Hogwarts' forum RPG Index du Forum
 
 
 
Hogwarts' forum RPG Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Poudlard VS Mangemorts (Ouvert à tous]
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hogwarts' forum RPG Index du Forum -> Forum RPG ~ Tout ce qui vient à la suite concerne uniquement les joueurs RPG. -> Hors Histoire RPG
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Grey
Professeur
Professeur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juin 2012
Messages: 218
Masculin
RPG * Nom du perso: Grey Fullbuster
Statut: Professeur à Poudlard

MessagePosté le: Ven 6 Déc 2013 - 13:54    Sujet du message: Poudlard VS Mangemorts (Ouvert à tous] Répondre en citant

Stan, bien accroché derrière lui, Grey survolait pré-au-lard sur sa moto à toute allure. L'angoisse le tenaillait et elle se faisait à la fois plus virulente et plus terrifié, au fur et à mesure qu'ils se rapprochaient de cet immense crâne qui flottait dans le ciel. Un crâne auréolé d'étoiles vertes et par lequel un sinistre serpent sortait de la bouche. Quelle honteuse mascarade que cette marque au funeste présage. Qu'allaient-ils y trouver ? Quel spectacle horrible les y attendait ? Plus ils s'en approchaient et plus Grey le redoutait.
La forme spectrale qui flottait dans le ciel se trouvait au-dessus d'un champs de blé et manifestement ils avaient été les plus rapides, ou les plus inconscients, car ils étaient pour le moment les seuls sur place. Il descendit la moto en piqué tout en suivant les indications de Stan. Lui aussi les avait vu, après coup, mais le serpentard avait l'oeil plus vif et les avait immédiatement repéré. La moto quitta le ciel pour enfin regagner la terre ferme, si cher à son collègue. Lorsqu'il s'arrêta, Grey resta figé par le spectacle d'horreur qui se dressait devant ses yeux. Un homme et une femme, un couple probablement, attachés sur des croix en bois, tels des épouvantails, avaient visiblement été torturés à mort à coup de sortilèges interdit.
Stan bondit aussitôt de la moto et se précipita sur les deux corps inertes, dans le but de les détacher, en espérant qu'ils soient toujours en vie, ce dont le professeur de botanique doutait fortement. Grey lui, toujours à cheval sur sa moto était incapable d'esquisser le moindre geste, le moindre mouvement. Il observa Stan se démener pour les libérer sans être capable de réagir. Tout ce dont il avait conscience c'était de cette incroyable colère qui était entrain de bouillir en lui. Comment avaient-ils osé faire ça ? De quel droit ?!!
Les responsables ne devaient pas être loin, il pouvait encore les rattraper avec sa moto ! La faisant vibrer, le visage déformé par la colère, il fit bondir sa moto en avant et disparu dans le ciel. Il allait leur faire payer ! Ils ne s'échapperaient pas.
Très vite, comme il s'en doutait, il aperçut au loin, les silhouettes qui fuyaient sur leurs balais. Aussi rapide étaient-ils, sa moto était bien plus puissante mais ce ne fut que lorsque un mangemort bifurqua en revenant vers lui qu'il réalisa seulement que piloter une moto et lancer des sorts en même temps ce n'était pas ce qu'il y avait de plus pratique, surtout quand on voulait éviter les sorts que l'on vous envoyait ! C'est là, qu'il réalisa que la présence de Stan n'aurait pas été négligeable.
Grey connaissait bien son engin, et parvenait à le maitriser en évitant les sorts lancés avec adresse, mais pour ce qui était de ses attaques, ses sorts étaient lancés dans le vide, car au moment de pointer sa baguette et de viser, il devait toujours bifurquer pour éviter de se prendre lui-même un sort en pleine face. Ainsi, tenir tête à un mangemort c'était encore gérable mais quand il vit les deux autres clampins rejoindre leur acolyte, les choses se corsèrent légèrement pour lui.
Finalement un sort d'immobilisation frappa sa moto, et le deux roues cessa immédiatement son envol, pour piquer dangereusement du nez, tandis que son pilote faisant tout ce qu'il pouvait pour tenter de la redresser.

- Saleté ! Pesta-t-il contraint de sauter avant que son véhicule ne touche le sol

Alors qu'il tomba rudement en faisant quelques roulades, sa moto disparut dans une explosion si tôt qu'elle entra en contact avec la terre ferme. Il se releva légèrement titubant en observant ce qui fut durant quelques années sa moto, et qui n'était désormais plus qu'un brasier. Lui, n'avait rien de cassé, et c'était un miracle ! Les mangemorts auraient pu en profiter pour prendre la fuite, puisqu'il n'avait plus le moyen de les rattraper, mais ça ne sembla toutefois pas être dans leurs intentions, surtout lorsque des sorts furent jeter dans sa direction et qu'il évita de justesse.
Les enflures ! Il allait leur faire regretter. Si deux des mangemorts restaient en lévitation bien juchés sur leur balai, le troisième mit un pied à terre et se plaça face à Grey

- Je vais t'exploser la tronche l'affreux !

- Tu n'as pas changé Grey, tu n'en n'as donc pas eut assez la dernière fois ? Fit l'homme en retirant son masque

Grey se figea en entendant cette voix, il n'avait pas besoin de voir le visage qui se dissimulait derrière ce masque pour la reconnaître, mais lorsqu'il se dévoila à lui, cela ne fit que confirmer ce qu'il savait déjà : les yeux exorbités, il reconnu l'homme qui se dressait devant lui, et qui n'était autre que son cousin

- C... Casey ?!!!

- La dernière fois j'ai faillit t'envoyer à Azkaban, je vais peut-être pouvoir terminer le travail aujourd'hui, maintenant que tu as torturé à mort des cracmols

- Enfoiré !! Geyser de glace !

Aussitôt plusieurs piques de glace se mirent à sortir du sol à une vitesse faramineuse poursuivant Casey qui les esquiva avec adresse, et malgré l'attaque fulgurante de Grey, il parvint à toutes les éviter. Mais loin de se contenter d'éviter les attaques de son cousin, Casey passa lui aussi à l'offensive, et lança un sort que Grey put éviter à son tour

- Protego ! Hurla-t-il

Le sortilège le protégea de l'attaque, mais à peine le sort venait-il de se heurter à son bouclier magique qu'un autre sort le frappa dans le dos et le propulsa douloureusement de quelques mètres en avant
Allongé sur le sol, grimaçant de douleur mais serrant toujours sa baguette dans le creux de sa main, il ouvrit un oeil pour fusiller les deux mangemorts qui voltigeaient au-dessus de lui.

- Oh je ne t'ai pas dit ? Tous les coups sont permis. Sourit son cousin avec suffisance

Grey se releva, en ricanant, le sourire mauvais. Le combat ne faisait que commencer, il ne s'agissait pas d'une petite chamaillerie comme avec Stan un peu plus tôt, ou même la veille au Sanglier, et ce n'était pas pour lui déplaire. Il allait les faire morfler

- Tu n'en n'as pas eut assez ?

- Je ne suis plus le meme qu'avant Incarcerem !

- Immobulus ! Et moi je suis l'ainé ! Je serais toujours plus fort et plus rapide que toi

- ça c'est ce que tu crois Expelliarmus !

Casey se vit propulsé a quelques mètres de Grey qui lança aussitôt le sortilège de « la chaine enchantée » aussitôt des chaines apparurent et s'enroulèrent autour des bras, des jambes et de la taille de Casey qui se retrouva enchainé à l'arbre contre lequel il venait de s'assommer. Et un de moins. Le sourire moqueur et victorieux il se tourna en direction des deux autres. Qui étaient passé... à quatre ?!!! Mais depuis quand ?!! Et merde !
Les sorts se mirent à pleuvoir, et les mangemorts, se mirent à voltiger autour de lui, l'emprisonnant dans leur tourbillon de cercle invisible. Il devait absolument trouver le moyen de briser ce cercle qu'ils avaient formé et dans lequel il était vulnérable

- Doloris

Lorsque le sort le frappa, son corps ne fut plus que douleur, et il eut la sensation qu'on lui déchirait les entrailles. C'était donc cela la douleur qu'on éprouvait lorsqu'on était touché par ce sortilège interdit ? Loin de se laisser abattre, le regard mauvais, Grey se releva, légèrement titubant. Il refusait de perdre ! Il ne pouvait pas encore se prendre une raclée ! Mais les quatre mangemorts ne lui laissèrent aucun répit et lancèrent tour à tour ou simultanément des sorts qui, au bout du compte, finirent par le terrasser

- Meurs !

Allongé sur le sol, sa baguette gisant à quelques mètres de lui, Grey leva difficilement son regard noir en grimaçant de douleur vers celui qui venait de prononcer cette sentence. Putain de journée ! Elle avait décidément très mal commencé depuis ce matin...
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 6 Déc 2013 - 13:54    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Joker
Mangemort
Mangemort

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2013
Messages: 90
Féminin
RPG * Nom du perso: Joker
Statut: Mangemort

MessagePosté le: Ven 6 Déc 2013 - 22:18    Sujet du message: Poudlard VS Mangemorts (Ouvert à tous] Répondre en citant

L'air frais de la matinée caressait les murs des maisonnettes de Pré-au-Lard. Le soleil d'ordinaire si doux et si lumineux commençait doucement à s'acheminer vers son point culminant, projetant de belles couleurs rosées et orangées. Les rayons du bel astre se reflétaient sur la chevelure rousse de l'homme. Celui-ci, dévisageant de ses yeux améthystes les passants, ressortait du cirque. La respiration saccadée, il avait réussi à échapper à la foule d'enfants qui voulaient le voir exécuter des tours de passe-passe ou bien refaire un de ses numéros qu'ils surnommaient « d'amusant ». Oui, Joker aimait les enfants, mais de loin. Ils lui rappelaient sa douce petite enfance joyeuse mais aussi son adolescence sombre, ténébreuse... De longues et fines tresses orangées cascadaient sur sa chemise blanche à carreaux noires. D'une main osseuse, il enfila sa veste sur ses épaules, sans glisser ses longs bras dans ses manches et il se mit en route. Ses épaulette encadraient ses épaules musclés lui donnant une allure respectueuse quoique excentrique. Ce matin, il avait besoin de se détendre. Une longue journée l'attendait, cela faisait un moment déjà qu'il songeait à ses compagnons, les Mangemorts, ceux-ci n'avait commis aucun crime, aucun délit depuis un moment. Cela finissait presque par inquiéter notre clown qui avait l'habitude des représailles de son maître. Les mains dans les poche de son pantalon blanc bouffant, il avançait à travers le village, ses bottes de cuirs claquant contre le sol se répercutant dans les petites ruelles. Une pensée lui traversa l'esprit, pourquoi n'irait-il pas aux Trois Balais boire un coup ? Pour se revigorer, faire le pleins de bonne humeur ? Ou de mauvaises d'ailleurs... Sa baguette logée bien au chaud contre sa ceinture n'allait sans doute pas lui être d'une quelconque utilité ce soir, de toute manière il n'en avait ni l'envie ni l'occasion...


Passant tout d'abord à pas lent devant la boutique de confiserie, il entendit les cris d'une vieille femme. Celle-ci montrait à qui voulait bien l'entendre qu'Ils avaient encore frappé. Levant les yeux au ciel, Joker découvrit alors avec un fin sourire sadique le spectacle qui se pavanaient joyeusement devant ses yeux. Le symbole de sa confrérie, de celle de son Maître... Celui des Mangemorts. Enfin ! Cela faisait un moment qu'il n'en avait pas entendu parler ! Faisant mine de rien, il continua son chemin tout en prenant soigneusement la précaution de se diriger là où la marque des Ténèbres flottait tranquillement, paisiblement, sataniquement. Traversant un dédale de rues, le pas guilleret il traversa une grande allée emplie de petites boutiques en tous genres, avant de passer devant le petit bar les Trois Balais. Il hésita un moment devant la porte, la main en suspension avant de reprendre son chemin d'un air décidé et de dévaler une pente quelque peu vertigineuse. Enfin, il arriva à un champs et vit un homme batailler contre des liens. Là, un homme et une femme étaient accrochés à une croix, torturés à morts par des sortilèges maléfiques, œuvre de ses confrères. Le Mangemort resta là, bouche bée, les yeux écarquillés, vibrant de rage et de folie. Comment avaient-ils osé ? Cette vision refit surgir en lui des souvenirs enfouis depuis bien trop longtemps...


Il marchait dans la cour de sa demeure, d'une démarche sautillante, heureux de revoir les êtres qu'il aimait tant... Traversant la petite passerelle surmontant un ruisseau rempli de petits poissons en tout genres, il s'étala face contre terre. Époussetant sa tunique, il se releva avec difficulté et leva les yeux. Jamais il n'oubliera cette vision d'horreur, dégoûtante, répugnante, terrible, terrifiante. A ce moment-là, il n'avait pas poussé de cri, bien trop surpris et effrayé par le corps de ses parents encré dans le tronc du grand chêne... Puis les larmes avaient commencé à s'écouler...


Ce souvenir avait rouvert une cicatrice fermée, une plaie douloureuse. Ce genre de plaie qui vous faisait rager. Bouillant de colère intérieurement, il attrapa sa baguette de sa main d'os avant de partir en courant vers les éclats de voix et de lumières. Ses bottes de cuir raclaient contre la terre remuée du champs. Soudain, il s'arrêta et reprit son souffle en s'armant d'un sourire mauvais. Devant lui se tenait cinq Mangemorts, dont un était enchaîné à un arbre et les quatres autres encerclaient un homme en le torturant. Celui prit au piège contre l'écorce de l'arbre, Joker le connaissait bien, peut-être un peu trop, il s'agissait de Casey, un lèche botte de Lord Voldemort, un pion, rien de plus ni de moins. Le jeune homme ne l'aimait pas, d'ailleurs, il n'appréciait aucun Mangemort, et il les supportait encore moins quand ils commettaient ce style de crime. Faisant un signe de la main à Casey pour lui signifier sa présence, le Mangemort tressaillit reconnaissant qui lui faisait face, cette main droite faite d'os, il la reconnaîtrait entre toutes, c'était celle de Joker, le Mangemort satanique et qui pourtant ne semblait apprécier aucun de ses confrères, d'ailleurs il paraissait vouloir leur mort à tous... Enfin non, c'était une certitude, et Joker les éliminerait un à un, sans pitié. S'arrêtant à quelques pas des tortionnaires, il sortit sa baguette et prit entre le creux de son coude gauche le cou de celui qui lançait le sort interdit au jeune homme. Il lui plaqua la nuque contre son épaule avant de passer sa langue sur son cou et de lui plaquer la baguette contre les côtes. Son compagnon écarquilla les yeux d'un air effrayé, il ne manquait plus que Joker soit là. Joker s'exclama alors d'une voix à la fois cynique, moqueuse et légèrement en colère :


- Voyons mes amis, ce n'est pas très gentil tout ça... Faire du mal à des gens qui ne le méritaient certainement pas, ou du moins qui ne se dressent pas contre nos idéaux, est contre tous ce que nous a appris le Maître des Ténèbres... Endoloris !



La Mangemort appuyé contre Joker s'affaissa contre lui en gémissant de douleur.


- Maintenant, mets toi à genoux devant moi et demande moi le pardon Breakins ! Tu sais très bien que le Seigneur des Ténèbres n'aime pas ce genre d'intervention ! A t-on avis qui se fait punir pour vos petits jeux futiles ?


L'homme tomba à genoux sous le courroux de Joker, les deux autres Mangemorts n'esquissèrent aucun geste, avec un peu de chance, la colère de Joker ne se retournerait pas contre eux. Le jeune homme fit tomber son confrère au sol, face contre terre, lui faisant tomber sa baguette en lui écrasant le poignet et appuya sa botte contre son cou pour lui bloquer la respiration. Joker connaissait trop bien les punitions qu'infligeaient son maître lorsqu'il était chargé de veiller sur ses compagnons et que ceux-ci tuaient sans réfléchir aux conséquences... Soudain son regard se planta dans celui du jeune homme un peu plus tôt torturé par le Mangemort. Il esquissa un sourire, penché par-dessus l'homme sur lequel il prenait appui, puis il se releva envoyant valser son pied dans les côtes de Breakins. Les trois autres Mangemorts levèrent leur baguette presque simultanément et la braquèrent sur Joker. Leurs regards se faisaient assassin, malgré le fait que Joker soit un Mangemort assez imposant, il estimait que l'honneur de leur camarade valait mieux qu'esquiver le courroux de notre cher personnage... Son sourire un peu plus tôt sadique s'effaça pour en afficher un qui semblait mélancolique. Et dire qu'il avait tant bataillé pour que personne à Pré-au-Lard ne sache qui il était réellement, Joker était un Mangemort et c'était un fait, cependant il se haïssait pour être cet homme, celui au service de Lord Voldemort. Un jour il le tuerait, oui un jour ce sera lui qui gouvernerait ces êtres machiavélique pour créer un monde prospère qui marcherait droit, où les gens seraient heureux, oui un jour ce sera lui le Grand Mage ! Il s'avança vers l'homme allongé avant de lui tendre une main pour l'aider à se relever. Malheureusement, il n'avait pas choisit la bonne, il lui tendait celle faite d'os. Scrutant les yeux du jeune homme, il doutait qu'il puisse être quelqu'un de mauvais... Avec un peu de chance, il découvrirait qui était réellement Joker, un traître des Mangemort, un faux allié des mauvais... Sa main laissée en suspent, l'autre était dirigée vers ses confrères, la baguette pointée vers la poitrine de l'un deux.



- Vous allez bien ? J'espère qu'ils ne vous ont pas trop malmené, ces gens-là ne connaissent pas la politesse...



_________________


Il aime la mort, elle aime la vie.
Il ne vit que pour elle, elle est morte pour lui.


Dernière édition par Joker le Dim 15 Déc 2013 - 18:57; édité 1 fois
Revenir en haut
Grey
Professeur
Professeur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juin 2012
Messages: 218
Masculin
RPG * Nom du perso: Grey Fullbuster
Statut: Professeur à Poudlard

MessagePosté le: Ven 13 Déc 2013 - 15:03    Sujet du message: Poudlard VS Mangemorts (Ouvert à tous] Répondre en citant

Ils s'étaient amusés à voler tous les 4 autour de Grey, l'emprisonnant dans un cercle invisible d'où il n'avait pu s'échapper. Commença alors pour lui un ballet de souffrance, où ses cris étaient proportionnels à la douleur qu'il ressentait. Mais quel imbécile il avait été ! Que s'imaginait-il en les poursuivants ? Une fois encore, il n'avait pas réfléchis et avait laissé ce sentiment de colère l'habiter et s'emparer de lui. N'apprendrait-il donc jamais rien ? Serait-il toujours incapable de dominer ses émotions ? Foncerait-il toujours tête la première tel un cognard, sans réflechir ?
Son sang n'avait fait qu'un tour lorsqu'il avait vu les corps inertes de leurs victimes. Plus rien ne comptait si ce n'est une chose : il voulait rattraper leurs bourreaux pour les venger et leur faire regretter leurs gestes, il n'avait pas réfléchis plus loin. Il ne s'était pas demandé comment il s'y prendrait, ni encore moins combien ils pouvaient être. Au début, ils n'étaient que trois, et était parvenu à en maitriser un sans trop de difficulté, mais sans qu'il ne s'en rende compte voilà que la seconde d'après ils étaient passés de 3 à 5.
Et Stan qui ne revenait pas... est-ce que cela signifiait que les victimes de ces monstres avaient survécus et qu'il restait à leur côtés ? Qu'il n'était pas encore trop tard pour eux ? Il l'espérait de tout cœur sans trop oser y croire. Mais dans ce cas, s'ils étaient toujours en vie, il ne devait pas compter sur la cavalerie et ne devait compter que sur lui-même pour s'en sortir, mais à vrai dire, il avait bien du mal à percer leur défense et à se protéger de leurs attaques.
D'ailleurs, ils auraient pu le tuer tout de suite, s'ils l'avaient voulu, mais au lieu de ça, les mangemorts prenaient tout leur temps, préférant visiblement jouer un peu avec lui, et enchaînant des sorts aussi variés qu'efficaces. La douleur se faisait toujours plus grandissante encore, encore et encore. Comme s'ils offraient un concerto, à dame nature avec ses pauses, ses variations, ses crescendos, ses trilles qui tordaient les entrailles, et ses basses qui broyaient ses membres.

