Hogwarts' forum RPG Index du Forum
 
 
 
Hogwarts' forum RPG Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Collision frontale

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hogwarts' forum RPG Index du Forum -> Poudlard -> Salles -> La Grande Salle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Amy Ethan
Poufsouffle
Poufsouffle

Hors ligne

Inscrit le: 01 Fév 2013
Messages: 158
Féminin
RPG * Nom du perso: Amy Ethan
Statut: Etudiant - Poufsouffle
Quatrième année

MessagePosté le: Mer 13 Fév 2013 - 22:39    Sujet du message: Collision frontale Répondre en citant

«Ca c’est bien moi!... » était en train de se dire Amy tandis que Mme Pomfresh , lui disait de rester tranquille pour qu’elle puisse lui rafistoler l’entorse qu’elle venait de se faire à la cheville. Se prendre le pied dans une marche (et même pas une marche escamotable en plus !) la semaine de la rentrée, c’était bien sa veine, mais tout à fait elle. Amy avait toujours eu l’art de trébucher, et pas que dans les escaliers soi dit en passant.
-Et comment tu t’es fait encore ça? Lui demanda l’infirmière de l’école, à juste titre. Tu es tombée c’est ça ?                                               

Amy hocha affirmativement la tête, bien que Mme Pomfresh n’attendait pas confirmation, ayant déjà eu affaire à la maladresse de la Poufsouffle. Elle n’avait pas honte de cela, mais aujourd’hui, son éternelle gaucherie l’énervait plus qu’autre chose. Elle allait rater le déjeuner et l’occasion d’espionner Dimitri avec ses amies. Ce Serdaigle de 5ème année lui avait brisé le cœur l’année dernière en lui disant que non, il ne partageait pas ses sentiments. Bien que déjà douloureux en soi, Amy ne se serait jamais douté qu’il y avait pire que ces quelques mots échangés en vitesse et avec embarras par le concerné dans un couloir heureusement désert. En effet, elle avait apprit quelques jours plus tard ce qu’il pensait d’elle : « jamais il ne sortirait avec l’affreuse fille à la cicatrice ». En étant entrée dans le monde de la magie, elle avait comprit qu’il serait peut-être possible si ce n’est pas d’effacer mais d’atténuer cette vilaine marque qu’elle avait sur la joue depuis une malheureuse chute de vélo à 6 ans. Mais elle y était bizarrement attachée à cette cicatrice, même si cette dernière la défigurait. Ca la rendait unique et Amy espérait secrètement qu’un jour, un garçon lui caresserait délicatement la joue en lui disant qu’elle était jolie malgré ce souvenir d’une lointaine mais douloureuse chute. Elle avait donc décidé de la garder, pensant que ce choix-même faisait d’elle quelqu’un de spéciale. Cependant, la remarque de Dimitri lui avait vraiment fait de la peine et elle s’était mise à douter. Rester une balafrée ou ne pas le rester ? Les vacances d’été lui avait remit les idées en place : oui, elle allait rester une balafrée toute sa vie, même si cette marque n’était en rien du à un mauvais sort. Cette cicatrice faisait peut-être d’elle une fille « affreuse », mais le choix de la garder faisait d’elle une fille courageuse- du moins c’est ce qu’elle pensait du haut de ses 14 ans- et elle aimait plutôt bien ça. Bref, ce contretemps inattendu l’empêchait d’espionner Dimitri qui venait de se faire rejeter par une de ses meilleures amies dont il était tombé amoureux. L’école entière était au courant puisqu’ils s’étaient disputés hier devant la grande salle à l’heure de grande affluence que connaissait le repas du soir, diner où toutes les rumeurs de la journée se rencontraient dans un brouhaha joyeux. Il devait se sentir très mal et elle en éprouvait une certaine joie malsaine. Enfin il comprendrait ce qu’il lui avait fait subir et peut-être même qu’il viendrait s’excuser…

-Et voilà ! s’exclama Mme Pomfresh en s’écartant de la cheville rapidement guérie, examinant une dernière fois son travail parfait.                   
-Déjà ? S’étonna Amy en s’essayant à remuer son pied avec précaution. Lorsque j’avais cassé mon bras j’avais du rester toute une après-midi ici, vous vous souvenez ? Est-ce que c’est parce que les blessures aux pieds se guérissent plus rapidement que celles aux bras ? Ou c’est juste un hasard ?                                                                                                                                                                                              
-Ce n’était qu’une entorse…Pour qui me prends-tu ? Marmonna l’infirmière en lui donnant à boire une petite potion. La jeune fille sourit et bu sans hésitation le gobelet qu’elle lui tendait. Pour avoir fréquenté l’infirmerie un peu trop souvent, la jeune Poufsouffle connaissait plutôt bien Mme Pomfresh et aimait particulièrement sa discrétion. Elle n’était pas du genre à lui demander comment elle s’était faite sa cicatrice et encore moins du genre à la pousser à la faire disparaitre. Et en plus, son passage auprès d’elle était toujours beaucoup plus rapide que prévu. Sans compter qu’elle ne l’interrompait jamais même si elle ne répondait pas toujours à toutes les questions que la Poufsouffle lui demandait. Amy sauta sur ses pieds, satisfaite de ne plus sentir de douleur.                                                                                                                           
-Essaye de faire un peu plus attention les prochaines fois ! Lui recommanda Mme Pomfresh.                                                                          
-Je vais essayer ! Merci beaucoup ! Je dois rapidement filer pour aller manger avant mon premier cours de la journée, c’est un cours important, je le sais mais, vous le croyez vous ? J’ai oublié lequel c’était…Je sais juste qu’il était important et…
-…alors file ! 
Amy lui fit un dernier grand sourire et marcha d’un pas rapide vers la grande salle (elle préférait tout de même ne pas prendre le risque de courir). Elle fut un peu déçue que la salle commençait à se vider lorsqu’elle arriva. Elle jeta un regard à la table des Serdaigles et repéra rapidement Dimitri puisque les bancs n’étaient plus trop remplis. Toujours aussi beau, il écoutait son meilleur ami avec un pâle sourire sur son visage. L’ayant observé attentivement pendant plus de deux ans, Amy connaissait par cœur ses expressions et su d’instinct que son sourire était un faux. Il leva la tête et la vit. Elle fut tentée de lui faire un sourire compatissant, pour lui dire d’une certaine façon qu’elle comprenait car il faisait vraiment peine à voir en cet instant. Mais la jeune fille réussi à se contrôler et détourna froidement son regard, s’arrangeant pour lui donner fièrement à voir sa joue et son « affreuse cicatrice ». Malgré son apparente froideur, le cœur d’Amy battait à tout rompre et elle eut l’impression que son estomac était en chute libre dans son ventre. Elle avait l’impression que tout le monde aurait pu voir que ses jambes étaient flageolantes, mais seules ses amies (qui connaissaient par cœur tout son passé amoureux chaotique) auraient pu le voir si ces dernières l’avaient effectivement aperçue rentrer. Elle s’efforça de marcher le plus normalement possible mais avait bien conscience qu’elle avait une démarche de canard. Elle réussi à repérer ses copines un peu plus loin et commença à longer la table en les fixant. Et c’est parce qu’elle les fixait qu’elle ne vit pas la personne avec laquelle elle entra violemment en collision.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 13 Fév 2013 - 22:39    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Olin
Cracmol
Cracmol

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2012
Messages: 156
Masculin
RPG * Nom du perso: Olin Sullivan
Statut: Cracmol
Autre: Mi-humain, mi-être de l'eau

MessagePosté le: Lun 8 Avr 2013 - 12:55    Sujet du message: Collision frontale Répondre en citant

Olin avait bien eut du mal à trouver le sommeil. Trop d'événements, trop de bouleversement, avaient eut lieu dans sa vie en un si court laps de temps. Il avait bien tenté de dormir mais les bras croisés derrière la nuque, allongé sur son lit, ses yeux restaient obstinément ouvert à fixer le plafond qui s'étendait au-dessus de lui. Il fallait reconnaître qu'il était difficile de trouver le sommeil quand on se trouvait dans un tel lieu. Poudlard était un endroit enchanteur mais surtout, le château, chargé d'histoire, était si impressionnant, qu'on ne pouvait que se sentir tout petit lorsqu'on y pénétrait pour la première fois. Le diner qui fêtait la rentrée s'était relativement bien passé, mais évidemment, personne ne savait encore qu'il était un cracmol, Dumbledore avait fait un beau discours sur l'importance au droit à la différence, sur le respect de la vie, l'amitié, et le rôle de la magie dans nos vies, qui n'a pas pour vertu de détruire ou de menacer mais d'aider, et de protéger. Tels étaient les ambitions de Poudlard, ses professeurs et son directeur, qui portaient de grands espoirs sur la génération futur. Olin, installé à la table des professeurs, aux cotés de Mme Pomfresh avait pu profiter de ce discours et de la cérémonie de répartition pour faire un peu la connaissance avec l'infirmière. Dans l'ensemble, le visage des professeurs semblaient assez amicaux, si l'on exceptait le visage fermé et sévère du bras droit de Dumbledore, qui semblait aussi froide et revêche que le directeur pouvait se montrer chaleureux. Le professeur McGonagall était le genre de professeur qu'il aurait surement détesté avoir, il était persuadé que l'on devait entendre une mouche voler durant son cours. Et puis, il y avait cet homme... un homme étrange et borgne, dont il ne se rappelait hélas plus le nom, et qui lui avait lancé un ou deux regard durant le dîner. L'homme lui avait immédiatement donné une impression négative. Il lui avait donc ouvertement affiché une moue dédaigneuse et provocatrice qui avait pour but de lui montrer qu'il ne l'impressionnait pas. Mal lui en prit, car le regard glacial qu'il lui lança juste après, lui avait simplement donné envie de plonger dans un trou de souris. L'antipathie qu'il lui avait inspiré s'était naturellement accrue, et avec elle, s'était rajouté la crainte. D'un simple regard, sans prononcer le moindre mot menaçant, sans esquisser le moindre geste intimidant, il était parvenu à lui faire froid dans le dos. Il émanait de lui, cette même force dur et sans concession, des sbires de Voldemort, le coté fanatique et dérangé en moins. Fort heureusement il n'aurait rien avoir à faire avec lui. Songer aux Mangemorts lui rappelait leur attaque dans le hall de la gare de King's Cross. Il était parvenu à s'enfuir, mais il n'avait aucune nouvelle de Talia Gladys. Il se demandait si l'auror était parvenue à s'en sortir et surtout si elle allait bien, car le sort qui était réservé à ceux qui osaient s'opposer à ces mages noirs était toujours des plus atroces. Plus il en apprenait, plus Voldemort et ses sbires lui inspiraient une peur grandissante. Sa mère en faisait-elle, elle aussi, réellement partie ? D'une certaine manière, il avait du mal à l'accepter, mais tout au fond de lui, il savait que ce n'était pas impossible.
Ces Mangemorts... ils étaient sans pitié et d'une cruauté sans pareil. Heureusement, l'influence du Ministre de la Magie parvenait pour le moment a enrailler le vent de panique que les actions de ces mages noirs auraient normalement du engendrer. Mais combien de temps encore saurait-il rassurer ses paires ? Certes, au contraire de nombreux hommes politique, pour ne pas dire les trois-quart, Durandal ne se contentait pas de discourir, il joignait toujours ses actions à sa parole, mettant à mal, certains projets de Voldemort. Tôt ou tard, l'un d'eux finira forcément par l'emporter sur l'autre. Mais lequel aura le dessus ? Et seraient-ils autant mieux lotie avec Durandal ? Olin ne pouvait se l'expliquer mais il devait avouer qu'il ne l'aimait pas beaucoup. Peut-être était-ce du au fait que c'était à lui qu'il devait d'avoir été arraché ainsi, sans pouvoir demander plus d'explication, à sa mère. Il se serait probablement enfuit de son coté, s'il n'y avait eut la présence rassurante et apaisante du directeur de Poudlard : Albus Dumbledore.
Durant le repas, afin d'éviter de croiser à nouveau le regard inquisiteur de ce professeur borgne qui le mettait mal à l'aise, il avait cherché des yeux, dans l'immense salle, Ella, avec qui, il avait voyagé à bord du Poudlard express. Mais il ne trouva pas la belle chevelure rousse de la jeune fille parmi toute cette foule hétéroclite, alors qu'il pensait, au contraire, que ça l'aiderait plus facilement à la repérer, à croire qu'il avait eut tort. Par contre, il aperçut sans peine, James, Sirius et Seth dont il avait fait la connaissance durant le trajet qui les avait mené de la gare à Poudlard. Etrangement, eux, on ne pouvait pas les rater
La cérémonie de répartition était vraiment un moment très fort qui lui faisait presque regretter sa condition de cracmol, alors que jusqu'à présent, ça ne l'avait jamais réellement dérangé. Un événement cependant, avait marqué la soirée de manière qu'il qualifierait.... d'incongrue. Deux des professeurs étaient arrivés en retard, et leur entrée avait été plus que remarqué, le professeur McGonagall avait même frôlé l'attaque alors qu'à l'inverse, le Directeur leur avait adressé un petit sourire de connivence. Le premier professeur, était un homme assez élégant bien que sa tenue tranchait avec la sobriété des autres professeurs. On aurait pu le qualifié d'excentrique mais ce n'était rien face à son comparse. Il était réellement embarrassé par ce retard, ça se lisait sur son visage. Se fut qui prit la parole avant que Dumbledore ne les invite à s'assoir. Le second, un tantinet exhibitionniste, ne portait rien d'autre qu'un pantalon noir, dévoilant un torse qui fit rougir les jeunes filles présentes et qui faisait ulcérer cette chère Minerva. Les cheveux noirs corbeaux, il n'avait rien dit et s'était contenté de prendre place à la table des professeurs. C'était quoi ces deux énergumènes ? Il comprenait un peu mieux pourquoi Poudlard et son directeur pouvaient être sujet à de tels controverses, car il fallait reconnaitre que ce n'était ni la tenue, ni le comportement que l'on pouvait attendre de professeurs.. Encore surprit par ce à quoi il venait d'assister, et ne sachant trop quoi en penser, il sentit alors que Dumbledore s'était penché vers lui, ce qui lui fit tourner la tête avec sursaut dans la direction du vieil homme. Ce dernier avait discrètement pointé du doigt le professeur Stardust et lui fit comprendre qu'il l'assisterait également durant l'année, en plus de Mme Pomfresh. Puis, sans attendre davantage, le directeur avait interpellé l'intéressé par son prénom avant de les présenter l'un à l'autre. L'homme se montra enchanté de faire sa connaissance et semblait aussi souriant et sympathique que lui pouvait se montrer réservé. Néanmoins, le personnage intriguait Olin, et le jeune garçon, se demandait bien quel genre de personne le rouquin pouvait être

Loin de l'aider à trouver le sommeil, ressasser cette première soirée l'avait parfaitement tenu en éveil. Renonçant à dormir, il s'était levé et s'était dirigé en direction de son chevalet avant de commencer à dessiner le portrait de la belle jeune fille qu'il avait croisé à deux reprises tout au long de cette journée. Tout d'abord dans la gare King's Cross alors qu'il l'avait entre aperçu venant en aide à un pauvre moldu qui était tombé avec toutes ces valises dans le hall de gare, puis, un peu plus tard, à bord du Poudlard Express alors même que le train était sur le point d'arriver à destination, mais cette fois, la belle jeune fille était en larmes. Il était resté interdit devant cette scène, cette fille, qui semblait avoir tout pour elle, dégageait en cet instant une peine immense, une douleur presque palpable. Il ignorait la cause de cette détresse soudaine, tout ce qu'il savait, c'est qu'entrevoir son beau visage baigné de larmes l'avait surprit, comme si l'impensable venait de se produire, et puis, il s'était sentit gêné de la surprendre dans un tel moment de détresse. Il avait l'impression d'être un voyeur indiscret, témoin d'une scène qu'il n'aurait jamais du voir
Les mouvements de sa main dessinaient avec précision, et sans la moindre hésitation, ce visage qui avait marqué son esprit. Il travailla ainsi sans relâche sur sa toile jusqu'aux premières lueurs de l'aube. Le tableau n'était pas tout à fait fini, mais le sommeil avait fini par le gagner. Il décida de s'arrêter là pour le moment et de reprendre plus tard. Il observa la jeune fille qui était désormais représenté sur son tableau, avant de poser sa palette et ses pinceaux et de retourner se coucher...

Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait plus dormis d'un sommeil aussi profond. A n'en pas douter, Poudlard était décidément un lieu rassurant au sein duquel on ne pouvait que se sentir en sécurité. Lorsqu'il logeait au chaudron baveur, le moindre craquement de plancher, le moindre bruit, le réveillait en sursaut, mais ici c'était très différent, ce n'était pas comparable. Tout était calme et serein, sans le moindre bruit qui pouvait susciter l'inquiétude. Tout était propice au sommeil. A moins que ce ne fut tout simplement le cumul de la fatigue qui l'avait fait dormir si profondément... Il n'avait peut-être dormit que quelques heures, mais c'était un sommeil réparateur. Son regard se porta sur le tableau qu'il avait commencé la veille. La satisfaction de son travail lui tira un sourire, son portrait était presque réel, et rendait honneur à son model d'origine. Un model dont il ignorait tout, jusqu'à son prénom, mais qu'il avait très envie d'apprendre à connaître. Il se leva de son lit, observa son tableau pendant quelques minutes, avant de se préparer. Il retira son tee-shirt qu'il balança sur son lit, avant de très vite se retrouver en caleçon devant le portrait de la jeune fille qui se mit à rougir violemment. Olin enfila son pantalon, sans remarquer le trouble du tableau et attrapa un autre tee-shirt qu'il revêtit tout aussi vite. Une fois prêt, il salua son portrait et quitta la chambre.
Aujourd'hui, il devait passer la journée avec Mme Pomfresh, à l'infirmerie. Cette dernière devrait lui expliquer un peu le fonctionnement du service et ce qu'elle attendait de lui. Bien que l'infirmière lui eut semblé sympathique, il n'était guère motivé à travailler à ses cotés. A vrai dire, il aurait préféré commencé aux cotés du professeur Stardust, qui était parvenu à piquer son intérêt. Et puis, il se demandait bien quel genre d'aide pouvait avoir besoin un professeur d'astronomie. Installer des instruments ? Mais encore ?
Il retrouva sans peine le chemin qui menait à la grande salle où de nombreux élèves s'affairaient déjà avec une effervescence toute palpable. Ils ne faisaient même plus attention à ce qui les entouraient alors que lui, à l'image des premières années qui venaient d'arriver, s'émerveillait à chaque pas qu'il faisait, des lieux qu'il traversait. Il n'était pas rare de le surprendre à s'arrêter de temps à autre pour observer certains tableaux de maître qu'il se plairait à étudier à loisir lorsqu'il en aurait un peu plus le temps. Dans cette immense salle qu'était la grande salle, Olin ne pouvait détacher son regard de ce vaste plafond enchanté qui reproduisait le temps qu'il faisait dehors, et à en juger par ce qu'il voyait, le temps était nuageux et gris, ce qui ne changeait pas beaucoup. C'est alors qu'un violent choc le tira de sa contemplation. Il baissa aussitôt son regard et découvrit l'auteur de cette collision qui n'était ni une colonne ni le demi-geant ou pire encore ce professeur borgne. Non, il se trouvait face à une frêle jeune fille de taille moyenne aux cheveux bruns, qui ne dépassaient pas les épaules, et aux yeux couleur noisette. Décidément c'était une habitude ! Depuis la veille à bord du Poudlard Express il n'arrêtait pas de se faire bousculer, que ce soit par ce jeune sorcier qui pourchassait sa drôle de bestiole dans les couloirs du train, Hagrid qui lui avait quasiment démit l'épaule avec sa tape « amicale » pour le faire avancer vers les calèches, ou maintenant. Son regard s'attarda sur la jeune fille qui lui faisait face. Elle était assez mignonne, si on excluait la balafre qui parcourait sa joue jusqu'à son menton. Qu'avait-il bien pu lui arriver pour qu'elle garde une telle cicatrice ? Il n'existait pas de sort pour effacer de telles marque d'un coup de baguette magique ? Réalisant qu'il fixait un peu trop longuement cette balafre honteuse qui lui lacérait le visage, Olin se sentit rougir d'embarras avant de porter sa main vers l'arrière de sa tête

- Désolé, je ne regardais pas où j'allais, fit-il dans un sourire embarrassé. Mais à ma décharge cet endroit est tellement magnifique qu'on regarde partout sauf là où il faudrait XD. Je ne t'ai pas fait mal au moins ? Regarde ce plafond, rajouta-t-il en levant à nouveau la tête, on dirait un tableau vivant.

Abaissant à nouveau la tête vers son interlocutrice il lui tendit la main pour se présenter

- Moi c'est Olin. Olin Sullivan. Euh dis-moi... fit-il en se grattant à nouveau l'arrière de la tête dans un geste qui indiquait son embêtement, sais-tu où je peux prendre mon petit déjeuner ? La table des professeurs est vide et je le sens pas trop de m'installer là-bas, surtout que je ne suis pas professeur XD

Son ventre se mit alors a gargouiller de manière tonitruante à la plus grande surprise de l'intéressé lui-même, qui, d'abord surprit, plaqua sa main sur son ventre comme s'il pouvait le faire taire par ce simple geste, avant d'esquisser un petit sourire désolé

- Et... je meurs de faim XD

_________________


Revenir en haut
Amy Ethan
Poufsouffle
Poufsouffle

Hors ligne

Inscrit le: 01 Fév 2013
Messages: 158
Féminin
RPG * Nom du perso: Amy Ethan
Statut: Etudiant - Poufsouffle
Quatrième année

MessagePosté le: Mer 17 Avr 2013 - 19:11    Sujet du message: Collision frontale Répondre en citant

Encore un peu sous le choc de l’impact, Amy ne pu s’empêcher de regarder par-dessus son épaule pour voir si Dimitri l’avait vue. Dieu merci, il avait déjà tourné la tête lorsqu’elle avait de nouveau fait preuve de maladresse corporelle ( hrpg :euh ouais xD). Cependant, le fait qu’il ne l’avait regardé que 3 secondes, surement par pur hasard, la rendit triste. Malgré ce qu’il lui avait dit auparavant, (« je suis désolée, moi je ne t’aime pas ») et malgré qu’il avait dit dans son dos qu’elle était « horrible », Amy ne pouvait s’empêcher de continuer à y croire. La claque qu’elle avait reçu avec ses propos et les deux mois de vacances n’avaient pas suffit pour qu’elle se guérisse de lui. Rien à faire, elle était bel et bien toujours sous son charme… Elle avait le sentiment de porter tout le poids du monde sur ses épaules lorsqu’elle se retourna pour faire face à la personne qu’elle venait de bousculer.

C’était un garçon qui avait l’air un peu plus âgé qu’elle malgré son visage enfantin. La honte et la colère se mêlèrent dans son estomac lorsqu’elle vit qu’il fixait sa cicatrice. Quoi ? Encore un crétin qui n’aime que les jolis visages parfaits ?! Elle s’apprêtait à le fusiller du regard mais il détourna rapidement son regard, comme prit en faute en rougissant légèrement. Elle croisa ses yeux bleus et sa colère disparu aussitôt. Il avait quelque chose dans le visage qui inspirait confiance, sans qu’Amy ne sache vraiment ce que c’était. En fait, il était même plutôt pas mal avec ses cheveux châtains et Amy sentit le désespoir la quitter momentanément pour un minuscule espoir de vengeance : en effet, qu’est ce que Dimitri penserait s’il la voyait parler à ce gars séduisant plus âgé ? Elle chassa rapidement ce que sa raison lui disait : il s’en foutrait royalement ! L’observant plus attentivement, elle remarqua qu’elle ne l’avait jamais aperçue dans le château auparavant. Et pourtant, son visage lui était familier.
- Désolé, je ne regardais pas où j'allais, fit-il dans un sourire embarrassé. Mais à ma décharge cet endroit est tellement magnifique qu'on regarde partout sauf là où il faudrait XD. Je ne t'ai pas fait mal au moins ? Regarde ce plafond, rajouta-t-il en levant à nouveau la tête, on dirait un tableau vivant.

Elle sourit, surprise qu’il s’excuse en premier. N’était ce pas elle qui lui était rentré dedans ?
-Oh non ne t’excuse pas ! C’est à moi de te demander pardon !
Lorsqu’il mentionna le plafond, elle leva les yeux par réflexe. Le ciel magique était nuageux et elle rapporta son attention au jeune homme sans y prêté plus d’attention, intriguée. Ayant fréquenté Poudlard les trois années précédentes, la beauté de la Grande Salle ne la prenait plus à la gorge comme les premières semaines qu’elle avait passé ici. Malgré son origine moldue, elle s’était bien vite lassée. Qui était ce garçon toujours émerveillé par le plafond qu’elle considérait, comme tous ses condisciples, comme quelque chose de banal ? Un artiste peut-être ?
Se creusant la tête pour savoir dans quelle maison il devait se trouver, elle sentit qu’on les regardait et elle tourna brusquement la tête vers la table des Serdaigles lorsque l’inconnu se présenta.
- Moi c'est Olin. Olin Sullivan. Euh dis-moi... sais-tu où je peux prendre mon petit déjeuner ? La table des professeurs est vide et je le sens pas trop de m'installer là-bas, surtout que je ne suis pas professeur XD

Dimitri ne regardait pas mais son meilleur ami avait les yeux fixés sur elle. Eclatant de rire et sentant qu’elle était assez malpolie de s’être détournée de la sorte d’Olin alors qu’il se présentait, elle refocalisa son attention sur le jeune homme qui lui faisait face.
-Enchantée ! Je m’appelle Amy, Amy Ethan.
Le visage d’Olin lui paraissait tellement amicale qu’elle éprouva un réel malaise de s’être détournée ainsi. Fidèle à elle-même en grande bavarde qu’elle était, elle lui avoua rapidement sur un ton d’excuse
-Je suis désolée pour ça. Je…Il y a un garçon dans ses parages dit-elle en pointant discrètement son pouce vers les Serdaigles. Elle ne termina pas sa phrase, espérant qu’il ait comprit. Après tout, il n’avait pas l’air bête.
Ensuite, elle analysa sa dernière phrase et se rappela soudainement pourquoi ce visage inconnu lui était familier : elle l’avait remarqué au banquet, il était assis à la table des professeurs ! Et elle avait beau se creuser la tête pour savoir si Dumbledore l’avait mentionné dans son discours mais, comme d’habitude, son attention avait été occupée par les derniers ragots de ses amies, et elle n’avait pas vraiment écouté ce que le directeur avait dit. Qui était-il pour avoir manger à la table des profs sans être lui-même prof ?
Le ventre d’Olin gargouilla, ce qui ne fit sourire Amy.
-Et…je meurs de faim

Un peu impressionnée par son statut « inconnu mais plus qu’un simple élève », elle lança presque timidement
-Et bien, tu pourrais venir à la table des Poufsouffles. Ce sont les meilleurs ! Ajouta-t-elle avec un grand sourire.
Effectivement, puis les années passaient, plus elle était fière d’être dans cette maison. Lors de son premier trajet dans le Poudlard Express, une fille (de Gryffondor si ses souvenirs étaient exactes) avait dénigré les Poufsouffles en mentionnant les quatre maisons. Tout de suite après, deux garçons et une fille de Poufsouffle assis un peu plus loin et qui avaient entendu la tirade de la Gryffondor s’étaient levés et lui avaient expliqués à quel point la maison du blaireau était la plus géniale, sans jamais descendre les trois autres maisons. C’est peut-être ça qui avait influencé le choix d’Amy de croire qu’elle serait très bien avec eux : ils étaient humbles. Qu’elle bonheur elle avait ressenti lorsque le Choixpeau avait annoncé qu’elle allait effectivement rejoindre les Poufsouffles ! Bien sûr, les moqueries et les personnes qui les sous estimaient étaient nombreuses mais qu’importe ! Elle était bien là où elle était et c’était le cas pour les autres de sa maison.
Et puis, plus on les dénigrait, plus elle se sentait fière d’être dans la maison d’Helga. C’était plus fort qu’elle. Parfois le mépris envers eux était tel qu’elle ressentait de l’injustice voire de la colère en elle, mais c’était plutôt rare. La plupart du temps, les élèves de Poufsouffles qui entendaient ce genre de propos passaient à côté en faisant comme s’ils n’avaient rien entendu. Loyales envers leur maison en restant discrets et humbles, c’étaient ça, les Poufsouffles.


Revenir en haut
Olin
Cracmol
Cracmol

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2012
Messages: 156
Masculin
RPG * Nom du perso: Olin Sullivan
Statut: Cracmol
Autre: Mi-humain, mi-être de l'eau

MessagePosté le: Ven 24 Mai 2013 - 21:07    Sujet du message: Collision frontale Répondre en citant

La jeune fille qui semblait avoir le rire facile, se présenta à lui sous le nom de Amy Ethan. Il s'était sentit un peu bête de clamer la beauté du plafond alors qu'elle le voyait tous les jours depuis son entrée à Poudlard. Il dirait approximativement, à vu d'oeil, qu'elle devait être en 4ème ou 5ème année. Par conséquence, elle avait donc eut tout le loisir d'admirer ce plafond un nombre incalculable de fois. Et il avait bien noté dans son regard, une certaine indifférence lors de la contemplation de ce plafond enchanté. Il allait devoir calmer son émerveillement s'il ne voulait pas passer pour le benêt de service

- Je suis désolée pour ça.

" ça " ? Mais pourquoi s'excusait-elle ? S'étonna-t-il aussitot. Faisait-elle référence au plafond ? Ou à sa bousculade ? Il fut rapidement détrompé lorsqu'il suivit son regard. Visiblement ils étaient à mille lieux de leurs considérations respectives. Elle lui désignait un jeune homme d'un peu près leur age, qui, s'il en jugeait par ce qu'il avait apprit, était attablé à la table des Serdaigles, et qui les regardait durement. Etait-ce son petit ami ?
Le garçon se pencha vers son camarade de classe qui jeta à son tour un oeil par dessus de son épaule dans leur direction. Pourquoi avait-il soudainement la sensation d'avoir fait quelque chose de répréhensible ?
A n'en pas douter, il y avait une relation amoureuse la-dessous. Etaient-ils ensemble ? Venaient-ils de se séparer ? Il aurait plutôt penché vers la seconde hypothèse vu la manière dont ils se regardaient. Elle avec embarras mais teinté d'une certaine douceur, lui avec une certaine contrariété. S'ils avaient été ensemble, elle aurait naturellement couru vers lui pour le rejoindre, mais elle n'en fit rien. Elle devait encore l'aimer, et lui aussi, sans quoi il ne lui aurait pas jeté un regard aussi noir. Les histoires de couple c'était toujours très compliqué, et à vrai dire, il préférait vraiment rester en dehors de ça. Il s'apprêtait à la saluer et à prendre congé lorsque son ventre se mit à gargouiller de façon monumental ! On aurait pu pensait qu'il était affamé, ce qui était le cas du reste, et qu'il n'avait rien mangé depuis des jours, ce qui était totalement faux vu le festin de la veille XD Allait-il passer pour un morphale qui n'avait aucune tenue ? Il y avait effectivement de forte chance. Il n'y avait qu'une seule façon de se sauver du ridicule lorsqu'on y était plongé jusqu'au cou, c'était le rire. Rire de soi, et il fallait avouer que ce n'était pas bien difficile vu le grotesque de sa réaction

-Et bien, tu pourrais venir à la table des Poufsouffles. Ce sont les meilleurs ! Ajouta-t-elle avec un grand sourire convaincu.

Tout en la suivant, Olin ne pu s'empêcher de porter son index vers sa bouche, en le repliant légèrement, tout en pouffant de rire sous le regard quelques peu surpris d'Amy, qui devait se demander ce qu'elle venait de dire de si drole.

