Hogwarts' forum RPG Index du Forum
 
 
 
Hogwarts' forum RPG Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Préparation calmos

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hogwarts' forum RPG Index du Forum -> Poudlard -> Salles -> Cachots
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Rogue
Serpentard
Serpentard

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2013
Messages: 95
RPG * Nom du perso: Severus Rogue
Statut: Etudiant - Serpentard
Cinquième année

MessagePosté le: Mar 24 Sep 2013 - 23:47    Sujet du message: Préparation calmos Répondre en citant


Severus s’avançait d’un pas résigné le long des couloirs du sous-sol du château.  Il avait besoin de calmer le flot de sentiments contradictoires qui se bousculaient dans sa tête et pour ça, il avait une solution miracle. Tenant fermement ses bouquins, il se dirigeait vers un cachot qu’il savait désert. Le numéro 4. Il n’y avait presque plus jamais cours dans cette salle, pour une raison que le jeune Serpentard ignorait. Pour lui, le cachot était en parfait état (il aurait besoin d’un peu de rafistolage mais rien de bien méchant) et il ne comprenait pas pourquoi aucun cours de potion se déroulait entre ses murs. Mais il n’allait pas s’en plaindre.  Si des élèves devaient étudier dans ce cachot, il n’aurait pas de salle spécifique pour se calmer. Il aimait à penser que le cachot était invisible aux yeux des autres, qu’il était le seul à mettre régulièrement les pieds au numéro 4. Après tout, il n’était pas facile d’accès. Rogue ne l’aurait surement jamais fréquenté aussi souvent s’il l’était. Il fallait emprunter un passage secret pour atteindre ce couloir plus sombre encore que les autres. Il se trouvait en réalité juste derrière le cachot numéro 3. Il avait dû exister un chemin moins secret autrefois, qui avait dû disparaitre avec le temps.

Sa robe de sorcier flottant derrière lui, Severus  dégagea une mèche de cheveux qui dérangeait sa vision. Il respira un grand coup et ralentit l’allure en regardant derrière lui. Le couloir était désert. Il passa alors derrière une tapisserie poussiéreuse qui le fit un peu tousser. Ca n’était peut-être pas un véritable passage secret, mais juste une sorte de raccourci accédant à une partie du château plus froide. Peut-être que tout le monde connaissait « son » cachot, mais peut-être que personne n’aimait se retrouver là. Ca devait être ça, oui. 

Son cœur ralenti l’allure lorsque Severus entra dans la salle. Il aimait les murs froids et sales. Des rangées de bancs étaient alignées, tout comme des vieux chaudrons. Seuls trois sur sept étaient en état d’usage. La première fois qu’il y avait mit les pieds lors de ses promenades solitaires, c’était en troisième année. Depuis, les odeurs de ses expériences avaient remplacé l’horrible parfum de moisi qui flottait dans l’air. Il avait petit à petit rempli l’étagère pourrie de divers ingrédients. Parce que oui, seule une chose pouvait le calmer dans les journées comme celles-ci : il aimait le contact des éléments avec l’eau, il adorait regarder les ingrédients se désintégrer en présence d’un certain liquide, il jouissait carrément lorsqu’il parvenait à raccourcir le temps de préparation d’une potion en simplifiant à l’excès la fabrication du puissant liquide. Il avait prit l’habitude de gribouiller ses  « découvertes » dans son livre de cours. Ca lui arrivait aussi d’inventer des sorts. Mais pour se  faire, il devait d’abord se calmer, et pour se calmer, il fallait que son cerveau se concentre sur autre chose que les terribles paroles de Mulciber et d’Avery.
Ils avaient commencé par une discussion banale sur les sangs-de-bourbe. Comme à son habitude, le jeune homme avait écouté ses amis en approuvant leur propos de signe de tête discret, ses yeux perdus comme à leur habitude dans un bouquin. Seulement cette fois ci, Mulciber avait été contrarié par la retenue que lui avait infligé le professeur McGonagall. Rogue avait jugé son camarade stupide mais s’était bien garder de lui dire. Cet abruti avait jeté un sort à un né moldu de première année sans s’assurer au préalable si le couloir était désert. Ca relevait de la débilité profonde. Mulciber avait donc été irrité par la punition (injuste) qui tombait le deuxième jour de la rentrée. Et il n’avait pas laissé Rogue tranquille comme ses amis avaient l’habitude de le faire dans ce genre de conversation. Il avait directement attaqué son point faible : Lily.
« Comment peux-tu trainer avec elle Severus ? Nous n’avons jamais compris ce que tu lui trouvais, elle est comme tous les autres… Il est temps que tu grandisses un peu ! Tu déshonores notre maison en acceptant sa présence à tes côtés ! Une Gryffondor Sang-de-Bourbe… Et pourquoi pas aller habiter auprès des moldus ?! »
Rogue avait haussé les sourcils mais n’avait pas prit la peine de répondre. Il leur avait fait comprendre très tôt (dès leur première année même) que Lily était sa meilleure amie et qu’elle le restera.  D’habitude, leur perplexité, voire leur dégout, faisait place à une indifférence respectueuse. C’était une tare qu’ils acceptaient chez leur brillant camarade. Mais cette fois ci, Avery avait prit le parti.
« Tu sembles toujours mettre ses origines de côté… Pourquoi Rogue ? »
De nouveau, le Serpentard n’avait pas répondu mais avait levé les yeux de son livre. Exaspéré Mulciber avait lâché un ultimatum.
« Elle est à Gryffondor ! Et c’est une Sang-de-Bourbe ! Le Seigneur des Ténèbres méprisent tous ces gens ! Comment veux-tu qu’il t’accepte dans ses rangs si tu la fréquentes ! C’est nous ou elle ! »
Avery avait acquiescé d’un vigoureux signe de tête et tous deux avaient disparu dans le dortoir. Maudissant ses amis, Rogue avait senti la colère bouillonner dans ses veines. Il s’en foutait pas mal de ne plus les compter parmi son cercle intime (pas très grand, il faut l’avouer… Jamais personne de sa maison n’était venu lui prêter main forte quand Potter et Black réussissaient à le coincer) mais il n’aimait pas le ton de dégout lorsqu’on parlait de son amie. Ho, il savait pertinemment qu’ils avaient raison : ça ne se faisait pas que de trainer avec une née moldue. Or, c’était plus fort que lui. La simple idée de ne plus parler à Lily le remplissait d’effroi et il ne comprenait pas pourquoi. Après tout, elle était à Gryffondor… Après tout elle était une Sang-de-Bourbe… Un spasme de dégout l’avait alors saisit avec violence et il s’était levé d’un bond, sans trop réfléchir.
Lily était une née moldue c’est vrai. Mais quelque chose en lui se révoltait lorsqu’on insultait son amie. Que ce soit lui, de manière involontaire dans sa propre tête ou pire, lorsque c'étaient les autres.Comme si… Rogue avait hoché la tête et c’était bien vite retrouvé dans « son » cachot. Il avait rageusement ouvert son bouquin, il avait même presque arraché quelques pages en les tournant trop brusquement. Il était arrivé à la page écornée (celle qu’il avait désignée comme future expérience) et il avait commencé par relire les ingrédients dont il aurait besoin, bien qu’il connaisse la liste par cœur. Le Veritaserum était une potion terriblement compliquée et il avait besoin de son niveau maximum de concentration. Alors qu’il se dirigeait vers sa réserve personnelle, son cerveau était déjà ailleurs, loin avec la mixture qu’il allait commencer à préparer… Il réfléchissait à toute allure, tellement vite que ses soucis semblaient complètement obsolètes à cet instant. Absorbé dans sa préparation, son esprit se vidait et il sentit enfin le calme l’envahir.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 24 Sep 2013 - 23:47    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Anaïs
Sorcier
Sorcier