Puis la musique devint silencieuse et s’arrêta, les longues plaintes de la douleur se turent, et Grey tomba au sol, trop faible pour crier, trop torturé pour retenir ses gémissements. Les mangemorts avaient toutefois prit grand soin à ce que leur divertissement du moment ne perde pas connaissance.
Allongé sur le sol terreux, désarmé, et alors qu'il se sentait vidé de toutes ses forces et que son corps n'était plus que douleur, Grey n'avait d'autre recours que de fusiller d'un regard avada kadevresque ses tortionnaires, avant d'être lui-même victime de ce sort qu'on s'apprêtait finalement à lui jeter. C'est alors qu'un étrange personnage entra en scène. Il ne vit pas immédiatement son visage. Il était revêtu d'un pantalon blanc bouffant et d'une veste écarlate. Il s'avançait parmi le groupe de mangemort sans éprouver la moindre crainte, avec une assurance tranquille, comme s'il savait qu'on ne pourrait pas lui faire le moindre mal. Il avançait d'un pas que l'on pourrait qualifier d'impérial, comme s'il était le chef de ce groupuscule. Décidément, il en sortait de partout. Cependant, contre toute attente, le rouquin attrapa le mangemort qui lui avait lancé le sort interdit par le cou. Grey avait réunis ses dernières forces pour rouler sur le coté afin d'éviter le sort mortel, et observa la scène qui se déroulait sous ses yeux. C'était quoi ça ? Il était roux... etait-ce un membre de la famille Prewett ? Un allié ? Non, ils avaient l'air de se connaître... Et ses tortionnaires semblèrent redouter sa présence.
Lorsqu'il le vit passer sa langue sur le cou de sa victime dans un geste visiblement jouissif, Grey l'observa en se disant qu'il n'était pas sorti de l'auberge et que ce triste clown était probablement encore plus barge que les autres.

- Voyons mes amis, ce n'est pas très gentil tout ça... Faire du mal à des gens qui ne le méritaient certainement pas, ou du moins qui ne se dressent pas contre nos idéaux, est contre tous ce que nous a appris le Maître des Ténèbres... Endoloris !

Le jeune professeur se contracta à la vu du spectacle qu'il leur offrait. Pour y avoir gouté, il eut presque pitié de son bourreau. Se battre était une chose, s'abaisser à avoir recours à de telles méthodes en était une autre. A n'en pas douter, celui-là était vraiment pire que les autres, il était même carrément dérangé. Ses paroles qu'il venait de prononcer, n'avaient de plus aucun sens. Bien sur qu'il se dressait contre leurs idéaux de détraqués ! Et s'en prendre à des innocents simplement parce qu'ils étaient nés cracmols ou sang-de-bourbe, n'était-ce pas là, le propre de ces serpents ? L'érradication pure et simple des races qu'ils jugeaient, selon leurs propres critères, inférieurs ? Et ce, de préférence de manière violente afin d'insuffler un vent de Terreur dans le monde des sorciers et de dissuader quiconque oserait se dresser sur leur passage ?
Tel un serpent qui s'enroulait autour de sa proie pour l'étouffer, la prise du clown sur sa victime se ressera davantage. Après avoir été victime du sortilège interdit lancé par son « compagnon », l'homme s'affaissa contre le rouquin en gémissant de douleur. Mais ce dernier n'en n'avait de toute évidence toujours pas terminé avec lui

- Maintenant, mets toi à genoux devant moi et demande moi le pardon Breakins ! Tu sais très bien que le Seigneur des Ténèbres n'aime pas ce genre d'intervention ! A t-on avis qui se fait punir pour vos petits jeux futiles ?

Grey tiqua. Le seigneur n'aimait pas ce genre de spectacle ? A d'autres, il adorait ça ! Plus c'était spectaculaire et malsain et plus aimait ça. Tel un porc qui se baignait dans la fosse à purain, plus s'était dégoutant et ecoeurant plus il s'y complaisait. Ce qu'ils avaient osé faire à ce couple de cracmol était impardonnable. C'est tellement plus facile de s'en prendre à des gens qui ne savent pas se défendre ! A cette pensée, une colère sourde et grandissante se mit à l'envahir, lui donnant assez de force pour se mettre à genoux et s'emparer de sa baguette qu'il serra précieusement entre ses doigts, bien décidé à cette fois, ne plus la lâcher. Qui était donc cet illuminé ? Que voulait-il ? D'un coté, il semblait s'offusquer de ce qu'avait fait ses congénères et tenait des propos que l'on pourrait qualifier d'incohérant pour une mangemort, mais de l'autre il était clair qu'il faisait parti des leurs. Pire, à l'attendre, il semblait même être leur supérieur. Qui était-il au juste ?
Sans la moindre pitié, le clown écrasa sa botte contre le cou de sa victime qui était désormais désarmé. Quel sort lui réservait-il ? La crainte de ce qui allait se produire allait crescendo, c'est alors que comme attiré par son sentiment de peur, le rouquin posa ses pupilles améthystes sur lui. Serrant les dents, et le fusillant du regard, Grey soutint son regard. Comme s'il avait été amusé par sa réaction, le mangemort esquissa un sourire avant de donner un violent coup de botte dans les cotés de sa victime. C'est à ce moment précis que les trois autres mangemorts, qui étaient restés sans réaction jusqu'à présent, levèrent leurs baguettes en direction du sinistre personnage, qui ne s'en inquiéta visiblement pas plus que ça. Les ignorant, il se dirigea vers lui. Les cheveux de feu, le sourire sadique, vêtue partiellement de rouge, sans oublier ce coté malsain qui se dégageait de tout son être, cet homme avait tout du diable sorti des entrailles de l'enfer. S'abaissant légèrement vers lui, il lui tendit une main qui se voulait visiblement amicale, pour l'aider à se relever. Le regard de Grey se posa sur cette main cadavérique fait d'os et eut un mouvement de recule avant de reposer son regard surprit sur le mangemort. Il s'était peut-etre trompé sur son compte, et plus que le diable, à en juger par l'état de sa main, c'était plutot la mort qui venait de se présenter à lui.

- Vous allez bien ? J'espère qu'ils ne vous ont pas trop malmené, ces gens-là ne connaissent pas la politesse...

Le brun ne put s'empecher de lacher un petit rire cynique devant la fausse amabilité de cet homme. Comme si cet homme, lui, connaissait la politesse. Comme si lui, valait mieux que ces sauvages ! Malgré ses manières posés, il ne trompait personne, et surtout pas lui, il était encore pire que les autres. Mais Grey devait reconnaître qu'il avait de l'humour. De l'humour noir, certes, mais de l'humour. Après ce que lui avait fait subir ses petits camarades, employer le terme « Malmené » était un euphémisme.

- T'es qui toi au juste ? Tu as une drole de manière de traiter tes potes ! Tu es encore pire qu'eux

Grey n'aimait pas les mangemorts, il n'avait aucune considération pour eux, mais dans un groupe, quelqu'il soit, lorsqu'on en fait parti, la moindre chose c'était de se soutenir, comme une famille, comme à Poudlard. Mais visiblement les mangemorts était tous plus fêlés les un que les autres. Pire, tels des charognards, ils s'entrebouffaient mutuellement pour conforter leur domination sur les autres. Refusant de prendre la main qu'on lui tendit, Grey se releva seul, encore chancelant et grimaçant, serrant toujours sa baguette dans le creux de sa main droite avec le peu de force qu'il lui restait, et se tenant les cotes en grimaçant de sa main gauche. Bien que sérieusement affaiblit, on pouvait lire dans son regard une haine farouche pour chacun d'entre eux.
Un des mangemorts était parti libérer Casey et revenait avec lui. Et voilà, maintenant ils était à 6 contre 1. C'était de mieux en mieux...

- Vous ne passerez pas ! Je vous laisserez pas vous en tirer comme ça, tous autant que vous êtes

- Ah oui ? Et tu comptes faire comment, toi qui tiens à peine sur tes jambes, lui demanda son cousin sur un ton moqueur


En guise de réponse, Grey érigea un gigantesque et infranchissable mur de glace derrière lui
_________________


Revenir en haut
Joker
Mangemort
Mangemort

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2013
Messages: 90
Féminin
RPG * Nom du perso: Joker
Statut: Mangemort

MessagePosté le: Sam 14 Déc 2013 - 13:18    Sujet du message: Poudlard VS Mangemorts (Ouvert à tous] Répondre en citant

Ses pupilles violettes fixaient intensément le jeune homme qui se tenait à genoux devant lui. Il avait réellement l'intention de l'aider, plus on est de fous moins il y a d'ennemis! Mais Joker sentait pertinemment qu'il répugnait le jeune homme. De plus, lorsqu'il lui avait brandi sa main en signe d'aide et qu'il lui avait adressé la parole, l'homme choqué avait eu un bref geste de recul en découvrant sa main cadavérique et était resté muet en plongeant ses yeux dans les siens. Le cœur serré, le Mangemort avait contemplé la scène, cette main qu'il avait tout d'abord refusée lui portait préjudice, ce n'était pas sa faute et il comptait bien le faire savoir à son interlocuteur. Le Mangemort, bien qu'il soit sadique, cynique, moqueur et qu'il possède de nombreux défauts, est quelqu'un de très émotif et sensible, alors le fait que ce jeune garçon soit répugné par sa main l'affectait plus qu'il ne le souhaitait, cela le rendait très mélancolique voir plus... C'est à ces moments là qu'il souhaitait en silence de mourir lorsque l'accident s'était produit. Pourtant, il décidait de ne rien lâcher, les deux hommes semblaient avoir les mêmes convictions et pourtant l'un ne pouvait voir l'autre. Néanmoins, l'homme que Joker avait sauvé de la mort semblait surpris par son geste, peut-être était-ce la première fois qu'il découvrait qu'un Mangemort pouvait faire preuve de sympathie. Un petit rire cynique s'était échappé de sa gorge pour venir titiller les nerf de notre cher clown puis à la suite de Joker il lui avait répondu d'un ton qui se voulait presque désinvolte:

- T'es qui toi au juste ? Tu as une drôle de manière de traiter tes potes ! Tu es encore pire qu'eux

Joker eut un mouvement de recul presque choqué par les dires de cet homme. Potes était synonyme d'amis... Amis avec eux? Jamais de la vie!!! Il avait envie de ce jeter sur cette "victime" et de l'étrangler pour ce qu'il venait de dire, il n'avait donc rien compris... Il le voyait simplement comme un monstre tortionnaire qui aimait voir ses amis souffrir devant lui... Mais non, Joker n'était pas ce monstre, il faisait simplement payer à ces criminels les meurtres qu'ils avaient commis. Plongeant son regard violet, dont les contours de ses yeux étaient tracé à l'encre noir, dans les yeux du jeune homme, ses lèvres s'étirèrent en un sourire amusé quoique peiné. Le jeune homme se releva difficilement avec comme une lueur de dégoût, pourtant Joker ne lui avait rien fait... pourquoi se comportait-il ainsi? Lui était-il jamais venu à l'idée que le Mangemort n'avait peut-être pas eu son mot à dire lorsqu'il était plus jeune, lorsqu'on lui avait imposé la marque. Oui, Joker allait bientôt finir misanthrope, les gens jugeaient sans connaître, mais au fond de lui il espérait qu'il comprendrait... Cela semblait déjà peine perdu... Se tenant les côtes avec sa main gauche, il tenait fermement sa baguette de la droite en lançant des regard haineux autour de lui. Joker observait la scène à demi peiné à demi enjoué. Casey revint parmi eux en fusillant le clown du regard.

- Vous ne passerez pas ! Je vous laisserez pas vous en tirer comme ça, tous autant que vous êtes

Ah?! Il se dressait contre eux, était-il fou à lier? Seul contre tous ces Mangemorts? Non, décidément Joker n'allait pas le laisser seul... Un de ses compagnons s'écria près de lui amusé par la situation, quoique plus moqueur qu'autre chose.


- Ah oui ? Et tu comptes faire comment, toi qui tiens à peine sur tes jambes

C'était Casey qui s'était exprimé... Quelle enflure... Joker rêvait depuis toujours de voir son cadavre gisant sur sur le sol, défiguré, les tripes à l'air. Avant que le Mangemort ait pu s'exprimer à son tour, l'homme dressa un mur de glace derrière lui pour empêcher les compatriote de Joker de s'en aller. S'il pensait qu'ils allaient s'enfuir, il s'enfonçait le doigt dans l'oeil jusqu'au coude le pauvre garçon. Joker se tourna vers Casey d'un air haineux et lui lança:

- Toi la ferme, on t'a pas causé!

Sa main osseuse se crispa violemment et se serra. le clown riva son regard dans celui de l'homme qui se dressait contre eux avant de lui répondre d'un air mélancolique mais à la fois moqueur:

- Tu crois vraiment que l'on va s'enfuir? Je préfère rester là et admirer la scène si tu veux mon avis, mon garçon...

il prit une courte pause avant de continuer en admirant sa main, une goutte d'encre tracé sous son oeil renforçant son regard d'améthyste.

- je suis celui qui marche avec la mort, main dans la main... Tu as l'air surpris par ça... (il agita sa main sous son nez) Penses-tu réellement que j'ai choisi à l'âge de 15 ou 16 ans d'être démembré?(il se rapprocha de lui, lui murmurant seulement pour que ce soit lui qui l'entende) Soit, je suis peut-être pire qu'eux, mais ce ne sont pas mes "potes" comme tu le dis si bien (un large sourire étira ses lèvres) tu me juges sans me connaître, ce n'est pas très sympathique tu sais... Crois tu que j'ai choisi d'être ce que je suis maintenant? Un monstre au service du Seigneur des Ténèbres? Ne t'aies tu jamais demandé si ces gens ne m'aurait pas forcé à être un Mangemort? cela m'attriste réellement, j'aurais pensé que tu aurais compris mes intentions jeune homme, je n'ai aucune pitié pour eux, au contraire, leur mort me réjouirait pour tout ce qu'ils ont fait, à moi et à des innocents...

En achevant sa phrase, il avait planté ses yeux dans les siens et avait rapproché sa main des cheveux de son interlocuteur, en y attrapant une petite branche qu'il avait récolté au sol, il fit glisser dans sa main une petite balle de jonglage. Ses doigts osseux se resserrèrent autour de la grosse bille et la firent tomber dans une poche du jeune homme.

- Fais en bonne usage, mon garçon, je me régalerais de te voir la lancer sur ces... hum... chose... Si tu pouvais en détruire un ou deux ce serait parfait...

Cette petite balle paraissait inoffensive à l'oeil nu, mais si on en connaissait l'utilisation, il suffit de la lancer pour qu'elle explose sur ses assaillants, ainsi elle peut provoquer de graves blessures... Soupirant, il se recula et braqua sa baguette vers ses compagnons. S'il s'en sortait bien, il pouvait faire passer ces compagnons pour des traîtres auprès de Lord Voldemort, le tout était de déguiser la scène de crime une fois leurs cadavres jonchant le sol, ainsi son Seigneur ne le soupçonnerait peut-être pas, sa couverture pouvait rester pratiquement intacte, voir il augmenterait peut-être dans son estime, tuer des traîtres c'est une bonne preuve... Joker s'adossa contre la parois de glace, oui il avait envie de tous les tuer mais il désirait d'abord voir comment aller s'en sortir le jeune homme... Petite curiosité...

_________________


Il aime la mort, elle aime la vie.
Il ne vit que pour elle, elle est morte pour lui.


Revenir en haut
Fabian Prewett
Gryffondor
Gryffondor

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2012
Messages: 209
RPG * Nom du perso: Fabian Prewett
Statut: Etudiant - Gryffondor
Cinquième année

MessagePosté le: Lun 16 Déc 2013 - 17:18    Sujet du message: Poudlard VS Mangemorts (Ouvert à tous] Répondre en citant

Le cœur de Fabian n’avait jamais connu une si grande vitesse à tel point qu’il se demanda s’il n’allait pas faire une insuffisance respiratoire alors qu’il courait le long du passage secret le menant vers Pré-au-Lard. Bien s’entendre avec les pires cancres de sa maison avait ses avantages : Seth et James lui avait parlé de ce souterrain l’année dernière. A croire qu’ils connaissaient vraiment toutes les entourloupes pour se balader ceux là ! Fabian, bien que de plus en plus terrifié n’allait pas s’en plaindre.
Il ne savait pas ce qu’il était en train de faire, son cerveau était comme brouillé, sa course folle était automatique, irréfléchie. C’était comme si la marque avait agit comme un réactif chez lui. Il devait aller voir ce qui se passait, c’était plus fort que lui. Qui était là ? Qui avait périt ? Était-ce un commerçant ? Un étudiant ? Un prof ? Un inconnu de passage ? En tout cas, la présence de la marque indiquait quelque chose de certain : il s’agissait d’un innocent.

Se serait-il jeté de la sorte sans ses précédentes altercations avec Rutherford ? La douleur dans ses membres précédement endoloris par une brasse vigoureuse dans les eaux troubles du lac, le laissait croire que non. La fatigue de ses membres ne lui faisait pas oublier la honte profonde qu'il avait ressenti...

Débouchant plus vite qu’il ne l’aurait cru dans les ruelles de Pré-au-Lard, il repéra la lugubre tête de serpent flottant dans les airs. Il allait prendre la direction de celle-ci, quand une terrible explosion retentit à à peine quelque centaines de mètres de lui. Sans ralentir l’allure, il décida de se diriger vers l’épaisse fumée s’élevant à présent dans le ciel. C’était donc sur, il y avait toujours des combats en cours. Fabian savait qu’il ne fallait pas qu’il se dirige vers l’endroit, il savait qu’il aurait dû aller prévenir un prof à l’école. Mais s’il l’avait fait, le prof en question aurait refusé qu’il l’accompagne, et il n’aurait pas pu aider les gens au prise des Mangemorts… Bonne ou mauvaise décision, c’était celle qu’il avait choisi. N’espérait-il pas devenir Auror un jour ? C’était l’occasion rêvée de faire ses preuves. Il se souvint du regard de Guid qui pensait étonnement comme lui sur ce sujet. Lui aussi voulait combattre les mages noirs. Et le souvenir du regard de son frère était comme un accord familial, quelque chose lui donnant la permission de faire ce qu’il envisageait de faire, alors même que Molly, sa tutrice depuis plus d’un an, lui avait littéralement interdit d’envisager cette carrière.

La respiration haletante, il ralentit l’allure quand les maisons se dispersèrent peu à peu faisant place à un champ immense. Au loin, il voyait plutôt bien un groupe de personne à quelques pas de la fumée. Il allait s’élancer quand il entendit des cris de douleur. Ce genre d’hurlement que personne ne peut résister à pousser lorsqu’il est soumit à une torture. Et la voix qui hurlait lui disait vaguement quelque chose… Tétanisé, il continua à avancer furtivement, l’urgence lui brulant la poitrine (ainsi que sa course folle dans les dédalles souterrains) mais la peur lui freinant le pas. Il ne savait pas que faire, alors il continua de marcher vers le groupe, comme un animal furtif, traquant sa proie, se dissimulant plutôt mal des personnes, de toute façon de dos et trop occupé que pour le remarquer.

Lorsqu’il fit à une assez bonne distance des hommes masquées pour distinguer la couleur de leurs chaussettes, il se cacha dans un bosquet, se griffant le visage d’effroi et de frustration d’être si lâche. Car il avait bien vu que la victime était encerclée par 5 si pas 6 mangemorts et, comme un petit enfant, il s’était accroupi, se bouchant presque les oreilles tant les cris étaient épouvantables. Si il se précipitait à la rescousse de la victime qu’il avait fini par identifier (c’était Grey, son prof de botanique) il ne pourrait lui être d’aucune aide vu qu’il serait immédiatement désarmé. Il ne voulait pas subir de torture, c’était plus fort que lui. Pris d’une véritable crise de panique, il mit plusieurs secondes à réaliser que les horribles hurlements s’étaient tu et que ca discutait ferme de l’autre côté de sa cachette.