- Excuse-moi, s'expliqua-t-il presque aussitôt avec le sourire, mais depuis hier j'ai rencontré au moins un représentant de chacune de vos maisons et vous avez tous un point commun, c'est que vous êtes tous très fier d'appartenir à la maison dans laquelle le choixpeau vous a envoyé, au moins il ne s'était pas trompé ;p

C'est vrai, ils avaient tous ça en commun, Ella, ses amis, James, Sirius, Seth et Amy. Ils étaient tous extrêmement fiers d'appartenir à la maison dans laquelle on les avait envoyé, et nul ne manquait de superlatif pour vanter les mérite de « sa » maison. Il avait tout d'abord fait la connaissance de Ella Netwey, une Serdaigle avec laquelle il avait voyagé en compagnie de ses amis. Ils lui avaient bien sur parler de leur maison et n'avaient pas taris d'éloges sur cette dernière. Puis, il avait voyagé en calèche, de la gare à Poudlard, en compagnie de 3 fiers Gryffondor. Olin ignorait si c'était leur maison qui voulait ça, ou si c'était dans leurs caractères à tous trois, mais il les avait trouvé plus expansif que les Serdaigle. Eux aussi étaient très fiers de leur maison, à les entendre, ils étaient les meilleurs. A présent, il y avait Amy dont la fierté qu'elle éprouvait à appartenir aux Poufsouffles était tout aussi palpable que chez Ella ou le trio. Et il était persuadé, que si l'occasion lui avait été donné, la jolie Serpentard n'aurait pas non plus manqué de vanter les mérites de sa propre maison. C'était amusant cette fierté qui les animait tous mais en même temps, il trouvait que c'était une réaction à double tranchant....

- Pourquoi cette sectorisation ? Fit-il. C'est vrai, vous êtes tous si fiers de vos maisons respectives, je trouve ça bien, amusant même, mais en même temps, cela favorise votre compétitivité et au final nourrit peut-être aussi en parallèle, un certain antagonisme, alors plutôt que d'être fier d'appartenir à l'une de ces quatre maisons, c'est plus le fait d'être à Poudlard qui devrait faire votre fierté et vous unir plutôt que vous diviser...

Une fois encore Olin avait partagé le fond de sa pensée sans réfléchir plus en avant. Mais de quoi se mêlait-il ? Plutôt qu'à jouer les rabats-joies, Olin, réalisa un peu tardivement qu'il aurait peut-être mieux fait de s'abstenir à partager aussi librement le fond de sa pensée. A tous les coups, Amy allait le trouver ennuyant à mourir doublé d'un insupportable prechi-precheur. En même temps, qui était-il pour jouer les donneurs de leçons alors qu'il venait juste d'arriver ? Au mieux, elle allait le planter là, au pire... il préférait ne même pas y penser. Il lâcha un soupir tout en parcourant l'immense salle du regard à la recherche d'Ella ou de la superbe Serpentard mais il ne repéra ni l'une ni l'autre. Comme Amy n'avait pas encore réagit à son discours, Olin tenta de noyer le poisson et changea de sujet de conversation

- Est-ce que tu connais Ella Netwey ? J'ai voyagé avec elle et ses amis à bord du Poudlard express, c'est une fille que j'ai trouvé très sympathique. J'espérais la croiser ce matin, mais c'est si grand ici et visiblement vous ne prenez pas tous le petit-déjeuner en même temps. Constata-t-il en voyant quelques élèves ça et là attablés à la table correspondant à leur maison. Rien à voir avec le peuple présent la veille au soir. Je suppose que c'est en fonction de vos emplois du temps

Le hasard aurait miraculeusement bien fait les choses si Ella et Amy avaient été amie, mais de toute évidence, il avait plus la sensation que les gens étaient plus proches des personnes qui fréquentaient la même maison qu'eux. Un peu comme lorsqu'il y a plusieurs classe dans une école, on est toujours forcement plus proche de ceux que l'on fréquente quotidiennement, rien d'étonnant à cela. Mais avec un peu de chance les deux jeunes filles se connaissaient. Il aurait bien aimé lui parler également de la jolie Serpentard, mais comme il ignorait tout d'elle, jusqu'à son prénom, il n'en fit rien se contentant de jeter quelques coup d'oeil à droite et à gauche, jusqu'à ce qu'ils arrivent à la table des Poufsouffles
_________________


Revenir en haut
Amy Ethan
Poufsouffle
Poufsouffle

Hors ligne

Inscrit le: 01 Fév 2013
Messages: 158
Féminin
RPG * Nom du perso: Amy Ethan
Statut: Etudiant - Poufsouffle
Quatrième année

MessagePosté le: Mar 11 Juin 2013 - 13:38    Sujet du message: Collision frontale Répondre en citant


Avançant le long des tables, Amy entendit Olin pouffer de rire dans son dos. Elle se retourna de ¾ pour voir ce qui était si drôle (avait-elle mis sa robe à l’envers ? Et Dimitri l’aurait vu ? Quelle horreur !). Elle ne dû pas attendre bien longtemps pour découvrir la raison de l’hilarité du jeune homme.

- Excuse-moi, s'expliqua-t-il presque aussitôt avec le sourire, mais depuis hier j'ai rencontré au moins un représentant de chacune de vos maisons et vous avez tous un point commun, c'est que vous êtes tous très fier d'appartenir à la maison dans laquelle le choixpeau vous a envoyé, au moins il ne s'était pas trompé ;p

Tout en continuant de se diriger vers ses amies (qui regardaient toutes Olin avec une curiosité grandissante), Amy ralentit néanmoins l’allure, signe extérieur du fait qu’elle recherchait une réponse satisfaisante pour son « invité ». Pour elle c’était on ne peut plus logique que d’être fière d’appartenir à la maison d’Helga. La loyauté, la patience et le goût du travail acharné étaient en général les qualités des élèves de sa maison et c’était pour ça que ces trois caractéristiques, assez vagues il faut l’avouer, étaient toujours utilisées pour décrire les Poufsouffles. Néanmoins, ce qu’Amy aimait par-dessous tout chez la fondatrice de sa maison, c’était qu’elle avait accepté les élèves que les trois autres fondateurs avaient refusé. Cette tolérance et confiance envers ses étudiants rendait Helga aux yeux d’Amy beaucoup plus spéciale que Gryffondor, Serpentard ou encore Serdaigle. Cependant, Amy, bien que logiquement au courant que chaque élève des différentes maisons vantait avec passion les vertus de leurs couleurs, n’avait jamais remarqué que vu de l’extérieur ces passions respectives pouvaient rendre perplexe.                                                                                                                                            
Olin ajouta
- Pourquoi cette sectorisation ? Fit-il. C'est vrai, vous êtes tous si fiers de vos maisons respectives, je trouve ça bien, amusant même, mais en même temps, cela favorise votre compétitivité et au final nourrit peut-être aussi en parallèle, un certain antagonisme, alors plutôt que d'être fier d'appartenir à l'une de ces quatre maisons, c'est plus le fait d'être à Poudlard qui devrait faire votre fierté et vous unir plutôt que vous diviser...
Amy prit ses paroles comme une baffe en pleine figure. Si le visage sincèrement curieux d’Olin n’avait pas été sous ses yeux, elle aurait prit sa remarque comme une insulte. A première vue il critiquait le fonctionnement de l’école ! Pour qui se prenait-il ? Pensait-il donc que les élèves étaient juste des enfants stupides qui n’étaient ici que pour jouer la guéguerre avec les autres maisons alors qu’une véritable guerre se jouait à l’extérieur ? En réalité elle n’aimait pas le ton moralisateur des paroles de quelqu’un qui ne connaissait pas grand-chose à la plus grande école de sorcellerie. C’est donc sur un ton un peu plus agressif qu’elle ne l’aurait voulu qu’elle répliqua
-Nous sommes on ne peut plus fiers que d’appartenir à Poudlard !                                                                                         
Réalisant le ton colérique qu’elle avait prit, elle se radoucit immédiatement, un peu honteuse. La remarque d’Olin était pourtant juste. Les maisons séparaient les étudiants. 
 -Oui, c’est vrai qu’on est tous extrêmement fier de notre maison. Je pense en fait que c’est parce que chaque fondateur avait des qualités que les étudiants cherchent à avoir eux aussi. Ils sont donc on ne peut plus heureux que d’avoir été admis dans la maison où ces caractéristiques cachés au fond de leur cœur, brillent.                                                                                                                                           
                                                                                       
-Est-ce que tu connais Ella Netwey ? J'ai voyagé avec elle et ses amis à bord du Poudlard express, c'est une fille que j'ai trouvé très sympathique. J'espérais la croiser ce matin, mais c'est si grand ici et visiblement vous ne prenez pas tous le petit-déjeuner en même temps.  Je suppose que c'est en fonction de vos emplois du temps

Il s’intéressait à Ella ? Amy connaissait cette Serdaigle qui était dans la même année qu’elle. Elle avait toujours apprécié la jolie rousse qui n’avait jamais dénigré les Pouffsoufles (devant elle en tout cas).  Ce brusque changement de sujet de conversation la contraria un peu car elle sentait qu’elle n’avait pas trop  bien expliqué pourquoi les élèves de Poudlard fonctionnaient de la sorte. Elle sentait qu’elle n’avait pas assez justifié que bien que les maisons pouvaient séparer les élèves, elles étaient également présentes pour donner une structure solide au château. Quatre maisons, quatre piliers différents qui tiennent grâce au soutien des trois autres. Voilà ce qu’elle aurait dû lui dire ! La métaphore des piliers aurait été parfaite pour qu’il puisse comprendre. Mais comme toujours dans la vie, on pensait trop tard à ce qu’on aurait dû dire.
-Oui, je la connais. Elle est l’attrapeuse de Serdaigle. Très bonne joueuse d’ailleurs je partage quelques cours avec elle.                                                                                                                                                                                       
Cette dernière remarque n’était pas très objective vu qu’Amy ne s’intéressait pas trop au Quidditch. Elle supportait sa maison, évidemment et aimait les matchs mais ne partageait pas la passion que semblait posséder tous ses camarades.                             

Amy jeta un regard vers la table des Serdaigles, passa avec difficulté la silhouette de Dimitri et de son ami qui étaient en train de se lever de table pour voir si elle apercevait Ella. Cependant elle ne remarqua pas la jeune fille.
-En fait nous avons une heure pour le petit déjeuner, donc chacun vient quand il veut. Ils étaient à présent arrivés auprès de ses amies qui s’étaient déjà  à moitié levé. Croisant le regard de sa meilleure amie, Amy su que cette dernière pensait exactement ce qu’elle-même avait pensé les premières secondes qu’elle avait croisé le regard d’Olin : ce jeune homme séduisant pouvait rendre un certain Serdaigle jaloux. Et pour le rendre efficacement jaloux, rien ne valait mieux qu’un tête à tête ! De toute évidence cette dernière n’avait pas vu que Dimitri était en train de quitter la grande salle.
Ses amies lui lancèrent un « Rendez vous devant la classe ! Sois pas en retard ! » avant de quitter la table et Amy se retrouva seule avec Olin. Elle s’assit sur le banc demanda à son « invité » la chose qui la turlupinait depuis leur collision.

-Pour en revenir à ce que tu disais...Nous sommes fiers de faire nos études ici. Mais nos maisons sont notre chez nous. C’est comme une famille tu comprends ? Alors forcément, nous adorons cette famille et on est persuadé qu’elle est bien mieux que les trois autres.
Curieuse et trop bavarde comme toujours, elle demanda
-Et toi, dans quelle maison aurais tu voulu appartenir ?
Soucieuse de garder une impartialité dans cette conversation elle ajouta
-Les quatre maisons ont chacune d’immenses qualités.
Les idées lui venant les unes après les autres, elle compléta sa réponse de manière désordonnée.
-Et puis tu sais, plus les années passent, plus cette « sectorisation » comme tu dis, commence à disparaitre. On est toujours aussi fier de nos maisons respectives mais on commence à vraiment connaitre des élèves d’autres maisons qui deviennent vite des amis et donc, on… on devient plus tolérant. Termina t’elle avec un sourire, pensant avec une fierté (qu’elle cacha à son interlocuteur) que la tolérance était d’abord une qualité de Pouffsoufle.
- Excuse-moi, mais je n’ai pas vraiment compris ta fonction au sein de l’école. Tu n’es pas élève mais tu n’es pas exactement un prof non plus c’est ca ?   
Amy se prit un toast en attendant qu’Olin ne lui réponde. En réalité, une foule de questions se bousculaient dans sa tête. Ou avait-il été à l’école s’il ne connaissait pas Poudlard ? Par quel hasard s’était-il trouvé ici si Poudlard n’avait pas été scolarisé ici ? Soucieuse d’une des nombreuses remarques qu’on lui avait souvent faite « tu parles trop Amy ! », elle préféra ne soumettre à Olin qu’une seule question pour ne pas trop l’effrayer et paraitre trop curieuse.


Revenir en haut
Olin
Cracmol
Cracmol

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2012
Messages: 156
Masculin
RPG * Nom du perso: Olin Sullivan
Statut: Cracmol
Autre: Mi-humain, mi-être de l'eau

MessagePosté le: Ven 2 Aoû 2013 - 12:53    Sujet du message: Collision frontale Répondre en citant

Alors que Olin continuait de regarder autour de lui, toute l'agitation qui animait la grande salle, il réalisa que Amy avait ralentit le pas. Et l'expression qui se peignait désormais sur son visage lui indiquait clairement combien il avait eut tort de partager le fond de sa pensée. Jamais, il n'avait eut l'intention de se montrer désobligeant, mais à bien y réfléchir, c'est exactement ce qu'il venait de faire XD Et comme il fallait s'y attendre, elle lui répondit aussitôt sur un ton qui trahissait l'offense dont elle avait été victime :

-Nous sommes on ne peut plus fiers que d’appartenir à Poudlard !

Un peu surprit par la vigueur dont elle venait de faire preuve, il l'observa un instant sans trop savoir quoi répondre. A vrai dire, il n'avait jamais douté de leur fierté à appartenir à une telle école, ce n'était pas ce qu'il voulait dire. Une chose était sur, ses craintes venait de se confirmer, il aurait mieux fait de se taire. Et alors qu'il s'apprêtait à s'excuser, Amy reprit la parole sur un ton qui, cette fois, se voulut plus doux, et qui trahissait moins le sentiment de contrariété qu'il avait fait naitre en elle

-Oui, c’est vrai qu’on est tous extrêmement fier de notre maison. Je pense en fait que c’est parce que chaque fondateur avait des qualités que les étudiants cherchent à avoir eux aussi. Ils sont donc on ne peut plus heureux que d’avoir été admis dans la maison où ces caractéristiques cachés au fond de leur cœur, brillent.

- C'est vrai, tu as surement raison, approuva Olin dans un sourire.

Il remercia Amy d'être si conciliante, et histoire d'éviter de remettre les pieds dans le plat, estima préférable de changer de sujet. C'est pourquoi il songea à Ella. Ella Netwey, la jolie Serdaigle qu'il avait rencontré à bord du Poudlard Express. Ella n'était pas qu'une simple excuse qui lui permettait de changer de sujet, il avait sincèrement apprécié sa compagnie et s'il avait la possibilité de la voir ce matin, ça lui aurait fait sincèrement plaisir. Peut-etre Amy la connaissait-elle ?

-Est-ce que tu connais Ella Netwey ? J'ai voyagé avec elle et ses amis à bord du Poudlard Express, c'est une fille que j'ai trouvé très sympathique. J'espérais la croiser ce matin, mais c'est si grand ici et visiblement vous ne prenez pas tous le petit-déjeuner en même temps. Je suppose que c'est en fonction de vos emplois du temps

-Oui, je la connais. Elle est l’attrapeuse de Serdaigle. Très bonne joueuse d’ailleurs je partage quelques cours avec elle.

- Ah oui ?

« Ah oui, » c'était là tout ce qu'il trouva à répondre. Ce n'était pas très intéressant, voir meme lamentable mais il devait avouer qu'il ne voyait pas trop quoi dire d'autre. Effectivement, Amy connaissait Ella, mais simplement de vue, il était évident qu'elle ne la connaissait pas plus que ça. Sans quoi, elle aurait été beaucoup plus expansive

-En fait nous avons une heure pour le petit déjeuner, donc chacun vient quand il veut.