Hors ligne

Inscrit le: 26 Sep 2013
Messages: 95
Féminin
RPG * Nom du perso: Anaïs Rutherford
Statut: Etudiant - Poufsouffle
Sixième année
Autre: ancienne éleve de poufsouffle

MessagePosté le: Dim 6 Oct 2013 - 10:06    Sujet du message: Préparation calmos Répondre en citant

Anaïs était partit sur un coup de tête de l’école Salem, elle le savait. Avait-elle bien fait ? Terry lui en voudrait-il ? Maintenant elle savait ce qu’elle voulait, Lui ! Et rien d’autre que lui, quoiqu’il lui en coûte. La petite blonde était arrivée à Pré-au-lard dans la matinée, et elle était bien décidée de trouver un moyen de se faufiler dans l’école Poudlard. Cette école qui lui manquait tellement, ses professeurs, ses cours, ses amis… Terry. Elle se demandait comment il faisait avec les regards méprisants, les remarques à son passage sur leur relation fusionnelle. Si elle était à sa place, aurait était-elle aussi forte que Terry, et d’affronter tous les préjugés ?
 
Anaïs laissa une larme roulée le long de sa joue. Pourquoi fallait-il qu’ils soient d’une même famille ? Elle tourna son regard vers l’objet qui serait le moyen d’atteindre Poudlard et ainsi son frère, une chaussette ?  C’était vraiment d’un ridicule, mais si efficace. Elle l’avait découverte lors d’une dispute, entre elle et Terry lors d'une sortie a Pré-au-lard..
 
Flash Back: 


-  Non mais Terry, Tu te rends compte au moins que tu as changé ? s’exclama Anaïs déterminée.
Elle était près de la cabane hurlante assise sur un rocher, Terry lui regardait avec agacement la maison.


-    Qui ne change pas ? répondit le jeune homme.


Anaïs soupira et reprit son sac et entreprit de partir, mais Terry la retint par le poignet :


-  T’en va pas ! dit-il en la fixant.


-   Non, mais tu veux quoi au juste ! Un jour tu me fuit comme la peste, l’autre tu me dis de rester ? S’écria la blonde. Je ne te reconnais pas, tu es plus Terry… Lâche moi ! Va rejoindre tes amis serpentards.


Le regard de Terry se décomposa, et il resserra son emprise sur le poignet de la jeune fille. Savait-elle seulement ce qu’elle lui apportait.


-  Terry ! Lâche moi ! Tu fais mal ! Dit Anaïs en essayant de se dégager.


Terry se contrôla pour ne pas la plaquer et la faire sienne contre  un arbre et sentir ses lèvres pleines et chaudes.
La jeune fille le gifla violemment, ce qui eut pour effet de faire lâcher prise son frère, et fila. Mais elle s’arrêta à quelque mètre de lui, elle s’en voulait terriblement de l’avoir frapper. Anaïs se retourna, Terry était toujours à la même place, le regard dans le vide.


-  Excuse moi ! dit-elle en lui sautant dans les bras.


Ils chutèrent tout deux au sol, et quand ils eurent rouvert les yeux, le paysage n’était plus la cabane hurlante mais une verdure verdoyante.


-   On est ou ? demanda la jeune fille prudente regardant tout autour d’elle.


Elle fut tirée brutalement contre le torse de Terry, alors qu’elle vit une racine s’abattre la où ils étaient quelque seconde auparavant.


 On a du percuté un porteloin en tombant. Ca doit être la chaussette que tu vois à travers les branches.
 
  Fin Flash  back
 
  La jeune fille remit son capuchon sur la tête, cachant son visage et sa chevelure dorée, sa décision était prise, elle ne regretterait rien. Elle posa son doigt sur l’objet et la cabane hurlante de pré-au-lard disparut, faisant place à l’obscurité de la soirée.
 
Son atterrissage ne fut pas plaisant, et elle percuta violemment le sol, l’herbe mouillée amortit quelque peu la chute. Anais eut un peu de mal à se relever, pas encore habituée, elle avait légèrement la tête qui tournait, et un goût acre dans la bouche. La jeune fille réussit quand même à se redresser, et eut l’heureuse vision du château, l’air frais de l’Angleterre la revigora un peu, et elle se rappela des merveilleux moments qu’elle y avait passé. Malheureusement, ce ne sera plus  d’actualités, même si elle rentrait dans l’école, ce ne sera plus pour  admirer les tableaux et l’architecture, mais pour retrouver Terry.
Anaîs fut brutalement sortit de sa contemplation, et elle fut propulser quelque mètre plus loin, sa joue raflant avec le sol, la faisant saigner. La jeune fille eut a peine le temps de se retourner, qu’elle roula sur le coté afin d’éviter une branche du saule cogneur sur elle. Cependant, elle fut encore propulsée un peu plus loin. Elle se releva, et chercha sa baguette, mais ne trouva que du vide. La poufsouffle regarda autour d’elle, à la recherche de sa baguette, qu’elle ne tarda pas a trouver aux pieds du saule cogneur. La petit blonde se mit a courir, évitant le mieux qu’elle pu les rasoirs qu’étaient les feuillages et attrapa sa baguette, lançant avec fermeté un « immobilus » au saule cogneur. Celui-ci, s’arrêta net de bouger, et Anaïs se redressa difficilement, se tenant le ventre. Elle aura sûrement un gros bleu, mais du moment que les côtes ne soient pas fêlées, c’était le principal.
Anaïs eut un dernier regard vers le saule cogneur immobilisé, et partit en courant vers le château, à en perdre haleine. Elle ne se rappelait plus que la pente qui la menait à son école était si éprouvante, surtout quand on l’a monté en courant ! La jeune fille crut mourir quand elle réussit à atteindre le château, essayant de prendre une respiration normale, mais ce fut peine perdue et elle suffoquait légèrement. Alors que la jeune fille allait pénétrer dans le couloir principal de Poudlard, elle entendit des pas raisonner dans les escaliers, ce qui la fit reculer et elle se plaqua contre le mur de l’entrée. Qui a cette heure-ci, pouvait bien  se promener dans le hall d’entrée, avec un peu de chance, ce serait Terry. Anaïs se pencha, et remarqua une tenue, d’un noir complet ! Même s’il était de dos, elle pouvait le reconnaître. C’était un serpentard de cinquième année,  Rogue ? C’est ça ?  Celui qui se fait tout le temps harceler par le groupe de Potter ! Avait-il le droit de se promener dans les couloirs ?
La respiration d’Anaïs eut du mal à se calmer, et la douleur de ses blessures la faisait souffrir. Rogue était son unique lien avec Terry, ils étaient dans la même maison, peut être avec de la chance le brun aura pitié d’elle, et l’écoutera. La petite blonde se concentra vers son « camarade », et le suivit discrètement,  le sang de sa joue se mêlant à sa salive. La poufsouffle continua à le suivre, alors que  l’air du couloir se faisait plus frais. C’était le couloir qui les menait aux cachots, et à vrai dire cette partie du château lui faisait froid dans le dos, même si les cours de potions se passaient ici.  Anaïs se colla contre le mur, alors que le serpentard se retournait pour sûrement vérifier qu’il n’était pas suivit. Quelques instants plus tard, elle se pencha pour découvrir le vide ! Plus personne, il avait  disparut ! La petite sorcière se rapprocha et fit le tour d’elle-même, comme pour s’assurer qu’il n’y avait personne.
« Zut ! Je l’ai perdu ! » Pensa t-elle.
Elle fit un pas, mais une douleur plus lascinante, la fit se crisper, elle se retint au mur, pour ne pas chuter. Cependant la tapisserie glissa entre ses doigts, dévoilant un passage. Anaïs frissonna, l’air qui s’en dégager était encore plus froid, mais elle s’y engouffra, Rogue était son seul espoir d’avertir Terry qu’elle était dans l’enceinte du château.  Elle soupira une grande bouffée d’air, espérant qu’il ne lui tendait pas de piège, les serpentard étaient souvent mesquint. Se retenant de gémir, et ouvrit la porte de la pièce… Un cachot ? Encore ? L’étudiante plissa les yeux pour s’habituer un peu plus à l’obscurité. Celui-ci était à peine en état d’usage, quelques bancs étaient délabrés, et un chaudron, parmis d’autre abandonnés, laissait déjà entre percevoir une fumée violacée s’en échapper. Elle tourna le regard vers le serpentard qui la fixer avec mépris d’avoir ainsi découvert son jardin secret. Anaïs s’approcha du jeune homme, grimaçant légèrement :


