendre "Sang-de-Bourbe". Personne n'avait le droit de mépriser quelqu'un à cause de ses origines. Immédiatement, il sentit que l'insulte allait directement à l'encontre de la moitié de ses amis, nés de famille moldue.Sa colère le faisait trembler mais Fabian essaya de se retenir le plus possible.
La meilleure défense était l'attaque.
Lui lançant un regard méprisant, il réussit à contrôler les tremblements dans sa voix et parla avec un ton posé, très calme.

-Tu as raison, à Serpentard on a plus l'habitude de voir un gars se taper sa soeur dans les couloirs de l'école. Je te l'accorde, elle était jolie ta soeur. Ca ne m'étonnerait pas qu'elle ait déjà retrouver quelqu'un maintenant que tu ne l'obliges plus à te suivre partout.

Fabian ferma les yeux, s'en voulant déjà de ce qu'il venait de dire.
Il s'était laissé aller dans des provocations, s'abaissant à répliquer en insistant sur ce qui était le point faible de son interlocuteur.
D'habitude, il n'était pas comme ça. D'abord parce qu'il était plutôt mauvais à ce petit jeu là. C'était son jumeau qui avait de la répartie, pas lui.
Mais apparemment, le Quidditch le rendait beaucoup plus à fleur de peau qu'il ne l'aurait pensé... Et l'insulte "sang de bourbe" avait été la goutte faisant déborder le vase.

Il rouvrit ses yeux après une seconde de noir et eu juste le temps de voir le Serpentard approcher dangereusement son visage auprès du sien.
Tout son corps sentit que cette rencontre allait mal se finir.
Un flot de sentiments se mélangeaient en lui : colère, dégout, lassitude, honte. 
Les conséquences de sa réplique ne l'effleurèrent même pas. Il en avait marre de se faire traiter par ces arrogants de Serpentards. Il en avait marre d'être toujours le plus avisé en ne prenant pas la peine de leur répondre.

Il planta son regard dans les yeux de Rutherford, faisant disparaitre tout remords, toute compassion.
Il n'y avait qu'eux dans les escaliers, personne à impressionner, personne à protéger de paroles blessantes. Les personnages des cadres attendaient avec attention la suite des évènements. Du coin de l'oeil, Fabian vit qu'une courtisane du 18ème siècle, représentée lors d'un banquet, voulu intervenir, mais une de ses amies l'en empêcha en lui fourrant une petite cuisse de poulet dans la bouche.
Oui, il y avait juste eux deux, deux personnes que l'Histoire avait naturellement fait ennemies, deux personnes que personne n'allait interrompre.
Fabian ressentit toute l'absurdité de la situation tandis que la courtisane manquait de s'étouffer.


Revenir en haut
Terry
Serpentard
Serpentard

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2011
Messages: 203
Masculin
RPG * Nom du perso: Terrence Rutherford
Statut: Etudiant - Serpentard
Sixième année

MessagePosté le: Ven 4 Jan 2013 - 13:14    Sujet du message: Rencontre fortuite dans les escaliers Répondre en citant

La première remarque, quand à ses capacités à intégrer l'équipe de Quidditch de la maison Gryffondor, avait fait mouche avec une rapidité fulgurante. Le principal concerné devenant subitement aussi rouge qu'une pivoine, ne pouvant contrôler ou dissimuler ce sentiment de honte qui venait de s'emparer de lui. Il y avait de quoi. Il n'était surement pas le premier à se moquer ouvertement de lui, mais il se doutait bien que la plupart des Gryffondors devaient se montrer condescendant avec lui. Tous des hypocrites, un incapable restait un incapable. Si Prewett n'était pas capable de jouer, il fallait lui dire clairement au lieu de le laisser inutilement espérer. Décidément ils étaient tous des hypocrites dans cette maison. Cela étant, l'acharnement de Prewett était quand même exceptionnel, il ne savait pas trop s'il lui inspirait de la pitié ou de l'admiration à ne pas lâcher l'affaire ainsi et à s'obstiner de la sorte. Le Gryffondor avait beau avoir été piqué au vif dans son amour propre, il décida d'ignorer la provocation et continua à monter tranquillement les marches. Sa démarche n'était cependant plus naturelle, elle était devenue lente et lourde, comme si un poids très lourd venait appesantir ses épaules. Pensait-il vraiment être sorti d'affaire ? Simplement parce qu'il venait de le dépasser ? Sentant son regard arrogant posé sur lui, Fabian se retourna, raide comme un piquet, mais dans son regard on pouvait lire qu'il était prêt à bondir à la moindre remarque. Il avait su se contenir jusqu'à présent, mais la prochaine provocation, ils en avaient conscience tous les deux, serait celle de trop. Qu'à cela ne tienne, ce que voulait Terrence s'était mordre et faire mal. Pas forcement physiquement car la douleur physique, on finit toujours par s'en remettre et l'oublier, mais les attaques verbales sont elles, bien plus cruelles, car on ne les oubli jamais, et elles viennent vous tourmenter sans relâches que vous soyez un esprit faible, torturé ou pas.