Lui expliqua-t-elle alors qu'ils venaient d'atteindre la table des Poufsouffles. Il se sentit légèrement gêné et ce, malgré le fait que Amy se montrait vraiment très avenante avec lui. Il n'arrivait pas à se sentir à sa place dans cet univers, et pour cause, il n'avait strictement rien à y faire. Les regards amusés et complices que lui lancèrent ses amies de Poufsouffle, lui donnèrent juste envie de décliner sa proposition. Mais à son grand étonnement, les filles se levèrent et leur cédèrent leur place tout en la gratifiant de gentilles petites attentions pleine de sous-entendus comme « Rendez vous devant la classe ! Sois pas en retard ! »
Une fois disponible, Olin prit place sur le banc au coté d'Amy en lâchant un soupir de soulagement. Les amies d'Amy n'avaient pas l'air méchantes, mais il n'avait pas vraiment envie de subir un nouvel interrogatoire à plusieurs, comme l'avait fait les amies d'Ella dans le train

-Pour en revenir à ce que tu disais...Nous sommes fiers de faire nos études ici. Mais nos maisons sont notre chez nous. C’est comme une famille tu comprends ? Alors forcément, nous adorons cette famille et on est persuadé qu’elle est bien mieux que les trois autres.

Une famille ? Pour Amy, sa maison était donc comme un second foyer ? Remarque, elle n'était pas la seule à penser cela, il lui semblait que Sirius avait dit une chose qui était fortement similaire. Ainsi donc, étudier ici, c'était comme se créer une seconde famille.... Une famille... Il ne pouvait qu'imaginer

- je suppose, lui répondit-il tout en mordant dans son pancake

De famille, Olin n'avait que sa mère, et il ne pouvait pas prétendre que leur relation était celle qui unissait une mère et son fils. Du moins, ce n'est pas ainsi qu'il s'imaginait les choses. Il aurait certes aimé qu'elle soit plus présente pour lui, qu'elle s'intéresse à ce qu'il faisait, à sa peinture, mais ce n'était pas le cas. Oh il n'était pas malheureux pour autant, mais leur relation familiale n'était pas celle qu'elle aurait du être. Il lui était donc difficile de saisir toute la subtilité de ce que Amy essayait de lui faire comprendre, mais ça n'avait pas d'importance, il pensait deviner ce qu'elle voulait dire, et c'était grandement suffisant.

-Et toi, dans quelle maison aurais tu voulu appartenir ?

- Hein ? Euh...

Voilà une question a laquelle il n'avait pas songé un seul instant. Si on lui laissait le choix, dans quelle maison aurait-il aimé être ? Et bien....

-Les quatre maisons ont chacune d’immenses qualités, lui dit-elle, ce qui eut pour effet, de le faire sourire. Et puis tu sais, plus les années passent, plus cette « sectorisation » comme tu dis, commence à disparaitre. On est toujours aussi fier de nos maisons respectives mais on commence à vraiment connaitre des élèves d’autres maisons qui deviennent vite des amis et donc, on… on devient plus tolérant. Termina t’elle avec un sourire

Olin lui rendit son sourire

- Je m'excuse pour mes paroles déplacés de toute à l'heure. Je ne savais pas de quoi je parlais, j'ai jugé trop vite et sans connaître, je n'aurais pas du. Alors dans quelle maison j'aurais souhaité être... mmh je ne sais pas, je viens juste d'arriver, je ne connais pas vraiment les caractéristiques de chacune d'entre elles

Lui avait-il répondu en restant un instant pensif. S'il avait eut la chance de pouvoir entrer à Poudlard, n'importe quelle maison lui aurait convenu, mais il n'avait pas eut cette chance et ne l'aurait jamais, il n'était qu'un cracmol après tout... enfin pour le moment,...
Préférant chasser cette perspective qui ne l'enchantait guère, il se concentra sur la question que Amy venait de lui poser. Dans quelle maison aurait-il souhaité entrer ? Il songea à Ella et ses amis de Serdaigle, ils étaient sympathiques, et très expansifs. Sirius, James et Seth, des Gryffondor, malicieux et espiègles. Amy, posée et réfléchie. Il se sentait plus proche des Poufsouffles à vrai dire, mais le visage de la mystérieuse Serpentard s'imposa à son esprit. S'il avait été un sorcier de la maison Serpentard, il connaitrait son nom, et il aurait peut-être pu être son ami et la réconforter quand elle pleurait dans le couloir du Poudlard Express....

- Serpentard, je crois, fit-il en plongeant son nez dans son jus d'orange tout en détournant le regard, en espérant très fort que Amy ne remarque pas le rosissement qui venait d'empourprer légèrement ses joues.

Mais de toute évidence elle n'avait rien remarqué, et il ne sut immédiatement si elle avait entendu sa réponse ou pas, mais cela n'avait guère d'importance. La gentille Poufsouffle enchaina avec une autre question

- Excuse-moi, mais je n’ai pas vraiment compris ta fonction au sein de l’école. Tu n’es pas élève mais tu n’es pas exactement un prof non plus c’est ca ?

Olin posa son verre de jus d'orange et se tourna vers Amy. Cette question, qu'on lui avait déjà posé hier dans le compartiment des Serdaigle, lui rappela curieusement, cette fois-ci, un échange qu'il avait eut avec Dumbledore, peu de temps auparavant. Ce sorcier exceptionnel, dont la légende était déjà inscrite dans l'Histoire de la sorcellerie, l'avait reçu dans le bureau du Ministre de la magie Durrandal. Ce dernier s'était absenté pour régler une affaire, à moins que ce ne fut tout simplement une excuse pour laisser Dumbledore lui parler des menus détails, l'essentiel ayant déjà été traité avec les deux hommes.
Cet homme au regard pénétrant qui se dissimulait derrière de petites lunettes en forme de demi-lune, dégageait beaucoup de force. Le Ministre de la magie également bien sur, mais ce n'était pas la même chose. La force de Durrandal, était inquiétante, celle de Dumbledore, rassurante. Et Olin se sentait plus en confiance avec celui que l'on considérait comme étant le plus grand mage de tous les temps qu'auprès de l'homme politique. Lorsque Olin lui avait demandé ce qu'il devrait dire lorsqu'on lui poserait la question de la raison de sa présence à Poudlard, Dumbledore s'était tourné vers lui et dans son regard pétillant on pouvait y déceler certain amusement

- Eh bien, la vérité, avait-il répondu comme s'il s'agissait de l'évidence même. Pourquoi voudrais-tu dire autre chose ? Il est inutile de trop en dire, mais il n'est pas nécessaire de mentir. Tu ne pense pas ?

Telle fut la réponse de Dumbledore. Ni précise, ni directive, mais tellement évidente qu'il se sentait idiot d'avoir pu oser la poser.

- Je suis là pour aider Mme Pomfresh à l'infirmerie, et aussi le professeur Stardust. Mme Pomfresh m'a un peu expliqué ce qu'elle attendait de moi pendant le repas hier soir, et je commence avec elle ce matin. Enfin... si je trouve l'infirmerie, fit-il d'un air dépité. C'est un véritable labyrinthe ce château et je te parle même pas de ces escaliers qui ne restent pas tranquille une seule seconde ! Soupira-t-il. Heureusement que les personnages des tableaux m'ont un peu guidé au début, ensuite j'ai suivi les groupes d'élèves que j'ai croisé dans les couloirs, et c'est ainsi que je suis arrivé sans trop de mal à la grande salle. Je suppose que je ferais la même chose pour me rendre à l'infirmerie... En ce qui concerne le professeur d'astronomie par contre, j'avoue que je ne sais pas trop quelle aide je pourrais lui apporter, nous n'avons pas encore eut l'occasion d'en parler

En même temps, cela aurait été bien difficile. Ce dernier avait fait une entrée on ne peut plus remarqué, en arrivant en retard au banquet. Très en retard même. Il n'était pas le seul d'ailleurs, il était accompagné d'un autre professeur visiblement, puisque lui aussi c'était assis à la grande table. Le directeur ne s'était pas le moins du monde montré offusqué par leur retard, ni par leur tenue quelque peu négligé (aucune robe de sorcier pour les deux, et chemise ouverte pour le professeur qui l'accompagnait). Par contre, le bras droit de Dumbledore, le professeur McGonagall semblait être au bord de l'apoplexie.
Les deux hommes s'étaient installés, cote à coté sur les deux chaises qui avaient été laissé vacantes, et qui était à l'opposé de sa place. Le rouquin lui avait fait un signe de la main, mais ce fut tout. A la fin du banquet, les deux professeurs étaient partis avec Dumbledore, McGonagall et le professeur Slughorn. Olin supposait qu'ils avaient tout été dans le bureau du directeur pour régler cette curieuse histoire

- Il a l'air... original, fit-il à Amy après avoir cherché ses mots. Il ne désirait pas se montrer désobligeant envers une personne qu'il ne connaissait pas et avec qui il allait devoir travailler, mais tenait quand même à souligner l'attitude surprenante du jeune professeur. Il est toujours aussi.... surprenant ? A ton avis, pourquoi étaient-ils en retard ? Crois-tu que c'est en rapport à ce qui se passe dehors ?

Ce qui se passe dehors. Nul besoin d'être plus explicite. Les disparitions, les enlèvements, les menaces, les crimes.... Pour avoir été confronté aux sbires du mage noir, il savait, que ces sorciers que l'on désignait sous l'appellation de mangemort, étaient des sorciers terrifiants, et encore, il n'avaient eut qu'un faible aperçut de ce dont ils étaient capables. Mais il avait également vu l'ordre du Phénix à l'oeuvre, et les deux forces en présences n'avaient rien à envier l'une à l'autre. Le mage noir essayait d'étendre son influence sur le monde de la magie, mais pour cela, il devait mener un bras de fer avec le ministre de la magie et Dumbledore. qui étaient bien décidé à ne pas le laisser faire et à le combattre. A l'heure actuelle, personne ne pouvait dire quelle serait l'issue de cette bataille qui n'avait pour le moment, pas encore embrasé tout le monde de la magie

- Crois-tu que nous sommes en sécurité ici ? Demanda-t-il en levant les yeux en direction du plafond

On disait de Poudlard, que c'était une place forte, et probablement le lieu où l'on était le plus en sécurité en ces temps troublés. La présence de Dumbledore n'y était pas étrangère, mais pour Olin, ce n'était pas la seule explication. Ce château était lui-même une force en soi, il pouvait le ressentir dans chacune de ces pierres.
Toutefois, les idées du mage noirs, gagnaient de plus en plus de partisan, or il était peut-etre difficile pour des sorciers de s'introduire ici sans y avoir été invité, mais les idées, elles, pouvaient se propager sans aucune difficultés. Olin ne serait pas surprit de découvrir qu'elles avaient pu séduire certains élèves, qui, à leur tour, tenteraient de convertir de nouveaux partisans, gangrénant ainsi l'école de l'intérieur. Mais il y avait bien plus dangereux encore, que de voir des élèves être séduit par la bonne parole de Voldemort. C'était la possibilité que certains professeurs puissent à leur tour être séduit par ces idées dangereuses. Et dans cette catégorie, ses soupçons se portaient immanquablement sur ce nouveau professeur borgne au regard mauvais, qui ne lui avait inspiré absolument aucune sympathie, mais beaucoup de méfiance. Il émanait de sa personne, cette même force dur et sans concession, que celle des sbires de Voldemort.
_________________


Revenir en haut
Amy Ethan
Poufsouffle
Poufsouffle

Hors ligne

Inscrit le: 01 Fév 2013
Messages: 158
Féminin
RPG * Nom du perso: Amy Ethan
Statut: Etudiant - Poufsouffle
Quatrième année

MessagePosté le: Sam 31 Aoû 2013 - 13:36    Sujet du message: Collision frontale Répondre en citant

Une fois assis à la table, Amy se mit à tartiner son toast de confiture aux cerises (sa préféré) et écouta ce qu’Olin lui disait.

- Je m'excuse pour mes paroles déplacés de toute à l'heure. Je ne savais pas de quoi je parlais, j'ai jugé trop vite et sans connaître, je n'aurais pas du. Alors dans quelle maison j'aurais souhaité être... mmh je ne sais pas, je viens juste d'arriver, je ne connais pas vraiment les caractéristiques de chacune d'entre elles
Amy se sentit un peu honteuse de l’avoir presque forcé à s’excuser et répliqua rapidement

-Ne t’excuse pas voyons.

- Serpentard, je crois, fit-il en plongeant son nez dans son jus d'orange tout en détournant le regard, en espérant très fort que Amy ne remarque pas le rosissement qui venait d'empourprer légèrement ses joues.

Serpentard ? Voilà une réponse qu’Amy n’attendait pas. Jamais elle n’aurait cru qu’Olin s’intéressait à la magie noire ! Mais ensuite, elle se traita mentalement d’idiote. Elle ne supportait pas les gens qui avaient des préjugés (et qui s’y tenaient) et voilà qu’elle en avait elle-même un ! « Ils ne sont pas tous mauvais ! » voilà ce qu’aimait penser Amy. La preuve Slughorn ! Amy ne l’aimait pas mais ce n’était pas parce que, en tant que directeur de la maison de Serpentard, il s’intéressait à la magie noire mais plutôt parce qu’il avait ses chouchous et qu’il considérait la plupart de ses amis comme des personnes sans talents et donc inintéressants. Ca se voyait qu’il méprisait un peu les personnes comme elle, c’est-à-dire pas très intelligente et pas vraiment promis à un avenir grandiose. Cependant, il était remonté dans son estime l’année dernière lorsqu’il avait admis dans son « club » un élève de deuxième année de sa maison. Longtemps Amy avait cru que ce qui se disait dans l’école était une vérité pour le professeur de potion : les Poufsouffles sont bêtes.
La jeune fille ne préféra néanmoins pas relever la réponse d’Olin. Elle ne savait que trop bien que jamais elle ne pourrait trouver une réplique satisfaisante pour eux deux. En fait, elle avait peur de mal s’exprimer. Déjà elle se sentait s’embrouiller dans sa propre tête alors si ca sortait par sa bouche ça ne serait pas joli joli.

-Je suis là pour aider Mme Pomfresh à l'infirmerie, et aussi le professeur Stardust. Mme Pomfresh m'a un peu expliqué ce qu'elle attendait de moi pendant le repas hier soir, et je commence avec elle ce matin. Enfin... si je trouve l'infirmerie, fit-il d'un air dépité.

Amy faillit éclater de rire tant la coïncidence était excellente : il venait d’entrer en collision avec l’élève qui était plus souvent à l’infirmerie qu’à son propre dortoir ! Ca faisait quatre ans qu’elle suivait ses études à Poudlard, et elle s’était probablement retrouvé une trentaine de fois à l’infirmerie ! De petites entorses (conséquences de ses nombreuses chutes) ou de blessures plus graves (elle se faisait souvent éclaboussée par une potion dangereuse ou se faisait mordre en Soin aux créatures magiques), Mme Pomfresh était son adulte préférée dans le château.

-Je peux t’aider ! S’exclama-t-elle avec un grand sourire. Je suis on ne peut plus maladroite et je passe beaucoup de temps là bas !


-C'est un véritable labyrinthe ce château et je te parle même pas de ces escaliers qui ne restent pas tranquille une seule seconde ! Soupira-t-il.

Amy hocha vigoureusement la tête en signe d’approbation (elle se souvenait trop bien de sa première année sans compter les parties du château qu’elle et ses amies continuaient de découvrir) et Olin continua :

-Heureusement que les personnages des tableaux m'ont un peu guidé au début, ensuite j'ai suivi les groupes d'élèves que j'ai croisé dans les couloirs, et c'est ainsi que je suis arrivé sans trop de mal à la grande salle. Je suppose que je ferais la même chose pour me rendre à l'infirmerie…

De nouveau, Amy approuva et expliqua

-Oui, les tableaux prennent beaucoup de plaisir à nous guider quand nous sommes perdus. En même temps, sans ça je suppose qu’ils doivent plutôt s’ennuyer…Quoi qu’ils se rendent aussi visite les uns les autres… Ils adorent les cancans ! (elle se souvenait trop bien de comment le « non » de Dimitri avait été répandu dans toutes les maisons, et elle gardait une mauvaise image des dandys du troisième étage qui avaient propagés la nouvelle) Mais si tu as encore besoin d’aide n’hésite pas à demander à un élève ou mieux encore, à un fantôme ! Si tu vois le Moine Gras, le fantôme des Poufsouffles, tu peux lui dire que tu viens de ma part ! Proposa-t-elle avec un grand sourire.