-   Tu es Rogue ? n’est ce pas ? Demanda-t-elle d’une voix essoufflée. Tu fais partit de la maison Serpentard, tu dois connaître Terry ?


Elle ne savait pas pourquoi, elle était encore essoufflée, mais les douleurs ne faisaient de plus en plus cuisantes.     
_________________


Revenir en haut
Rogue
Serpentard
Serpentard

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2013
Messages: 95
RPG * Nom du perso: Severus Rogue
Statut: Etudiant - Serpentard
Cinquième année

MessagePosté le: Mer 30 Oct 2013 - 15:18    Sujet du message: Préparation calmos Répondre en citant

Le bruit d’une porte s’ouvrant sorti Severus de son état de concentration. Il leva les yeux et eu la désagréable surprise de voir une jeune fille s’introduire dans le cachot. Il lui jeta un regard plein de mépris, agacé d’avoir ainsi été découvert. L’avait-elle suivi ? Pour qui se prenait-elle ?!

-Tu es Rogue ? N’est ce pas ? Demanda-t-elle d’une voix essoufflée. Tu fais partie de la maison Serpentard, tu dois connaître Terry ?

Et en plus, son regard froid ne l’avait pas découragé à s’avancer vers lui ? Il abaissa sa baguette qu’il avait brandie par réflexe. Il contempla plus attentivement la nouvelle venue et remarqua qu’elle ne portait pas l’uniforme de Poudlard. Elle avait une cape de voyage sur les épaules et ses joues étaient rosies par le froid. Elle venait donc de l’extérieur ? Et pourtant son visage lui était familier…

Lorsqu’il analysa ses paroles, il réalisa qu’il la connaissait déjà de vue. Elle cherchait « Terry ». Rogue avait dés lors déduit qu’elle parlait de Terrence Rutherford, un Serpentard de 6ème année. Se pouvait-il qu’elle soit véritablement sa sœur jumelle ? Expulsée de Poudlard pour avoir eu une relation incestueuse avec ce dernier… Une moue de dégout se dessina sur son visage. Bizarrement, Terrence ne l’avait jamais dégouté, alors que la jeune fille, une Poufsouffle si ses souvenirs étaient exactes, le révulsait. Peut-être parce que la voir après avoir prit connaissance de toute leur histoire rendait leur relation beaucoup plus réelle que les rumeurs que devaient supporter son camarade ? Parce que, bien qu’il ne connaisse Rutherford que de vue, et qu’ils ne se soient pour ainsi dire, jamais parlé, il respectait le 6ème année. Après tout, ce dernier ne le méprisait pas sur sa propre relation avec Lily, pourquoi l’aurait il alors rejeté pour sa relation avec sa sœur ? On avait tous nos défauts…

-Qu’est ce que tu fais ici ?

Puis, par respect pour son camarade, il se força à être comme il voulait que les Serpentards se comportent auprès de Lily : c’est-à-dire auprès de quelqu’un qu’ils méprisaient. Il répondit alors d’un ton moins agressif

-Je connais Rutherford oui, mais peu. Tu es…bien sa sœur c’est ca ?

Parce que si ca trouve la jeune fille n’avait rien à voir avec elle ! Il avait tiqué car il avait également oublié son prénom… Peut-être ne l’avait-il même jamais su.
Attendant sa réponse, il commença à récupérer ses ingrédients dispersés sur la table, très vite, comme s’il était en train d’inventer une potion secrète dont il voulait garder la préparation pour lui seul, alors qu’il n’effectuait « que » le Veritaserum, déjà connu de tous. Ensuite, il les rangea soigneusement dans la petite réserve qu’il avait constituée au fil des ans. Enfin, quand chaque élément se retrouva sur la bonne étagère, il se retourna de nouveau vers elle et lança.

-Je tais ta présence dans les murs de ce château si tu ne dévoiles pas la localisation de ce cachot. Est-ce que je peux compter sur toi ?

Rogue savait qu’il avait pertinemment le droit de se trouver ici (bon peut-être pas à n’importe quelle heure). S’il lui demandait le silence c’est pour que « son » cachot reste une salle de classe oubliée de tous et donc, un endroit tranquille. Seule Lily en connaissait l’existence. Elle ne venait pas souvent ici (elle n’aimait pas trop les cachots car il y faisait trop froid) mais elle savait où le trouver si elle avait besoin de lui parler. Cette dernière, quand la bonne humeur et la légèreté flottaient entre les deux amis (ce qui devenait de plus en plus rare plus les années passaient), venait parfois l’accompagner dans ses préparations. Presque aussi douée que lui (et ce n’était pas peu dire), ils riaient toujours beaucoup de leurs petites expériences. Ces moments que Rogue comptait sur les doigts d’une main étaient parmi les préférés de Severus. En effet, leur complicité demeurait intacte tant que d’autres étudiants ne se trouvaient pas dans les parages.
Il secoua un peu la tête, comme pour faire disparaitre le son divin du rire de sa meilleure amie pour revenir au présent, c’est-à-dire une Rutherford tremblante toujours de froid.

-Tu veux le retrouver c’est ca ?

Il essaya de se séparer de son sentiment de dégout à l’idée de leur retrouvaille. Ce n’était pas son problème ce qu’ils faisaient, pas vrai ? Cependant, il ne pu s’empêcher d’ajouter

-Qu’est ce que tu lui veux ? C’est une mauvaise idée que de revenir ici ! Au mieux tu le verras deux minutes et au pire, tu le ferras expulser. C’est ça que tu veux ?