- Tant que Potter sera le capitaine de votre équipe, tu n'as aucune chance d'être sélectionné quelque soit tes compétences étant donné que le bigleux préfère s'entourer des sang-de-bourbe pour composer son équipe. C'est assez aberrant, il faut bien le reconnaître. Donner des postes à des gens qui n'ont jamais pratiqué ce sport avant d'arriver ici, plutôt qu'à des sorciers confirmés qui comme toi, ont grandit avec et connaissent toutes les règles... Ce n'est pas à Serpentard que l'on verrait ce genre de chose....


Le rouge s'empara de Fabian encore plus violemment que précédemment, à l'écoute de ces paroles outrageantes. Cette fois, il n'était plus rouge de honte mais rouge de colère. Même s'il trouvait que traiter les gens de « sang-de-bourbe » n'était pas justifié, et qu'il n'avait encore jamais employé cette insulte jusqu'ici, Terrence devait reconnaître que cela avait son efficacité. C'était étrange comme un simple mot pouvait mettre les Gryffondors hors d'eux. S'ils se mettaient en colère de la sorte, c'est parce qu'ils ne pouvaient nier les origines de leurs amis nés de parents moldus. Mais au lieu de les défendre en disant que les origines importaient peu et que ça ne faisait pas pour autant d'eux des sorciers ratés, ce qui était le cas, ils fonçaient droit sur vous tel un hippogriffe à qui l'on avait manqué de respect. Une insulte n'a de valeur que si elle vous touche et si elle vous touche, c'est que tout au fond de vous, même une part infime, pense qu'il y a forcément du vrai dans ce qui est dit. Décidément les Gryffondors manquaient de jugeotes et étaient des plus prévisibles. Au fond, les Gryffons, ne valaient guère mieux que les Serpentards, la différence étant, qu'ils se dissimulaient juste derrières des valeurs hypocrites, qui leurs servaient de bouclier.
Fabian lui adressa un regard qui exprimait tout le méprit que Terrence lui inspirait, et se mit à cracher à son tour, sur un ton qui se voulait calme et posé, mais qui était avant tout glaciale et haineux.


-Tu as raison, à Serpentard on a plus l'habitude de voir un gars se taper sa soeur dans les couloirs de l'école. Je te l'accorde, elle était jolie ta soeur. Ca ne m'étonnerait pas qu'elle ait déjà retrouver quelqu'un maintenant que tu ne l'obliges plus à te suivre partout.


Un éclair de haine passa dans le regard du Serpentard, cela ne dura que quelques secondes, mais il avait été bel et bien présent. Le joueur de Quidditch manqué sous-entendait que Anaïs était une fille facile or ce sont ces mêmes propos qui avait provoqué la bagarre qui l'avait opposé aux trois Poufsouffles à bord du Poudlard Express. Pourtant cette fois c'était différent. Contrairement aux trois autres demeurés qui pensaient sincèrement qu'ils auraient pu se faire sa soeur si elle était toujours là, les propos de Prewett, avaient été, eux, prononcés que dans le simple but de faire mal et de le mettre en colère. Preuve en était, le Gryffon n'avait pas osé soutenir son regard, et on pouvait voir à son expression, qu'il regrettait déjà ces paroles malheureuses, prononcés juste par rancœur et amertume.
Terrence se rapprocha de Prewett, menaçant. Et lorsque le rouquin ouvrit les yeux, ils étaient face à face. Tout le corps de Prewett était tendu, près à brandir sa baguette et à en faire usage si Terrence le lui en donnait l'occasion. Un sourire narquois se dessina sur les lèvres du beau brun qui posa sa main sur l'épaule du jeune sorcier. Ce geste eut pour réflexe de faire sursauter de frayeur un jeune serf qui renversa son bac de pommes de terre sur les pieds d'un gentil homme du XXe siècle qui avait changé de tableau afin de mieux apprécier la scène et qui, le monocle sur le nez observait ce qui se passait imperturbable.