Il jeta un coup d’œil et vit son prof se remettre courageusement à genoux à travers les silhouettes à la cape noirs, serrant sa baguette contre sa poitrine. Il n’avait pas l’air effrayé quand il lança un sortilège qui fit jaillir un mur de glace pour empêcher ses bourreaux de s'enfuir. Un homme à l’allure de clown que Fabian avait d’abord prit pour un ennemi brandit sa baguette vers les mangemorts et ce geste d’affront lui donna enfin suffisamment de courage pour sortir de sa torpeur : il se tenait prêt à les prendre en revers. Il n'était pas un moins que rien comme semblait le penser Rutherford, il allait enfin pouvoir faire quelque chose utile. Sa frayeur était pourtant bien loin d'avoir disparue. Le cœur battant, la baguette levée, il attendit que quelque chose se passe. Avec un peu de chance, il pourrait stupéfixier deux mangemorts avant que ces idiots ne s’aperçoivent que c’était à présent eux qui étaient encerclé. Fabian ne préféra pas penser à la réaction de ceux-ci en découvrant qu’il n’était qu’un étudiant de 15 ans.
Son cerveau fonctionnant à vive allure, il se releva à moitié, se mettant sur ses genoux. Fixant son prof qui lui faisait face mais qui semblait être à milles lieux de le voir, il commença par faire quelques mouvements de la main pour attirer son attention. Après dix secondes de gestes devenant de moins en moins discrets, il rapporta son attention sur l’allié à l’allure de clown. Méthodiquement, il recommença son petit manège, comme si être vu par eux était quelque chose de vital, alors qu’après tout… En réalité, si Fabian était terrifié des se recevoir un sortilège de mort en pleine tronche de la part des mangemorts, il était encore plus terrifié d’être tué par un sortilège de son prof ou de son allié. Etre vu, c’était comme le début d’un plan d’action effaçant du coup la stupide idée d’un garçon de 15 ans de foncer droit vers le danger sans trop réfléchir. Se faire voir c’était cautionner sa présence ici. Quitte à mourir, Fabian préférait bêtement avoir l’appui d’un professeur. Non, décidément, il n’était pas fait pour défier l’autorité. Du moins l’autorité qu’il jugeait légitime.
Il rapporta de nouveau son attention sur Grey et cru enfin avoir brièvement attiré son attention.


Revenir en haut
Grey
Professeur
Professeur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juin 2012
Messages: 218
Masculin
RPG * Nom du perso: Grey Fullbuster
Statut: Professeur à Poudlard

MessagePosté le: Jeu 20 Fév 2014 - 18:57    Sujet du message: Poudlard VS Mangemorts (Ouvert à tous] Répondre en citant

Grey venait d'ériger un mur de glace juste derrière lui. Un mur qui semblait vouloir rivaliser avec la grande muraille de chine, s'étendant aussi bien sur des centaines de mètres à sa droite, qu'à sa gauche. Mais non content de s'étaler en longueur, le mur de glace s'élevait également si haut dans le ciel, qu'on ne pouvait espérer le franchir en passant par au-dessus, même en enfourchant un balai. Si les mangemorts voulaient passer, ils n'auraient pas d'autre choix que de le détruire or on ne détruisait pas aussi facilement sa magie de glace. Une autre solution beaucoup plus radicale consistait tout simplement a éliminer son concepteur, à savoir... lui-même. Et il ne fallait pas être devin pour deviner que c'était cette option que les mangemorts allaient choisir. Bon sang, combien de temps, allait-il pouvoir tenir ?
Son regard déterminé croisa celui ouvertement moqueur du sinistre clown, qui ne put s'empêcher d'y aller de sa petite remarque. De toute évidence, tout ceci l'amusait fortement.

- Tu crois vraiment que l'on va s'enfuir? Je préfère rester là et admirer la scène si tu veux mon avis, mon garçon...

Grey serra les dents. Mon garçon ? Il était entrain de le traiter comme un enfant ? Grey afficha une moue désapprobatrice, mais l'autre n'avait finalement pas fini son petit discours.

- Je suis celui qui marche avec la mort, main dans la main...

« Pauvre taré », songea Grey en le fusillant du regard

- Tu as l'air surpris par ça... fit-il en agitant sa main sous ses yeux.

Son regard se porta sur cette prothèse qu'il agitait sous son nez. Bien sur qu'il avait surprit, choqué serait même un terme beaucoup plus adéquat. Et qui ne le serait pas ? Ce n'était pas comme si on voyait ce genre de choses tous les jours. Il s'agissait d'une main artificielle, qui avait été substitué pour remplacer le membre disparut. Mais à défaut de passer inaperçu, et de porter une main que l'on pourrait qualifier de normal, ce taré avait choisit une prothèse très particulière, une prothèse qui avait l'apparence de ses os. Ce choix, non content d'être repoussant, prouvait bien, si cela était encore nécessaire, combien ce personnage était hautement perturbé et dangereux. Il dansait avec la mort main dans la main, c'est bien ce qu'il venait de dire ? Et s'il la rejoignait définitivement ?

- Penses-tu réellement que j'ai choisi à l'âge de 15 ou 16 ans d'être démembré?

Grey releva son regard noir sur le mangemort. Que cherchait-il à faire exactement ? A s'attirer sa pitié ? Il ignorait comment ou dans quelle circonstance, ce triste sir avait perdu sa main, et à vraie dire, il s'en désintéressait totalement. Tout ce qui lui importait en ce moment c'était que des renforts arrivent très vite, car il ne pourrait pas tous les retenir très longtemps...

- On a toujours le choix, répondit Grey impassible. Je me fiche de tes histoires

Nullement impressionné, toujours plongé dans son délire, l'homme se rapprocha de lui. Approchant ses lèvres de son oreille, il pouvait sentir son souffle dans son cou, leurs visages se frôlaient presque. Cette proximité glaça le sorcier dont le corps en sueur s'était tendu, prêt à riposter au moindre signe d'attaque.

- Soit, je suis peut-être pire qu'eux, mais ce ne sont pas mes "potes" comme tu le dis si bien, jugea-t-il bon de préciser tandis que ses lèvres s'étirèrent en un immense sourire. Tu me juges sans me connaître, ce n'est pas très sympathique tu sais...

Grey arqua ses sourcils en lui jetant un regard sévère. Il le jugeait ? D'une certaine façon ce n'était pas tout à fait faux. Il n'était pas psy, et n'avait absolument aucune envie d'entendre toutes les excuses qui avaient pousser les mangemorts à rejoindre les rangs du mage noir. D'une part cela ne l'intéressait absolument pas, d'autre part, quelques soient leurs raisons, leurs explications ou leurs raisons, rien à ses yeux, ne pouvait justifier leurs actions.

- Crois tu que j'ai choisi d'être ce que je suis maintenant? Un monstre au service du Seigneur des Ténèbres? Ne t'aies tu jamais demandé si ces gens ne m'aurait pas forcé à être un Mangemort?

Grey ne répondit rien, se contentant de fixer le mangemort sans répondre. Non, ce n'était pas le genre de question qu'il se posait lorsqu'il se retrouvait face à un ennemi. Quelque soit son passé, il était le seul maitre de sa destiné. S'il ne désirait plus être au service du maitre des ténébres, il ne tenait qu'à lui de se dresser contre lui et de reprendre sa vie en main. Mais pour cela, il fallait du courage, ce dont son interlocuteur semblait cruellement manquer.

- cela m'attriste réellement, j'aurais pensé que tu aurais compris mes intentions jeune homme, je n'ai aucune pitié pour eux, au contraire, leur mort me réjouirait pour tout ce qu'ils ont fait, à moi et à des innocents...

Grey ne comprenait plus rien à son discours, il était attristé ? Parce qu'il ne le comprenait pas ? Mais pourquoi ? Qu'était-il pour lui ? Qu'est-ce que cela pouvait bien lui faire qu'il prenne ou non, ses jérémiades en considération ?
En achevant sa phrase, il avait planté ses yeux dans les siens et avait rapproché sa main des cheveux de son interlocuteur. Le cœur de Grey s'était mit à battre dangereusement dans sa poitrine et une goutte de sueur froide glissa le long du dos. Il s'attendait à ce que le mangemort lui empoigne les cheveux avant de le désarmer, et de lui faire subir à nouveau le supplice, mais ce ne fut pas le cas. Au contraire, il le débarrassa d'une petite branche qui s'était infiltré dans le noir de sa chevelure, lorsqu'il était tombé au sol. Puis, il fit glisser avec habilité une petite balle qu'il glissa dans la poche de son pantalon.

- Fais en bonne usage, mon garçon, je me régalerais de te voir la lancer sur ces... hum... chose... Si tu pouvais en détruire un ou deux ce serait parfait...

Le sang de Grey se glaça. Il pensait vraiment l'utiliser pour faire le sale boulot à sa place ? Il n'était pas question pour Grey de tuer qui que ce soit

- Je te l'ai dit, fit-il en le foudroyant du regard, on a toujours le choix ! Tu te poses en victimes, mais en réalité tu n'es qu'un lâche qui a choisit de s'allier à celui que tu considères comme étant le plus fort. Je n'ai aucune considération pour les traitres et les opportunistes de ton genre

- Joker tu es de quel coté ?! S'impatienta l'un des mangemorts

En guise de réponse, Joker se recula, pour laisser le professeur en pature, et s'adossa contre le mur de glace, prêt à profiter du spectacle qui allait s'offrir à lui. La machoire de Grey se crispa. Bon sang, son corps n'était plus que douleur, il était épuisé par les sortilèges qu'il avait subit, mais il ne pouvait pas s'incliner sans combattre. Et que faisaient Stan et Ziggy ? Et les bigadiers ? Les Aurors ? Ils avaient pourtant vu la marque des ténébres non ?!!
C'est alors que, comme si la providence venait d'entendre son appel au secours, il l'aperçut, une petite tête rousse, enfuit derrière un bosquet, qui se trouvait dans le dos des mangemorts. Son regard s'arrondit de surprise et de terreur. Prewett !! Mais par Merlin qu'est-ce qu'il fichait là ?!! Il ne fallait surtout pas que les mangemorts s'aperçoivent de sa présence. Il ne réchignait pas contre un peu d'aide mais il ne voulait ni celle d'un mangemort complétement désaxé et encore moins celle d'un élève dont il avait la responsabilité.
Non, c'est faux. Il ne devait pas réfléchir comme ça, ce n'était pas sa manière de penser. Lutter contre les mages noir était de la responsabilité de tous, l'âge n'avait aucune importance. Il était parfaitement conscient que tous ses autres collègues seraient horrifiés, s'ils l'entendaient parler ainsi, mais pourtant, c'était sa manière de voir les choses. Ils étaient la relève, l'avenir, alors ils devaient leur faire confiance. Les protéger, certes, mais pas les empecher pour autant de se battre s'ils le désiraient.
Prewett était là, il voulait qu'il le remarque, s'était entendu, à présent, il y avait du ménage à faire. Seul soucis, comme l'avait si bien fait remarquer Casey, il tenait à peine sur ses jambes. Et le peu de force qui lui restait servait à serrer très précieusement dans le creux de sa main, sa baguette de magicien. Il pouvait, dans son état, à la limite s'occuper à neutraliser un voir deux mangemorts avec de la chance, mais certainement pas plus. Mais ensuite ?

- Protégo ! Hurla Grey en dressant le bouclier devant lui pour échapper à un sort, qu'on venait de lui lancer et qui mirent fin à sees reflexions

Loin de rester passif Grey contre-attaqua en lançant le sort des lances de glace. Six lances de glace s'extirpèrent de sa baguette pour s'attaquer à chacun des mangemorts, mais ces derniers esquivèrent en utilisant le même sort de protection que Grey juste avant. Mais s'attendant à cette réponse, et bien qu'il était à bout, et que ses membres tremblaient de douleurs, de peur ou peut-être d'excitation, le jeune professeur de bontanique enchaina sans leur laisser le moindre répit, et se baissa pour toucher le sol de sa main.

- Patinoire de glace !

Aussitot de la glace se mit à recouvrir le sol, faisant perdre l'équilibre aux mangemorts. C'est alors qu'un sort le frappa dans le dos, et le propulsa dans la direction de Fabian, qui était toujours dissimulé dans les bosquets.

- Tu crois vraiment que je ne connais pas tes petits tours de passe-passe, Grey, fit-il en le rejoignant. Il est plus que temps d'en finir, tu ne crois pas ? Une cellule n'attend que toi à Azkaban cher cousin

Encore un peu sonné, Grey tendit son bras pour s'emparer de sa baguette mais son cousin l'en empêcha en écrasant sa main sous sa botte, ce qui eut pour effet de faire grimacer Grey de douleur. Mais loin de se laisser abattre, il referma sa main gauche sur le sol terreux et balança la terre au visage de Casey au moment ou se dernier lui lança à nouveau le sort Doloris.
Le sort le frappa à nouveau de plein fouet. Il voulu résister, mais la douleur se révéla insurmontable, le simple fait de respirer lui coutait des efforts titanesques. S'il n'avait pas été aussi affaiblit, il aurait pu profiter de l'effet de surprise qu'avait eut son attaque, lorsqu'il avait lancé le sable dans les yeux de Casey, mais voilà, il s'était fait avoir, par un sort interdit effroyablement douloureux que son cousin venait de lui lancer simultanément. Un sort qui avait fini de l'achever. Son esprit commençait à s'embrouiller et à se perdre dans un brouillard infini et opaque. La dernière image qu'il vit fut celle de Casey brandissant sa baguette sur lui pour le faire taire à jamais....
Sa dernière pensée fut pour le jeune gryffondor, qui ne devait surtout pas rester là. Il devait s'enfuir et chercher de l'aide... rester en vie...
_________________


Revenir en haut
Joker
Mangemort
Mangemort

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2013
Messages: 90
Féminin
RPG * Nom du perso: Joker
Statut: Mangemort

MessagePosté le: Sam 22 Fév 2014 - 15:07    Sujet du message: Poudlard VS Mangemorts (Ouvert à tous] Répondre en citant

Le mur à peine érigé, Joker s'était rapproché du professeur qui était assez mal en point... La structure était certes, gigantesque, mais peu effrayante, cependant le Mangemort pensait savoir où l'homme voulait en venir, il voulait les piéger, les empêcher de s'échapper. Mais était-il si idiot à ce point ? Désirait-il se faire refroidir ? Décidément ce jeune homme appelait bien trop souvent la mort à lui, il ne se rendait même pas compte qu'il lui faisait face. S'il voulait mourir maintenant qu'il le demande au clown, il ne refusera pas et lui ôtera la vie de sa main glacée... Aucun remord ni rien, simplement il finirait par avoir sa mort sur sa conscience. Quoiqu'il ferait une belle marionnette... Une magnifique poupée pour une nouvelle collection... Il écarta cette pensée de son esprit terrifiant. Il lui arrivait parfois de se faire peur à lui-même. Comment un enfant innocent pouvait-il devenir le monstre qu'il était ? Après avoir fini de s'exprimer auprès du jeune homme, celui-ci lui répondit d'un air que Joker qualifiait d'arrogant :

- Je te l'ai dit, on a toujours le choix ! Tu te poses en victimes, mais en réalité tu n'es qu'un lâche qui a choisit de s'allier à celui que tu considères comme étant le plus fort. Je n'ai aucune considération pour les traitres et les opportunistes de ton genre

En disant ces mots, il le foudroyait du regard, ce qui attisa la colère de Joker déjà avivée à petit feu par ses compagnons. Sa veste posée sur ses épaules titillaient les vêtements du professeur. Sa bouche s'entrouvrit pour lui faire part de ses pensées d'une voix enjouée quoique très peiné de son comportement. Il n'eut guère le temps de répondre, qu'un des Mangemorts lui lança, son impatience se faisant ressentir :

- Joker tu es de quel coté ?!

Posant un doigt sur ses lèvres, il semblait réfléchir avant de s'exclamer tout haut. Ses lèvres formaient des mots, laissaient s'écouler des sons hors de son corps pour venir titiller les oreilles du jeune homme et des acolytes du clown.

- Je suis du côté des gagnants.

Il avait ponctué cette phrase avec un clin d’œil dédié au professeur. Cette réplique restait tout de même très énigmatique, les gagnants pouvaient autant être les serviteurs du maître de la Mort, mais aussi ceux qui les combattait. Depuis petit, on lui apprenait que le bien finissait toujours par triompher, il se mit à douter de cette vérité générale, est-ce vraie ? Alors pourquoi en était-il arrivé à se ranger du côté de Lord Voldemort ? Puis comme pour répondre au jeune homme, il lui murmura à l'oreille :

- Non, mon cher et tendre (ton ironique), je ne me pose pas en victime. Je suis ce que je suis et je ne peux plus le nier, simplement, tu connais pas mon véritable but. Il se rapprocha de lui. Traître, oui, mais de quel camp ? Réfléchis bien à ce que je viens de te dire, peut-être qu'après mûr réflexion tu comprendras où je veux en venir. Pour répondre à tes dires, j'affirme que l'on ne possède pas toujours ce pouvoir précieux, celui de choisir... Du moins, on m'a imposé cette marque.

De sa main osseuse, il désigna le tatouage en forme de serpent et de crâne. La marque semblait briller, éblouissant les yeux des hommes présents, mais ce n'était pas ce qui choquait ou répugnait ses compagnons. Non. Simplement sa main d'os repoussait tout ceux qui osaient s'approcher de lui. Il en était en quelque sorte triste, mais ça avait été son choix de prendre une main possédant une apparence frôlant la mort. Cela reflétait son passé, et ce qu'il s'apprêtait à faire, son funeste futur où il tenterait de tuer le maître de la mort, le diable en lui-même, Joker était en quelque sorte l'envoyé des Enfers venu du Purgatoire pour assouvir son maître le Grand Lucifer.

- Tu vois... Dans des cas comme celui-là, on ne peut refuser ce qui fait de nous un être du mal, un serviteur des ténèbres. Ses lèvres frôlèrent l'oreille du professeur de Poudlard. Je ne suis pas avec eux pour servir le Maître de la Mort... En ce fait et mes pensées je suis le traître de leur armée.

Son doigt se plaça à nouveau sur ses lèvres pour lui ordonner de se taire, si l'homme révélait qu'il trahissait son maître, il était bon pour faire son testament. Joker avait sentit le jeune homme se figer par sa proximité, lui faisait-il donc aussi peur ? Était il si répugnant ? Pourquoi tout le monde semblait s'éloigner de lui ? Au fond, le Mangemort s'en contre-fichait, tout ce qu'il lui importait était d'exterminer ses compagnons, c'était son but depuis plusieurs années et il savait au fond de lui qu'un jour il se retrouverait face à Lord Voldemort et qu'il devrait le tuer. Rester vivant lors de la confrontation était beaucoup moins sûr mais il serait fière de mourir pour ses idéologies en démantelant de l'intérieur cette armée de chiens. Glissant les balles dans la poche du jeune homme, un sourire aux lèvres, il sentait que le professeur n'était pas à son aise, en réalité il était terrifié par le clown, après tout, n'avait-il point raison ? Le jeune Mangemort finit par prendre appuie contre l'édifice laissant le jeune homme choisir sa destinée, libre à lui de faire confiance ou non à Joker. La question à se poser était la suivante : voulait-il vivre ou mourir ? Un sourire se dessina sur les lèvres de Joker, il avait un choix à faire.

* Bon courage, jeune homme, préviens moi si jamais tu souhaites un peu d'aide *

Ainsi furent ses pensées.

Le Mangemort se refroidissait, adossé contre le mur de glace il porta ses mains à ses avants bras discrètement comme pour se réchauffer. Ses pensées bouillonnaient en lui, le laissant spectateur de cette comédie... ou de cette tragédie selon le point de vue que l'on décide d'adopter. Il est bien évident qu'il se réjouissait de la scène, le spectacle était grandiose, il lui manquait simplement les pop-corn et une jolie fille à ses côtés... Dommage, il n'y avait que ces clochards dépravés et ignoblement crétins... Eux aussi étaient une déception à ses yeux, il ne sont pas assez intelligent pour éviter de s'en prendre à un professeur de l’École de Magie la plus réputée au monde. Officiellement, il combattait pour son Seigneur, son mage noir, officieusement, il déchirait son armée de l'intérieur... Il avait eu tord d'espérer que le jeune homme en face de lui montre un peu plus de sympathie à son égard. Il ne semblait pas comprendre, au final, le professeur avait raison, pourquoi viendrait-il l'aider ? Parce qu'ils combattaient pour la même cause, un en étant clairement contre Voldemort l'autre en étant un traître. Joker voyait le jeune homme se crisper, il était seul, à lui de faire le bon choix, Joker n'attendait qu'une chose, qu'il lui demande de l'aide puisqu'il semblait le repousser par son apparence et ses manières. Mais il était ainsi, et il ne changerait pour rien au monde.

Un sort fusa dans les airs n direction du jeune homme. La partie commençait enfin ! Il n'attendait plus qu'une chose, voir comment la victime allait s'en sortir et si au final il allait vaincre tout seul ses adversaire. Dans un coin de son esprit, il espérait qu'il allait s'en sortir, après tout, ils combattaient pour la même cause qui était: vaincre l'armée du Seigneur des Ténèbres. Une personne censée serait soit partie en courant ou aurait demandé de l'aide mais ici, ils paraissaient être tous des fous, un asile! C'est à St mangouste qu'ils devaient tous se rendre et le clown en avait conscience, à vrai dire, il se réjouissait de leur état, pas un seul semblait être fréquentable, enfin peut-être le jeune professeur, cependant, il avait un franc parlé assez arrogant qui déplaisait le Mangemort. Souriant, il entendit un :

- Protégo !
 