Plus sa phrase avançait, plus il avait senti le mépris grimpé dans sa gorge. Ils faisaient ce qu’ils voulaient, oui. Mais l’idée qu’une Poufsouffle soit la cause de l’expulsion d’un Serpentard lui était presque insupportable. Et qu’importe s’ils étaient des amants maudits ! Était-elle donc si stupide pour venir ici ?


Revenir en haut
Anaïs
Sorcier
Sorcier

Hors ligne

Inscrit le: 26 Sep 2013
Messages: 95
Féminin
RPG * Nom du perso: Anaïs Rutherford
Statut: Etudiant - Poufsouffle
Sixième année
Autre: ancienne éleve de poufsouffle

MessagePosté le: Mer 30 Oct 2013 - 22:02    Sujet du message: Préparation calmos Répondre en citant

Si, à ce moment, la jeune fille aurait été une branche, elle ne doutait pas qu’elle saurait été réduite en cendres par les éclairs foudroyants que lançaient les yeux du brun.  Apres quelques secondes qui parurent une éternité, Anais vit son ancien camarade abaisser sa baguette. Elle soupira de soulagement :
 
-Qu’est ce que tu fais ici ?
 
La surprise fut que la petite blonde recula de plusieurs pas, non pas par le ton qu’employait Severus, aussi froid que la glace, mais de la phrase en elle-même. Comme s’il la grondait d’une mauvaise blague et qu’ils se connaissaient depuis des années.
 
-Je connais Rutherford oui, mais peu. Tu es…bien sa sœur c’est ça ?
 
-          Oui, je suis sa sœur. Tu peux….
 
Elle ne termina pas sa phrase, la laissant sans fin, voyant Rogue commençait à ranger rapidement ses ingrédients sur une des étagères très bien ordonnée de l’armoire au fond du la salle. Était-il seulement en train de l’écouter, ou faisait-il semblant. Pouvait-on écouter, tout en préparant une potion. Il était son seul espoir, alors il devait l’écouter !
 
-          S’il te plait… tenta la jeune fille.
 
-Je tais ta présence dans les murs de ce château si tu ne dévoiles pas la localisation de ce cachot. Est-ce que je peux compter sur toi ? 
 
La jeune blonde écarquilla les yeux, qu’est ce qu’elle pouvait s’en balancer de dévoiler un cachot qu’il ne intéressait même pas ! Ce qu’elle voulait s’était de revoir de son frère. Pourquoi avait-il recours au chantage ? Les serpentards étaient-ils tous comme lui ? Ce cachot, elle l’avait compris, lui tenait à cœur, mais elle ce que voulait, c’était être dans les bras de Terry. Seulement ça ! Et elle oublierait tout ce qui c’était passé !
 
-          Rogue, écoute moi ! dit-elle tremblante se tenant les côtes.
 
-Tu veux le retrouver c’est ca ?
 
Anais releva la tête et fixa le brun devant elle, les yeux extrêmement brillants. Avait-il réussi à lire dans ses pensées, où était-elle si prévisible que cela ? Quoique, c’était vite deviné du pourquoi elle était revenue au château. Si elle ne l’aimait pas plus que tout, serait-elle là à enfreindre des dizaines et des dizaines de règles ?
 
-Qu’est ce que tu lui veux ? C’est une mauvaise idée que de revenir ici ! Au mieux tu le verras deux minutes et au pire, tu le ferras expulser. C’est ça que tu veux ? 
 
Elle se mordit la lèvre, son espoir s’évapora en quelques instants telle de la poudre de cheminette. A quoi s’était-elle attendue ? Lui aussi était écœuré de leur relation, vu le ton qu’il avait employé. L’ancienne poufsouffle releva la tête et se noya dans les prunelles sombre du jeune serpentard :
 
-          Je n’attends pas que tu comprennes ma liaison avec mon frère, car moi-même je ne la comprends pas ! Seulement si je suis revenue ici, malgré les interdits, c est que j"avais bien plus mal qu’on peut le croire.
 
Elle s’adossa contre le bureau, les douleurs de son ventre la tenaillait un plus, puis baissa le regard sur le chaudron, d’où s’émanait une odeur de rose, et de fruit rouge. Et d’où s’élevait une fumée violette:
 
-          Tu ne crois pas que j’ai déjà conscience des conséquences ? Ça t’es déjà arrivé d’avoir l’impression de n’être plus toi-même ? De te sentir incomplet, parce qu’il te manque quelque chose à ton bonheur ?
 
La petite blonde tourna sa tête vers son collègue d’école :
 
-          Je ne veux pas de ta pitié, Séverus, je ne veux pas de ta sympathie, ni de ton dégoût. A vrai dire je m’en fiche un peu. Si tu as tellement peu pour ta maison, je ne dirais pas que tu étais complice, puisque tu ne l’auras pas été. Mais s’il te plait, laisse-moi le voir, deux minute comme tu l’as si bien. Ça égayera ma journée, et puis je repartirai. Je te le promet.
 
La jeune fille lâcha un petit cri de douleur, et se laissa tomber sur le sol à genoux, se tenant le ventre. Apparemment les blessures que lui avait infligé le saule cogneur n’était pas de simples bobos comme elle l’aurait pensé.
_________________


Revenir en haut
Rogue
Serpentard
Serpentard

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2013
Messages: 95
RPG * Nom du perso: Severus Rogue
Statut: Etudiant - Serpentard
Cinquième année

MessagePosté le: Dim 3 Nov 2013 - 14:27    Sujet du message: Préparation calmos Répondre en citant

Anaïs semblait surprise par ses paroles. Elle avait la tête d’un enfant prit en faute par ses parents. Est-ce qu’elle imaginait vraiment demander de l’aide aux étudiants, qui avaient entendu et réentendu les détails les plus tordus de sa relation avec son frère – peut-être légèrement exagérés par la puissance d’une rumeur (en effet, Rogue était quasi certain qu’ils ne l’avaient pas fait sur le bureau de Dumbledore et que ce dernier n’avait toussoté pour révéler sa présence que quand ils avaient eu fini)- sans que ceux-ci ne se doutent de ce qu’elle venait faire ici ?

- Je n’attends pas que tu comprennes ma liaison avec mon frère, car moi-même je ne la comprends pas ! Seulement si je suis revenue ici, malgré les interdits, c est que j’avais bien plus mal qu’on peut le croire.

Rogue croisa les bras, restant à une distance raisonnable de la jeune fille. Il ne laissa plus rien paraitre dans son regard. Ses émotions (de dégout et d’agacement principalement) avaient éclaté au grand jour simplement parce qu’elle l’avait surprise à un moment de concentration extrême. Et pour quoi ? Pour des histoires de cœur… Fermant son esprit, comme lors de ses exercices d’occlumencie, qu’un 7ème année de sa maison expliquait haut et fort dans la salle commune, alors que lui-même était un bon à rien, il s’efforça d’adopter un visage de marbre. Pourtant il senti son masque trembler lorsque la jeune fille lui posa une série de questions révélatrices :

- Tu ne crois pas que j’ai déjà conscience des conséquences ? Ça t’es déjà arrivé d’avoir l’impression de n’être plus toi-même ? De te sentir incomplet, parce qu’il te manque quelque chose à ton bonheur ?