- Prewett, Prewett, Prewett, ce n'est pas encore tout à fait ça, mais tu es bien parti pour te comporter en véritable Serpentards, je suis fier de toi, se moqua Terry. Laisse-moi te donner quelques petits conseils pour la prochaine fois. Tout d'abord quand tu veux te montrer blessant, assume tes propos. Si tu montres à la personne à qui tu t'adresses que tu as des remords, tu n'auras jamais l'effet escompté. Deuxième conseil, tu l'as bien vu à l'instant, il n'y a que la vérité qui blesse. Dire que tu es un minable au quidditch ou que Potter préfère privilégier ces petits copains issu de famille moldus aux sorciers qualifiés, t'ont blessé car tu sais que j'ai raison. Mais me dire que Anaïs m'a déjà remplacé, ce ne sont que des paroles qui ont été prononcés sans fondement dans le seul but de faire du mal. Mais c'est justement parce qu'ils sont sans fondements, qu'ils ne m'atteignent pas. Tu ne connais pas Anaïs, et tu ne sais rien de notre relation, sauf de ce que l'on en dit, reconnut-il dans une moue qui se voulait dubitative, avant de rajouter avec désinvolture, ce qui équivaut à ne rien savoir. Ce n'est pas comme ça que tu me blesseras. Tu as encore des progrès à faire petit Prewett


Terry retira alors sa main de son épaule puis se redressa tranquillement. L'expression moqueuse qu'il affichait en s'adressant à Fabian venait de disparaître subitement pour laisser place un expression froide et glaciale lorsque son regard croisa celui du personnage d'Ophélie qui se laissait couler après l'avoir longuement regardé. L'espace d'un instant il cru voir le visage de sa soeur à la place de la malheureuse. Jusqu'à aujourd'hui, il avait toujours cru que le pire qu'il pouvait lui arriver était de la voir au bras d'un autre, mais au final, ce n'était pas ça le pire.... Portant sa main à son visage dans une grimace, il releva un regard assassin sur la belle Ophélia qu'il visa de sa baguette Pauvre sotte. Sa soeur ne ferait jamais ça ! Un éclair jaillit de sa baguette et un trou apparut dans le tableau à l'endroit même où se noyait Ophélie quelques secondes plus tôt. Un hola de protestations et d'indignations, provenant des personnages des tableaux, se mit à résonner dans les couloirs avant que le silence ne reprenne ses droits sous le regard menaçant du Serpentard, qui semblait être prêt à transformer chaque tableau du couloir en souvenir s'il entendait encore quelque chose ! Quand Ophélia, elle n'avait pas été touché et s'enfuyait, effrayée, trempée et dégoulinante, de tableaux en tableaux en bousculant les autres personnages tout en jetant des regards craintifs en arrière, en direction de Terrence


- Et ne paraît plus devant moi !!! Rugit-il


Lorsqu'elle eut disparue, Terry rangea sa baguette et à nouveau calme esquissa un léger sourire moqueur. Rusard allait avoir du travail de restauration. Que tous les élèves de Poudlard lui en soit reconnaissant, ça leur évitera à tous, pendant quelques temps, de le voir trainer sa vieille carcasse dans les couloirs pour les espionner. Puis son regard se posa sur Fabian et un rictus contrarié se dessina sur son beau visage


- Tu es encore là toi ! Fit-il irrité

Décidant de mettre fin à cette conversation sans intérêt, il s'engagea à descendre tranquillement les marches de l'escalier avant de rajouter


- Prewett, l'appela-t-il. Tu savais que dans certaines civilisations, il existe des légendes qui disent que les faux jumeaux sont la réincarnation d'amants maudits ? Un petit rire amer se mit à raisonner, et il rajouta. Ridicule n'est-ce pas ? Cela voudrait dire que même en renaissant, ils n'ont pas le droit à une seconde chance