- En ce qui concerne le professeur d'astronomie par contre, j'avoue que je ne sais pas trop quelle aide je pourrais lui apporter, nous n'avons pas encore eut l'occasion d'en parler.

Amy réfléchi quelques secondes et arriva à la conclusion qu’assister Stardust serait juste délirant. Elle aimait beaucoup son prof d’astronomie, ses cours la passionnaient (alors que les étoiles ne l’avaient jamais trop intéressée avant Poudlard) malgré ses notes qui passaient tout juste. C’était un prof sympa mais vache un peu comme McGonagall.

-Mais alors tu devras être présent à chacun de ses cours ? Je ne vois pas trop ce que tu pourrais faire pour l’aider… Mais ca ne m’étonnerait pas qu’il ait trouvé une nouvelle méthode d’enseignement encore plus attractive…Ca se voit qu’il adore ce qu’il fait et qu’il veut nous transmettre sa passion. Tu es doué pour l’astronomie alors je présume ? J’adore cette matière même si je ne suis pas aussi doué que je ne l’espérerai…

- Il a l'air... original, fit-il à Amy après avoir cherché ses mots. Il est toujours aussi.... surprenant ?

-Original ? Oui c’est sur… Et oui, mais on s’habitue vite à tout ce qui peut être surprenant chez lui. Je pense qu’on est encore plus surpris quand rien ne nous étonne chez lui ! Affirma-t-elle avec un petit sourire.

-A ton avis, pourquoi étaient-ils en retard ? Crois-tu que c'est en rapport à ce qui se passe dehors ?

Amy avait beaucoup aimé leur entrée la veille. Grey et lui étaient les meilleurs amis du monde (ca faisait plaisir de voir deux profs s’entendre à ce point). Elle avait particulièrement aimé le regard assassin de la directrice des Gryffondors. Elle ne s’était pas trop posé de questions sur la signification de leur retard. Pour elle, c’était juste leur côté rebelle que les élèves appréciaient tant chez eux, qui était ressorti. Elle les imaginait très bien avoir passé l’après-midi à Prés-au-Lard à boire juste un peu trop, suffisamment en tout cas pour oublier de regarder leurs montres. Mais maintenant qu’Olin mentionnait les évènements extérieurs, elle devint un peu plus perplexe. Le duo tête brûlé et tolérant que formaient les deux profs étaient des candidats plausibles pour combattre Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom.


-Je ne sais pas trop… Avoua-t-elle. Tu n’as pas eu un peu plus d’infos hier à la table des profs ?

Amy était curieuse et elle se demandait si elle n’avait pas franchi une certaine limite avec cette question. Bien que jeune, Olin était tout de même un peu plus qu’un simple étudiant… Mais c’est vrai qu’il avait certainement dû entendre la conversation des autres profs. En réfléchissant mieux elle se rendit compte qu’elle n’avait plus aucune idée de la place où Olin avait mangé la veille. A côté de qui était il ?

- Crois-tu que nous sommes en sécurité ici ?

Cette question prit Amy de cours. Pas parce que la réponse n’était pas évidente (elle l’était : avec le directeur qu’ils avaient, ils étaient bien plus en sécurité à l’école que chez eux. Amy pensa à sa mère moldue et une crampe au ventre s’empara d’elle. Si jamais un Mangemort passait par chez elle, sa mère n’aurait aucun moyen pour se défendre. Elle y pensait tous les jours bien sûr, elle avait même voulu la faire emménager à Prés-Au-Lard pour qu’elle soit sous la protection de Dumbledore, mais sa mère n’avait rien voulu savoir, et le fait d’entendre des paroles presque de peur dans la bouche d’un autre la rendait toujours beaucoup plus inquiète) , mais parce que cette question rendait Olin encore plus mystérieux.
D’où diable venait-il s’il se posait cette question ? Il ne connaissait donc pas la réputation du directeur ? Ou avait-il fait ses études s’il n’avait jamais été élève ici ? Était-il seulement sorcier ? Amy rougit intérieurement lorsqu’elle se posa cette question. Et pourquoi avait-il intégrer le staff de Poudlard cette rentrée ci ? Était-ce parce que quelque choses de grave c’était passé dans sa famille ?

-Oui bien sûr ! Poudlard est l’endroit le plus sur en Grande-Bretagne.

Elle avait parlé d’un ton automatique, hésitant encore à poser les questions qui lui brûlaient les lèvres.

-Excuse moi de te demander ca mais… D’où viens-tu ? Où as-tu fait tes études ?

Elle referma sa bouche toujours ouverte et prête à continuer le flot de questions qui lui trottaient dans la tête, mais elle su qu’elle devait s’arrêter. Deux questions personnelles à la suite de l’autre, c’était un interrogatoire et elle ne voulait surtout pas qu’il se sente mal à l’aise. En fait, on aurait dit qu’il venait d’un autre pays et pourtant, il n’avait pas d’accent…



Dernière édition par Amy Ethan le Sam 26 Oct 2013 - 14:51; édité 1 fois
Revenir en haut
Olin
Cracmol
Cracmol

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2012
Messages: 156
Masculin
RPG * Nom du perso: Olin Sullivan
Statut: Cracmol
Autre: Mi-humain, mi-être de l'eau

MessagePosté le: Sam 21 Sep 2013 - 17:29    Sujet du message: Collision frontale Répondre en citant

Olin n'avait pas réalisé de suite ce que venait de lui dire Amy et le temps que l'information parvienne jusqu'à son cerveau, il avait déjà enchaîné en faisant référence aux personnages des tableaux qui l'avaient guidé jusqu'ici. Avait-il bien compris ? Ne venait-elle pas de lui proposer son aide pour le conduire à l'infirmerie ? Maintenant qu'il réalisait ce qu'elle lui avait dit, il ne put s'empêcher de lui adresser un sourire reconnaissant. C'était vraiment gentil de sa part, même s'il ne souhaitait pas particulièrement la monopoliser ou pire encore la mettre en retard à ses cours. Vu qu'il allait vivre ici, il allait devoir apprendre à se débrouiller et pour le moment, il ne s'en était pas si mal sortie. Malgré tout, sa proposition lui avait fait plaisir, car c'était l'intention qui comptait n'est-ce pas ?

-Oui, les tableaux prennent beaucoup de plaisir à nous guider quand nous sommes perdus. En même temps, sans ça je suppose qu’ils doivent plutôt s’ennuyer…Quoi qu’ils se rendent aussi visite les uns les autres… Ils adorent les cancans !

Olin approuva d'un sourire amusé. A ça oui, les cancans ces personnages en raffolaient. Durant tout le trajet qui l'avait mené de sa chambre à la grande salle, il avait eut le droit à diverses anecdotes, comme la dernière rumeur en date, racontant que la douce Ophélia avait été agressé par un serpentard ce matin même, ou encore qu'un duel avait faillit avoir lieu entre deux élèves, que le première année Nathan Marchal s'était vomi dessus à cause des escaliers qui lui avait donné le tournis, etc..., etc... Aimer colporter les ragots n'était pas une spécificité des personnages qui vivaient dans les tableaux qui ornaient les couloirs du château. Non, à vrai dire, c'était même une récurrentes chez ces personnages, qui n'avaient visiblement guère d'autres distractions. Pour sa part, au bout d'un moment, Olin, ne les écouta même plus, après tout, il ne connaissait même pas les personnes auxquels ils faisaient références, et ça ne l'intéressait pas vraiment pour être tout à fait honnête.

- Mais si tu as encore besoin d’aide n’hésite pas à demander à un élève ou mieux encore, à un fantôme ! Si tu vois le Moine Gras, le fantôme des Poufsouffles, tu peux lui dire que tu viens de ma part ! Proposa-t-elle avec un grand sourire.

- D'accord c'est gentil, merci fit-il dans un sourire reconnaissant

Enfin, il ne voyait pas trop à quoi ressemblait le moine gras, mais vu son nom, il ne devrait pas trop avoir de mal à le reconnaître lorsqu'il l'apercevrait, et puis des fantômes, il ne devait pas y en avoir tant que ça à Poudlard.... Laissant là ses considérations sans importances pour le moment, il répondit à sa question et lui révéla quelle était au juste sa fonction au sein de l'établissement. Lorsqu'il lui apprit qu'il assisterait également le professeur Stardust, la jeune fille s'enflamma

-Mais alors tu devras être présent à chacun de ses cours ?

- Je ne sais pas

- Je ne vois pas trop ce que tu pourrais faire pour l’aider…

- Moi non plus a vrai dire

- Mais ça ne m’étonnerait pas qu’il ait trouvé une nouvelle méthode d’enseignement encore plus attractive…Ça se voit qu’il adore ce qu’il fait et qu’il veut nous transmettre sa passion. Tu es doué pour l’astronomie alors je présume ?

"Euh... pas vraiment" songea-t-il, mais fort heureusement pour lui, Amy ne semblait pas attendre de réponse de sa part. De toute évidence, la réponse lui paraissait clairement flagrante, et ne demandait nullement de confirmation. Il aurait été bien en peine de lui expliquer pourquoi il assistait le professeur Stardust, alors qu'il n'y connaissait strictement rien à la position des astres

- J’adore cette matière même si je ne suis pas aussi douée que je ne l’espérerai…

Un sourire amusé se dessina sur les lèvres d'Olin, devant l'aveu de la jeune élève. Afin d'éviter de revenir sur ses compétences en la matière, Olin décida de dévier leur conversation sur le professeur d'astronomie lui-même, qui de toute évidence était quand même bien plus intéressant. A en juger par la réaction d'Amy, son coup d'éclat de la veille, n'était visiblement pas une première. Tout portait à croire que les élèves, mais également les autres professeurs, étaient quelques peu habitués à ses excentricités et ne semblaient pas s'en formaliser le moins du monde. Ce serait visiblement le cas contraire qui les inquiéterait de toute évidence. Comme c'était étrange, il y avait vraiment des personnalités singulières dans cet établissement, c'était peut-être là sa force. Une question lui brûlait cependant les lèvres, et il ne put s'empêcher de poser la question à la jeune fille. Est-ce que les événements extérieurs pouvaient avoir un rapport avec le retard des deux professeurs ? La jeune fille cessa de parler et l'observa avec perplexité, ce qui rendit Olin tout aussi perplexe. Avait-il dit quelque chose qu'il ne fallait pas ?

-Je ne sais pas trop… Avoua-t-elle. Tu n’as pas eu un peu plus d’infos hier à la table des profs ?

- Euh non... confessa-t-il. Personne n'a posé de question, et à la fin du banquet, ils sont partis avec Dumbeldore, McGonagall et un professeur un peu rond dont je ne me rappelle plus le nom. Je n'en sais pas plus, désolé.

Cela étant, il n'était pas certain que même s'il en avait entendu plus, il aurait eut le droit d'en parler à une simple élève. Non pas qu'il n'avait pas confiance en Amy, mais il était des choses qui ne devait sûrement pas sortir de la table des professeurs. Si les élèves devaient être informés de quelque chose, c'était au directeur ou aux professeurs de l'annoncer, pas à lui de l'ébruiter au détour d'une conversation.
Néanmoins, le sujet étant lancé, il voulu connaître son avis sur ce qu'on disait de Poudlard. Etait-elle vraiment la place forte que l'on prétendait ? La jeune Poufsouffle, sembla hésiter à prendre parti. Pourtant, après une petite réflexion interne, elle se décida à lui répondre comme si au final, il s'agissait d'une évidence qui ne souffrait du moindre doute

-Oui bien sûr ! Poudlard est l’endroit le plus sur en Grande-Bretagne. Excuse moi de te demander ca, rajouta-t-elle mais… D’où viens-tu ? Où as-tu fait tes études ?

Au vu de sa réaction, il compris qu'il venait de poser une question idiote, et tout ce qu'il avait réussi à faire au lieu de se fondre dans la masse discrètement c'était de soulever des questions et des soupçons. Olin laissa échapper un soupir las devant sa maladresse avant de répondre avec le sourire le plus décontracté qu'il pu, aux questions que lui posait Amy

- Je suis originaire de Cornouailles, tu connais ? C'est un lieu que j'affectionne beaucoup. Pour ce qui est de mes études, c'est ma mère qui m'a enseigné tout ce que je sais. A cause de son travail, elle déménageait beaucoup, alors, je la suivais....

Vérité moitié vrai et moitié fausse. Comme il venait de le découvrir, ces trois dernières années pour lui, était l'équivalent de 15 années humaines. Lui et sa mère ne pouvaient décemment pas rester au même endroit, les gens auraient finis par se poser des questions de voir un adolescent ne pas vieillir. Au moins en déménageant régulièrement, il n'y avait plus ce problème. Du coup poursuivre une scolarité normal, en allant à l'école comme il l'avait fait jusqu'à l'âge de ses 14 ans, n'était plus envisageable.
Il s'apprêtait à demander à Amy si elle avait des frères et soeurs mais il n'en n'eut pas l'occasion. Quelqu'un venait de s’asseoir à coté de lui en le poussant sans ménagement, ce qui eut pour effet de lui faire renverser une grande partie de son jus d'orange, qu'il tenait en main, sur lui-même. Il se tourna le regard mauvais en direction du mal poli, lorsqu'il se rendit compte que deux autres garçons se trouvaient debout derrière lui.

-T'es qui toi d'abord ? Qu'est-ce que tu fiches à notre table ?

Olin fronça les sourcils, il n'aimait pas beaucoup le ton agressif que ce type venait d'emprunter et encore moins ses manières.

- On devrait peut-être se présenter, nous sommes Michael Garver, Robert McCormack, et Jacob Mancini. Tu as du entendre parler de nous, c'est nous qui avons donné sa raclé à l'incestueux, hier, dans le Poudlard express, fit-il fièrement

"l'incestueux ?"

- Ouais, dommage que Black soit intervenu

"Black ? Sirius ?"

- Je comprends pas que Rutherford n'ai pas été viré de Poudlard

- C'est clair, je sais pas ce qu'à foutu Dumbledore ! En tout cas ils ne perdent rien pour attendre, ni Black, ni Rutherford, on en restera pas là !

- Ça c'est sur ! On les coincera tour à tour mais pour Black ça va être un peu difficile, il est toujours avec les autres maraudeurs

- Bon et toi, t'es encore là ? T'es pas de chez nous alors dégage

- On m'a invité, c'est plutôt votre présence qui est dérangeante.

- On t'a invité ? Le regard du dénommé Robert se porta sur Amy et un sourire moqueur s'afficha sur le visage du 6ème année. Ohh la balafré ? Tu les trouves où tes petits copains ? Dans une annonce pour cas désespéré ?

Mais c'était quoi ces types ?!! Pour qui se prenaient-ils ? Oser faire référence à la cicatrice d'Amy était un coup bas et cruel qui mit le jeune cracmol en colère. Comment avaient-ils osé ?!!! Sans vraiment réfléchir à ce qu'il faisait, et en suivant plus son instinct que sa tête, Olin se leva d'un bond et attrapa McCormack par le col de sa robe de sorcier

- Excuse-toi tout de suite !!

- Tu veux te battre ? Demanda Robert en se dégageant de sa poigne

Aussitôt, lui et ses trois acolytes sortir leur baguette de sorcier et les pointèrent sur lui. Le regard d'Olin se durcit, mais il n'en menait pas large. Il se retrouvait à présent seul, face à trois sorciers armés d'une baguette. Il avait pleinement conscience que s'il ne réagissait pas très vite, non seulement il ne pourrait pas laver l'affront dont venait d'être victime Amy, mais en plus, ils découvriraient tous qu'il n'était qu'un pauvre cracmol sans défense.