L’impression de ne plus être soi-même… De se sentir incomplet… C’était comme ça qu’il se sentait lorsqu’il n’était pas avec Lily. Loin d’elle, c’était comme si une ombre le plongeait en permanence dans l’obscurité. Une ombre de plus en plus puissante car plus les années passaient, plus ses camarades ne comprenaient plus son amitié envers elle… Et plus ces idiots de Gryffondors pervertissaient son esprit en lui disant des bêtises sur Serpentards… Le cœur de Rogue accéléra et le pourquoi du comment il s’était retrouvé dans ce cachot pour se calmer lui sauta à la gorge : il devait faire un choix entre l’idée du bonheur et l’idée de puissance.
Aussitôt qu’il se rappela cela, il observa de nouveau réellement la jeune fille. Elle semblait enfin avoir reprit son souffle de sa course folle (Rogue se demanda soudainement comment elle était venue jusqu’ici… Braver les interdits était une chose, mais franchir les protections du château en temps de guerre, c’en était une autre ! Comment avait-elle pu pénétrer dans le Parc ? Et puis avait-il été le seul étudiant debout à cette heure ci ? Quelle heure était-il d’ailleurs ?). Pourtant elle ne semblait pas encore péter la forme. Comme si avoir été séparé de celui qu’elle aimait la rendait plus faible, plus pâle, moins vivante. Elle croisa son regard avant de lancer :

- Je ne veux pas de ta pitié, Severus, je ne veux pas de ta sympathie, ni de ton dégoût. A vrai dire je m’en fiche un peu. Si tu as tellement peur pour ta maison, je ne dirais pas que tu étais complice, puisque tu ne l’auras pas été. Mais s’il te plait, laisse-moi le voir, deux minute comme tu l’as si bien. Ça égayera ma journée, et puis je repartirai. Je te le promets.

Peur ? Peur pour sa maison ? Non, non Rogue n’était pas comme ça. Le mal avait été fait et leur relation avait déjà tâché la réputation des Serpentards. Serpentards qui, pour se défendre et se dissocier de « l’incestueux », le laissait seul dans son coin, à la merci d’insultes et de moqueries. Dont ce dernier semblait se foutre comme de sa dernière chemise, mais Rogue, si souvent au centre des moqueries, était bien quelqu’un qui savait que personne ne peut vraiment « s’en foutre ». Avec surprise, Rogue réalisa subitement que si au fond de lui il ne voulait pas qu’ils se voient, c’était pour le protéger. Peut-être même les protéger. Ce n’était juste pas possible de vivre en couple avec son frangin dans la société. Ou bien alors, il aurait fallu vivre reclus, mais était ce vraiment une vie ça ? Alors pourquoi tenter le diable ? Pourquoi se voir alors que tout était déjà perdu d’avance ?
Il n’avait pas non plus peur de se faire prendre comme complice. Tout simplement parce que Rogue, qui avait déjà fait quelques trucs « interdits » ne s’était jamais fait prendre. Il était juste trop intelligent pour ça. Peut-être était-ce par fierté, ou bien peut-être était-ce à cause de Lily qu’il prit soudainement la décision de l’aider. Sans compassion ou faux semblant. Juste la conduire auprès de leur maison et puis qu’ils se débrouillent. Il ouvrit alors la bouche pour lui lancer un « allons-y » froid et détaché, mais avant qu’il n’ait pu le faire, elle s’écroula au pied du chaudron.

Surpris, Rogue s’avança d’abord lentement puis un peu plus vite vers elle. A genoux, se tenant le ventre, ce n’était pas la douleur d’être séparé de son « bien aimé » mais une véritable douleur physique qui la rendait si pâle ! Rogue sourit presque de sa bêtise de tout à l’heure : avoir cru qu’on pouvait vraiment dépérir d’amour était stupide (hrpg : si tu savais ptit Sev - -‘ ).
Presque amusé et moqueur à présent, Rogue s’adossa à la table sous laquelle elle était recroquevillée. L’observant quelques secondes, il su immédiatement qu’il pouvait la soulager et qu’il pouvait le faire maintenant. Elle avait une côte cassée, peut-être deux. Et en s’approchant plus près de son visage, il remarqua pour la première fois sur sa joue une trace de sang.

-Comment es tu arrivée ici ?

Un peu plus compréhensif en observant sa douleur, il leva sa baguette sans la prévenir et murmura une formule magique pour faire guérir ses côtes, si telle était vraiment le vrai problème. Il la regarda attentivement, cherchant à savoir si la douleur aigue qu’elle semblait ressentir avait disparu ou pas. Il n’avait pas vu de sang sur son ventre, donc une blessure ouverte était à exclure. Mais bon, il n’était pas guérisseur après tout. Comme son silence devenait un peu long, Severus marmonna

-Alors ?

Alors quoi ? C’était un moyen détourné qu’il avait pour savoir si elle allait mieux. Bien que son « alors ? » pouvait être prit pour de l’impatience en voyant sa question sans réponse… Rogue n’aimait pas parler, et surtout pas avec une inconnue qui l’avait interrompue dans ses expériences. Soupirant, il releva sa baguette et dit d’une voix plus claire :

-Si tu veux le revoir, je pense qu’il vaut mieux ne pas y aller en rampant. Et pour ça, il faut que je sache si t’as encore mal quelque part.

Sans le vouloir il avait révéler qu’il voulait bel et bien l’aider. Mais aussi, et il s’en voulait pour ca, il réalisa que c’était peut-être la première phrase qui ressemblait à de la gentillesse qu’il lui disait. Agacé par tout ça, il dit :

-Dépêche toi, je n’ai pas tout mon temps.

Ce qui était vrai bien qu’il ne savait pas s’il retournerait ici après l’avoir amener à lui ou bien s’il resterait là, trop fatigué pour bouger à nouveau.


Revenir en haut
Anaïs
Sorcier
Sorcier

Hors ligne

Inscrit le: 26 Sep 2013
Messages: 95
Féminin
RPG * Nom du perso: Anaïs Rutherford
Statut: Etudiant - Poufsouffle
Sixième année
Autre: ancienne éleve de poufsouffle

MessagePosté le: Sam 9 Nov 2013 - 14:45    Sujet du message: Préparation calmos Répondre en citant

Quelques instant plus tard, Anaïs sentit la présence du serpentard à ses coté. Toujours recroquevillée sur elle-même, elle se berça discrètement fixant le sol, comme si la douleur aller s’apaiser comme par magie. Elle ferma les yeux, avait-elle bien fait de venir, son courage s’envolait peu à peu, alors que une larme commençait à naître au coin de œil.


    -Comment es tu arrivée ici ?
 
La petite blonde ouvrit subitement les yeux, et tenta un regard timide vers le brun qui la fixait d’un air inquisiteur, attendant une réponse.
 
-          Je… je… bredouilla t-elle en fixant le pied de la table.
 
Et comme s’il avait eu pitié d’elle, la douleur de son ventre disparue, la pression retombant. Anaïs redressa la tête pour découvrir un Severus la baguette brandit. L’avait-il soigner ? Pourtant elle ne l’avait pas entendu de prononcer de formule, ni un mouvement de baguette. Apparemment la douleur avait été si forte qu’elle ne s’était focaliser que sur ça.
 
-Alors ? 
 