Sa main c'était légèrement resserré contre la rampe. Pourquoi lui avait-il dit ça ? Un second rire moqueur se mit à résonner dans le couloir et d'un geste désinvolte de la main, le dos tourné, il le salua


- Oh Prewett, inutile que je te souhaite bonne chance pour les sélections. On sait tout deux comment ça va se passer, persifla-t-il une dernière fois tout en descendant tranquillement les marches, bien décidé à s'en aller cette fois


Revenir en haut
Fabian Prewett
Gryffondor
Gryffondor

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2012
Messages: 209
RPG * Nom du perso: Fabian Prewett
Statut: Etudiant - Gryffondor
Cinquième année

MessagePosté le: Mar 8 Jan 2013 - 21:14    Sujet du message: Rencontre fortuite dans les escaliers Répondre en citant


Fabian vit clairement la haine dans les yeux de Rutherford. Mais il eu à peine le temps de cligner des paupières que cette lueur rageuse avait déjà disparu et le Gryffondor su que le Serpentard avait lu en lui. Oui, Terrence savait qu’il ne pensait pas vraiment ce qu’il venait de dire. Face à face, leur poitrine se touchant presque, le jeune Prewett restait pourtant paré à toutes éventualités, surtout lorsque Rutherford lui sourit d’un air narquois et posa une main sur son épaule. Bien que la haine s’était envolé de son regard, Fabian n’excluait pas la possibilité qu’il en vienne aux mains et était décidé à ne pas bouger. Après tout, il l’aurait bien mérité.  Il se sentait presque honteux envers Anaïs, qu’il ne connaissait pourtant pas, mais qui lui avait parue si gentille.


- Prewett, Prewett, Prewett, ce n'est pas encore tout à fait ça, mais tu es bien parti pour te comporter en véritable Serpentards, je suis fier de toi, se moqua Terry. Dégonflant sa poitrine qu’il avait inconsciemment gonflé en cas de choc, Fabian ouvrit la bouche prêt à protester. Le comparer à un Serpentard et puis quoi encore ?! Mais Rutherford ne lui laissa pas l’occasion de répliquer en continuant avec assurance sa petite tirade.
-Laisse-moi te donner quelques petits conseils pour la prochaine fois. Tout d'abord quand tu veux te montrer blessant, assume tes propos. Si tu montres à la personne à qui tu t'adresses que tu as des remords, tu n'auras jamais l'effet escompté. Deuxième conseil, tu l'as bien vu à l'instant, il n'y a que la vérité qui blesse. Dire que tu es un minable au quidditch ou que Potter préfère privilégier ces petits copains issus de famille moldus aux sorciers qualifiés, t'ont blessé car tu sais que j'ai raison. Mais me dire que Anaïs m'a déjà remplacé, ce ne sont que des paroles qui ont été prononcés sans fondement dans le seul but de faire du mal. Mais c'est justement parce qu'ils sont sans fondements, qu'ils ne m'atteignent pas. Tu ne connais pas Anaïs, et tu ne sais rien de notre relation, sauf de ce que l'on en dit, ce qui équivaut à ne rien savoir. Ce n'est pas comme ça que tu me blesseras. Tu as encore des progrès à faire petit Prewett

Fabian referma sa bouche, surpris d’avoir attentivement écouté ses paroles.  Surpris de savoir au fond de lui que le Serpentard avait raison. Mais Fabian ne se taisait pas parce qu’il ne pouvait le contredire. Si le 6ème année avait raison sur la forme, il n’avait pas raison sur la fond. Il se taisait parce qu’il su à cet instant la différence qu’il y avait entre lui et Terrence. Contrairement à ce dernier, il ne comptait plus se laisser emporter si facilement pour appuyer lâchement sur ce qui faisait mal.

Perplexe, Fabian observa Rutherford se redresser d’un air tranquille, une expression moqueuse sur son visage. Mais cette manifestation de sentiment se transforma en un éclair pour faire place à une haine glaciale dans les yeux du Serpentard. Il fixait quelque chose que Fabian ne pouvait pas voir et ce changement brutal d’expression étonna le Gryffondor. Il fit un pas de côté en le voyant sortir sa baguette et, de plus en plus étonné, il le regarda faire un trou dans un tableau. Si Fabian c’était trouvé trop impulsif ces dernières minutes, que pouvait-on dire du Serpentard ? Fabian suivit des yeux la fuite effrénée d’une jeune fille effrayée par ce qui lui venait d’arriver.


