Hogwarts' forum RPG Index du Forum
 
 
 
Hogwarts' forum RPG Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Les toilettes du deuxième étage...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hogwarts' forum RPG Index du Forum -> Poudlard -> Salles -> Toilettes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Wilhelmina
Fantôme

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2015
Messages: 53
Féminin
RPG * Nom du perso: Mimi Geignarde
Statut: Fantôme

MessagePosté le: Ven 31 Juil 2015 - 11:41    Sujet du message: Les toilettes du deuxième étage... Répondre en citant

Il faisait sombre, et humide bien sûr, le couloir du deuxième étage semblait calme, mais un étrange bruit se faisait entendre au loin… Un bruit familier, continu, de l’eau peut-être… Oui quelqu’un versait de l’eau… quelqu’un chantonnait un air triste et discordieux. Cette étrange mélodie émanait des toilettes des filles. Comme à son habitude, Mimi Geignarde chantonnait tristement, les larmes traversaient ses pâles joues intangibles et venaient s’écraser au sol, s’ajoutant aux flaques d’eau provenant directement des toilettes… Elle se sentait tellement seule, et pensait à la mort… à l’impression de revivre la même journée. Tout le monde se moquait de Mimi Geignarde, tout le monde à Poudlard la connaissait, mais est-ce qu’une seule personne s’était intéressée à elle de son vivant !? Est-ce qu’une seule personne s’était intéressée à sa mort ?! Non ! Personne ! « Non, ne vas surtout pas dans les toilettes du deuxième étage, il y a un fantôme qui pleurniche tous les jours et qui les inonde pour un oui ou pour un non. Ils vont voir ceux-là si Mimi est si pleurnicharde…


A ce moment-là, perdue dans ses pensées Mimi se regarda dans la flaque d’eau… Elle y contempla son reflet et émit un gémissement aigu suivi d’une grimace. Les autres avaient raison de l’appeler Mimi la Moche se disait-elle en pleurant... Folle de colère elle plongea dans la flaque d’eau afin de troubler son reflet. Son corps transperça le sol, transperça le couloir et Mimi se retrouva dans les escaliers. Le silence se fit. Soudain, les tableaux se mirent à rire en la voyant, à chuchoter des paroles incompréhensibles. Les oreilles de Mimi sifflaient, l’étau se resserrait à mesure que les élèves la voyaient et s’unissaient aux rires des tableaux. Sa tête la meurtrissait, son cœur se serrait, et son regard parcourait les escaliers, épouvantée par tant de haine à son égard. Ça ne se passerait pas comme ça cette fois-ci ! Ils se moquaient de Mimi, ils allaient voir de quel bois elle se chauffe. Mimi plongea sur les tableaux moqueurs et en fit tomber une dizaine sur son passage causant la débandade dans les escaliers. Les tableaux chutaient sur les élèves, au sol et même dans le vide. Ensuite elle traversa violemment une douzaine de corps d’élèves leur causant une glaciale sensation d’intrusion. Les cris remplaçaient les rires. Devant un tel vacarme qui allait sans doute alerter les professeurs, Mimi décida de s’enfuir en hurlant à la mort. Elle traversa les murs, le sol du deuxième étage puis retourna dans son antre silencieuse. Ses oreilles continuaient à siffler. Si elle avait possédé un cœur, il aurait battu la chamade, ou bien aurait sauté de sa poitrine. Mimi feignait avoir besoin de respirer, et sa poitrine se soulevait rapidement comme une personne qui venait de courir le marathon.



Mimi n’avait pas besoin de respirer mais elle tenait à garder des attitudes humaines pour se rapprocher de son passé et pour nier son présent. Si elle n’était pas un fantôme elle n’aurait pas pu causer la panique générale dans les escaliers… que c’était drôle de les voir effrayés par la Chouinesuse !... Non, c’était de sa faute si les élèves avaient crié et les tableaux s’étaient brisés, elle n’aurait pas dû… Non, c’était de LEUR faute, ils se sont sans raison moqués de Mimi, ils méritaient une petite frayeur… Petite ? Enfin bref. Mais si on venait la chercher… Non, personne ne venait jamais à cause de son mauvais caractère… et si on la renvoyait ?... Non, comment pourraient-ils l’attraper ? Mimi les traverseraient tous, les rendrait tous fous… Non… Pas tous…Elle ne pourrait pas attaquer Dumbledore. Le seul qui lui avait montré tant de considération et qui avait été peiné le jour de sa … enfin le jour où c’est arrivé. Il aurait tout de même trouvé un moyen de la punir, de le dire à Papa et Maman ! Si Maman le savait qu’elle aurait été sa réaction ? Papa la priverait il de magie ? Maman ne lui parlerait peut être plus ? Non, non, non il ne fallait pas qu’ils le sachent, il ne fallait pas qu’ils la trouvent.



Elle coupa l’eau des robinets, et se cacha dans la troisième cabine de droite. Elle tremblait, et laissait échapper des gémissements en essayant de réprimer ses larmes… Elle attendait dans la cabine en silence… Des pas… elle entendit des pas au loin qui se rapprochaient de plus en plus vite… elle était perdue.