Anaïs tendit un bras fébrile vers la pied du bureau et se hissa pour se relever. Elle regarda son camarade. Si près, il paraissait plus arrogant, plus froid, ce qu’on ne devenait à moitié quand on l’avait vu que de loin. Il était aussi plus grand d’une tête, malgré que le jeune homme était d’un an son cadet. Elle fit retomber ses bras le long de son corps, alors que la douleur ne la tenaillait plus et que le froid avait aussi déserté sa peau.
 
-Si tu veux le revoir, je pense qu’il vaut mieux ne pas y aller en rampant. Et pour ça, il faut que je sache si t’as encore mal quelque part. 
 
Anaïs sursauta, malgré l’emploi de la froideur de indifférence, il allait accepter de l’aider à revoir Terry, enfin le revoir, se blottir dans ses bras, sentir ses caresses sur ses cheveux, son souffle sur ses lèvres avant qu’il ne l’embrasse ! Le cœur de la petite blonde accéléra, d’autant qu’elle le sentit tambouriner dans sa poitrine. Elle fixa son interlocuteur et un timide sourire s’afficha sur ses lèvres, les serpentards n’étaient pas tous sans cœur, qu’elle aurait pu le croire :


-          Merci, Rogue. Tu sais qu’a ce jour tu fais de moi la fille la plus heureuse ? Je te remercie aussi pour les blessures, je n’ai plus mal nulle part. Severus, tu es un homme bien, n’en doute jamais.
 
Elle sourit un peu plus franchement en le fixant.
 
-Dépêche toi, je n’ai pas tout mon temps. 
 
La jeune fille afficha une petite mine boudeuse, blessée par les paroles de son « ami ». Était-il vraiment un ami, maintenant qu’il allait l’aider à rejoindre son frère, enfreindre plusieurs règles, seulement pour l’aider ?
 
-          Severus, devenons amis, qu’en penses-tu ? Je sais que ton rang de « Serpentard », fait de toi un garçon froid, mais tu ne l’es pas ! La preuve tu vas m’aider….
 
La jeune fille pris un flacon qui traînait à coté du chaudron et le fit rouler entre ses doigts, humant le parfum qui s’en dégager :
 
-          Laisse moi te prouver que je ne suis pas seulement la « fille qui entretenait une relation incestueuse avec son frère ». continua t-elle plus sérieusement. En fait tu es un peu comme mon frère, au premier abords, vous paraissez si froids, et distants, qu’on pourrait croire que vous êtes des personnes insensibles, mais en fait c’est tout le contraire.
 
Elle marqua un arrêt et releva la tête fixant son cadet :
 
- Vous êtes des hommes bien ! La preuve en est que si ce n’était pas le cas, aucune fille t’approcherais pourtant il y’en a bien une, n’est-ce pas ? dit-elle en souriant. Elle sait ta vraie valeur…
 
Anaïs savait que Severus avait une amie dans la table des gryffondors, c’est cela qui l’avait le reconnaître. Une gryffondor, mais pas des moindre, Lily Evans, une enfant de moldue, qui fricotait avec la bande à James Potter. Cependant, elle était différente, et ne attardait pas aux préjugés, alors que les relations entre Gryffondors et Serpentards étaient mal vues. Combien de fois avaient-ils tout les deux du être blâmés par les camarades de maisons avec des : « Pourquoi tu restes avec ce serpentard », « Pourquoi tu reste avec avec cette sang de bourbe », et pourtant le lien qu’il les unissait était toutefois toujours présent aux vues des réactions de James Potter quand Lily et Severus étaient ensemble.
 
-          Je te demande pas de me donner de donner une réponse maintenant, mais tu as levé le voile des préjugés une fois, pourquoi tu ne le referait pas une seconde fois. Pour toi, suis-je vraiment la bête de foire ? Pour combien de temps, qui sera le ou la prochain(e) ?
_________________


Revenir en haut
Rogue
Serpentard
Serpentard

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2013
Messages: 95
RPG * Nom du perso: Severus Rogue
Statut: Etudiant - Serpentard
Cinquième année

MessagePosté le: Dim 1 Déc 2013 - 20:39    Sujet du message: Préparation calmos Répondre en citant

- Merci, Rogue. Tu sais qu’à ce jour tu fais de moi la fille la plus heureuse ? Je te remercie aussi pour les blessures, je n’ai plus mal nulle part. Severus, tu es un homme bien, n’en doute jamais.
 
Severus fit comme s’il n’avait pas entendu son remerciement, bien qu’il tiqua à son « tu es un homme bien ». Qui parlait encore comme ca ? Et pour qui se prenait-elle de lui dire ca, elle qui ne la connaissait ni d’Eve ni d’Adam ?
 
- Severus, devenons amis, qu’en penses-tu ? Je sais que ton rang de « Serpentard », fait de toi un garçon froid, mais tu ne l’es pas ! La preuve tu vas m’aider….
 
Là, Severus ne pu s’empêcher d’éclater de rire. Méprisant, il lui lança
 
-Mais t’as quel âge ? Tu penses vraiment que j’ai envie d’être ami avec quelque comme toi ? Tu crois même que j’ai besoin d’amis ?
 
Il rigola de nouveau, moqueur, ce qui n’empêcha pas Rutherford de continuer sur sa lancée naïvement pathétique.
 
- Laisse-moi te prouver que je ne suis pas seulement la « fille qui entretenait une relation incestueuse avec son frère ». continua t-elle plus sérieusement. En fait tu es un peu comme mon frère, aux premiers abords, vous paraissez si froids, et distants, qu’on pourrait croire que vous êtes des personnes insensibles, mais en fait c’est tout le contraire.
 
Bouche bée devant son petit monologue, Severus ne savait plus trop s’il fallait continuer à rire ou s’il fallait se sentir insulté. Pour qui diable se prenait-elle, elle arrivant de nulle part et jugeant les gens comme elle le faisait ?
 
- Vous êtes des hommes bien ! La preuve en est que si ce n’était pas le cas, aucune fille t’approcherais pourtant il y’en a bien une, n’est-ce pas ? dit-elle en souriant. Elle sait ta vraie valeur…
 
Ca, elle n’aurait pas du… Menaçant, il s’approcha au plus près d’elle, sentant son souffle dans son visage, plongeant ses yeux noirs dans les siens, furieux.
 
-Je t’interdis de parler de ce dont tu ne sais rien.
 
En fait, il ne supportait pas qu’on lui parle de Lily. Peut-être parce qu’il avait l’habitude qu’on lui en parle en des termes injurieux qui le mettaient hors de lui, ou peut-être qu’il se sentait beaucoup plus vulnérable quand son prénom flottait dans les airs. En tout cas, il n’aimait pas ça.
 
- Je te demande pas de me donner de donner une réponse maintenant, mais tu as levé le voile des préjugés une fois, pourquoi tu ne le referais pas une seconde fois. Pour toi, suis-je vraiment la bête de foire ? Pour combien de temps, qui sera le ou la prochain(e) ?
 
-Je ne devrais pas te juger sans te connaitre, mais uniquement si tu fais de même, dit-il toujours aussi menaçant.
 