- Alors vas-y, montre un peu ce que tu sais faire ? Le nargua Michael en pointa sa baguette sur lui
_________________


Revenir en haut
Amy Ethan
Poufsouffle
Poufsouffle

Hors ligne

Inscrit le: 01 Fév 2013
Messages: 158
Féminin
RPG * Nom du perso: Amy Ethan
Statut: Etudiant - Poufsouffle
Quatrième année

MessagePosté le: Sam 26 Oct 2013 - 14:13    Sujet du message: Collision frontale Répondre en citant

Olin était en train de parler d’où il avait vécu – en Cornouialles- qu’Amy ne connaissait malheureusement que de nom. La façon dont il en parlait donnait à la jeune Poufsouffle l’envie de visiter la région. Elle n’avait connu que Londres et sa périphérie. Ho elle adorait sa ville, mais avoir eu une enfance au bord de la mer c’était, pour elle, une vraie chance. Elle imaginait très bien les jeux de sable enfant, la contemplation face à la mer en grandissant… Mais sa mère, qui l’élevait seule, avait préféré (et c’était, d’un point de vue objectif, préférable) l’élever en ville, là où tout était à porté de main. C’est vrai qu’une maison isolée n’était pas vraiment pratique pour une femme seule avec une petite fille. En mentionnant sa propre mère, Olin expliqua qu’elle voyageait beaucoup pour son métier et elle voulu demander ce qu’elle faisait lorsque Michael Garver s’installa brusquement à côté d’Olin, lui faisant renverser son jus d’orange.
Dès qu’elle le vit s’installer, Amy pâli. En général, elle aimait beaucoup ses condisciples qui avaient cette qualité de « vrai gentil ». Ce dernier, accompagné de ses fidèles deux comparses n’avait rien de gentil. Du moins, pas avec elle. Le leader, plus que ses deux amis, ne possédait aucune tolérance envers elle et sa cicatrice. Tolérance qui pour elle était une qualité (si pas LA) essentielle à l’âme des Poufsouffles, elle s’était toujours demandé pourquoi il avait atterri parmi ses condisciples.

-T'es qui toi d'abord ? Qu'est-ce que tu fiches à notre table ?

Génial, ils ne connaissaient donc pas la politesse ? Pas étonnant que la plupart des Poufsouffles n’aimaient pas trainer avec eux. Enfin, et pas que les personnes de sa maison, toute personne de bon sens ne restait pas avec ces trois andouilles.

- On devrait peut-être se présenter, nous sommes Michael Garver, Robert McCormack, et Jacob Mancini. Tu as du entendre parler de nous, c'est nous qui avons donné sa raclé à l'incestueux, hier, dans le Poudlard express, fit-il fièrement

Ha voilà qu’elles arrivaient : les fausses bonnes manières. Se présenter pour que chaque « indésirable » sache qui ils étaient. Amy ne s’étonna même pas qu’ils mentionnent « leur exploit » dans le train. Elle en avait entendu parlé de l’autre côté du train (ce genre de choses se répandait bien plus vite qu’une trainée de poudre).
Amy senti son cœur accéléré dangereusement lorsqu’il mentionna « l’incestueux ». Elle désapprouvait évidement le comportement des jumeaux Rutherford, mais qui était-elle pour juger son amie, Anaïs ? Du coup, Amy n’appréciait guère que l’on parle mal de son frère. Comme si le traiter, c’était la traiter elle aussi…
Ils échangèrent quelques phrases sur leurs aventures de la veille avant d’exiger le départ d’Olin. Jusque là, Amy avait tenu sa langue, pensant que se dévoiler à eux serrait un désavantage pour Olin. Mais là, s’en était trop ! Cependant, avant qu’elle ne puisse ouvrir la bouche, Olin répliqua le premier.

- On m'a invité, c'est plutôt votre présence qui est dérangeante.

Bien envoyé ! Peut-être qu’ils allaient se retourner et prendre leur ptit déj, bruyamment certes mais sans faire un autre commentaire désobligeant… Mais Amy se savait bien trop naïve et elle ne fut pas surprise qu’ils n’en restent pas là.

- On t'a invité ? Ohh la balafré ? Tu les trouves où tes petits copains ? Dans une annonce pour cas désespéré ?

Auparavant, Amy se serait surement levée sans un mot pour aller pleurer dans les toilettes. Mais c’était avant l’été suivant la claque que lui avait donné Dimitri. Elle cherchait à présent une réplique cultivée à lui ressortir en pleine poire avec un grand sourire et un calme olympien. Mais Olin réagit plus vite qu’elle au début, à son plus grand désarroi.

- Excuse-toi tout de suite !!

Malgré les circonstances, Amy sourit. Jamais un garçon ne l’avait défendue de la sorte. Même si c’était une réaction irréfléchie que de l’empoigner, pendant un court moment elle se sentit presque comme une princesse des temps modernes qu’on protégerait d’un dragon aux périls de sa vie. Bien sûr, Olin ne risquait pas sa peau, et encore moins était il face à une terrifiante créature, mais son geste la touchait en plein cœur.

- Tu veux te battre ? Demanda Robert en se dégageant de sa poigne.

Les trois lascars sortir alors leurs baguettes, menaçant directement Olin qui paraissait à présent désemparé. Et Amy savait parfaitement pourquoi : en tant qu’assistant de prof, il était plus au même niveau que le corps professoral plutôt que celui des étudiants, malgré son jeune âge. Ainsi, se faire menacer par trois étudiants allait surement être mal vu par les profs et les étudiants. Amy, qui était la cause de son « déshonneur » se dit qu’elle devait l’aider à retrouver le respect nécessaire que son futur métier demandait.
Elle se leva alors à son tour, jetant un regard entendu vers la table des professeurs qui était toujours occupé par quelques profs, et lança avec assurance :

-C’est un assistant de Stardust et de Mme Pomfresh. Il pourra surement vous donnez une retenue plus tard (ca c’était du pur bluff. Amy n’avait aucune idée s’il avait le droit de punir les élèves. A première vue, elle ne pensait pas, mais qu’est ce qu’ils en savaient la bande des impolis ?) En tout cas, c’est débile de le menacer en pleine grande salle… Devant les profs et les…

-Et les préfets !

Tous se retournèrent vers le nouveau venu et le cœur d’Amy tressaillit dans sa poitrine : le meilleur ami de Dimitri (fraichement nommé préfet de Serdaigle) se tenait face à eux. Et un peu en retrait derrière lui il y avait… Dimitri ! Ils n’avaient donc pas quitté la grande salle ?

-Rangez moi ses baguettes immédiatement et circulez !

Dimitri avait l’air un peu embêté, il ne la regarda pas une seule seconde mais son ami lui fit un minuscule clin d’œil tandis que les trois Poufsouffles rangeaient leurs baguettes de mauvaise grâce. Cependant, ils ne bougèrent pas lorsque les deux Serdaigles quittèrent la Grande Salle.

-Tu ne seras pas toujours sauvé par l’autorité l’Affreuse ! De toute façon avec un père comme le tiens, c’est normal qu’Ils te surveillent de près !

-On ne sait même pas si c’est lui ! Lança Garver en lui donnant une tape sur l’épaule, plus pour le faire taire que pour lui donner le signal de partir.

Ils lancèrent un regard mauvais à Olin, mais ne lui dirent rien de plus, ne sachant pas trop quel statut il avait véritablement (prof ? Pas prof ?) et suivirent les traces de Dimitri et Joe le préfet.
Le cœur d’Amy cognait bien trop fort dans sa poitrine et elle se laissa retomber sur le banc. Un flot continu de sentiments diverses se disputaient le trampoline qu’était son estomac et elle leva la tête vers Olin.

-Je suis vraiment désolée… Ce sont des crétins, il ne faut pas faire attention à eux… Ils font tout pour essayer d’être intéressant, jusqu’à raconter n’importe quoi…

Mais Amy ne pensait pas la dernière phrase qu’elle venait de dire. Pas vraiment du moins. Pourquoi avait-il mentionné son père ? Qu’est ce qu’il savait de lui ? Et surtout pourquoi avoir parlé des autorités qui la surveillaient ? Pourquoi la surveillerait-on ? Savait-il quelque chose sur son père ? Peut-être qu’il était une sorte d’espion pour le gouvernement ? D’où la référence aux autorités et surtout, d’où son silence auprès de sa mère…

-En tout cas, je te remercie. Tu es le premier garçon à avoir voulu me défendre… Mais le truc le plus dingue c’est que deux minutes plus tard, voilà un deuxième gars qui vient à notre rescousse ! C’était Joe, le meilleur ami de Dimitri… Ho mais bien sur tu ne connais pas Dimitri. Juste peut-être as-tu entendu les rumeurs sur lui ce matin, comme quoi il s’était prit un gros vent de sa meilleure amie en lui avouant sa flamme ? Les tableaux ont du s’en donner à cœur joie surtout qu’il avait déjà été le centre des rumeurs l’année dernière… A cause de moi.

Amy reprit son souffle. Perdue dans ses pensées, elle continua à expliquer tout haut, plus pour elle que pour Olin. Comme pour essayer de rendre les choses plus claires dans son esprit.

-En gros j’avais un faible pour lui et il m’a remballé. En tout cas, c’était très gentil à Joe de venir nous sortir de ce mauvais pas. Enfin, il est un peu obligé de faire régner l’ordre maintenant qu’il est préfet. Je ne le savais même pas…

Amy rapporta son attention sur le visage bienveillant d’Olin. Il avait été si gentil qu’elle n’en revenait toujours pas. Pourquoi avait-il prit la peine de la défendre alors qu’il ne la connaissait que depuis 20 minutes ? Et puis que devait-il penser d’elle maintenant ? Et de son père ? Et des Poufsouffles… Amy avait en réalité, un sentiment qui était plus fort que les autres : la honte. La honte qu’Olin ait rencontré les trois Poufsouffles les plus cons qu’il soit. Tous ses condisciples n’étaient pas des anges, mais il n’y avait que ces trois là pour détruire tout ce qu’elle avait expliqué sur la maison d’Helga quelques minutes plus tôt.

-Je suis vraiment désolée pour eux… Ils font honte à ma maison.

Elle ne pu s’empêcher de faire une petite moue embêtée qu’elle faisait depuis toute petite et que sa mère adorait. Elle se demanda soudainement en réalisant que sa cicatrice se tendait à cause de son expression, si son père avait les mêmes mimiques qu’elle. Avaient-ils retrouvé les traces de son père dans l’école ? Mais comment ? Elle-même ne savait pas son nom de famille ! Qu’avait dit sa mère ? Qu’elle ne se souvenait plus de son nom de famille…Que leur relation avait été courte… Amy avait donc jamais douté de ses propos, mais à présent… Et si son père était toujours en Angleterre et que sa mère ne lui avait pas révélé son nom parce qu’il était vraiment une sorte d’espion ?

-Est-ce que tu pourras leur donner une punition ? Histoire de leur montrer qu’ils te doivent le respect ? C’est bien malheureux qu’ils ne respectent que les profs…

Amy se sentait vidée. Et le visage gêné de Dimitri dansait devant ses yeux…

-Tu sais, on ne se fait pas tous les jours agresser à Poudlard. L’école est plutôt calme d’habitude, crois moi. Ca doit être parce que c’est la rentrée. On est tous excités de se retrouver parmi les centaines d’étudiants… Enfin je veux dire, ne tire pas des conclusions avec ce qui vient de se passer.

Elle essaya de reprendre le cours de leur conversation mais le cœur n’y était plus. Trop de sentiments se déversaient en elle. Néanmoins, elle dit tout de même :

-Et donc tu me parlais de ton enfance… Ta mère faisait quoi pour voyager tant ?

Qui sait, elle était peut-être une espionne comme son fantôme de père pourrait l’être…


Revenir en haut
Olin
Cracmol
Cracmol

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2012
Messages: 156
Masculin
RPG * Nom du perso: Olin Sullivan
Statut: Cracmol
Autre: Mi-humain, mi-être de l'eau

MessagePosté le: Sam 23 Nov 2013 - 17:35    Sujet du message: Collision frontale Répondre en citant

Il n'avait pas réfléchis, son acte avait plus été poussé par une réaction instinctive que toute autre chose. Manquer de respect envers une personne, envers Amy en l'occurrence, qui s'était montrée si prévenante avec lui et de si agréable compagnie, taper là ou ça faisait mal, était quelque chose que le jeune Sullivan ne pouvait tolérer. Il n'était pas d'un tempérament violent, et se battre n'était pas dans sa nature, mais ce n'était pas non plus son genre d'ignorer certains comportement et de rester ainsi sans rien faire, alors que son amie, venait de se faire agresser. Certes, pas physiquement, mais les mots pouvaient être parfois bien plus cruels et blessant que les actes. Il imaginait que Amy devait être habitué à ce genre de remarque désobligeantes, si t'en est que l'on puisse s'y habituer, mais pour Olin c'était un comportement inacceptable, un comportement de lâche, c'était tellement plus simple et facile d'attaquer une personne sur sa faiblesse.
Néanmoins, il avait obligé un léger détail, et ce n'est qu'après coup, qu'il s'en rendit compte. Il ne se mesurait pas à de simple camarades d'école, mais à des sorciers armés de leurs baguettes magique. Trois sorciers pour être exact. Que pouvait-il faire, lui, pauvre cracmol face à trois sorciers. C'était bien joli d'intervenir mais à présent comment allait-il sortir de ce mauvais pas, sans avoir à trahir sa véritable nature ? Les regards curieux des élèves présent dans la grande salle, qui convergèrent dans leur direction, ne simplifièrent pas ses réflexions. Il se sentait scruté et observé, et cela paralysa d'autant plus ses réflexions. C'est alors que Amy se leva à son tour.

-C’est un assistant de Stardust et de Mme Pomfresh. Il pourra surement vous donnez une retenue plus tard.

Elle avait dit ceci d'une traite, sans flancher et avec beaucoup de conviction. Quelle ironie ! C'était la personne dont il avait voulu défendre l'honneur qui venait finalement à son secours. Même s'il lui en était gré, il se senti un peu minable pour le coup, car il savait pertinemment que sans son aide, il n'aurait pas été de taille.

- En tout cas, c’est débile de le menacer en pleine grande salle… Devant les profs et les…

-Et les préfets !

Une autre voix venait de retentir derrière eux, une voix masculine et séche. Olin se retourna pour faire face à la personne qui venait de prononcer ces mots. Un préfet donc, de toute évidence, mais pas n'importe quel préfet puisqu'il s'agissait du garçon qui les avait observé, Amy et lui, depuis la table des Serdaigles. Il ne se souvenait plus très bien de leur rôle, mais de toute évidence, ils avaient une certaine autorité sur leur condisciples, car ses trois agresseurs abaissèrent aussitôt leur baguette en perdant de leur superbe. Le garçon était accompagné d'un autre garçon, qui restait en retrait, mais il n'en doutait pas, également en renfort au cas ou les choses tourneraient mal.


-Rangez moi ses baguettes immédiatement et circulez !

Les trois poufsouffles obtempérèrent et firent disparaître leurs baguettes, mais alors que que les deux garçons qui étaient intervenus pour leur venir en aide se retirèrent, les trois indésirables eux, étaient toujours là. Olin se tourna en direction du préfet et de son ami, comme pour leur dire de revenir mais c'était trop tard, ils avaient déjà quitté la grande salle. Il se retourna le regard mauvais en direction des trois autres, qui étaient déjà en plein échange avec Amy. Un échange qu'il n'avait pas suivit malgré tout, un mot avait retenu son intention : l'affreuse
Ils recommençaient ?!!

-...c’est normal qu’Ils te surveillent de près !