- Et ne paraît plus devant moi !!! Fabian ne pu s’empêcher de sursauter lorsqu’il lança ses quelques mots. Ce gars n’était pas normal, il devait vraiment avoir un truc qui ne tournait pas rond dans sa tête… Lorsque la jeune fille eu disparu de sa vision, Rutherford sourit, de nouveau très calme, et rangea sa baguette. Était ce à cause de sa sœur qu’il était devenu si imprévisible ? Le Gryffondor n’aurait su le dire, ne l’ayant pas connu auparavant, si ce n’est de nom. Il ne se souvenait pas qu’on lui ait déjà parlé de lui comme quelqu’un d’extrêmement impulsif. En fait, il avait seulement entendu pour la première fois le nom de Terrence Rutherford l’année dernière et il avait été associé à celui d’Anaïs.

- Tu es encore là toi !                                                                                                                                                                                   -On dirait bien, oui… Répliqua t’il, toujours abasourdi par ses mouvements d’humeur.
Irrité, Rutherford se mit à descendre les marches, puis se retourna pour le héler.
- Prewett !                                                                                                                                                                                           Mais Fabian n’avait toujours pas bougé et il attendit, plutôt curieux, ce que le Serpentard avait à lui dire -Tu savais que dans certaines civilisations, il existe des légendes qui disent que les faux jumeaux sont la réincarnation d'amants maudits ? Ridicule n'est-ce pas ? Cela voudrait dire que même en renaissant, ils n'ont pas le droit à une seconde chance
 Fabian observa attentivement le jeune homme. Il décelait chez lui une cassure profonde qui lui fit de nouveau regretter ses malheureuses paroles de tout à l’heure. Il avait vraiment de la peine pour lui en ce moment précis. C’est vrai que sa relation incestueuse avec sa sœur continuera à le dégouter, mais une fois ses yeux plongés dans les siens, Fabian semblait comprendre un bref instant pourquoi il n’avait pas su se retenir.                                                                                                                                                                                           Mais pourquoi lui faire une telle remarque qui équivalait à une confidence ? Le Serpentard devait avoir perdu la plupart de ses amis l’année dernière. N’avait-il donc vraiment plus aucune personne à qui se confier au point qu’il se soit indirectement confesser au Gryffondor ? Décidément, Terrence Rutherford restait une énigme à ses yeux. Et une plutôt intéressante.

Il se retourna et continua sa descente. Fabian lança alors dans un murmure quasi inaudible.                                                                                                                                                                                                  -On a tous droit à une deuxième chance Rutherford.                                                                                                                                   Et Fabian était on ne peut plus sincère en disant ça. Oui, le Serpentard n’avait peut-être plus de chance avec sa sœur, mais il su qu’une autre chance de tomber amoureux l’attendait quelque part. Et peut-être que la malheureuse arriverait un jour à le faire (un peu) changer. Qui sait ?
- Oh Prewett, inutile que je te souhaite bonne chance pour les sélections. On sait tout deux comment ça va se passer.                                                                                                                                                                                                 Malgré lui, Fabian sourit. Cette dernière réplique lui avait donné subitement de nouveau la volonté de réellement réessayer aux sélections. En effet, il avait plus ou moins abandonné cette idée, malgré les encouragements de Seth et des autres. C’était venu directement du fond de ses trippes, comme un défi qu’il était à présent obligé de relever. Mais peut-être que ce sentiment de volonté disparaitrait bien vite.                                                                                                                                                                                                         -Merci, te savoir penser ça me va droit au cœur. Dit-il, ironique.

Fabian secoua la tête, essayant de remettre un peu d’ordre dans le flot de sentiments qu’il venait de ressentir ces dernières minutes, tandis qu’il observait Rutherford descendre les marches. Il était passé à la vitesse d’un éclair de la honte à la haine, ensuite ca avait été des remords et enfin, un certain sentiment d’empathie envers celui qui avait provoqué ce trop plein de sentiments. Une fois fait, il se remit en marche vers le 7ème étage, ne pouvant s’empêcher de se demander qui était Terrence Rutherford.        


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:45    Sujet du message: Rencontre fortuite dans les escaliers

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hogwarts' forum RPG Index du Forum -> Poudlard -> Les couloirs -> Escaliers Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com