Sortant tout droit des lèvres de l'homme qui faisait face au sortilège. Au fil des secondes qui s'écoulaient et il devait l'avouer très rapidement, le clown scrutait les lances de glace qui surgissaient de la baguette de son interlocuteur et se dirigeaient dangereusement vers leurs ennemis. Un Mangemort regarda Joker l'air de dire « tu viens ou tu préfères nous regarder ? ». Il avait l'air inquiet mais Joker lui fit un geste de la main pour toute réponse, de toute évidence, de loin, on aurait pu croire qu'il le saluait comme quand on croise un ami dans la rue, cependant ce geste disait clairement « Je ne crains rien, je vous laisse vous débrouiller, que vous crevez cela m'est égale dans tous les cas je m'amuse beaucoup », et tout ceci en un geste très significatif. Le Mangemort s'amusait réellement, il finit même par sortir un petit harmonica qui ne quittait jamais sa poche et entama une petite mélodie. Il finit par le ranger quelques minutes plus tard en voyant le jeune homme transformer la terre en patinoire de glace.
Joker se retint contre la parois pour éviter de glisser et entendit une voix s'élever dans son dos, il crut d'abord que ces paroles lui étaient adressées, mais non, elles étaient pour le professeur au cheveux sombres.

- Tu crois vraiment que je ne connais pas tes petits tours de passe-passe, mon cher cousin. Il est plus que temps d'en finir, tu ne crois pas ? Une cellule n'attend que toi à Azkaban cher cousin

Joker tiqua, Azkaban ? Pourquoi ? Qu'avais donc fait le cousin de Casey ? Avait-il tué des gens ? Le sang du clown se glaça, décidait-il d'aider un criminel ? Après tout, Joker n'en était-il pas un lui aussi ? Un sourire se dessina sur ses lèvres. Le jeune homme pour s'échapper attrapa une poignée de terre et la lança dans les yeux de casey, mais rien y fit, le sortilège interdit le toucha et il hurla de douleur. S'en était déjà trop pour le Mangemort pour se dirigea, baguette à la main vers les deux jeunes gens. Soudain, son regard se riva dans le bosquet d'en face, non loin du professeur et il écarquilla les yeux. Là, une tête rousse observait la scène, un adolescent. Une grimace se forma sur son visage tandis qu'il accourait devant le bosquet. Casey allait lancer le sortilège impardonnable, les mots commencèrent à sortir de sa bouche tandis que Joker murmurait :

- Impero.

Le visage de Casey se figea et l'homme se retourna faisant face aux autres Mangemorts. Ses phalanges blanchirent à force de tenir sa baguette comme un forcené. Sa longue cape volait derrière lui tandis qu'il se retournait involontairement contre ses amis et par la même occasions ses collègue. Ce retournement de situation n'était pas pour déplaire au clown qui voyait déjà son maître furieux contre Casey, le punissant pour son infidélité alors qu'il n'avait été que manipulé. Mais le sort ne durerait pas longtemps, simplement l'espace de quelques minutes pour faire diversion. Des sorts fusaient de sa baguette tandis que le clown se baissa vers le jeune homme et lui releva la tête. Il semblait inconscient. Se retournant vers le roux, sa main osseuse et sa marque des ténèbres bien en vue il lui murmura les mots grinçant entre ses dents :

- Aide moi à le porter, Casey distrait les autres.

Il semblait commencer à paniquer, si le professeur mourrait comment allait-il expliquer cela à son seigneur ? De plus, sa couverture pourrait être compromise par les autres Mangemorts qui risquaient de le dénoncer. Soupirant, il fit glisser le jeune homme vers l'élève et lança le sortilège Doloris. L'homme s'écroula au sol, sa baguette se brisant entre ses doigts et le clown le laissa en pâture à ses compagnons qui allaient adorer pouvoir le déchiqueter, après tout, ne venait-il pas de se retourner contre eux ? En effet, ses acolytes n'avait pas pris conscience que le cousin du pauvre homme était manipulé par le clown... Ses yeux scrutèrent ceux de l'adolescent tandis qu'il prenait son jeune professeur sous les aisselles pour pouvoir le porter.

Il finit par chuchoter intéressé:

- Dis moi, jeune homme, c'est quoi cette histoire avec Azkaban?

_________________


Il aime la mort, elle aime la vie.
Il ne vit que pour elle, elle est morte pour lui.


Revenir en haut
Fabian Prewett
Gryffondor
Gryffondor

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2012
Messages: 209
RPG * Nom du perso: Fabian Prewett
Statut: Etudiant - Gryffondor
Cinquième année

MessagePosté le: Ven 28 Fév 2014 - 22:06    Sujet du message: Poudlard VS Mangemorts (Ouvert à tous] Répondre en citant

Terrifié était le mot qui convenait le mieux à l’état du jeune Gryffondor. Cependant, il avait réussit à sortir de la torpeur des gens ordinaires dans ce genre de situations et il se tenait fin prêt, le cœur battant sourdement dans sa poitrine. Accroupit dans les bosquets, ses membres commençaient à le faire souffrir, la terre dur était comme du carrelage pour ses genoux, alors que ses jambes avaient comme perdu de leur force suite à sa mésaventure dans le lac suivit de sa course folle dans le passage secret. Pourtant, il sentait qu’elles ne lui feraient pas faux bond au moment voulu : la peur et l’excitation lui redonnerait de la vigueur.
Continuant son petit manège à essayer d’attirer l’attention d’un des deux hommes, il les observait d’un regard perçant qu’il essayait de rendre pénétrant. Mais rien à faire, ils étaient tous les deux plongés dans une conversation que Fabian était trop loin pour entendre. Mais le jeune garçon put néanmoins clairement apercevoir le gars à l’allure de clown glisser quelque chose dans la poche de son professeur de botanique. Soudain, brisant à la fois leur conversation et la concentration de Fabian, un Mangemort s’écria d’un air impatient.

- Joker tu es de quel coté ?!

Perplexe, Fabian réalisa que cet homme qu’il avait prit pour un allié devait être dans le camp adverse ! Sa réponse, énigmatique, ne permit toutefois pas au Gryffondor d’en être certain.

-Je suis du côté des gagnants.

Des gagnants, des gagnants… C’était tout de même paradoxal. Cependant, l’homme recula et s’adossa contre le mur de glace, laissant seul Grey face à ses bourreaux. Si Fabian ne l’avait pas vu glisser quelque chose dans la poche (il espérait que c’était une quelconque arme), il n’aurait eut plus aucun doute quant au camp dans lequel il se trouvait.
Quoiqu’il en soit, malgré le puzzle que formait le clown, Fabian n’eut pas le temps de réfléchir plus à la situation : il s’était reculé et donc Grey n’avait plus que lui comme seul aide. Il fallait donc se montrer à la hauteur ! Redoublant de vigueur et de prudence dans ses gestes, il réussit enfin à capter l’attention de son professeur. L’étudiant vit clairement l’effroi et la surprise dans ses yeux lorsqu’il aperçut, mais il hocha imperceptiblement la tête pour lui faire comprendre qu’il l’avait bien vu. Soulagé, Fabian serra cette mince tige de bois qui était sa seule chance d’aider son prof. Pourtant, il n’était pas aussi prêt qu’il ne le pensait de le défendre : pour preuve, il n’avait même pas entendu le sort qu’un mangemort avait essayé de lancer sur Grey.

- Protégo ! Hurla Grey.

De nouveau pétrifié, Fabian ne savait pas trop quoi faire. Le sort avait fusé si vite, tout comme le bouclier de son prof de botanique, que l'étudiant se demanda pour la première fois s’il n’allait pas se faire tuer dès la première seconde qu’il serait vu. C’est vrai qu’on pense toujours à ce qu’on ferait dans des situations dramatiques : se cacher, défendre, attaquer ? Mais on se disait rarement qu’on serait tué dans les premiers instants, sans avoir pu ni défendre, ni attaquer. Mourir "bêtement" en somme. Etre la victime innocente. Voilà à quoi pensait Fabian quand Grey lança un sortilège, non plus de défense mais d’attaque. Il regarda, comme on regarde à travers une fenêtre la bataille de deux voisins, les lances de glace que les mangemorts évitèrent, pour leur faire justice, assez habilement. Mais Grey n’en avait pas fini avec eux, et le jeune élève éprouva un élan d’admiration pour son prof de botanique.

- Patinoire de glace !

Aussitôt de la glace se mit à recouvrir le sol, faisant perdre l'équilibre aux mangemorts. C'est alors qu'un sort le frappa dans le dos, et le propulsa dans la direction de Fabian, qui était toujours dissimulé dans les bosquets.
A présent, Fabian pouvait voir beaucoup mieux l’état lamentable du professeur : tremblant de tous ses membres de douleur, de peur, il parvenait encore à avoir dans son regard la flamme du combattant qui ne se laisserait pas vaincre si facilement. Était-ce le moment de sortir de sa cachette ? Fabian était prêt à bondir au devant de lui pour le protéger vainement des prochaines agressions mais un mangemort arriva auprès d’eux et pour la première fois, Fabian pu entendre distinctement leur conversation.

- Tu crois vraiment que je ne connais pas tes petits tours de passe-passe, Grey, fit-il en le rejoignant. Il est plus que temps d'en finir, tu ne crois pas ? Une cellule n'attend que toi à Azkaban cher cousin.

Cousin ?! Grey avait un cousin Mangemort ? Ce jeune prof ne finirait jamais d’étonner l’étudiant. Était-ce pour cela que jusqu’à présent Grey s’était battu comme un lion ? Parce qu’il partageait, enfant, des batailles jusqu’alors innocentes avec son cousin ? Non, ca n’avait aucun sens. Fabian savait très bien qu’on n’avait pas besoin d’être un brigadier d’élite pour savoir se battre. Grey ? Jeune prof de botanique à Poudlard l’avait très bien prouvé jusqu’ici !

C’est juste quant il pensait ça que Grey sembla perdre de nouveau l’avantage en un quart de seconde seulement : Son « cousin » l’empêchait de reprendre sa baguette en lui écrasant la main. Bien plus que le sortilège Doloris, Fabian ressenti bizarrement encore plus la douleur en voyant ses phalanges se faire broyer par une bottine. Peut-être parce qu’il ne pouvait compatir avec une douleur si puissante que provoquait le sortilège interdit, vu qu’il ne l’avait (fort heureusement, mais peut-être plus pour très longtemps) subit.
Pas encore à court de ressources, son prof qui commençait peu à peu à devenir son héros, balança au Mangemort une poignée de terre. Malheureusement, son ennemi parvint néanmoins à lui lancer de nouveau le terrible sortilège de douleur. Les hurlements recommencèrent et Fabian sentit que c’était le moment. Il se leva et se prépara à attaquer quand, tout à coup, le mangemort cessa de torturer sa victime pour, de toute évidence, lui lancer un sortilège qui le ferait taire à jamais. Fabian était prêt, il leva sa baguette, mais il n’eut pas besoin de lancer un seul sort. Le cousin de Grey changea soudainement de direction en pointant sa baguette vers ses « amis ».

Ebahis, la bouche ouverte d’incompréhension, il assista à cette drôle de scène où l’ennemi devient un allié. En parlant d’allié/ennemi, Fabian vit arriver le gars à l’allure de clown, la baguette levée et il comprit aussitôt. C’était véritablement quelqu’un sur qui on pouvait compter… Et pourtant, lorsqu’il lui demanda en murmurant de l’aider à porter Grey à demi inconscient, le jeune Gryffondor vit nettement non seulement une marque des ténèbres mais pire encore peut-être, une main qui n’avait plus de peau et qui n’était composée que d’os ! Réprimant une mine de dégout, il s’empressa de tirer son prof de botanique à l’abri vers les bosquets, mais c’était trop tard. Grey, à présent hors de portée car cachée dans les fourrées (il allait peut-être apprécier moyennement de se réveiller dans les ronces) semblait momentanément en sécurité. Cependant, les mangemorts accouraient vers eux, ayant clairement vu l’adolescent.

-C’est lui qui a du l’ensorcelé ! hurla un.

-C’est un gosse ! Remarqua l’autre

- Joker, occupe-toi en ! On arrive !

Fabian mit plusieurs secondes à comprendre que c’était de lui qu’il parlait. Et vu que le « Joker » ne semblait rien faire, l’étudiant leva sa baguette, prêt à se défendre. Il avait bien vu Grey utiliser promptement son protego, et il comptait lui faire honneur. Il s’était déjà battu en duel (en même temps, c’était inévitable chez des jumeaux sorciers) mais jamais il n’avait ressenti cette sensation qui lui dévorait le ventre. Il avait peur en les regardant accourir vers lui. Mais Fabian ne perdait plus son temps à réfléchir. Pour bien se défendre, il faut parfois savoir attaquer le premier. Traitre comme l’était Guid, il l’avait bien comprit lors de leurs nombreuses batailles d’enfants.
Visant un premier il hurla

-Experlliarmus !

Puis sans prendre la peine d’être satisfait par son ennemi catapulté en arrière, sa baguette hors d’atteinte, il visa un deuxième et s’écria

-Stupéfixe !

Malheureusement très habile ce dernier parvint à esquiver. Malgré lui, Fabian recula de quelques pas en voyant la horde des mangemorts se rapprocher de plus en plus. Ce fut son erreur. Il se sentit élever dans les airs et il retomba avec force sur son dos quelques mètres plus loin, sans même avoir vu son bourreau. Le souffle coupé, il réalisa que sa baguette magique n’était plus dans ses mains.
Incapable de se relever, il se sentit stupide de s’être demandé si Mme Pomfresh était capable de soigner un dos réduit en bouillie alors qu’il était à présent le centre du cercle que formaient quatre ou cinq personnes (la douleur lui avait rendu sa vue brouillée) pas franchement là pour l’aider à se relever.

-Bonne journée aujourd’hui ! S’exclama un de leurs en pointant sa baguette droit sur sa poitrine.

Alors Fabian su qu’il allait mourir. Mais pas si bêtement que ça vu qu'il avait au moins réussit à mettre out un des mangemorts. Cette pensée lui permit de garder les yeux ouverts pour faire face à la mort comme un homme.


Revenir en haut
Kilian
Serpentard
Serpentard

Hors ligne

Inscrit le: 13 Déc 2013
Messages: 14
Masculin
RPG * Nom du perso: Kilian Crawford
Statut: Etudiant - Serpentard
Septième année

MessagePosté le: Lun 10 Mar 2014 - 11:32    Sujet du message: Poudlard VS Mangemorts (Ouvert à tous] Répondre en citant

Kilian était allongé sur le banc qui ornait le lac de Poudlard, certains profitaient encore un peu du beau temps, et pataugeait au bord de l’eau, ne se doutant pas que dans les profondeurs du lac, y demeuraient des créatures aquatiques plus magnifiques que dangereuses.   A vrai dire, le château et tout ses alentours n’avaient de moins en moins de secret pour l’adolescent de 17 ans, à force de jamais quitter l’immense école. Il préférait de loin restait à Poudlard, toute l’année (y compris pour les vacances scolaires) plutôt que rentrer à la demeure familiale et entendre une mouche volée lors des repas. Depuis sa troisième année, Kilian avait décidé limiter le désastre qu’était et demeurait sa famille, puisque quand ils se voyaient, l’adolescent n’avait plus rien à dire. Il les détestait tout simplement, et purement.
 
Les jacassements des plus jeunes le firent soupirer, et il posa son bras sur ses yeux avec nonchalance, le soleil l’éblouissant et espérant de ce fait, que les cris jouissifs des premières années ne lui casseraient plus les oreilles. Etrangement son vœu devint rapidement réalité, plus aucun rire, alors qu’un courant d’air, ébouriffa un peu plus ses mèches rebelles.
 
-         Regardez ! La marque des ténèbres ! s’exclama une voix encore légèrement enfantine.
 
Le jeune homme ne percuta pas dans l’immédiat de ce que venait dire le jeune adolescent mettant ces paroles sur la futilité, mais après une dizaine de seconde où le silence était devenu pesant,  tout en réalisant les paroles, il décala son bras sur son front, éblouie par le soleil. Une fois habitué à la clarté, Kilian vit la marque, majestueuse, imposante, redoutable des Ténèbres, qui salissait le ciel bleu de l’automne. Si la marque subsistait au dessus de leur tête c’est qu’ils avaient encore frappé, de nouveau, des innocents étaient passés sous leurs mains. Ils ? Les mangemorts, des sorciers attirés par la puissance, des actes perfides, des meurtres atroces, de la logique restrictive de la population de Voldemort.
Le jeune homme se releva en soupirant, et s’assit, totalement blasé, de la société, de sa famille, le regard baissé sur le sol, ses coudes reposant sur ses cuisses. Doucement, son regard se porta vers les jeunes écoliers qui étaient toujours obnubilés par le nuage funeste en forme de tête de mort. Ils ne savaient que le stricte minimum, et ce parce que Dumbledore leur avait fait un discourt des plus doucereux de la situation, et ne percutaient pas encore les sous-entendus du Directeur. Encore légèrement naïfs, à onze ans qui ne l’était pas, Kilian espérait pour ces enfants qu’ils ne soient pas de « sang de bourbe » ou cracmol, sinon leur avenir était tout tracé, malheureusement.
 
-         Rentrez tout de suite au château, dit-il en se levant du banc. Immédiatement !  
 
Son ton était sec et sans appel, que tout le petit groupe de première année ne demanda pas leur  reste et filèrent vers le château,  ou peut être était-ce l’écharpe aux couleurs des verts et argents. Leur réputation était vraiment mauvaise, et faisait peur à tout le monde, mais il y avait un avantage : on l’écouter ! Il fit glisser le foulard entre ses doigts, à la fois blasée et fier. Quand il fut seul, le jeune brun se retourna vers la marque et la fixa un moment, alors que ses lèvres remuèrent pour faire place quelques secondes à un balai à ses côtés. Vous dire qu’il n’avait pas peur à cet instant était un mensonge, surtout qu’il se doutait sur quel tableau  il tomberait, mais la curiosité était un vilain défaut, et c’est comme que Kilian enfourcha son balai, et vola en direction de la signature néfaste.
Le serpentard arriva trop vite, à son goût, devant la macabre découverte, volant à quelques mètres au dessus, deux corps crucifiés sur deux croix en bois, leur lit de mort, sûrement torturés jusqu'à se qu’ils succombent, dans un champs de blés. Kilian eut un moment de dégoût et crispa ses mains sur le bout de bois qui lui servait de locomotion.  Ce couple devait être au mauvais endroit au mauvais endroit. Un bruit sourd le fit relever la tête et tomba sur une façade bleue claire, à quelque mètre plus loin de lui. Il sourcilla et sans hesiter, fonça vers le mur de glace. En dessous de lui, apparemment un combat avait éclaté, une des personne était inconsciente et en regardant bien, il ressemblait à son professeur de botanique : Fullbuster ? Kilian n’eut pas le temps de s’attarder que plusieurs mangemort courraient vers un seul sorcier qui reculait et finit par atterrir un peu plus loin. Un autre homme ressemblait à un clown vu des airs, un pantalon ample blanc et une veste a carreaux de toutes les couleurs, mais ce qui etait le plus étrange était que cet homme n’avait pas du tout inquiet de la tournure des choses, stoïque comme une statut. Kilian inclina son balai et sortit sa baguette de sa poche, et alors qu’un mangemort s’approchait dangereusement de l’homme à terre, il se mit à voler vers eux :
 
-         Expelliarmus ! Hurla t-il.
 
Le mangemort qui menaçait dangereusement -Prewett, un gryffondor PREWETT  Lui aussi était là ?- voltigea dans les airs à une dizaine de mètres plus loin. Le serpertard n’eut pas le temps de faire sa mine blasée qu’un autre sbire de Voldemort répliqua, qu’il réussit à éviter de justesse.
 
-         Mais il en pleut aujourd’hui des gamins ! STUPEFIX ! Finit un mangemort plus qu’agacé.
 
Dans son malheur, Kilian avait un atout majeur, un balai et pouvait aisément esquiver les ripostes des hommes. Il jeta un bref coup d’œil vers l’homme à la drôle de carrure qui n’avait pas toujours bronché, jouissant presque de la tournure des événements.
 
-         ACCIO BALAI ! Beugla un homme en noir à bout de nerfs.
 
Kilian reporta son attention sur le mangemort qui enfourchait le balai et fonçait droit sur l’adolescent :
 
-         PREWETT ! EMMENE LE PROF AVEC TOI ET DEGAGE ! Hurla t-il en passant à coté du gryffondor.
 