Hein ? De qui parlait-il ? Son regard suivit celui du poufsouffle qui envoyait un regard accusateur sur Amy. Etrangement, celui qui s'appelait Garver ne sembla guère tenter de vouloir suivre son ami sur ce terrain-là, ce qui intrigua davantage encore Olin, qui se demandait à quoi ils pouvaient bien faire référence. Toutefois, bien qu'ils restaient des imbéciles à ses yeux, Olin fut reconnaissant à Garver d'être intervenu et d'avoir empêché un autre dérapage. Les trois garçons le défièrent du regard puis le contournèrent avant de s'en aller.
Olin laissa échapper un discret soupir de soulagement, alors même que amy se laissa tomber sur le bon, visiblement totu aussi soulagé que lui, en se confondant en excuses

-Je suis vraiment désolée… Ce sont des crétins, il ne faut pas faire attention à eux… Ils font tout pour essayer d’être intéressant, jusqu’à raconter n’importe quoi…

- Tu n'as pas à t'excuser voyons, tu n'y es pour rien. Tout ça ne serait pas arrivé si je m'étais installé à la table des professeurs comme je l'aurais du

Il avait dit cela, mais au fond, il en doutait un peu. Si ce n'était pas lui, cela aurait été autre chose. Lorsque ce genre de personne avait envie de chercher la bagarre, n'importe quel prétexte leur convenait

-En tout cas, je te remercie. Tu es le premier garçon à avoir voulu me défendre… Mais le truc le plus dingue c’est que deux minutes plus tard, voilà un deuxième gars qui vient à notre rescousse ! C’était Joe, le meilleur ami de Dimitri… Ho mais bien sur tu ne connais pas Dimitri. Juste peut-être as-tu entendu les rumeurs sur lui ce matin, comme quoi il s’était prit un gros vent de sa meilleure amie en lui avouant sa flamme ? Les tableaux ont du s’en donner à cœur joie surtout qu’il avait déjà été le centre des rumeurs l’année dernière… A cause de moi. En gros, crut-elle bon de lui expliquer, j’avais un faible pour lui et il m’a remballé. En tout cas, c’était très gentil à Joe de venir nous sortir de ce mauvais pas. Enfin, il est un peu obligé de faire régner l’ordre maintenant qu’il est préfet. Je ne le savais même pas…

Olin avait fini par prendre place à ses coté sans la quitté du regard, un peu perdu dans ce flot de parole qu'il essayait de suivre sans véritablement comprendre tout ce qu'elle était entrain de lui révéler. Par crainte de se montrer blessant ou impolis, Olin préféra acquiescer de la tete sans répondre.

- Je suis vraiment désolée pour eux… Ils font honte à ma maison.

- L'honneur d'une maison,... je crois que je commence seulement à comprendre. Votre comportement se répercutent sur la réputation de votre maison, Mais tu n'as pas à rougir ni à être gêné, parce que toi tu fais vraiment honneur à votre maison

-Est-ce que tu pourras leur donner une punition ? Histoire de leur montrer qu’ils te doivent le respect ? C’est bien malheureux qu’ils ne respectent que les profs…

- Euh, oui.... j'en parlerais à Mr Stardust ou Mme Pomfresh, parce que je ne sais pas moi-même ce que je peux faire ou non

-Tu sais, on ne se fait pas tous les jours agresser à Poudlard.

Il sourit avec amusement devant cette remarque

- Je m'en doute, la rassura-t-il. Vraiment ne t'en fais pas.

Mais de toute évidence ses paroles étaient loin de suffir à la rassurer car elle poursuivit

- L’école est plutôt calme d’habitude, crois moi. Ca doit être parce que c’est la rentrée. On est tous excités de se retrouver parmi les centaines d’étudiants… Enfin je veux dire, ne tire pas des conclusions avec ce qui vient de se passer.

- Promis, lui répondit-il sur un ton qui se voulait rassurant. Alors maintenant arrête de t'en faire.

Il se servit un nouveau verre de jus d'orange et termina son pancake, mais en levant les yeux sur Amy, il réalisa que la jeune fille semblait perturbée, et sa bonne humeur semblait avoir disparut avec les deux garçons de la maison Serdaigles, qui été intervenus. Toutefois, elle tenta de reprendre leur discussion, en prenant sur elle

-Et donc tu me parlais de ton enfance… Ta mère faisait quoi pour voyager tant ?

- Ma mère, elle est....

Olin fit tourner le verre dans ses mains. Sa mère faisait quoi au juste ?.... c'était une simple question, qui, en temps normal ne soulevait aucun problème. Elle n'était pas indiscrète et ne nécessité qu'une simple réponse. Ce genre de question indiquait tout simplement que la personne qui se trouvait en face de toi, désirait tout naturellement te connaître un peu plus. Il s'agissait d'une simple question, qui ne nécessitait qu'une simple réponse et qui attendait que l'on retourne la politesse. Mais cette question pourtant anodine l'embarrassait. Que devait-il lui dire ? Que sa mère travaillait avec les mangemorts ? Qu'il venait de mentir ? Que son travail n'était pas la raison de ses constant déménagements ? Olin préféra noyer le poisson en ne répondant pas à sa question, mais en lui posant à son tour une question, peut-être moins anodines que la sienne, et sûrement un peu plus gênante

- Amy, toute à l'heure, qu'est-ce qu'ils ont voulu dire, au sujet de ton père ? Je veux pas me montrer indiscret mais... enfin si tu veux en parler...

Olin savait que l'on ne pouvait pas toujours tout révéler, et que certaines choses étaient difficiles à dire ou à admettre, il en était d'ailleurs la preuve vivante. D'ailleurs, pour le coup, il se jugea un peu hypocrite. Lui ne pouvait, ni ne voulait parler de sa mère mais il incitait une personne à lui faire des révélations. Aussi décida-t-il de lui parler un peu plus franchement, sans trop entrer dans les détails bien sur, mais juste assez pour partager avec elle son expérience et la mettre en confiance.

- Je ne sais pas ce qui s'est passé mais... Pour ma part, je ne considère pas que les enfants sont responsables des erreurs de leurs parents. Ma mère est loin d'être une personne irréprochable. A vrai dire, je ne sais pas comment tu t'entends avec tes parents, mais moi, je n'ai jamais connu mon père, quand à ma mère, bien que ce soit elle qui m'ait élevé, on n'est pas très proche. Du moins je crois. Enfin pas comme j'imagine que devrait l'être une mère et son fils. C'est un peu compliqué à expliqué en fait, j'ai du mal à trouver les mots pour m'exprimer, mais notre relation manquait de... chaleur, dit-il en ouvrant ses mains. D'affection peut-être aussi. Je crois qu'on n'a jamais su communiquer. Moi je m'enfermais dans ma chambre pour peindre et elle, elle vaquait à ses occupations. Enfin tout ça pour dire que je ne te jugerais pas sur les actes qu'à pu commettre ton père, tout comme je ne jugerais pas ta maison sur ces trois arrogants et détestables personnages qui nous ont un peu malmené tout à l'heure. D'ailleurs je ne t'ai pas encore remercier d'être intervenu, alors merci, fit-il dans un sourire à la fois sincère et chaleureux
_________________


Revenir en haut
Amy Ethan
Poufsouffle
Poufsouffle

Hors ligne

Inscrit le: 01 Fév 2013
Messages: 158
Féminin
RPG * Nom du perso: Amy Ethan
Statut: Etudiant - Poufsouffle
Quatrième année

MessagePosté le: Dim 1 Déc 2013 - 19:23    Sujet du message: Collision frontale Répondre en citant

- Tu n'as pas à t'excuser voyons, tu n'y es pour rien. Tout ça ne serait pas arrivé si je m'étais installé à la table des professeurs comme je l'aurais du

Amy entendit à peine la phrase de son nouvel ami (elle considérait comme ami toute personne avec qui elle avait vécu quelque chose et qui était resté de son coté durant cet évènement quelconque), perdue dans son flot d’explications confuses et ses pensées tourbillonnant à une vitesse vertigineuse dans sa tête. Elle se savait parler, et elle savait qu’Olin lui répondait, mais elle ne s’écouta pas, pas plus qu’elle n’écouta ses réponses, encore toute chamboulée par ce qu’ils venaient de dire. Sentant soudainement qu’il ne sera bientôt plus possible de paraitre présente alors qu’elle était si loin elle essaya de revenir au présent et demanda, moins faussement interessée


-Et donc tu me parlais de ton enfance… Ta mère faisait quoi pour voyager tant ?


- Ma mère, elle est....

Amy regarda les yeux du jeune homme. Il semblait un peu hésitant à vouloir se confier et elle revint tout à fait au présent en réalisant qu’elle venait peut-être de blesser son ami en parlant de quelque chose dont elle aurait mieux fait de ne jamais mentionner. Ainsi sa mère était un sujet tabou ? Elle grava ce détail important dans son crâne et chercha quelque chose d’autre à dire pour rompre le silence qui devenait pesant. Mais Olin dit alors tout autre chose.

- Amy, toute à l'heure, qu'est-ce qu'ils ont voulu dire, au sujet de ton père ? Je veux pas me montrer indiscret mais... enfin si tu veux en parler...

Son cœur s’emballa. A vrai dire, elle ne voulait pas trop en parler… Mais, elle d’ordinaire si bavarde, savait le sentiment de soulagement lorsqu’on partageait quelque chose qu’on avait sur le cœur à quelqu’un. Certes, Amy avait eu plusieurs fois tendance à se confier à de mauvaises personnes (avait-elle d’ailleurs parlé de son père aux trois idiots de tout-à-l’heure ? Si oui elle n’en avait pas le souvenir. Mais cela ne voulait peut-être rien dire vu qu’elle parlait à tellement de personnes qu’il était fort probable qu’elle ne se souvienne pas de ce qu’elle avait dit à chacun). Avant même qu’elle ne se décide à répondre, Olin prit les devants et répondit à propos de sa mère.

- Je ne sais pas ce qui s'est passé mais... Pour ma part, je ne considère pas que les enfants sont responsables des erreurs de leurs parents. Ma mère est loin d'être une personne irréprochable. A vrai dire, je ne sais pas comment tu t'entends avec tes parents, mais moi, je n'ai jamais connu mon père, quand à ma mère, bien que ce soit elle qui m'ait élevé, on n'est pas très proche. Du moins je crois. Enfin pas comme j'imagine que devrait l'être une mère et son fils. C'est un peu compliqué à expliqué en fait, j'ai du mal à trouver les mots pour m'exprimer, mais notre relation manquait de... chaleur, dit-il en ouvrant ses mains. D'affection peut-être aussi. Je crois qu'on n'a jamais su communiquer. Moi je m'enfermais dans ma chambre pour peindre et elle, elle vaquait à ses occupations. Enfin tout ça pour dire que je ne te jugerais pas sur les actes qu'à pu commettre ton père, tout comme je ne jugerais pas ta maison sur ces trois arrogants et détestables personnages qui nous ont un peu malmené tout à l'heure. D'ailleurs je ne t'ai pas encore remercié d'être intervenu, alors merci, fit-il dans un sourire à la fois sincère et chaleureux

Pour la première fois de sa vie, Amy resta estomaquée et ne su que dire, émue. Par son histoire qu’il avait partagé avec elle, histoire qu’elle considérait comme douloureuse, et aussi par ce point commun qu’ils avaient tous les deux. Après près d’une minute de silence, la jeune fille ouvrit la bouche et dit en souriant doucement

-Moi aussi. Moi aussi je n’ai jamais connu mon père.

Elle déglutit et fit une légère moue.

-C’est pour ça que ce qu’ils ont dit me perturbe au plus haut point.

La phrase lancée comme une insulte retenti de nouveau dans son cerveau : « De toute façon avec un père comme le tiens, c’est normal qu’Ils te surveillent de près ! »
Amy sentit que le moulin à parole s’était remit en marche et elle continua alors sur sa lancée, comme prévu soulagée de se confier

-Ma mère m’a juste dit que c’était un sorcier, elle est une moldue, et qu’il était parti à l’étranger…et qu’il n’avait aucune idée de mon existence. Mais maintenant… je ne sais plus trop… J’ai confiance en ma mère bien sur, mais et si elle savait quelque chose qu’elle me cachait pour une sombre raison ? Ou peut-être pour me protéger ? Je ne sais pas. Pourquoi les Autorités me surveilleraient, je me le demande ? Est-ce qu’ils ont dit ca juste pour me tourmenter ? Toi qui ne les connait pas, te semblent-ils suffisamment mesquin pour avoir inventer ca ? Alors si c’est le cas, pourquoi Garver l’a fait taire ?

Amy soupira et se tourna vers les yeux si gentils d’Olin.

-En tout cas, je suis désolée pour tes rapports avec ta mère. Je ne sais pas ce que je ferai sans la mienne, du coup, je me sens triste pour toi. Je n’arrive pas à imaginer une maman peu chaleureuse avec son enfant.

Se rendant soudainement compte de ce qu’elle disait, Amy s’empressa de s’excuser :

-Pardon ! Je n’ai aucun droit de dire ca, je suis désolée si je t’ai blessé ou quoi…

Gênée, elle tortillait ses mains et demanda après quelques nouvelles secondes :

-Pourquoi s’est-elle soudainement décidée à t’envoyer ici ? Enfin je veux dire, pourquoi pas avant ?

Levant les yeux au ciel devant ses propres bêtises, la Poufsouffle se dépêcha de dire

- Excuse-moi ! Je ne sais jamais freiner ma curiosité bien que j’aie conscience qu’elle soit on ne peut plus malpolie !

De plus en plus mal à l’aise, Amy se remémora la fin de son speech et dit :

-Et c’était avec plaisir tu sais. Tu n’as pas à me remercier. Généralement, je ne laisse pas des gens dans le pétrin. Bien que je sois plutôt la personne qui se mette toute seule dans ce lady pétrin…

Elle osa lui faire un petit sourire, prenant peur qu’il ne soit fâché par ce qu’elle avait dit tout) l’heure.


Revenir en haut
Olin
Cracmol
Cracmol

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2012
Messages: 156
Masculin
RPG * Nom du perso: Olin Sullivan
Statut: Cracmol
Autre: Mi-humain, mi-être de l'eau

MessagePosté le: Lun 13 Jan 2014 - 19:17    Sujet du message: Collision frontale Répondre en citant

Partager une partie de son histoire avec Amy ne l'avait pas dérangé. Il avait, bien entendu, gardé pour lui les détails les plus sombres et scabreux, et visiblement, à en juger par la réaction de la jeune Poufsouffle, qui semblait très émotive, il avait bien fait. Il ne savait pas trop pourquoi, ni ce qui avait pu l'émouvoir dans ce qu'il venait de lui confier, mais il perçut clairement une certaine émotion sur le visage d'Amy et plus particulièrement dans son regard. Avait-il dit quelque chose qui lui rappelait de mauvais souvenirs ? Il avait certes, espéré partager une certaine expérience avec elle, afin de l'aider à se confier, et par là-même assouvir sa propre curiosité, mais loin de lui, le désire de réveiller de mauvais souvenirs. Mais visiblement, il s'était inquiété inutilement car elle lui offrit un petit sourire et lui révéla qu'elle non plus, n'avait pas connu son père. Les mains jointes devant lui, sur la table, Olin baissa la tête légèrement gêné.

- Je suis désolé, s'excusa-t-il

-C’est pour ça que ce qu’ils ont dit me perturbe au plus haut point.

Intrigué, Olin releva légèrement la tête dans sa direction et l'observa avec curiosité. Il n'eut pas besoin de lui demander de clarifier sa pensée, car elle enchaîna presque aussitôt à sa question muette

-Ma mère m’a juste dit que c’était un sorcier, elle est une moldue, et qu’il était parti à l’étranger…et qu’il n’avait aucune idée de mon existence. Mais maintenant… je ne sais plus trop… J’ai confiance en ma mère bien sur, mais et si elle savait quelque chose qu’elle me cachait pour une sombre raison ? Ou peut-être pour me protéger ? Je ne sais pas. Pourquoi les Autorités me surveilleraient, je me le demande ? Est-ce qu’ils ont dit ca juste pour me tourmenter ? Toi qui ne les connais pas, te semblent-ils suffisamment mesquin pour avoir inventer ca ? Alors si c’est le cas, pourquoi Garver l’a fait taire ?

Olin réfléchit un instant à ce qu'il allait lui répondre, il ne connaissait pas son histoire, encore moins ces gens et il lui manquait probablement plusieurs éléments pour avoir une vu d'ensemble objective mais même sans tous ces facteurs en sa possession, il était sur d'une chose, son instinct ne le trompait que rarement. Alors qu'il s'apprêtait à lui répondre, il l'entendit soupirer. Peut-être avait-elle prit son silence comme étant un refus de lui répondre

-En tout cas, je suis désolée pour tes rapports avec ta mère. Je ne sais pas ce que je ferai sans la mienne, du coup, je me sens triste pour toi. Je n’arrive pas à imaginer une maman peu chaleureuse avec son enfant.

Olin lui jeta alors un regard étonné. C'était cela qui la perturbait ? Se méprenant sur son regard, Amy s’empressa aussitôt de s’excuser

-Pardon ! Je n’ai aucun droit de dire ça, je suis désolée si je t’ai blessé ou quoi…

Sa maladresse et son inquiétude avait quelque chose de touchant que Olin affectionnait beaucoup. Il ne put s'empêcher de lui offrir un sourire qui trahissait son amusement et qui eut pour effet immédiat de la faire cesser de s'agiter presque aussitôt.