Il se détourna vivement d’elle, respirant encore trop rapidement pour réussir à se calmer. Cette rencontre était surréaliste. D’abord dérangé au plus haut point alors qu’il essayait de se calmer, et puis cette naïveté qui lui semblait tellement stupide… Il n’en croyait tout simplement pas ses oreilles. Il espéra presque qu’elle n’ait été que le fruit de son imagination dérangée mais malheureusement, elle était toujours là quand il se retourna. Il préféra donc clarifier certaines choses :
 
-Je vais t’aider seulement si tu deviens moins stupide. Seulement si tu ne te mets pas à dire des choses tellement naïves que j’aie envie de te pétrifier.
 
Il soupira, agacé
 
-Et je tiens à te prévenir que je ne fais pas ça pour toi. Et qu’on ne sera jamais amis, point barre. C’est clair ?
 
Il ajouta aussi d’un ton sec
 
-Et relâche le flacon que tu tiens en main, il ne t’appartient pas.
 
Exaspéré et furieux, il avait l’impression qu’il était beaucoup plus vieux qu’elle alors qu’elle avait un an de plus que lui. Peut-être était-ce parce qu’elle avait jadis été à Poufsouffle. Enfin quoi, tout le monde savait que les élèves de cette maison n’étaient pas des lumières et Anais venait de le lui prouver une nouvelle fois. Non, il n’arrivait presque pas à croire qu’elle était réelle. Elle devait forcément venir d’une autre galaxie pour être aussi bête. C’est pas possible, elle donnait vraiment l’impression d’avoir cinq ans avec ses remarques idiotes !
 
Mais Rogue était quelqu’un qui se tenait à ce qu’il avait décidé. Il avait décidé de tenir tête à son père et il l’avait fait. Il avait décidé de rentrer en contact avec sa petite voisine et elle était devenue sa meilleure amie. Il avait voulu être à Serpentard, la maison des sorciers les plus puissants et il était devenu vert et argent. Et enfin, il avait, et ce dés sa première année dans les murs du château, décidé que les préjugés des maisons ne l’éloigneraient pas de Lily et… et leur amitié tenait toujours. Cette pensée le fit décider de ne plus parler à Mucliber et Avery, sachant que son pouvoir impressionnerait forcément et le Seigneur des Ténèbres et Lily. Ainsi, il s’en tiendrait à ce qu’il avait décidé quelques minutes plus tôt : il allait l’aider, quoi que cela lui coute. Et vu son degré de conversation, il savait que ca allait lui couter encore bien plus durant le trajet qui les amènerait à la salle commune des Serpentards.


Revenir en haut
Anaïs
Sorcier
Sorcier

Hors ligne

Inscrit le: 26 Sep 2013
Messages: 95
Féminin
RPG * Nom du perso: Anaïs Rutherford
Statut: Etudiant - Poufsouffle
Sixième année
Autre: ancienne éleve de poufsouffle

MessagePosté le: Mar 3 Déc 2013 - 20:23    Sujet du message: Préparation calmos Répondre en citant

-Je ne devrais pas te juger sans te connaitre, mais uniquement si tu fais de même, dit-il toujours aussi menaçant.
 
Anais tiqua et fronça les sourcils, agacée. Pourquoi fallait-il qu’elle tombe sur un Serpentard ? Et aussi méprisant que lui ? Peut être qu’un câlin lui ferait un tant soit peu changer d’avis ? Ca marchait très bien avec Terry, pourquoi pas avec Severus. Elle pouffa de rire, nerveusement, en se voyant faire une accolade à l’homme qui se tenait face à elle.
 
-         Désolée, dit-elle entre deux hoquets de rire. C’est nerveux…
 
-Je vais t’aider seulement si tu deviens moins stupide. Seulement si tu ne te mets pas à dire des choses tellement naïves que j’aie envie de te pétrifier.
 
Anais se retenait du mieux qu’elle pu pour pas ne pas sourire, mais ses lèvres s’ourlèrent malgré elle, tant que l’imagination de son cerveau ne voulait pas effacer l’image d’elle enlaçant Rogue. Qu’aurait était la réaction de son jumeau ? Au vu du caractère fort de ce dernier, Serverus n’aurait pas eu le choix entre : la stupefiction ou la suspension par les pieds. Terry jaloux ? Croyez-vous ! Il ne l’avouerait pour rien au monde… Quoiqu’elle non plus, n’en menait pas large, surtout quand on parlait de Rebecca Kerr. En général, Anais n’était pas du genre à ne pas s’entendre avec une personne. Mais c’était plus fort qu’elle, savoir que les mains de Terry se soient posées en premier sur le corps de la brune la répugnait. C’était donc ça de la jalousie ? Elle ne le savait pas puisqu’elle n’avait jamais été amoureuse avant Terry. Il faudra qu’elle demande à Hope, ce que cela signifiait être « jalouse » ; Un sourire mélancolique s’afficha sur le doux visage de l’adolescente en repensant à son amie.  Cependant ce qui était certain c’était que le mépris était partagé, dès que les deux jeunes femmes s’étaient croisés, on avait senti l’atmosphère pesante. Rebbecca la detestait ? C’était réciproque.
 
-Et je tiens à te prévenir que je ne fais pas ça pour toi. Et qu’on ne sera jamais amis, point barre. C’est clair ?
 
Là,  l’expression du visage de la jeune blonde changea de l’amusement à la stupéfaction. Elle avait déjà était rejetée, elle connaissait le mépris et l’ignorance. Elle l’avait déjà vécue avec son frère avant qu’il ne lui avoue ses sentiments. Hargneux, méprisant, infecte, les répliques cinglantes qu’il dédiait, normalement, aux autres, s’appliquaient aussi à elle, sa sœur… Combien de fois avait-elle pleuré dans son lit à cause de Terry ? Combien de fois Hope où même Amy l’avait réconforté après une humiliation où même une dispute ? Et dire qu’elle avait mit tous ces changements sur le compte des fréquentations de son frère. Même à cette époque, malgré les réconforts de ses amies, ce qu’elle voulait c’était les bras de son grand frère. Elle en avait l’habitude, mais ça lui faisait quand même quelque chose, un pincement au cœur, que ce soit quelqu’un d’autre que Terry, qui la repousse. Etait-elle si naïve et prévisible qu’elle faisait fuir tout le monde ? L’adolescente releva la tête, les yeux légèrement brillants et détailla une énième fois son camarade. En fait, Terry et lui étaient tout l’opposé l’un de l’autre, physiquement, mais leur cœur étaient sûrement bien plus douloureux qu’ils ne voulaient le faire croire… Si semblable. Peut-être que ce n’était pas elle qui devait devenir ami avec Severus Rogue, mais Terry ?
 
-Et relâche le flacon que tu tiens en main, il ne t’appartient pas.   
 
La pouffsouffle ne se fit pas prier et posa le flocon sur la table tout en continuant de le fixer :
 
-          Ce n’est pas la solution de m’humilier et de me rejeter, Rogue, J’en ai déjà était victime. Dit-elle d’une voix douce. Cela t’apporte quoi ? A moi de la peine, et à toi ? Te sens-tu plus puissant de m’avoir rejeter ?
 
La jeune fille se retourna et effaça les sillons de larmes qui roulaient sur ses joues :
 
-          Nous ne sommes pas amis, très bien, mais laisse moi penser le contraire.
 