S’en suivit une course folle, la vitesse de leur balais aux maximum, il essayait par des virages, des détours, d’éviter le moindre sort jeté par son poursuivant, tout en essayant aussi de riposter, malheureusement pour lui, le jeune homme se sentit propulsé hors du balai, alors que ses mains essayait de rattraper le manche du balai. À moins d’un miracle, il savait sa chute fatale…
 


Revenir en haut
Grey
Professeur
Professeur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juin 2012
Messages: 218
Masculin
RPG * Nom du perso: Grey Fullbuster
Statut: Professeur à Poudlard

MessagePosté le: Mer 2 Avr 2014 - 08:45    Sujet du message: Poudlard VS Mangemorts (Ouvert à tous] Répondre en citant


« Grey ! »

« Grey ! »

« Réveille-toi ! Ce n'est pas le moment de dormir »


Au son de cette voix qui l'invectivait à se réveiller, Grey ouvrit péniblement les yeux. Tout était flou et affreusement lumineux autour de lui. La lumière du jour l'agressait violemment, malgré cela, il pouvait néanmoins distinguer une silhouette féminine penchée au-dessus de lui. Lorsque ses yeux se furent habitués à cette lumière aveuglante, il reconnu la jolie blonde, au décolleté des plus ravageur, qui était à genoux à ses côtés et qui l'observait sans se départir de son grand sourire ...

- Bridget ? S'étonna-t-il en prenant appui sur ses coudes pour se relever légèrement

- J'ai une grande nouvelle !! J'ai trouvé où se terrait se monstre de Giller.

- Quoi ?!!

Giller était un sorcier de premier ordre, recherché par toutes les brigades magiques et aurors du pays. C'était un criminel qui faisait usage de la magie noir et qui avait laissé bon nombre de victime dans son sillage. Personne n'était encore parvenu à se dresser sur son chemin, et ceux qui avait osé le faire, l'avait payé de leur vie. Il était devenu l'ennemi public numéro 1 de Grande-Bretagne, et les forces de l'ordre redoublaient d'effort pour tenter de retrouver ce criminel et l'empêcher de nuire. Grey posa un regard surprit sur la jeune femme. Comment était-elle parvenue à réussir là où tous les autres avaient échoué ? Comment avait-elle fait pour le localiser ?
Bridget Finingan était une jeune bleu de deux ans plus jeune que lui. Ils avaient fait leur classe ensemble à Poudlard, dans la même maison, celle de Godric Gryffondor. La jeune femme était très jolie, et ne laissait pas la gente masculine de marbre, il fallait reconnaître qu'elle avait tous les atouts pour plaire. Un physique de rêve, parfaitement proportionné, d'un enthousiasme a toute épreuve. Un peu naïve, elle était la joie de vivre incarnée, pourtant, malgré son succès, les garçons ne l'intéressaient pas, ou du moins, serait-il plus juste de dire qu'un seul l'intéressait... malheureusement pour elle, il s'agissait du seul qui n'était pas intéressé par son joli minois. Peut-être était-ce pour cette raison qu'elle avait jeté son dévolu sur lui, parce qu'il la regardait comme une amie et non pas comme une jolie poupée ou un morceau de viande. Bien sur, Grey n'était pas sans ignorer qu'elle éprouvait des sentiments pour lui, et bien qu'il ne l'encourageait absolument pas dans ce sens, elle s'accrochait envers et contre tout. C'était d'ailleurs l'une des raisons qui avait poussé la jeune fille à embrasser cette vocation si surpenante pour elle, quand on la connaissait, celle des brigadiers. Pour être avec celui qu'elle aimait
Toutefois, malgré tous ses efforts, Grey ne se sentait pas prêt à répondre à ce genre de sentiment, il trainait beaucoup trop de chaudrons derrière lui. Il avait d'abord besoin de régler certaines choses de son passé avant de pouvoir songer à se tourner vers l'avenir, aussi avait-il délibérément choisit d'ignorer ses sentiments et de faire comme s'il n'avait rien comprit. Jouer aux imbéciles était d'ailleurs sa spécialité...

Intriguée par sa révélation, il reprit la conversation

- Les aurors sont en route pour l'arrêter ?

- Bien sur que non ! On va l'arrêter tous les deux !

Grey était catastrophé par ces paroles et cela se peignit aussitôt sur son visage, était-elle inconsciente ?! Elle et lui ? Arrêter le criminel le plus recherché de tous les temps ?!! Réalisait-elle seulement l'inconscience de ses propos ? Ne semblant pas remarquer sa désaprobation, qui pourtant se lisait sur son visage avec évidence, ou décidée à l'ignorer, Bridget poursuivit l'exposé de son idée, sur ce meme ton enjoué qui la caractérisait tant.

- Avec cet exploit à notre actif, nul doute qu'on va nous promouvoir, et que l'on pourra devenir Auror, tu réalises ? Ton rêve est à porté de main !!

Son rêve ?! Elle voulait faire ça pour lui ?!! Grey avait détourné la tête avec agacement. Mais quelle idiote ! Risquer sa vie pour lui permettre d'atteindre son but et de réaliser son rêve ? Sa vie n'avait donc pas plus d'importance que ça ?!!

- Et si on échoue on ne sera plus rien du tout ! Fit-il sur un ton plus cassant qu'il ne l'aurait voulu en plongeant ses yeux anthracites sur la jolie blonde qui sursauta en croisant la fureur qui se lisait dans son regard. Tu es idiote ou quoi ? Tu n'as pas les capacités de te dresser contre un mage tel que lui, et moi non plus ! Il a déjà tué des gens bien plus qualifié que nous deux réunis !

La jeune femme avait alors froncé les sourcils de colère et de mécontentement. Comment osait-il ? Il ne la croyait pas capable d'arrêter Giller avec lui ?! Il la considérait comme une ravissante idiote ?!! Comme un boulet ?!! L'amour propre de la jeune femme venait d'être mise à rude épreuve et cette fois, ce n'était pas, non plus, pour aider Grey à devenir auror qu'elle désirait accomplir cette mission, mais bel et bien pour lui prouver qu'elle n'était pas aussi bête et inutile qu'il semblait le penser. C'était une question de fierté ! Elle allait lui prouver qu'il avait tort, et il serait bien forcé de reconnaître ses capacités.
Il s'en était suivit une violente dispute, où chacun campa sur ses positions. Ce fut finalement Grey qui y mit fin en la laissant en plan. En s'en allant, Bridget n'aurait pas d'autre choix que de renoncer à attraper Giller, car elle ne pourrait pas y aller seule, cela aurait été du suicide, mais c'était très mal la connaître....

Cela faisait presque 48h que Grey n'avait pas revu Bridget. Il s'imaginait que suite à leur dispute, elle l'évitait soigneusement. Mais lorsqu'il apprit que personne à la brigade n'avait revu la jeune femme depuis presque deux jours, Grey eut un très mauvais pressentiment.
Il essayait de se résonner en essayant de se convaincre qu'elle n'était pas partie seule affronter Giller, mais une toute petite voix, au fond de lui était persuadée du contraire. Elle était furieuse après lui, et au lieu de lui faire prendre conscience de sa folie, il n'avait fait que renforcer ses convictions. Bon sang Bridget !!!
Dire qu'il était en colère contre elle, était un euphémisme, il était véritablement furieux. Sa première réaction fut de pester contre elle, en la maudissant, elle et son inconscience. Elle avait été assez stupide pour se mettre toute seule dans cette galère, il ne lui restait plus qu'à se débrouiller pour en sortir. Sauf qu'elle ne s'en sortirait jamais toute seule, il le savait parfaitement, et cela faisait déjà 48h qu'elle avait disparu, si ça se trouve, il était déjà trop tard.... Non, il ne devait pas penser comme ça. Il allait la retrouver et ensuite, il lui passerait le savon du siècle, et cette petite idiote pleurerait dans ses bras, car elle aura eut plus de peur que de mal. Oui c'est ainsi que cela devait se passer et pas autrement.
Grey avait alors entreprit de fouiller le bureau de sa collègue mais ne trouva hélas pas le moindre indice qui pouvait l'aider à la localiser. Il trouva cependant le double des clés de son appartement qu'elle laissait toujours dans son porte crayon au cas où.
Il avait enfourché sa moto et avait volé chez sa jeune collègue. Il fouilla sommairement dans ses affaires et son bureau en vain. C'est alors que son regard s'attarda sur le journal intime de la jeune fille. L'idée de violer ses pensées les plus intimes le répugnait, mais il était tout à fait dans sa nature d'y inscrire ce genre d'information, surtout si elle s'imaginait partir en mission avec lui. Toutefois, Bridget n'était pas totalement insousciente puisqu'elle avait ensorcelé le journal intime qui ne laissait apparaître ses écris qu'en échange d'un mot de passe. Un mot de passe ? Mais quel mot de passe ? Grey regarda autour de lui. Elle n'avait pas d'animaux de compagnie, alors quoi... ? Soudain il se sentit un peu bête. Une partie de lui avait envie de se tromper mais une autre espérait avoir raison, sans quoi, il lui serait impossible de lire ce fichu bouquin. Il prononça alors son prénom en rougissant, et constata à sa plus grande gêne, que les pages blanches se noircir d'une écriture ronde et régulière. L'écriture de Bridget. Lachant un soupire, il se mit à parcourir les dernières pages et trouva l'information qu'il recherchait. Il s'y rendit aussitôt, tout en espérant que Giller n'avait pas changé de planque....

L'adresse était celle d'un manoir laissé à l'abandon depuis des lustres aux tours aussi haute que sinistre. Grey était entré et avait fini par le trouver. Giller était toujours là, et Bridget aussi, mais dans quel état. Le visage tuméfié, couverte de bleus et de blessures, tremblante... Bon sang, qu'est-ce qu'il lui avait fait ?!!! Son poings se serra et son son sang ne fit qu'un tour. Une rage comme il n'en n'avait jamais connu s'était emparée de lui. Il allait lui faire payer au centuple ce qu'il avait osé faire à la jeune femme.
Loin de paniquer ou de s'inquiéter Giller avait affiché un sourire amusé en voyant la réaction de Grey. Empoignant sa victime qui avait les mains liés, il la traina derrière lui, en ordonnant au jeune sorcier de ne surtout pas bouger sans quoi, il éliminait immédiatement la jeune femme. La baguette de son adversaire pointé sur lui, Grey, la mâchoire crispé, avait observé Giller suspendre dans le vide, la jolie blonde, qui était accroché uniquement par ses liens après un porte drapeau, situé à 50 mètres du sol. Balançant ses pieds dans le vide, la jeune fille tenta de ne surtout pas bouger en réalisant que ses cordes la faisait glisser doucement vers l'extrémité, au moindre mouvement. Satisfait, et le sourire carnassier, le criminel s'était alors tourné vers Grey. Placé entre lui et sa victime, il jeta un regard amusé sur le jeune brigadier

- Je suis sur que tu es Grey. Tu sais qu'elle n'a pas arrêté de t'appeler pendant que je m'occupais d'elle...

Les larmes aux yeux, Grey vit Bridget détourner son visage, ce qui eut pour effet de le liquéfier sur place. Le jeune homme, qui avait le teint naturellement halé, était devenu soudainement aussi livide que les fantômes qui hantaient les couloirs du manoir. Qu'est-ce que ce salaud lui avait fait ?!!!

- Alors Grey, amusons nous un peu, nous aussi. Crois-tu que tu arriveras à me vaincre avant qu'elle ne tombe ?

Les dents serré, Grey lança une première salve d'attaque auquel répondit son adversaire avec une rapidité déconcertante. Le combat faisait rage, Giller était vraiment très puissant mais Grey ne pouvait pas se permettre de perdre. C'était impossible, il devait à tout prix la sauver. Malheureusement, le combat stagnait aucun des deux ennemis n'arrivaient à prendre l'avantage sur l'autre. Et pendant ce temps, les minutes défilaient inexorablement, et Bridget avait continué à glisser, doucement, au point de s'en trouver pratiquement à l'extrémité du porte drapeau

- Grey, appela-t-elle d'une petite voix, son visage baigné de larmes alors même qu'elle se forçait à lui adresser son plus beau sourire. Je t'aime tu sais...

Grey avait levé son visage sur elle. Il n'avait pas été surprit par cette aveux, puisqu'il le savait très bien, mais plutôt par le fait qu'elle lui fasse une telle déclaration dans une telle situation. Et à cela, il n'y avait qu'une seule explication : Elle pensait qu'elle allait mourir.

- Bridget, tiens le coup !

Mais ce fut ses dernières paroles avant qu'il ne vit son corps tomber dans le vide...

- BRIDDDGGGEEETTTTTTTT !!!!!!!!!!!!!!!!!! NNNNNNNNNNNNNNOOOOOOOOOOOOOONNNNNNNNNNNNNNN !!!!!!!!!!!

C'était trop tard, il n'avait rien pu faire pour elle, il n'avait rien pu faire pour la sauver. Des larmes de rage et de douleur s'étaient alors mis à jaillir. Tout ça c'était de sa faute ! S'il l'avait accompagné au lieu de s'en aller, s'il ne lui avait pas dit qu'elle n'avait pas les compétences d'arrêter Giller, s'il avait répondu à ses sentiments, s'il avait pu la sauver.... Mais il n'avait rien pu faire de tout cela, au contraire il l'avait laissé se jeter dans la gueule du loup, et il l'avait vu mourir sous ses yeux....
Incontrôlable et fou de douleur, il avait reprit le combat avait fureur, et la colère qui l'animait semblait avoir décuplé ses forces par dix, si bien que son adversaire fut très vite mit en difficulté. Pourquoi n'avait-il pas été capable de se battre ainsi dès le début ?!!! Se maudissait-il.
Comprenant qu'il ne s'en sortirait pas, Giller décida de se replier, et parvint à s'enfuir.
Lorsque Grey sorti du manoir, d'épais nuages noir avaient envahit le ciel. Il avait fait le tour du bâtiment avant de trouver le corps sans vie de la jolie blonde. Se laissant tomber à ses cotés, ses mains plaquées sur ses genoux, il se mit à pleurer. Comme pour l'accompagner dans sa tristesse et sa peine, il s'était mis à pleuvoir. Les gouttes d'eau se mêlant à ses larmes salés....

L'enterrement de la jeune femme fut très sobre, et tous pleurait la magnifique jeune femme pleine de vie et courageuse qu'elle était, et surtout l'amie qui laissait derrière elle un immense vide. Grey avait récupéré le journal intime de la jeune fille et avait passé la nuit à le lire. Elle parlait de ses joies, de ses peines, de ses contrariétés, et de lui. « Grey s'est déshabillé en plein cours », « Grey s'est battu avec des serpentards », « Grey a passé le concours pour être Auror », « Grey m'a sourit », « aujourd'hui j'ai pu parler avec Grey, je crois bien que je suis devenue son amie »,....
Au fil des pages, il riait tout comme il s'énervait avec elle, puis son coeur se serra et il se mit à pleurer silencieusement. Bridget. Jamais plus il ne la verra, jamais plus il ne l'entendrait, jamais plus, elle ne l'appellerait....

Le lendemain, Grey prit un congé sans solde. Il était déterminé à retrouver Giller et à lui faire payer la mort de la jeune femme. Pour la première fois de sa vie, il envisageait de tuer quelqu'un de sang-froid, une personne, qui selon lui, ne méritait pas de vivre. Il passa ses journées et ses nuits à enquêter et au bout de deux mois, il retrouva enfin sa trace.
Les deux hommes s'étaient alors affrontés dans un violent combat mais Grey, animé par une colère meurtrière, ne lui avait pas laissé le moindre répit. Et alors qu'il le tenait enfin à sa merci, qu'il était prêt à lui oter la vie, il se ravisa. La mort aurait été beaucoup trop douce pour lui. Il voulait qu'il paye. Il voulait lui faire vivre le désespoir, et nul autre endroit n'était mieux indiqué pour cela qu'Azkaban.
C'est alors qu'un sortilège le frappa par derrière, et l'immobilisa. Une silhouette s'était approché lentement et avait ramassé sa baguette. Cet homme, c'était Casey.
Sous les yeux de Grey, et utilisant sa baguette, il lança plusieurs sortilèges impardonnables sur Giller. Le Doloris à répétition tout d'abord, puis enfin, lorsqu'il l'eut bien torturé, il mit fin à ses souffrances en jetant le sort de l'avada Kedavra, pour en finir une fois pour toute. Jamais encore, Grey n'avait vu son cousin faire montre d'autant de cruauté. Lorsqu'il s'était tourné vers lui, en pointant sa baguette dans sa direction, il avait eut ses mots trop durs à son encontre.

- Toi, je ne te tuerais pas, tu ne mérites pas de mourir. Mais tu vas avoir tout le loisir de méditer sur ta conduite, pour l'avoir laissée mourir.

Casey, lui en voulait. Pire que ça, il le détestait, pour plusieurs raisons d'ailleurs. Tout d'abord, lui aussi était amoureux de Bridget, malheureusement, elle n'avait jamais répondu à ses avances et l'avait toujours éconduit, préférant aimer un garçon qui ne la regardait même pas, son propre cousin. Et puis bien plus loin, Casey n'avait jamais réellement aimé Grey. Il considérait ce cousin canadien, venu de nulle part, comme un intrus, un parasite qui s'était immiscé dans sa famille. Ses parents avait redoublé d'attention et de prévenance envers le jeune garçon, et, au fils du temps Grey était devenu un fils à part entière. Un jeune frère dont il se serait bien passé. Pourtant moins brillant que lui, plus nonchalant, impatient, impertinent, râleur et arrogant, il était parvenu, malgré tous ses défauts, à se montrer aussi plus attachant aux yeux de ses propres parents, que lui-même, leur propre fils. Dès que Grey réussissait quelque chose on le félicitait, lorsqu'il s'agissait de lui, on trouvait ça normal. Lorsque Grey ratait quelque chose, on lui disait de persévérer, que ce n'était pas grave et qu'il ferait mieux la prochaine fois, lui devait supporter la déception dans leurs regards. C'était lui qui avait réussi le concours pour devenir Auror et dont aurait du être fier, mais pourtant c'était Grey, qui avait raté ce même concours et que son propre père encourageait en l'incitant à se diriger vers les Brigadiers. Grey, toujours Grey ! Ils n'avaient tous d'yeux que pour lui !
Et pour toutes ces petites choses, il avait fini par haïr son cousin.
Il avait suivit l'enquête du jeune homme de prêt, et il avait attendu, tapis dans l'ombre, pour voir si Grey aurait le courage de faire ce pourquoi il était venu, mais Grey était un faible et un lâche. Il allait donc faire d'une pierre deux coups. Venger Bridget et... se débarrasser enfin de Grey à la fois de sa vie, mais également de celle de ses parents. Mieux, il allait l'anéantir ! Il n'était pas question qu'il ait les honneur de l'arrestation de ce criminel, oh que non....

Lorsque Grey reprit connaissance, plusieurs aurors s'agitaient autour de lui, sur la scène de crime. Giller avait été tué, et on l'avait retrouvé gisant à ses cotés. L'arme du crime n'était autre que sa baguette, qui, à en croire les experts et d'après les analyses effectuées, avait été utilisé pour jeter deux sortilèges interdit. Sortilèges dont avait été victime Giller.
L'arme du crime lui appartenait, il avait le mobile, il n'en fallut pas plus pour que Grey soit destitué de ses fonctions. Tout brigadier qu'il était, il était soumis aux lois comme n'importe quel autre sorcier. Oui Giller était un scélérat, oui, il méritait surement de mourir, mais on ne faisait pas justice soit-même. Par égard pour sa tante et son oncle, Grey décida de taire l'implication de Casey, mais plaida néanmoins non coupable. Malheureusement, les preuves contre lui étaient accablantes et il fut jugé à purger une peine de 4 ans de prison ferme à Azkaban. A l'annonce de son verdict, il n'avait pu s'empêcher d'afficher un rictus désabusé. Quelle ironie ! Lui qui voulait y envoyer Giller, c'était finalement lui qui allait croupir dans ce lieu maudit. Alors que tout semblait perdu et qu'il s'était résigné à purger sa peine, Dumbledore était intervenu. Le grand sorcier avait une proposition à faire. Faire purger sa peine, non pas à Azkaban comme le vulgaire criminel qu'il n'était pas, mais à Poudlard, en tant que professeur, sous son étroite surveillance. Au vu de ses états de service, de l'identité de la « victime », de ses crimes et de l'immense popularité dont jouissait Dumbledore, sa requête fut accordé. Et c'est ainsi, que Grey s'était retrouvé à enseigner à Poudlard...

Lui qui avait détesté cet endroit, jugeant avec mauvaise foi, être passé d'une prison à une autre, dut reconnaître qu'au final, il s'y plaisait énormément. Il n'était pas beaucoup plus vieux que ses propres élèves, et faisait parfois autant de bêtises que ces derniers, et ses collègues étaient devenus pour la plupart de grands amis....