- Tu n'as pas à t'excuser de ta franchise. Tu dis ce que tu penses et parle avec ton cœur, comment veux-tu que ce soit blessant ? Soit rassurée, je ne suis pas triste et tu n'as pas à être désolé pour moi. Certes, nos relations à ma mère et moi ne sont pas très chaleureuses, mais elle s'est occupée de moi. J'avais un toit, de quoi manger, je n'étais pas malheureux, n'était-ce pas là, le plus important ? Je me sens assez détaché de tout cela en fait, peut-être parce que on ne peux pas manquer de quelque chose qu'on n'a jamais eut. Ou alors, c'est moi qui suis trop insensible

Etait-ce l'une des caractéristiques des êtres de l'eau ? L'insensibilité ? Il commençait à le croire. Sa mère n'était pas de nature chaleureuse, et lui, il se jugeait comme possédant également une part d'insensibilité, qu'il avait sans nul doute hérité de sa mère. N'aurait-il pas dut, en temps normal, rechercher la chaleur d'une mère depuis son enfance ? Tenter de gagner son affection ? Etre effondré de savoir que sa mère avait essayé de le livrer aux mangemort pour le tuer ? Non. Au lieu de tout cela, il avait laissé faire, il n'avait jamais réellement recherché son affection, faisant sa vie de son coté, et quand à sa trahison, il est vrai que ça l'avait perturbé mais à ça ne l'affectait pas plus que ça, tout ce qu'il désirait c'était de la confronter et d'entendre la vérité de sa bouche. Ce manque d'émotion, il l'avait hérité d'elle, de sa mère. Mais, et son père alors ? Tout comme Amy, il se posait de nombreuses questions le concernant. Qui était-il ? Un sorcier, mais encore ? Etait-il lui aussi un mangemort ?

- Pourquoi s’est-elle soudainement décidée à t’envoyer ici ?

"Hein ?!" Olin, qui n'avait pas suivit, posa un regard surprit sur Amy, le temps de percuter sa question et constata qu'elle tortillait nerveusement ses doigts

- Enfin je veux dire, pourquoi pas avant ?

Olin fronça légèrement les sourcils. Là, ils s'aventuraient sur un terrain glissant à laquelle, il ne désirait pas franchement répondre

- Excuse-moi ! Je ne sais jamais freiner ma curiosité bien que j’aie conscience qu’elle soit on ne peut plus malpolie !

- Y a pas de mal, répondit-il en souriant, intérieurement soulagé qu'elle se soit refrénée toute seule et qu'il n'ait ainsi, pas besoin de lui répondre.

- Et c’était avec plaisir tu sais, enchaîna-t-elle. Tu n’as pas à me remercier. Généralement, je ne laisse pas des gens dans le pétrin. Bien que je sois plutôt la personne qui se mette toute seule dans ce dit pétrin…

Cette fois, Olin ne put réprimer un petit rire, tout en portant la main à son front. Sentant le regard interrogateur d'Amy se poser sur lui, et constatant qu'elle s'était immobilisée dans l'attente d'une explication quand à son comportement, Olin ne se fit pas prier

- Amy, tu réalises que tu enchaînes les questions et les réflexions les unes derrières les autres et que tu ne laisses même pas le temps à ton interlocuteur de te répondre ? Je suis désolé, je ne devrais pas me moquer, mais je reconnais que,... c'est amusant

Oui, il se moquait gentiment d'elle, mais c'était bien la première fois qu'il rencontrait quelqu'un comme elle. Elle était tellement nerveuse qu'elle n'arrêtait pas de parler, comme si elle craignait que le silence puisse s'installer et perdurer.

- Tu m'as posé une question tout à l'heure mais tu ne m'as pas laissé le temps de te répondre. Tu m'as demandé si je pensais qu'ils étaient suffisamment mesquins pour inventer certaines histoires à ton propos. La réponse oui. Je les crois capable de tout. Par contre, non, ils ne sont pas assez intelligent pour inventer une telle histoire, alors je pense qu'il y a un fond de vérité dans ce qu'ils t'ont dit. Si des inconnus sont au courant de ton histoire, il n'est pas juste que la principale concernée en ignore tout. Tu devrais avoir une confrontation avec ta mère. Quelques pussent être ses raisons, aujourd'hui, tu n'es plus une enfant et tu as le droit de connaître la vérité. Elle ne pourra pas éternellement te protéger de la vérité, aussi pénible soit-elle à entendre. Tôt ou tard, tu finiras par la découvrir, et je pense qu'il est préférable que, si elle te cache quelque chose, tu dois l'apprendre de sa bouche plutôt que d'une autre

Il ignorait tout des conditions familiales de Amy, sa mère et son père, mais il était sur d'une chose, aussi pénible puisse être la vérité, Amy avait besoin de la connaître. De plus, vu tout l'amour que la jeune fille semblait porter à sa mère, et la réciprocité des sentiments qui les unissaient, il doutait fortement que les raisons qui ait pu pousser cette dernière à cacher la vérité à sa fille soient d'obscures raisons. Contrairement à la sienne, il était claire que la mère d'Amy ne cherchait qu'à la protéger. La protéger d'une vérité peut-être trop cruelle ?
Puis, se voulant plus rassurant, il posa sa main sur la sienne et lui offrit un sourire qui se voulut réconfortant

- Par contre je ne crois pas un seul instant que les autorités te surveillent. Je n'ai vu personne, et je pense qu'ils ont bien d'autres choses à faire en ces temps troublés que de surveiller une innocente étudiante qui ne sait absolument rien, surtout, à ce qu'on m'en à dit, sur le territoire du sorcier le plus puissant du monde de la magie. A mon avis, tu n'as pas à t'en faire pour cela. Mais pour ta tranquillité d'esprit, ne tarde pas à lui écrire. Plus tôt tu seras fixée et plus vite tu cesseras de te tourmenter. Et si tu veux, je veux bien être là quand tu ouvriras son courrier. Mais ne t'inquiète pas, je suis sur que c'est beaucoup moins terrible que tu ne te l'imagines.

Les banc des quatre maisons, autour d'eux, commençaient à se vider, et les élèves se retiraient tous peu à peu de la grande salle soit par groupe soit par deux mais rarement seuls. En s'en rendant compte, Olin retira naturellement sa main de la sienne pour replier ses bras devant lui, sur la table, tout en reprenant tranquillement sa discussion.

- Dis-moi ? Tu ne risques pas d'être en retard à ton cours ? Ça va aller pour toi ? Je voudrais pas que tu commences l'année en arrivant en retard par ma faute

C'est vrai, ils parlaient, ils parlaient, le temps défilait sans qu'ils ne s'en aperçoivent, comme toujours lorsque l'on est en agréable compagnie. Personnellement, sa compagnie ne le dérangeait absolument pas, et leur discussion était très loin d'être ennuyante, il y prenait même beaucoup de plaisir, mais ses amies étaient parties depuis un petit bout de temps déjà, et la salle se vidait littéralement...
_________________


Revenir en haut
Amy Ethan
Poufsouffle
Poufsouffle

Hors ligne

Inscrit le: 01 Fév 2013
Messages: 158
Féminin
RPG * Nom du perso: Amy Ethan
Statut: Etudiant - Poufsouffle
Quatrième année

MessagePosté le: Mar 11 Fév 2014 - 00:42    Sujet du message: Collision frontale Répondre en citant

- Tu n'as pas à t'excuser de ta franchise. Tu dis ce que tu penses et parle avec ton cœur, comment veux-tu que ce soit blessant ? Soit rassurée, je ne suis pas triste et tu n'as pas à être désolé pour moi. Certes, nos relations à ma mère et moi ne sont pas très chaleureuses, mais elle s'est occupée de moi. J'avais un toit, de quoi manger, je n'étais pas malheureux, n'était-ce pas là, le plus important ? Je me sens assez détaché de tout cela en fait, peut-être parce que on ne peut pas manquer de quelque chose qu'on n'a jamais eut. Ou alors, c'est moi qui suis trop insensible.

La sagesse qui se dégagea de cette réponse étonna Amy. Certes, son nouvel ami avait de toute évidence quelques années de plus qu’elle. Mais être capable de ne prendre que le bon côté des choses, en l’occurrence avoir eu un toit et de quoi se nourrir, dans une situation désagréable était quelque chose que seuls de vrais philosophes pouvaient essayer d’entreprendre. Et pour la jeune fille, philosophe était forcément synonyme de vieux, barbu et barbant. Ou bien était-ce elle qui avait du mal à grandir ? Après tout, elle n’avait que 14 ans… De ce fait, toutes personnes plus âgées qu’elle, même de quelques années seulement, semblait être la sagesse incarnée ! Et puis lui, insensible ? C’était ridicule. A avoir parlé avec lui durant ces dernières minutes, la jeune fille était certaine au fond d’elle qu’Olin n’était pas insensible. Ou du moins, pas pour tous les sujets. Sinon, n’aurait-il pas dû se montrer distant avec elle ? N’aurait-il pas dû rester dans son coin au lieu de prendre sa défense contre les Trois Andouilles ? Mais à ce moment là, il faudrait définir l’insensibilité, et ils risquaient de ne pas avoir les mêmes définitions. Pour la Poufsouffle, qui associait insensibilité à méchanceté, Olin ne pouvait pas ne rien ressentir.

-J’admire ta philosophie Olin. Mais, je ne pense pas que tu sois insensible tu sais.

En disant ca, la jeune fille pensait sincèrement lui faire un compliment.
Par la suite, Amy ne pu s’empêcher de continuer son interrogatoire dont elle ne se rendait absolument pas compte (ou bien après que les mots soient sortis de sa bouche) qu’il pouvait être ressenti comme une véritable torture pour les personnes n’ayant pas l’habitude de partager les détails de leur vie avec la première venue. Cette fois ci ce fut de nouveau après avoir prononcé sa question qu’elle s’empressa de s’excuser. Elle ne voulait pas être une personne malpolie, elle était juste quelqu’un de curieuse qui…parlait sans réfléchir.

- Y a pas de mal, répondit-il en souriant, intérieurement soulagé qu'elle se soit refrénée toute seule et qu'il n'ait ainsi, pas besoin de lui répondre.

Amy, bien que curieuse, n’était pas idiote et elle sentit directement qu’il profitait de ses excuses pour éviter sa question. Loin de lui en vouloir, elle lui lança un petit sourire d’excuse et ne mentionna plus ce sujet.

Quand Olin rigola de bon cœur en portant sa main à son front, la perplexité de la jeune fille pu se lire sur son visage. Mais le jeune homme lui donna sans tarder une réponse.

- Amy, tu réalises que tu enchaînes les questions et les réflexions les unes derrières les autres et que tu ne laisses même pas le temps à ton interlocuteur de te répondre ? Je suis désolé, je ne devrais pas me moquer, mais je reconnais que,... c'est amusant.

Mortifiée, Amy se tordit les lèvres.

-Je suis désolée… Je sais que je devrais apprendre les bonnes manières mais ca rentre par une oreille et ca sort par l’autre…

Elle avait tenté une touche d’humour dans son excuse, bien que la situation ne la faisait pas tellement rire que ça. Cependant, son nouvel ami semblait prendre la chose avec le sourire et sans paraitre le moins du monde ennuyé par son comportement. Avant de fermer les yeux ce soir, elle savait qu’elle s’en voudrait pour avoir eu l’air d’un gosse super actif et incapable à gérer. Mais pour le moment, elle faisait bonne figure. Malgré le fait qu'Olin n'ait clairement que voulu la taquiner gentiment sur un fait connu de tous et d'elle même, elle se sentait toujours honteuse lorsqu'un presque inconnu pointait si facilement un de ses nombreux défauts.

- Tu m'as posé une question tout à l'heure mais tu ne m'as pas laissé le temps de te répondre. Tu m'as demandé si je pensais qu'ils étaient suffisamment mesquins pour inventer certaines histoires à ton propos. La réponse oui. Je les crois capable de tout. Par contre, non, ils ne sont pas assez intelligent pour inventer une telle histoire, alors je pense qu'il y a un fond de vérité dans ce qu'ils t'ont dit. Si des inconnus sont au courant de ton histoire, il n'est pas juste que la principale concernée en ignore tout. Tu devrais avoir une confrontation avec ta mère. Quelques pussent être ses raisons, aujourd'hui, tu n'es plus une enfant et tu as le droit de connaître la vérité. Elle ne pourra pas éternellement te protéger de la vérité, aussi pénible soit-elle à entendre. Tôt ou tard, tu finiras par la découvrir, et je pense qu'il est préférable que, si elle te cache quelque chose, tu dois l'apprendre de sa bouche plutôt que d'une autre

-Je pense que tu as raison, oui… murmura t’elle toute penaude.

- Par contre je ne crois pas un seul instant que les autorités te surveillent. Je n'ai vu personne, et je pense qu'ils ont bien d'autres choses à faire en ces temps troublés que de surveiller une innocente étudiante qui ne sait absolument rien, surtout, à ce qu'on m'en à dit, sur le territoire du sorcier le plus puissant du monde de la magie. A mon avis, tu n'as pas à t'en faire pour cela.

Le cœur d’Amy, étrangement lourd depuis qu’elle soupconnait être au centre d’une enquête ministérielle devint plus léger à ces mots. C’était tout ce qu’elle avait besoin d’entendre. Bien sûr que c’était idiot que des Aurores viennent la surveiller, pour toutes les raisons qu’avaient logiquement énumérées Olin. Mais la logique est bien vite oubliée dans l’angoisse.

-Mais pour ta tranquillité d'esprit, ne tarde pas à lui écrire. Plus tôt tu seras fixée et plus vite tu cesseras de te tourmenter. Et si tu veux, je veux bien être là quand tu ouvriras son courrier. Mais ne t'inquiète pas, je suis sur que c'est beaucoup moins terrible que tu ne te l'imagines.

Tout comme sa première tirade lui avait rendu le cœur plus léger, cette deuxième grande phrase lui noua le ventre. Tout simplement parce qu’il avait raison. Amy sentait que quelque chose clochait, elle savait pertinemment qu’elle avait besoin de plus d’infos mais elle n’avait aucune envie d’être confrontée à sa mère. Car la confronter sur ce sujet c’était déjà quelque chose qui ressemblait à une trahison… Trahison qui jetterait à la figure de sa maman que sa fille ne lui faisait pas confiance. Et pourtant, pourtant… Il le fallait bien.
En revanche, la proposition d’Olin, tout comme sa main posée en soutient sur la sienne, renforcait l’idée qu’Amy avait de lui : c’était un vrai gentil qui n’avait rien à voir avec les brutes insensibles !

-Merci Olin, répondit-elle simplement avec un petit sourire.

- Dis-moi ? Tu ne risques pas d'être en retard à ton cours ? Ça va aller pour toi ? Je ne voudrais pas que tu commences l'année en arrivant en retard par ma faute

Amy se redressa d’un coup, comme sous l’effet d’une décharge électrique, et elle jeta un coup d’œil à sa montre : 9h03. Mince. Elle était effectivement déjà en retard. Mais bon, elle avait tout de même l’excuse de Mme Pomfresh et de son passage matinale à l’infirmerie. Le prof n’allait même pas vérifier tant la phrase, tant de fois répétée (« Amy est à l’infirmerie ») avait maintenant force de faits vérifiés et fondés.

-Tu as raison ! Je suis désolée, mais moi aussi je t’ai mise en retard non ? Tu n’as pas cours avec Stardust ?

Sur ces mots, Amy se leva de la table, attendant que son ami fasse pareil. Lorsque ce fut chose faite (il était bien plus aisé de se retirer des bancs des tables lorsqu'ils n'étaient pas plein: Amy avait l'habitude, au mieux de trébucher en essayant de débloquer une de ses jambes coincée entre deux de ses camarades, au pire d'assomer l'un de ses condisciples), ils se mirent à avancer le long des tables d'un pas rapide.

-En tout cas, j'ai été ravie de te rencontrer...Dit elle sincérement avec un grand sourire.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:33    Sujet du message: Collision frontale

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hogwarts' forum RPG Index du Forum -> Poudlard -> Salles -> La Grande Salle Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com