Elle se tourna et sourit de toutes ses dents, reprenant son visage jovial et serein comme si rien ne l’avait affecté. Elle aida le brun a ranger les flacons à sa place. Une fois tout les ingrédients rangés, Anaïs se tourna vers Severus :
 
-          Tu concoctais quoi ?
 
Elle remit sa capuche sur la tête, et s’approcha de la porte.
 
-          Promis ! Je serait discrète comme une carpe ! dit elle malicieusement en entrouvrant la porte, comme s’ils allaient faire les quatre cents coup ensemble xD
 
C’était sans compter la flopée de Lutin de Cornouailles qui rentrèrent dans le cachot, avec leur petits rires méprisants, alors qu’ils mettaient la pièce sans dessus dessous, faisant tomber les flacons qui se brisèrent sur le sol. La capuche retombée, quelques petits malicieux essayaient d’emmêler la chevelure de blés de la jeune fille.
 
- Ah ! Mais lâchez moi ! se plaignit t-elle. 


"Où est ma baguette?" Pesta t-elle intérieurement en essayant de la trouver a travers les épaisses couches de vêtements qui la protégeait du froid 
_________________


Revenir en haut
Rogue
Serpentard
Serpentard

Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2013
Messages: 95
RPG * Nom du perso: Severus Rogue
Statut: Etudiant - Serpentard
Cinquième année

MessagePosté le: Jeu 19 Déc 2013 - 21:03    Sujet du message: Préparation calmos Répondre en citant

- Ce n’est pas la solution de m’humilier et de me rejeter, Rogue, J’en ai déjà était victime. Dit-elle d’une voix douce. Cela t’apporte quoi ? A moi de la peine, et à toi ? Te sens-tu plus puissant de m’avoir rejeté ?

Sa dernière phrase le fit tiquer. Car c’était exactement ce que lui reprochait souvent Lily qui ne comprenait pas son envie de puissance. Perturbé, il releva la tête et aperçu une larme rouler le long de ses joues pâles. Il ne pu s’empêcher de lever les yeux au ciel.
Quoi elle pleurait maintenant ? Quelle enfant ! Pourtant Rogue avait comprit il y a à peine quelques secondes que, si il voulait se débarrasser d’elle, il fallait la faire taire. Et pour la faire taire… Ca il n’avait aucune idée de comment s’y prendre. Seules quelques idées de sortilèges narguaient son esprit.

- Nous ne sommes pas amis, très bien, mais laisse moi penser le contraire.

De plus en plus perplexe, Severus réalisa que toute trace de chagrin avait disparu pour faire place à une gaité frivole. Ce brusque saut d’humeur lui fit réaliser qu’il ne fréquentait que trop peu de filles (bon, à vrai dire, il n’en tolérait qu’une, et c’était Lily) pour pouvoir les comprendre. Et puis même, il était persuadé que les plus grands séducteurs se vantant de leurs nombreuses conquêtes ne comprenaient fichtrement rien au fonctionnement du cerveau des filles ! Lily aussi changeait d’humeur d’un clignement de paupières sans qu’il ne puisse deviner ce qui avait provoqué le revirement de la situation. Les plus expérimentés se moquaient d’elles en parlant de leurs règles, mais était ce vraiment que ça qui rendaient les filles si…bizarres ?
Perdu dans ses réflexions, il se surprit à regarder Anaïs ranger ses flacons sans une seule once de colère. Et pourtant, en plus d’être rentré dans son havre de paix, elle touchait du bout des doigts SES ingrédients et SES inventions.

- Tu concoctais quoi ?

Bouche bée, il ne le resta pas longtemps.

-Rien que tu ne puisses comprendre.

Il du se faire violent pour garder sur le bout des lèvres le mot « idiote ». Il voulait juste partir maintenant, il en avait marre d’elle et de ses airs d’enfant sage et naïfs. Comment avait-il seulement pu la comparer, même de loin à quelqu’un d’aussi exceptionnel que Lily ? Certes, elles étaient deux filles mais la comparaison s’arrêtait là. Lily n’avait jamais fait preuve de bêtise devant lui. Elle était intelligente et il adorait ça. Au moins, avec elle, il pouvait parler de tout sans être interrompu par de stupides remarques dignes d’une enfant ! Peut-être était-ce parce que justement, ils s’étaient connus enfant…

Et puis comment Rutherford pouvait éprouver du désir pour elle ? Rogue ne savait pas vraiment dire si une fille était belle ou pas, il ne s’en intéressait que trop peu pour faire des classements dans sa tête. Oui, il se rendait compte qu’elle n’était pas « horrible » comme son amie Amy la balafrée. Rien ne lui défigurait le visage, ni cicatrices, ni acné persistante et elle n’était pas grosse. Mais pouvait-on être attiré par quelqu’un (qui plus est sa sœur !) juste par son physique ? Parce que Rogue savait Terrence intelligent. Comment alors pouvait-il tolérer sa stupidité à ses côtés ? Est-ce qu’être amoureux faisaient oublier tout ? Après tout, Severus avait toujours occulté l’origine moldue de sa meilleure amie… Il secoua la tête, presque étonné que Lily revienne toujours dans ses pensées.

- Promis ! Je serais discrète comme une carpe !

Il ne prit pas la peine de lui répondre, d’ailleurs, il n’en aurait jamais eu l’occasion puisque une dizaine de lutins avaient fait irruption dans son cachot. Presque prit de panique en les voyant saccager quelques un de ses précieux flacons, sa colère explosa.

Il hurla si fort le sortilège d’immobilité que l’effet fut immédiat : plus aucunes de ces minuscules créatures répugnantes ne faisaient le moindre geste. Satisfait mais toujours énervé, il se précipita vers les fioles écrasées par terre et fut soulagé de voir que les mixtures n’avaient rien de très important. Des mélanges simples qu’il gardait dans des flacons pour se permettre un gain de temps pour la préparation de potions on-ne-peut-plus compliquées. Il nettoya d’un simple coup de baguette les dégâts provoqués par les lutins avant de se retourner vers Rutherford. Il ne fit rien voir de sa satisfaction qu’il cacha derrière un masque d’un visage on ne peut plus menaçant. Il se su convaincant rien qu’en voyant le regarde de la jeune fille changé.
Il voulait en finir avec son visage rempli de bêtises et qui l’exaspérait tant, alors il dit d’un ton ferme.

-Tu me suis jusqu’à la salle commune, je t’y fais entrer et puis je ne veux PLUS AVOIR AFFAIRE AVEC TOI ! Compris ! ?

Sans un regard pour elle, il la dépassa et sorti dans le couloir d’un pas décidé. Si elle le suivait très bien, il tiendrait sa promesse, mais si elle était trop lente pour réagir et le suivre, non il ne reviendrait pas la chercher. Et puis quoi encore ?!
Il prit cependant le temps d’inspecter les couloirs sombres et froids des cachots pour voir s’il n’y avait personne en vue. Il n’y avait pas âmes qui vivent et il reparti donc d’une grande enjambée, attentif au moindre bruit qui allait lui confirmer que cette idiote était bel et bien amoureuse de son frère jumeau. Une fois qu’ils seraient arrivés dans la salle commune, il sentirait qu’enfin, ce boulet au pied ne serait plus le sien.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:45    Sujet du message: Préparation calmos

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hogwarts' forum RPG Index du Forum -> Poudlard -> Salles -> Cachots Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com