La main tendue de Ziggy, le sourire de Stan, le regard bienveillant de Zoey, le soutient de McGonagall, la confiance de Dumbledore....

Il voulait tous les protéger...

Plusieurs voix résonnaient au loin, mais les sons lui parvenait de manière déformé, si bien qu'il était dans l'incapacité de comprendre ce qui se disait. Son corps était lourd, il était incapable de bouger, ou même d'ouvrir les paupières pour observer ce qui se passait. Pourtant, il n'était pas inconscient. Il percevait parfaitement ce qui se passait autour de lui. Des sorts étaient jetés avec violence, et un combat faisait rage. Est-ce que les renforts étaient enfin arrivés ? Etait-ce Stan ? Ziggy ?Grey ouvrit péniblement les yeux. Des branchages lui griffaient impitoyablement la peau de ses bras, et lui chatouillaient impitoyablement le visage. Dieu sait comment, il avait atterrit dans un buisson épineux ! Comment avait-il fait son compte pour se retrouver là-dedans ?!!! Non, il se souvenait, on l'y avait soulevé et traîné. Quel était le crétin qui l'avait déposé là-dedans ?!!
Il se sentait complétement ankylosé, mais il devait se lever, et reprendre le combat, même s'il ne s'en sentait plus la force. C'est alors qu'il l'aperçut. Cette silhouette qui tombait en chute libre juste au-dessus de lui ! Bridget ?! Non, ce ne pouvait être elle. Mais cette fois, il ne laisserait pas tomber cette personne et la rattraperait ! Faisant fi de ses membres douloureux, Grey se roula sur le coté, et posant le genou gauche à terre, il plaqua sa main droite sur le sol terreux couvert d'épines

- Pilier de glace !

Aussitôt, un gigantesque pilier de glace se mit à jaillir du sol, s'élevant vers le ciel, avec en son sommet, le jeune mage. Sans changer de position, il attrapa le corps qui chutait dangereusement en direction du sol de son bras gauche. Il le reconnu immédiatement, il s'agissait de l'un de ses élèves, un sixième année, un serpentard du nom de Kilian Crawford ! Par Merlin, après Prewett, c'était autour de Crawford de faire son apparition !! Des élèves ! Ce n'était pas vraiment le genre d'aide qu'il attendait mais il était prêt à l'accepter. Ces gosses ne méritaient pas de risquer leur vie, mais personne ne méritait de mourir, s'il étaient prêt à se battre alors, il était prêt à les prendre à ses côtés.

- ça va ? S'enquit-il en glissant rapidement son regard en direction du serpentard.

Constatant que le jeune homme n'avait rien de cassé Grey lui fit part de son plan. Il comptait les acculer. D'une part, il y avait le mur de glace qui se dressait derrière eux, Kilian qui du haut du pilier de glace ou à califourchon sur son balai, pouvait les viser depuis les airs sans être à porté de leur sort, et enfin il y avait lui et Prewett qui se dresseraient devant eux, leur bloquant par là-même, toute tentative de fuite.

- Vous pouvez vous vanter de m'avoir mis en colère, fit-il à l'adresse des mangemorts qui avaient osés s'en prendre à ses élèves. Harpon de glace !

Un Harpon apparut alors et s'enroula autour de la branche d'un arbre. Grey bondit de son pilier, sautant dans le vide, bien accroché à l'extrémité de sa chaine de sa main gauche et serrant sa baguette de sa main droite. Balancé au bout de son harpon, il percuta de plein fouet, avec son pied, un mangemort qu'il assomma de moitié tout en transformant en statue de glace un second mangemort. Il lâcha la chaine lorsqu'il estima qu'il pouvait atterrir sur le sol sans se faire de mal, dos à Fabian.

- On en fini une bonne fois pour toute, et après tu m'expliques comment je me suis retrouvé au milieu de ces putain de ronces !

Sa main droite qui tenait sa baguette fut alors secoué de tremblements qu'il fit cesser en plaquant sa main gauche sur le poignet de sa main droite. La peur se manifestait à travers son corps. Fichu Doloris, il n'allait pas tenir longtemps à ce rythme, ils devaient en finir au plus vite
Son regard croisa alors celui de l'énigmatique Joker. Il prétendait être un traitre... Vraiment ? Le prenait-il pour plus stupide qu'il n'était ? S'imaginait-il vraiment qu'il allait gober toutes ses histoires ? Et même si c'était vrai, même s'il désirait lui faire confiance, depuis quand un traitre dévoilait-il son jeu aussi facilement au premier inconnu qu'il rencontrait ? Non, décidément, il n'arrivait pas à lui faire confiance, et il comptait bien lui régler son compte. Au pire, et bien qu'il en doutait, s'il se trompait sur son compte, Le clown aurait toujours sa couverture de sauvegardé...
_________________


Revenir en haut
Joker
Mangemort
Mangemort

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2013
Messages: 90
Féminin
RPG * Nom du perso: Joker
Statut: Mangemort

MessagePosté le: Sam 5 Avr 2014 - 15:18    Sujet du message: Poudlard VS Mangemorts (Ouvert à tous] Répondre en citant


Joker observait la scène d'un ton calme et pourtant dans son esprit tout se bouleversait. Rien ne marchait comme il l'avait prévu, il était censé se retrouver seul auprès du jeune professeur ! Que faisait ce Gryffondor parmi eux ? N'avait-il donc pas peur pour sa peau ? Était-ce ce courage indéfinissable qui faisait de cette maison une ennemie de Serpentard ? Décidément, il en comprendrait jamais rien au système de maison de l'école de magie et encore moins comment elle fonctionnait.
Le jeune homme avait alors récupéré son professeur et sans se soucier de la suite des événements l'avait glissé dans les ronces. Le Mangemort retint un rire sarcastique et finit par sourire à pleine dent, amusé par la situation, décidément... Joker soupira ensuite en voyant ses « acolytes », qu'allait-il faire de ces larves ? Pfff... Choses indescriptibles, aux allures humaines, il leur manquait certainement une frite dans leur barquette ! Casey quant à lui ne remarquait toujours pas qu'il était manipulé, mais ses amis... Eux l'avait bien vu et accouraient dans la direction des deux rouquins. Qu'allaient-ils donc encore raconter de stupide? A moins ce qu'ils ne se soient aperçu que Joker était le réel coupable...


-C’est lui qui a du l’ensorceler !


AH ? Il n'en avait toujours pas conscience ? Ne savait-il donc pas que seul Joker avait lancé un sortilège impardonnable contre le cousin du professeur? Le clown se mit à rire en regardant l'élève. Il plaça une main devant sa bouche avant de prêter attention aux autres exclamations de ses compagnons qui ne se souciaient guère de l'attitude du clown... Après tout ce qu'il avait fait ne se doutaient-il pas une seconde qu'il était un de ces traîtres ? Comment un enfant pouvait-il lancer un sort si puissant ? N'était-il pas entrain d'étudier ? Il n'avait pas assez de maturité et de résistance mentale pour utiliser un sort impardonnable, ça se voyait sur sa tête comme un nez en plein milieu d'une figure. Mais qu'avaient-ils donc dans le crâne ?! Oups, excusez nous, pas grand chose...


-C’est un gosse !


Naonnnnn !!!! Sans blague ! Il a pas l'air vieux le gamin ! Quelle exclamation débile et sans intérêt ! Dépité le clown garda en main sa baguette, incrustant les délicieux motifs dans la paume de sa main. Soudain, Joker sentit que l'on s'adressait directement à lui, que lui voulait-on donc ? Le clown n'avait pas du tout envie de servir de marionnette et encore moins pour EUX ! Il ne les supportait... Pourquoi ? Parce qu'il les haïssait, ce n'était pas si compliqué à comprendre et à la longue ils auraient dû s'en rendre compte ! Apparemment pas, ils le pensaient toujours de leur côté... Ça n'avait jamais été le cas, alors pourquoi le croire ? Ne voyaient-ils pas le petit manège du clown depuis le début ? Ces hommes étaient si naïfs, des fois on se demandait s'ils n'avaient pas été bercés trop près du mur. Mais bien sûr que c'est un « gosse »! Cela se voyait bien trop !


Joker, occupe-toi en ! On arrive !


Quoi ?! Hum hum... Ne savait-il toujours pas à qui il s'adressait ? Quel bambin... Le clown lança un regard noir au Mangemort qui lui avait intimé l'ordre de s'occuper de l'enfant avant de se reculer doucement comme s'il allait se retourner et sauter sur le roux. Bien sûr il ne s'attaquerait pas à l'élève, il restait encore trop de … hum sentiments ? Envers des pauvres enfants attaqués par des créatures aussi immondes que les Mangemorts. Oui, il se considérait également comme un monstre mais est-ce réellement de sa faute ? Il lui adressa alors un sourire joueur avant de s'asseoir à même le sol. Il s'écria soudain très sûr de lui :

- Je préfère voir comment un élève va finir par vous épuiser à lui tout seul, tiens mon garçon amuse toi...

Lui du côté des gentils ? Bien sûr ! Il avait réellement envie de voir comment allait se débrouiller le Gryffondor, après tout, que leur enseignait-on désormais à l'école de de sorcellerie la plus réputée au monde ? Il lui murmura alors d'un ton un peu plus bas :

- Je crois qu'ils veulent ta peau, tiens bon petit...


Le jeune homme avait alors levé sa baguette en direction de ses ennemis. Joker se mit à rire plus qu'il n'en faut quand il vit un premier voler à une dizaine de mètres plus loin. Comment n'avait-il pas pu esquiver cette attaque ? Décidément on avait décidé de l'amuser beaucoup aujourd'hui ! Joker observait toujours la scène d'un air enjoué, il appréciait voir ses « alliés » se faire ratatiner par un adolescent... Enfin ses « alliés », il se prenait pour une telle personne alors qu'en réalité il n'était qu'un traître... Les mains terreuses à cause de s'appuyer sur le sol, il les frotta énergiquement puis applaudit à l'attention du jeune homme.


-Stupéfixe !


Arf loupé... celui-là ne s'était pas fait avoir et au lieu de voltiger en une magnifique pirouette spectaculaire celui-ci avait alors levé sa baguette et pouf ! Plus de rouquin ! Enfin si... Il était toujours là... Mais dans une posture assez désavantageuse qui faisait deviner sa souffrance. Joker se remit assez vite debout dès qu'il vit qu'un cercle se formait autour du Gryffondor ! A ça non!Il ne pouvait pas ! Des souvenirs assaillirent son esprit... Lui entouré par des dizaines de Mangemorts qui avaient décidé de faire de lui l'un des leurs. Il écarquilla les yeux, le souffle court, il ne pouvait pas laisser faire ça, c'était impossible ! Il aurait tant aimé qu'on vienne l'aider à lui aussi lorsque l'accident s'était produit, mais il avait été seul... Et ce, jusqu'au bout. Oh bien sûr il avait crié, souffert, il avait même fini mutilé. Mais personne était venu... Pourquoi tant de haine ? Pourquoi tant d'indifférence ? Depuis ce jour il s'était promis une chose... Marcher avec la mort... Ne plus jamais laisser un seul gamin souffrir à cause de ces énergumènes qui lui servaient à présent d'acolytes... Et que faisait-il à présent ? Il voulait le sauver, lui montrer qu'il n'était pas comme eux, qu'il n'allait pas mourir tout de suite, que cet homme ne lancerait jamais le sortilège impardonnable qui lui ôterait à coup sûr la vie. Il ne pouvait pas laisser une telle chose se produire... Mais il ne devait pas briser sa couverture ! Cependant, la vie d'un enfant valait au moins mille fois la sienne, même voir plus. Le regard déterminé, les yeux froids lançant des éclairs il se dirigea calmement vers le groupe... Oui un jour il les tuerait tous. Tous autant qu'ils étaient... misérables insectes...


-Bonne journée aujourd’hui !


Le Mangemort pointait sa baguette sur l'adolescent. Aussitôt Joker s'élança vers eux, voyant l'ombre de la mort planer dans les yeux du rouquin. Il ne pouvait pas mourir, il ne le fallait pas ! Il avait encore tant à découvrir, à partager, à aimer ! Son acolyte était prêt à lui lancer un sortilège impardonnable. Le clown blêmit et se jeta sur l'un des Mangemorts.
Malgré cela sa couverture était sein et sauve... Un autre gamin à moitié fou arriva sur son balais, les surplombant de toute sa hauteur, ses cheveux sombres faisaient remonter des souvenirs peu agréables au clown... Décidément ils n'allaient jamais s'en sortir si tout continuait ainsi...


- Mais il en pleut aujourd’hui des gamins ! STUPEFIX ! 


Pour une fois que Joker était bel et bien d'accord avec un Mangemort... Que faisaient-ils tous là ? Ne devaient-ils pas rester dans l'enceinte de l'école ?! Ils étaient donc si imprudents ?
Le jeune homme ne savait que faire en ces instants, s'il tuait un des Mangemorts il risquait de se faire prendre et ce n'était pas son but... ET s'il mentait à son Seigneur ? Il pourrait lui faire part d'un souvenir bien falsifié... Ses acolytes avaient pris des risques considérables en s'attaquant à des personnes de Pré-au-Lard, de plus Joker aurait pu intervenir, leur faire la leçon, cela ne leur aurait pas plus, ils auraient débuté une querelle tout à fait « ordinaire » entre Mangemorts. Certains s'en seraient pris à Joker et celui-ci désirant protéger son maître de toute dégradation par des abrutis de première, il les aurait éliminé un à un à l'aide d'un professeur de Poudlard. On l'aurait pris pour un allié du côté des gentils alors qu'en réalité il servait son maître et le rapprochait de la victoire. Tout ceci n'était qu'une idée de faux souvenirs... Tromper son maître par des événements perturbants n'est-ce pas si exaltant ?
Le Mangemort agacé par cette soudaine invasion s'élança dans les airs grâce à son balais.


- PREWETT ! EMMENE LE PROF AVEC TOI ET DEGAGE ! 


Ah ? Le rouquin se nommait donc Prewett ? Ils s'appelaient toujours par leur nom de famille ?
Soudain l'adolescent par moult cascades et virages dangereux finit par glisser de son balais. A moins d'un miracle il n'en sortirait pas indemne voir vivant. Mais ça s'était une autre histoire...
Le gamin chutait... Toujours et encore... Jusqu'à ce qu'un pilier de glace surgit de sous terre et s'éleva dans les airs. Magie magie... Le professeur jusqu'alors inconscient, rattrapa son élève de son bras gauche et semblait lui parler... Le jeune homme ne put entendre ce qu'il lui disait, certainement quelques petites formules comme « tout va bien ? ». Le Mangemort haïssait ça... Lui avait-on demandé pareille chose quand il était plus jeune ? S'était-on enquis de sa santé ? Non... Seuls ses parents avaient toujours été auprès de lui pour le soutenir dans les différentes épreuves de la vie... Jusqu'à leur mort étrange et détestable. Aussitôt toute la haine que ressentait Joker envers ses acolytes ressortit, aussi bien qu'il ne se préoccupa guère de ce que criait le jeune homme. Tandis qu'un harpon de glace s'occupait proprement de deux des sbires du Seigneur des Ténèbres, Joker se releva et fila un coup de poing au Mangemort qu'il était actuellement entrain d'écrabouiller sous son poids. Étrangement calme, la bouche figée dans une grimace de fureur, il s'élança vers le Mangemort qui avait osé s'en prendre à l'étudiant.


Sa main se dirigea dangereusement vers le col de l'homme tandis qu'il se mettait par dessus lui. Ses lèvres frôlèrent l'oreille de son ennemis tandis que celui-ci frémissait.

- Jo... Jo... Joker... Que fais-tu ?


Un petit rire sarcastique s'échappa de la gorge du clown tandis qu'il jouait avec les cheveux de sa future victimes. Il lui tira les cheveux en arrière avant de se retourner furtivement et de croiser le regard de chacun des nouveaux venus... Les deux étudiants... Le professeur... Ses yeux se plantèrent dans ceux de l'étudiant avant de le montrer du doigt.

- Tu vois mon ami... Tu t'en es pris à lui... Maintenant c'est à moi de m'en prendre à toi... Je vais te faire goûter à la mort mon ami...


Sa main osseuse sortit une dague de sa veste et d'un geste agile la planta dans le ventre de l'homme. Du sang s'écoula le long de son menton tandis qu'il « bullait » littéralement... Une mine de dégoût parut sur le visage de glace du Mangemort. Il se dégagea, le laissant, souffrant, allongé pitoyablement au sol. Alors Joker leva sa baguette en un sourire sadique. Ses lèvres formèrent quelques mots... Pas beaucoup mais assez pour faire blêmir encore plus sa victime.

- Avada Kedavra...


Il l'avait murmuré doucement, la main ensanglantée, la baguette pointée vers la poitrine de l'homme. Une lumière verte s'était échappé du bout de son bâton magique. Un bruit sourd retentit puis plus rien. La vie était partie. La mort s'était infiltrée sur ces terres. Elle avait emportée l'homme dans ses bras glacés. Toujours aussi calme, Joker se dirigea vers Prewett et le jeune homme. La boche entre-ouverte il ne savait que dire. Il s'était comporté comme l'un des leur et il le savait, il en avait conscience. Alors peut-être que ses nouveaux « alliés » le rejetterait mais il avait accompli une petite vengeance. Il n'avait pas supporté de voir cet homme jouir de son pouvoir en face d'un innocent... Le dégoût voilait toujours ses fines lèvres délicates. Il se plaça à côté des deux jeunes hommes avant de plonger son regard dans celui du nouveau venu. Il avait évité la mort de justesse, que comptait-il donc faire à présent ?

A qui le tour mes amis ?


Un sourire sadique transparut sur les lèvres de Joker. Sa main valide se posa sur l'épaule de Grey avant de lui murmurer à l'oreille :

- Vous feriez mieux de vous en aller pendant qu'il en est encore temps, je peux m'occuper d'eux, seul... Enfin je crois... Vous n'êtes pas en état de combattre, entre nous tous, c'est moi qui suis en meilleur état. Ramène tes élèves au château, ils ne devraient pas être ici.

Le regard du clown s'était fait dur, froid, il ne voulait pas qu'il y est d'autre victimes à part les Mangemorts. Il avait déjà assez de soucis en tête. Alors pour la première fois depuis le début de leur rencontre il lui adressa un sourire aimable, comme si l'être sadique qui était en lui s'était soudainement évanouit pour laisser place à l'être qu'il était auparavant, bien avant la mort de ses parents. Un élève bon et brillant, sympathique et toujours souriant, agréable et pourtant si froid dans le fond...



_________________


Il aime la mort, elle aime la vie.
Il ne vit que pour elle, elle est morte pour lui.


Revenir en haut
Fabian Prewett
Gryffondor
Gryffondor

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2012
Messages: 209
RPG * Nom du perso: Fabian Prewett
Statut: Etudiant - Gryffondor
Cinquième année

MessagePosté le: Jeu 10 Avr 2014 - 23:14    Sujet du message: Poudlard VS Mangemorts (Ouvert à tous] Répondre en citant


Le visage de celui qui allait le tuer n’était pas si horrible que ça, si on évitait de mentionner ses yeux pétillants de triomphe et de cruauté. En fait, c’était plutôt un visage de monsieur tout le monde, pas vraiment séduisant mais pas trop laid non plus. Il devait avoir une trentaine d’années, peut-être un rien plus vieux. Dans ses rêveries cauchemardesques, lorsqu’il se mettait à imaginer des combats féroces dans sa vie future d’Aurore contre les mangemorts, il visualisait toujours un mec dégeu, avec plein de cicatrices affreuses et des rictus de haine abominables. Manque de chance, son assassin n’avait pas la tête de l’emploi. Fixant ses yeux noisettes, Fabian se concentrait, son cœur battant à tout rompre dans sa poitrine, se demandant quelle serait sa dernière pensée… Il se disait que c’était se demander ce qu’elle serait qui serait sa dernière pensée.

Du coin de l’œil, il vit le clown qui s’était assis pour le regarder faire (c’était donc un jeu pour lui ?) se relever mais Fabian n’avait guère trop d’espoir ; il arriverait trop tard. Tout c’était ralenti, ses sens captaient comme jamais ils n’avaient capté. Sauf l’ouïe, comme si quelqu’un s’était amusé à mettre la fin de sa vie en mode muet. Il sentait l’odeur du blé, cette odeur d’été mélangé à la sueur qu’il dégageait et qu’il sentait dégouliner de son front… Cette sueur était glaciale et il frissonna. Il voyait la bouche de son bourreau s’ouvrir tout grand et il aperçu une petite carie. Il ne se souvint pas d’avoir jamais eu aussi peur de sa vie et il regretta de ne pouvoir affronter son propre décès avec sagesse. S’il avait été plus courageux, il aurait envoyé un sourire désarçonnant à son adversaire avant de sombrer pour toujours dans les ténèbres, mais sa bouche refusait de lui obéir. Il était tout simplement paralysé…

Ce que son ouïe aurait pu lui prédire, c’était qu’il avait peut-être une chance, mais il n’entendit pas le son caractéristique du vent entrant en collision avec un objet volant, comme un balai… Il sursauta donc lorsque son ennemi fut catapulté en l’air avec un experliarmus. Une image floue passa alors à deux cm de lui et après une embardée vers la gauche, il revint vers lui pour lui hurler de dégager en prenant le prof avec lui. Encore sous le choc, il ne reconnu pas son sauveur mais exécuta promptement ses ordres après avoir ramassé sa baguette magique. Il se dirigea rapidement vers Grey mais son attention fut détournée par le combat qui se menait à présent dans les airs. C’est seulement là qu’il reconnu Crawford, un Serpentard de 6 ou 7éme année. Et il se trouvait à présent dans une mauvaise posture… Bien que ses mouvements fussent dignes d’un excellent joueur de Quidditch combiné à un très bon combattant, ce qui ne devait pas être donné à tout le monde, il était à présent dominé par un Mangemort qui avait amené un balai avec un sortilège d’attraction. Fabian voyait très bien ce qui allait se passer, alors il brandit vainement sa baguette, mais il était trop tard : accablé par les sortilèges d’attaque et de contre-attaque, ainsi que par les feintes acrobatiques sur son balai, il n’avait pas vu venir l’éclair rouge de son assaillant. Il glissa de son balai, sans un cri et le Gryffondor sentit son cœur, qui avait donné de si belles preuves de vie quelques secondes auparavant, s’arrêter net. Que pouvait-il faire ? Il chutait toujours et allait se rompre le cou, mais soudainement, Grey bougea à côté de lui et fit apparaitre un pilier de glace sur lequel Crawford alla s’échouer beaucoup moins violement que si cela avait été le sol dur du mois de septembre.


Loin de se satisfaire de son sauvetage, son prof de botanique accrocha un harpon de glace au lady pilier, s’y accrocha et voltigea dans les airs. A présent, tous les mangemorts s’étaient tourné vers l’acrobate, hypnotisés, et chacun fut témoin du prodigieux coup de pied qu’il asséna à un premier mangemort, l’envoyant valdinguer dans le décor. Il transforma un deuxième en homme de glaçe et Fabian aperçu alors la silhouette du mangemort qui avait attaqué Kilian sur un balai fondre sur lui après avoir atterri en douceur dans l’indifférence générale.

-STUPEFIX ! hurla Fabian, en visant avec soin. Ce dernier réussi son sortilège de protégo, mais au moins, il n’avait pas eu le loisir d’attaquer son professeur qui avait à présent terminé son cercle et avait rejoint son point de départ au côté de Fabian.

Dos à dos avec Fab, Grey lança

- On en fini une bonne fois pour toute, et après tu m'expliques comment je me suis retrouvé au milieu de ces putain de ronces !

Fabian était certain que dans de pareilles circonstances, son jumeau aurait sourit, malgré le danger autour d’eux. Mais Fab n’était pas Guid car son visage était toujours crispé dans une profonde concentration. Dans son dos, il sentait les tremblements de son prof, que le sortilège impardonnable avait considérablement affaibli, sans compter les cascades qu’il avait exécuté à merveille.

Sur les 6 mangemorts présents, il restait le clown (qui n’avait pas clairement démontré ses préférences, bien qu’il ait essayé de le sauver), le cousin de son prof qui avait dévié son sortilège d’un joli protégo et un troisième à la droite de Fabian et à la gauche de son prof. Les trois autres étaient hors d’état de nuire : un se trouvait piégé dans la glace, et deux autres étaient au sol, sans que le Gryffondor ne sache comment ils avaient atterri là, ni s’ils étaient ensorcelés ou seulement assommés. A vrai dire, Fabian n’avait enregistré aucune information qui c’était déroulé sous ses yeux depuis qu’il avait cru mourir, il se contentait de se concentrer comme un diable sur le moment présent, prêt à intervenir. Par contre, il su analyser la situation autour d’eux : le mur de glace, Crawford dans les airs sur son pilier et eux d’eux face à eux : les mangemorts étaient encerclés. La question était de savoir si ce combat devenait un « trois contre trois » ou un « quatre contre deux ». Ainsi, toute l’attention de Fabian était sur ce clown ambigu : allié ou ennemi ? Sa baguette était prête mais l’homme à la main fait d’os se dirigea vers un mangemort, celui qui avait voulu le tuer, et l’empoigna par le col.

- Jo... Jo... Joker... Que fais-tu ?

La tête de son prof cogna la sienne lorsqu’elle se retourna pour observer à son tour la situation. Un petit rire sarcastique s’échappa de la gorge du clown, ce qui fit frissonner Fabian.
Dirigeant le regard de sa victime en lui tirant les cheveux, le clown l’obligea à regarder Fabian et son prof.
 
- Tu vois mon ami... Tu t'en es pris à lui... Maintenant c'est à moi de m'en prendre à toi... Je vais te faire goûter à la mort mon ami...
Le dénommé Joker sorti une dague de son manteau et, sans aucune autre cérémonie, la planta dans le ventre de sa victime. Fabian eu un haut le cœur en sentant l’odeur du sang se répandre à quelques mètres de lui. Ca devait être au tour de Grey à présent de sentir son élève vaciller légèrement. Et puis, dans un murmure terrifiant…

- Avada Kedavra...

Son ancien bourreau tomba raide mort, comme il aurait certainement voulu voir Fabian le faire, et pourtant, Fabian n’aima pas ça. La mort était laide, même celle de ses ennemis.

- A qui le tour mes amis ?

D’abord, Fabian ne comprit pas trop ce qu’il avait voulu dire, mais un hurlement de rage lui fit relever la tête et élargir son horizon : c’était Casey qui avait hurlé et il n’était de nouveau plus seul. Il avait profité de l’attention portée sur le Joker pour réveiller ou lancer le contre sort sur ses alliés. Ils étaient donc de nouveau trois à courir vers eux. Mais le sort restait toujours à leur avantage en comptant le Joker comme terrible allié.


-JOKER !!!!!!!!!!!!!!

Ce dernier, toujours très calme, dit à son prof en lui tenant l’épaule, comme si un troupeau de mangemorts que Fabian associait à un troupeau de taureaux qui chargeaient vers eux, n’étaient pas en train d’avaler les mètres qui les séparaient de lui.
 
- Vous feriez mieux de vous en aller pendant qu'il en est encore temps, je peux m'occuper d'eux, seul... Enfin je crois... Vous n'êtes pas en état de combattre, entre nous tous, c'est moi qui suis en meilleur état. Ramène tes élèves au château, ils ne devraient pas être ici.
Cependant, Fabian sentit très bien que les jambes de son prof étaient faites en ce moment même de guimauve. Ce n’était pas Grey qui allait ramener ses élèves, mais ces derniers qui allaient le ramener lui… Fabian jeta un regard vers Kilan Crawford, toujours perché sur son pilier de glace. Il croisa ses yeux et d’un commun accord silencieux, ils levèrent leur baguette. Dans le millième de seconde que dura leur échange muet, Fabian avait essayé de lui montrer sa reconnaissance. Tout deux avaient compris qu’aussi puissant que le Joker pouvait être, il n’aurait aucune chance avec trois de ses anciens potes comme ennemis. Et puis, à l’allure que ces derniers avaient prit, ils n’auraient jamais eu le temps de se dégager de là. Alors si c’était pour être en plein milieu d’une bataille et manquer de se prendre un sortilège en pleine tronche, autant participer au combat !


Fabian se retourna alors d’un quart pour faire face aux mangemorts qui couraient vers eux, d’un quart seulement pour que Grey soit toujours soutenu par son dos (chose qui semblait importante à Fabian, vu la faiblesse qui se dégageait de lui. Quoiqu’il se passe pour lui, le dos tremblant adossé au sien était celui de son nouvel héros). Joker était un peu en avant d’eux ce qui fait qu’il ne vit pas que ses « protégés » (après tout, il avait tué, d’un sang froid morbide d’accord, mais tout de même, celui que Fabian avait cru devenir son assassin) avaient levé eux aussi leurs minces tiges de bois.

Tout cela n’avait prit que quelques secondes, mais Prewett n’eut pourtant pas le temps d’attaquer le premier, tout juste eut-il le réflexe de repousser son prof en arrière avec lui pour éviter un sortilège de mort destiné au Joker. Car les sorts avaient commencé à fuser et dans le tumulte, Fabian releva de nouveau les yeux vers le Serpentard et lui cria

-Attention à celui de droite !

En effet ce dernier s’était souvenu de la présence de l’adolescent et en le regardant lever la tête, Fabian avait perçu la menace qui planait au dessous de Crawford. Il n’avait en effet pas vraiment le temps de viser, car lui-même avait commencé une sorte de ballet disgracieux, empoignant les bras de son prof toujours dans son dos, pour le soutenir et le diriger. De la sorte, ils réussirent à éviter la plupart des sorts que Joker avait précédemment esquivés. Pendant un cours instant de répit, il parvint à lever sa baguette et à lancer un sort… Il fut horrifié du résultat.


Revenir en haut
Kilian
Serpentard
Serpentard

Hors ligne

Inscrit le: 13 Déc 2013
Messages: 14
Masculin
RPG * Nom du perso: Kilian Crawford
Statut: Etudiant - Serpentard
Septième année

MessagePosté le: Lun 21 Avr 2014 - 18:20    Sujet du message: Poudlard VS Mangemorts (Ouvert à tous] Répondre en citant

Le vent fouettait son visage avec violence, ses cheveux voletaient à travers le courant d’air, alors que son balai devenait de plus en plus petit. Il avait encore temps de chose à faire sur la terre, il ne pouvait pas mourir comme ça ! Il avait encore envie de voir le sourire de Hope lui réchauffait le cœur, devait encore lui avouer ses sentiments ! Il devait devenir un grand medicomage, regarder ses parents dépérir. Non il ne devait pas mourir ! Kilian se jura intérieurement que s’il s’en sortait d’accomplir tout ce qu’il venait de se dire.
Le jeune adolescent avait fermé les yeux alors qu’il sentait les larmes poindre aux yeux quand l’impact qu’il croyait plus brutal que ça, n’en fut pas un. Du moins, il avait plus l’impression d’être oppressé contre une autre présence, comme protégé.

- ça va ? demanda une voix.

Kilian ouvrit subitement les yeux et tourna le regard vers son… professeur ? Fullbuster n’était pas inconscient la dernière fois qu’il l’avait vu ? L’adolescent hocha la tête pour toute réponse, et regarda la hauteur où il se trouvait. Il était encore à cinq mètre de la terre ferme, écoutant d’une oreille distraite le plan de son professeur.

« Ah ouais ? il laisse des élèves se battre ? Elle est belle l’équipe professorale … » s’enquit-il.

- Vous pouvez vous vanter de m'avoir mis en colère, fit-il à l'adresse des mangemorts qui avaient osés s'en prendre à ses élèves. Harpon de glace !

Le serpentard se retourna subitement vers son professeur, alors qu’il était déjà dans les airs, assommant un des mangemort avec l’élan et la force de tout son corps alors que de son autre main dont il serrait sa baguette, congela un autre ennemi puis le professeur lâcha la corde qui maintenait en l’air, quand il fut au cotés du gryffondor.

« Pourquoi il fait ça ? Il va se tuer, s’il continue, c’est un vrai imbécile » s’inquiéta le brun.

Du haut de son pilier les conversations n’arrivèrent pas à ses oreilles, il était juste spectateur de ce qui se passait en bas. Il écarquilla les yeux sous la surprise : l’homme à l’allure de clown avait planté sa dague dans le ventre d’un de ses congénères, pour ensuite l’achever avec le grand éclair vert, redouté de tous. Kilian détourna le regard, par respect pour le mort et regarda l’horizon avec appréhension. Survivraient-ils à cette journée, aux assauts des sbires du maître des ténèbres. Qu’allait-il advenir de la société magique si personnes ne se mettait entre eux et les plus vulnérables ? Le chao régnerait et il ne pourrait plus avoir de penser librement, endoctrinés par la politique de Voldemort. Il ferait sûrement parti de ses résistants pour oppresser le mage noir, lui faisant comprendre que tant qu’ils étaient là, cette tuerie d’aujourd’hui n’aura pas lieu d’être. Kilian avait peur et ça se lisait sur son visage ; il avait failli mourir et risquait d’être mort après l’affrontement, en fait ils risquaient tous de mourir, mais s’ils ne faisaient rien maintenant, qui le ferait demain ? Il tourna le regard, déterminé, vers Prewett et d’un accord muet, ils resteraient jusqu'à leurs derniers souffles !
Serrant sa baguette un peu plus fort dans sa main, seul objet qui sera le témoin de bataille qui faisait rage, il baissa les yeux sur les deux pensionnaire du château et trois mangemorts qui encerclaient ceux-ci. Il releva un peu les yeux vers un autre mangemort qui avait des vraisemblances avec son professeur de botanique, apparemment le moins bête de tous, s’était redressé :

- Stupefix ! cria le serpentard à son intention.

Cassey s’échoua avec fermeté un peu plus loin, alors qu’un des mangemort réalisa enfin qu’un de l’adolescent était perché sur son pilier de glace.

-Attention à celui de droite !

Kilian tourna vivement la tête vers la droite, et il bougea d’un centimètre, où passa le filet de lumière qu’il ne su de quelle couleur celui-ci était. Il évita plusieurs fois les attaques du mangemorts :

- Chaines enchantées ! s’énerva le dernier année.

L’ennemi fut saucissonné par des chaînes, immobilisé. Kilian se tourna vers la bataille qui faisait rage à ses pieds. Le clown esquiva plusieurs sorts lancés par ses collègues. De quel cotés était-il ? Pendant ce temps là, Prewett était en train de jouer les marionnettes avec le professeur, apparemment à deux doigts de tomber dans les pommes. Le roux jouait de gestes habiles a lancer des sorts de la baguettes de Fullbuster, il faillit le toucher alors que le sort lancé, s’abattit dans les airs dans une explosion bleutée.

- PREWETT ! Si tu pouvais éviter de me tuer ca m’arrangerait ! s’insurgea le serpentard avec un regard sévère.

Le jeune homme se tourna et tomba nez à nez avec Casey qui avait réussi à monter sur son pilier, c’était connu les mangemort avait une facilité déconcertante pour se materialiser n’importe ou. Il n’eut pas le temps de faire un mouvement, que le sbire l’enserra par le cou, le soulevant légèrement et le suspendant dans le vide. Kilian avait la bille qui remontait, avait une envie de vomir, sa main l’étouffant peu à peu.

- Vous commencez tous à me gonflez ! dit Casey, furieux.

Le mangemort fit glisser sa baguette sous son cou, soulevant légèrement l’écharpe verte et argent, la regardant longuement, comme si c’était un précieux bijou.

- Hum, intéressant un serpentard… dit-il un sourire pervers sur le visage. Tu sais ce qu’on dit Grey, tout les verts sont corrompus, pourquoi pas lui ?

Kilian avait chaud et froid en même temps ce qui lui provoqua des frissons. Pourquoi disait-il ca, celui-là ! Ses parents ne s’étaient peut-être jamais aimés, c’en était pas pour autant qu’ils étaient à la merci du marge noir.

- Je t’ai déjà vu quelque part, dit Casey. Ah oui je me souvient sur une photo de famille ! Crawford c’est ça ? Tes parents fait bien leur boulot de quartier general pour les mangemorts. D’ici quelque temps ils le deviendront eux aussi.

Instinctivement les pupilles de Kilian se dilatèrent sous la colère et se débattit comme il pu.

- Vous mentez ! hurla le serpentard.

- J’aime voir la colère des serpentard dans leurs yeux. C’est jouissif, tu ne trouves pas cher professeur ? finit il par regarder son cousin.

Kilian se sentit oppressé et voulait hurler toute sa colère, tuer ses parents, de les achever de ses mains. Pourquoi ils faisaient ça ? Ils n’en avaient pas déjà assez fait en le rejetant ?

- Oui, vas y ! Cris ta haine ! murmura le mangemort. Et deviens comme tes parents. Tu seras un bon mangemort, tu as une force indéniable, mon petit.

Le brun ouvrit subitement les yeux, devenir comme eux, une loque, une épave d’un mage qui se croit le centre du monde, qui veut décimer la population, tuer des innocents. Il était peut être méprisable mais pas un tueur.

- Je suis peut-être un serpentard, j’ai le sang chaud, je suis méprisable mais je ne serais jamais comme vous, des meurtriers !

L’air de sa gorge diminua un peu plus quand Casey l’étouffa encore, furieux de n’avoir pas pu corrompre un adolescent rempli de haine à l’intérieur de lui.

- Et ne me parlez pas de mes parents, je ne les connaît pas, compris ? réussit-il à articuler la voix hachée par le manque d’air.

Il sentit les forces l’abandonner alors que ses yeux commencèrent à voir trouble. Sa respiration était maintenant bloquée et malgré que sa bouche était à la recherche d’air, son visage devenait de plus en plus rouge.

- Tu vois cher cousin, tu vas encore revivre le jour de la mort de Bridget mais cette fois ce sera ton élève, comment te sentiras tu devant sa dépouille, d’avoir encore était faible. Regarde le mourir comme elle est morte.

Pour la deuxième fois de la journée, Kilian se sentit tomber, sans le moindre moyen d’être sauvé, voyant Casey pointer sa baguette vers lui, et devina au mouvement de ses lèvres le sort de la mort lui était destiné. Cependant un courant d’air lui fit rouvrir les yeux. Il était dorénavant sur un balai et le plus vite qu’il pu, se redressa décemment sur le balai et esquiva les sort lancés par ses assaillants au sol, alors qu’il essuya rageusement une larme rouler sur sa joue. Il ne savait pas qui l’avait encore sauvé, mais cette fois, la haine le gagnait et avec une vitesse incroyable il effectua des centaines cercles dans lesquels étaient toujours Joker, Fullbuster, Prewett, Casey et les trois autres mangemorts, lançant des sorts à tout vas, avec une précision hors norms, ne touchant jamais ses collègues, alors que certains sortilèges furent lancés entre deux.


Revenir en haut
Grey
Professeur
Professeur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juin 2012
Messages: 218
Masculin
RPG * Nom du perso: Grey Fullbuster
Statut: Professeur à Poudlard

MessagePosté le: Mar 22 Avr 2014 - 12:42    Sujet du message: Poudlard VS Mangemorts (Ouvert à tous] Répondre en citant

Dos à dos avec le jeune Prewett, Grey serrait les dents tout en lançant un regard avada kedavresque sur les mangemorts qui étaient entrain de les encercler. Ils pouvaient leur donner une raclée, avec l'arrivée inopinée de Prewett et Crawford, ils avaient une chance de les arrêter. Bien sur, à choisir, il aurait préféré que ses renforts portent le nom de Stan ou Ziggy mais ses deux amis n'étaient pas là, et une fois encore, il avait besoin d'aide. C'était une récurrente chez lui, il fallait croire qu'il était incapable de se débrouiller tout seul et qu'il avait l'art et la manière d'entrainer les autres dans ses folies. D'ailleurs, il s'était montré irresponsable du début à la fin de cette histoire ! Tout d'abord en partant à la poursuite des mangemorts qui avaient torturé jusqu'à la mort ce couple de cracmol. Il les avait certes rattrapé, mais pour aboutir à quel résultat ? Il s'était fait torturer à son tour, pendant que Prewett et Crawford l'avaient imité, en se rendant également sur le lieu où flottait dans le ciel, comme une danse macabre, la marque des ténèbres. Le lieux où ils étaient... On ne pouvait pas reprocher à des élèves d'avoir foncé tête baissé, mais lui, il était censé montrer l'exemple, pas les mettre en danger. S'il n'avait pas retenu les mangemorts, ses deux élèves n'auraient trouvé en ces lieux que les victimes de ces mages noirs, et non leurs bourreaux. Et pour couronner le tout, voilà qu'il les entrainait dans un véritable combat où chacun d'eux risquaient leurs vies. Ce constat lui fit crisper la mâchoire, non, il ne devait pas se laisser aller à ce genre de pensées négatives. Il n'était pas un super héros, il n'était qu'un homme, et il était loin d'être invulnérable, et surtout pas face à un nombre aussi important de mangemorts. Jamais il n'aurait été capable de tous les retenir jusqu'à l'arrivée de ces foutus aurors qui ne pointaient toujours pas le bout de leurs foutus balais. La véritable force était de savoir accepter de l'aide quand on en avait besoin. Quand à Prewett et Crawford, ils n'étaient plus des enfants, ils connaissaient les risques, et ce combat, c'était tout autant le leur. Mais il allait de soit, qu'il ne leur ferait pas courir de risques inutiles et qu'il les protégerait. Ils ne les toucheront pas, aucun d'entre eux. Il ne le permettrait pas.
Les tremblements qui avait commencé à secouer sa main droite et qu'il avait vainement tenté de maitriser, commencèrent à se diffuser à travers tout son corps. Le constat était probablement aussi terrible que sa souffrance. Il avait trop présumé de ses forces, il avait ignoré sa douleur, passant outre et son corps était entrain de le rappeler à l'ordre. Sa tête lui faisait mal, mais pas plus que tous le reste de son corps. Bon sang, par Merlin, il devait encore tenir un peu, juste un peu. Il n'était pas question qu'il s'écroule lamentablement devant les mangemorts tant qu'il ne les aurait pas tous massacré. Ce n'était pas uniquement une question de fierté, ou d'orgueil, c'était un devoir : celui de protéger ses élèves.
Dans le brouillard de sa souffrance, qu'il tenta de dissimulé comme il put, son regard se porta sur Joker, qui avait de toute évidence retourné sa veste. Attiré par de cris, et des paroles qui suppliait son bourreau de l'épargner, Grey avait tourné sa tête dans un même élan que Fabian, si bien qu'ils se cognèrent tous les deux l'arrière du crâne, ce qui n'arrangea en rien, son mal de crâne qui ne cessait de le marteler. Plissant ses yeux qui étaient embrumés, il essaya de se concentrer sur ce qu'il venait de voir. Ainsi donc, il n'avait pas rêvé, ce n'était pas son imagination qui lui jouait des tours... la tâche écarlate qui ne cessait de s'agrandir sur la robe de sorcier du mangemort que Joker avait prit à parti, était du à une blessure à l'arme blanche que lui avait infligé le triste clown dans le flanc. Loin d'en rester là, comme s'il prenait le même plaisir que ceux qui l'avait torturé, Joker tira la tête du mangemort vers lui, en arrière, d'un mouvement sec et impitoyable. Joker, qui semblait se délecter de la situation, pointa sa baguette sur lui, et avec une inhumanité à vous glacer le sang, il prononça le plus terrible des sortilèges interdit sous leurs yeux impuissants. Le corps de la victime s'effondra dans les bras de son assassin, telle une marionnette dont on venait impitoyablement de couper les fils de la vie....
Joker ne semblait pas éprouver le moindre remords, au contraire, Grey décela de l'amusement dans son regard de fou. Tel un enfant qui venait de découvrir un pouvoir considérable qui lui permettait d'afficher sa supériorité sur les autres, il s'avança parmi eux, avec un immense sourire aux lèvres, en leur demandant qui voulait être le suivant. Il jubilait, et Grey en frissonna. Son regard se porta alors sur Fabian qui avait détourné le regard, incapable d'en supporter plus, et sur Crawford qui en avait fait tout autant. Cette réaction qu'avait eut ses deux élèves face à cette scène atroce, lui tirèrent un sourire de soulagement. Aucun d'entre eux n'avait été séduit par ce pouvoir maléfique de mort et de destruction, c'était même tout l'inverse. Le rire sadique de Joker lui fit tourner le visage dans sa direction en fronçant les sourcils, et il se glaça, lorsqu'il sentit le contact de sa main se poser sur son épaule.

- Vous feriez mieux de vous en aller pendant qu'il en est encore temps, lui conseilla-t-il dans le creux de son oreille. Je peux m'occuper d'eux, seul... Enfin je crois... Vous n'êtes pas en état de combattre, entre nous tous, c'est moi qui suis en meilleur état. Ramène tes élèves au château, ils ne devraient pas être ici.

Grey croisa le regard de Joker qui se montrait intraitable. Ce n'était pas un conseil qu'il venait de lui donner, mais un ordre. Alors qu'il comptait répliquer avec une remarque cinglante, le clown lui adressa un sourire. Pas un de ces sourires qui reflétait toute sa folie, ou son sadisme, non. Mais un vrai sourire, aimable et presque... chaleureux

- Je ne reçois pas d'ordre ! Et encore moins de toi, tête de guignol. Trancha durement Grey avant d'adoucir le ton de sa voix. On ne te laissera pas tomber, mais si tu veux te battre à nos cotés, je t'interdit d'utiliser un des 3 sortilèges interdit ou de les tuer ! Je ne veux pas de ça, et encore moins devant mes élèves. Je les veux vivants ! Ils doivent payer pour leur crime. Nous ne sommes ni des tortionnaires ni des assassins. Il est absolument hors de question d'agir comme eux !! Alors soit tu acceptes de te plier à nos règles, soit je te considère comme un ennemi.

La réaction de Grey avait de quoi surprendre. Lui, qui venait d'être impitoyablement torturé par ces hommes, des sorciers qui étaient prêt à récidiver pour le simple plaisir d'entendre à nouveau chanter leurs victimes de douleur, qui menaçaient la vie de ses élèves, venait d'imposer ses conditions à un allié aussi providentiel que redoutable. Pire, il était prêt à refuser son aide et à le considérer comme un ennemi s'il ne se pliait pas à ses exigences. Oui, décidément, cela avait de quoi surprendre, mais Grey avait une éthique et il était hors de question pour lui, de déroger à ses principes. Quel genre de victoire cela serait-il, s'il acceptait de s'abaisser à leur niveau ? Comment convaincre ces jeunes adolescents que la violence utilisé par ces mages noirs n'était pas le bon chemin à suivre, s'il acceptait de s'abaisser à en faire autant pour être sur de gagner une bataille ? C'était peut-être fou, mais c'était la seule choses à faire. Puis son regard se posa sur les deux jeunes gens qui l'accompagnait. Il sentait ses forces l'abandonner de plus en plus. Il avait beau se raccrocher à sa baguette et à prendre discrètement appui contre Prewett, rien n'y changeait, il se sentait de plus en plus défaillir. Prewett.... le jeune homme avait certainement conscience de l'état critique dans lequel il se trouvait, pourtant il agissait comme si de rien n'était, se contentant de lui apporter le soutient et l'aide en toute discrétion, sans en avoir l'air, comme si de rien n'était. Grey lui en était sincèrement reconnaissant. Il se tourna vers Joker, le regard ampli de fierté, et reprit la parole. A aucun moment sa voix ne tremblait ou ne trahissait son véritable état. Il parvenait encore à faire illusion. Mais pour combien de temps ?

- Quand à eux, fit-il en désignant Fabian et Kilian, ils ont choisit de se battre à nos cotés alors respecte les. De toute manière tôt ou tard ce sera aussi leur combat. Personne ne sera épargné.

Grey se tourna vers Fabian qui n'avait pas perdu une miette de ce qu'il venait de dire, et le gratifia d'un sourire. En cet instant, ils n'étaient plus un maître et son élève, mais deux hommes qui se battaient pour la même cause. D'ailleurs son élève ne l'avait-il pas protégé d'un mangemort en lançant un sort stupéfix ? Ce n'était pas l'âge qui déterminait un homme mais ses actions, et ses élèves, même s'ils étaient jeunes, étaient prêt à se battre et à risquer leurs jeunes vies pour une cause et des idéaux qu'ils défendaient. Et rien que pour cela, Grey les respectaient. Ce n'était certainement pas à lui, qui en aurait probablement fait autant à leur âge, de leur interdire de se battre. Bien au contraire, aussi fou que cela pourrait paraître au conseil des élèves, ils avaient tout son soutient.

Et à vrai dire, ils ne seraient pas de trop pour affronter les mangemorts qui fondaient droit sur eux. Mais alors qu'il savait qu'il aurait du lancer un sort, pour attaquer et les défendre, il fut incapable d'esquisser le moindre geste ou de penser ne serait-ce qu'au moindre sort qu'il pourrait faire jaillir de sa baguette. Sa vue se brouillait, et il sentit son corps trembler violemment sans qu'il fut en mesure de l'arrêter. Le sol lui donnait la sensation de tanguer. Il n'était plus maître de ses gestes et la douleur qui était entrain de traverser son corps lui coupait les bras et les jambes. Le corps en feu, ses poumons semblaient se vider de leur air, il avait du mal à respirer, la tête lui tournait. Que lui arrivait-il ? Il leva les yeux sur les mangemorts qui se précipitaient vers eux, mais avec effrois, il réalisa, qu'il était incapable de lancer ne serait-ce qu'un simple sort de protection. Sans la vigilance de Fabian, qui avait parfaitement comprit qu'il n'était plus en état de réagir, il aurait été la victime d'un nouveau sort, qui à coup sur, l'aurait cette fois terrassé pour de bon. Les mise en garde, les voix, les sons, tout lui parvenait au ralentit et de manière déformée. Tout ce qui le maintenait encore encré dans cette réalité, c'était cette main, posé sur son avant bras, avec force, et qui le protégeait en le guidant. Fabian.
Grey ferma les yeux durant un cours un instant, pour tenter de reprendre ses esprits. Non, non, non, il devait se reprendre ! Ne pas flancher, pas tout de suite, pas encore, pas maintenant. Il n'avait pas le droit. Pas tant que ses élèves seraient en danger. Il devait tenir. Trouver le moyen de résister encore un peu. Il pouvait le faire...

Lorsqu'il réouvrit les yeux, sa respiration s'était calmé, et son regard se leva en direction du pilier de glace, d'où, il lui avait semblait, qu'on lui parlait.. Oui, c'était Casey... Casey..... il disait quoi au juste ? Corrompre... corrompu ? Qui ?
Bon sang, cet état comateux dans lequel il commençait à plonger était entrain de le rendre fou.

- Sabre de glace !

Du sang se mit à gicler au niveau de sa cuisse, et une tache rougeâtre et humide se mit à apparaître sur son pantalon noir. La douleur, il n'y avait qu'elle qui pouvait vous maintenir éveillé et c'était la raison pour laquelle, Grey venait de s'infliger cette blessure sans hésitation. Assez superficielle pour ne pas l'affaiblir plus qu'il ne l'était déjà, mais assez douloureuse toutefois, pour l'obliger à sortir de sa torpeur. Serrant les dents, il leva son regard en direction de Casey et il put constater que son action avait eut l'effet escompté. Sa vue n'était plus troublée, et les sons lui parvenaient à nouveau distinctement. Bien que toujours chancelant, il se dégagea de la poigne de Fabian qui l'avait soutenu jusqu'à maintenant et s'avança vers le pilier de glace, où Casey se trouvait actuellement avec Crawford.

- Relâche-le tout de suite ! Le menaça Grey

- Ou sinon quoi ? Se moqua Casey. Tu es lamentable Grey, regarde-toi, tu tiens à peine sur tes jambes, et comme si ce n'était pas suffisamment pathétique, voilà que tu te caches derrière des gamins. Comme toujours, tu laisses les autres faire le sale boulot pour toi. Un éclaire de fureur traversa son regard. Tu as toujours était faible, insolant, bagarreur et arrogant et pourtant, c'est toujours toi, qu'ils ont aimé le plus, que ce soit mes propres parents, ou Bridget,... Bridget qui est morte à cause de toi ! Pourquoi Grey ?! Pourquoi n'es-tu pas mort en même temps que tes parents ? Pourquoi as-tu survécu ? Si tu avait périt, Bridget mais aussi tes élèves sous peu, ne seraient pas mort ! Que ton existence est inutile

La mâchoire de Grey se crispa, mais il ne rétorqua rien, seul son regard le foudroyait sur place.

- Tu voulais que je le relâche ? Demanda-t-il innocemment en suspendant Kilian dans le vide sous le regard effaré de Grey, dont le coeur rata un battement. Je vais t'exaucer, tu ne pourras pas dire que je ne t'écoute jamais. Tu vois cher cousin, tu vas encore revivre le jour de la mort de Bridget mais cette fois ce sera ton élève, comment te sentiras tu devant sa dépouille, d’avoir encore était faible. Regarde le mourir comme elle est morte.

Non. Non. Non. Pas ça !!

- Noooonnnnn !!! hurla Grey en se précipitant vers le corps de Kilian qui tombait à nouveau dans le vide

Mais cette fois encore, comme Casey le lui avait prédit, comme pour Bridget, il n'eut pas le temps d'intervenir. Un sortilège le frappa cruellement en plein milieu du dos.

- On ne tourne jamais le dos à l'ennemi en plein combat, ricana une voix derrière lui

Quel était ce sort ? Il n'aurait su le dire, seul certitude, tout ce qu'il savait c'est qu'il n'arrivait plus à respirer, son corps était en feu. La douleur était telle, qu'elle lui coupa les jambes, le faisant tomber à genoux. Sa baguette glissa de sa main, chutant à ses côtés et s'écrasant sur le sol terreux en même temps que lui. Le goût âcre du sang dans la bouche se mêlant avec celui de la terre, son regard se brouilla. Plus aucun son ne lui parvint... la bataille était-elle fini ? Avaient-ils gagné ? Non. Tout est loin d'être fini, ... sauf pour lui. Etait-ce donc ainsi qu'il allait mourir... Il n'aura été que bien peu de chose, et jusqu'au bout, il aura été incapable de protéger les gens qu'il aimait... Les paupières de Grey se refermèrent, et il sombra dans l'inconscience sur cette seule et dernière pensée : il allait mourir en échouant....

Le gigantesque et imposant mur de glace que Grey avait érigé derrière lui, se mit alors à se fendre de part en part, se lézardant dans de profondes et irréversibles fissures avant de s'écrouler tel un château de cartes. Quand à la glace, qui recouvrait le mangemort que Grey avait statufié, elle disparue et libéra celui qui en était prisonnier. Enfin le pilier de glace, déserté de toute présence, n'était plus et disparu aussi vite qu'il avait surgit du sol. Grey venait de s'effondrer, et toute sa magie disparaissait à présent avec lui....

(HRP : Fini pour moi, Grey sort du jeu)
_________________


Revenir en haut
Ziggy Stardust
Professeur
Professeur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juin 2012
Messages: 125
Masculin
RPG * Nom du perso: Ziggy Stardust
Statut: Professeur à Poudlard

MessagePosté le: Sam 26 Avr 2014 - 16:39    Sujet du message: Poudlard VS Mangemorts (Ouvert à tous] Répondre en citant

(Je m'incruste comme une fleur, si mon post comporte des incohérences, merci de me les signaler, mea culpa toussa toussa)



Tomber des nues, il n’aurait imaginé vivre pleinement cette expression. Stupeur à la limite de la tétanie, tel fut été son état. Dans sa salle de cours, en conversation avec son élève, l’ignoble marque couleur absinthe avait zébré le ciel. Cette marque sordide, annonciatrice de douleur et de sang, de malheur, le plus sinistre des présages, la signature des petits soldats du Mage Noir.

Ziggy déglutit sa salive difficilement, légèrement pâle. Son sourire doux s’évapora en un instant. Choquée, Seth voyait cela aussi bien que lui. Un rugissement de moteur tonitruant fit trembler sa fenêtre, un bruit qu’il connaissait par cœur et qui se confirma, la moto de son meilleur ami, qu’il ne tarda pas à apercevoir furtivement, accompagné de Stan.

-Retourne immédiatement dans l’enceinte du château, vous serez en sécurité en salle commune ou dans la grande salle, immédiatement tu m’entends ? Veille sur, tes camarades.

L’angoisse se lisait dans l’azur de ses yeux mais également une profonde détermination. Serrant sa baguette et enfilant son manteau, il serrait les dents. Que fichaient des mangemorts dans une situation pareille ? Le calme « plat » du mage noir depuis quelques semaine laissait présager le pire. Ziggy espérait que cela n’était pas arrivé…

Et Dumbledore justement… Il était bien entendu plus sage de le rejoindre directement afin d’aviser sur la manière d’agir de manière intelligente et organisée…

Mais , la furtive vision de Grey et de Stan le poussait à se joindre à eux… Certes, mais l’impulsivité n’était pas son fort, il était bien plus raisonnable de prévenir d’abord le directeur et de ramener avec lui le corps enseignant, afin de protéger les élèves, ils ne seraient pas de trop.

Attendant que Seth quitte la salle, il réfléchissait rapidement, fronçant ses sourcils déjà naturellement arqués. La situation était relativement tendue, mais entre réfléchir et prendre racine, il y avait une passe. Il prit Seth par les épaules, l’obligeant à plonger son regard dans le sien.

-Tu as vu la direction de la moto ? La marque…
Va prévenir le directeur, je ne peux pas laisser Grey ainsi. Interpelle Dumbledore, ou n’importe quel autre adulte de confiance, dis-lui de nous envoyer des renforts, je vais les rejoindre.


Son ton avait peut-être été un peu sec et autoritaire, mais il n’y traduisait que trop bien une grande inquiétude. Il était capable de réagir de sang froid sans paniquer, certes, mais ce n’était pas pour cela que son poul ne battait pas en chamade. D’ailleurs il tremblait un peu trop, pas de peur face au danger mais plutôt à la vision macabre qu’il l’attendait peut-être là-bas. Il n’était pas rare de le voir à ce point angoissé, mais toujours impressionnant. Pourtant, à le voir ainsi, il n’avait en rien l’air d’un froussard, ce n’était pas du tout le problème.

Attendant le départ de Seth, il se rua lui-même hors de la salle, en une course folle vers la direction que prenait la moto de son meilleur ami. Si tôt, l’ambiance apaisante et étoilée qu’enveloppait la salle de classe s’évanouit, la laissant presque aussi classique que les autres. Le parfum du thé et des parchemins imprégnait cependant, toujours autant le lieu.

De vive haleine et d’une vivacité déconcertante, Ziggy courait. L’air brûlait la gorge du professeur d’Astronomie si bien qu’il maudissait foncièrement sa consommation de cigarettes mais de se félicitait de ne s’être encombré d’aucun couvre chef ou manteau. Il dévalait les escaliers, heurtait les pierres, avant de se retrouver dans l’herbe de l’extérieur. Il enfourcha un balai afin de suivre à la fois, la traînée grise encore bien visible de la moto de Fullbuster, ainsi que cette satanée marque des ténèbres en direction de près-au-lard.

Bien que le trajet fut relativement rapide, l’enseignant s’impatientait, jusqu’à étouffer un cri d’effroi lorsqu’il fut arrivé à destination. Une bataille, une scène de bataille… Le rouquin balayait le triste panorama de ses yeux bleus, interloqué, l’air fin faisant se surélever son costume bleu nuit, sa cravate et sa chemise noire. Ziggy pesta un instant, serrant sa baguette, près à la dégainer en une déferlante de sorts, des mangemorts, des… Elèves ?!

Seigneur… Il reconnu sans peine Fabian et Killian de la maison du lion et du serpent, respectivement, ainsi qu’il silhouette tout à fait intrigante. Un peu plus grand que lui, plus épais aussi, un individu bariolé et maquillé se tenait près d’eux, aux cheveux de feu lui aussi, mais d’un roux différent, plus foncé, frappant, presque artificiel.

Un Mangemort ? Mais diable que foutait-il au côté des élèves de l’école ? Les yeux clairs de Ziggy se plissèrent face au potentiel ennemi, méfiant. Le professeur se rapprocha davantage, avant d’apercevoir une autre silhouette, bien plus familière, s’effondrer à ses pieds.

C’était Grey, inanimé. Il se baissa, tâtant, un poûl faible mais encore présent, avant de viser les ennemis de quelques sorts, lançant un profond regard analytique vers le clown macabre. Les deux rouquins se fixaient étrangement.

-Qui êtes-vous ?! … Bordel, mais qu’est-ce qu’il se passe ?!

A cet instant, Seth avait surement prévenu le directeur, le reste du corps enseignant ne tarderait pas à arriver. Son objectif était pour l’instant de protéger les élèves, coûte que coûte. Son meilleur ami, sur le sol, avait très certainement besoin de soins urgents, mais il ne pouvait se permettre un quelconque favoritisme alors que la vie d’enfants était en danger. Les attaques surprises étaient rares, la plupart du temps inexistante. Que prenait-il au mage noir d’agir de la sorte ? Ses fidèles avaient-ils agis de leur propre chef ? Voldemort cherchait-il un renseignement particulier avec une telle barbarie ? Décidement, la récente bagarre au pub d’Abelforth était un signe annonciateur de ce qui allait arriver. Ziggy n’était pas fou, des Mangemorts, il en avait peur, il les craignaient ces bourreaux infâmes pour qui la pitié n’était plus qu’une option.
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:46    Sujet du message: Poudlard VS Mangemorts (Ouvert à tous]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hogwarts' forum RPG Index du Forum -> Forum RPG ~ Tout ce qui vient à la suite concerne uniquement les joueurs RPG. -> Hors Histoire RPG Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com