_________________
"Youhou Harry, si tu meurs je serai ravie de partager mes toilettes avec toi <3 "


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 31 Juil 2015 - 11:41    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lily Evans
Administratrice
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 26 Sep 2011
Messages: 867
Féminin
RPG * Nom du perso: Lily Evans
Statut: Etudiant - Gryffondor
Cinquième année
Autre: Préfète de Gryffondor

MessagePosté le: Dim 2 Aoû 2015 - 00:12    Sujet du message: Les toilettes du deuxième étage... Répondre en citant

La salle de classe était calme, tous les élèves agitaient leur baguette dans l’air pour tenter de mener à bien l’exercice donné par Minerva McGonagall, qui n’y était pas allée de main morte pour leur premier jour.
Le professeur fit le tour de son bureau et s’approcha avec intérêt de la table de Lily Evans, une sorte d’étincelle dans le regard (ou peut-être était-ce seulement un reflet sur le verre des ses lunettes carrées ?).

- C’est très bien, dit-elle avec une très légère pointe d’enthousiasme en inspectant, sous tous les angles, le cube en bois que Lily venait brillamment de transformer en une magnifique Lys blanche teintée de rose.

La jeune fille réprima un sourire, mais adressant tout de même un regard reconnaissant à sa professeure favorite. Elle tendit ensuite sa baguette vers la fleur et la rechangea en banal cube, pile à temps lorsque la sonnerie de fin de cours retentie.
A sa gauche, Edward Newton agitait nerveusement sa baguette vers une sorte de petit cactus défraichi, qui n’arrivait pas à retrouver sa forme initiale de cube. Lily leva les yeux aux ciels, attrapa son livre ainsi que son cube afin de le reposer sur le bureau de McGonagall.

Son livre sur la poitrine, Lily se dirigea vers le rez-de-chaussée pour de saluer Rusard et lui rappeler, par la même occasion, qu’elle était la nouvelle préfète des Gryffondor. Plutôt que de passer par les Grands Escaliers, celle-ci passa par un minuscule escalier en colimaçon, qui était le chemin le plus rapide vers le placard de Rusard, juste à l’entrée du château. Dehors, il faisait légèrement frais, mais très beau, comme un matin d’hiver froid, juste avant la période des neiges.
Bien sûr, arrivée devant le minuscule bureau défraichi du gardien, la jeune préfète se retrouva devant un vieux bureau en bois craqué complètement vide. Finalement, la taille et l’état de son bureau devait peu l’importer, puisque ce fouinard de Rusard n’était jamais dedans, préférant poursuivre les élèves dans les couloirs, trouvant aléatoirement quelque chose à leur reprocher. Lily rebroussa donc chemin, se dirigeant cette fois-ci vers les Grands Escaliers, afin de remonter dans son dortoir pour prendre le livre de son prochain cours.

Les élèves semblaient tous très enjoués par cette rentrée, mis à part peut-être certains Serpentard qui aimaient se donner un air hautain et blasé de tout. Les couloirs raisonnaient d’un brouhaha de conversations et rires, dont le niveau sonore auraient parut trop élevé à Lily si elle même n’avait pas été ravie de ce premier jour de cours.
Mary Lespeur, Serdaigle, marchait juste à côté d’elle, racontant avec une pointe de vantardise son safari d’été, au pays des Dragons du désert. Elle semblait ne s’adresser à personne en particulier et Lily espéra qu’elle n’attendait pas d’elle une réponse. Heureusement, une Poufsouffle qui disait vaguement quelque chose à Lily semblait s’y intéresser.
Tout à coup, un éclat de bois vola dans la direction de Lily, qui se stoppa au milieu des marches menant au premier étage. Se penchant sur la rambarde, elle aperçue Mimi Warren, passer – en flottant dans les airs – comme une furie. Les rires que Lily venaient d’entendre n’étaient pas des rires de joie, mais des rires de moqueries envers ce pauvre fantôme.
Comme si ça ne suffisait pas qu’elle soit bloquée ici jusqu’à la fin des temps, il fallait que toutes les générations de Poudlard continuent à se moquer d’elle. Or, personne ne la connaissait plus. Tout le monde savait qu’elle était capable de colères effroyables, comme celle d’aujourd’hui, et ça leur suffisait.
Mimi, dite Geignarde, balayait par sa colère toutes les rangées de tableaux qui se trouvaient sur sa route, s’amusant à terrifier les élèves qui s’étaient moqués d’elle en les traversant de part en part. Pour avoir frôlé un jour le Baron Sanglant, Lily savait que cette sensation étrange n’était pas du tout agréable… Elle eut un frisson rien qu’en y repensant.
Lily fit volte face, se tournant vers les élèves qui dévalaient les escaliers en courant. Ceux qui se trouvaient sous l’attaque préféraient rejoindre le hall d’entrée, alors que les autres montaient, complètement sous la panique et en criant, vers leur dortoir respectif. Ils n’avaient plus qu’à prier pour que la jeune fantôme ne les suive pas et que les escaliers de pierre n’en fassent pas trop à leur tête.
La jeune Gryffondor lissa une de ses mèches rousses afin de contenir son excitation. Elle réajusta la petite épinglette « P » attachée à sur son pull gris, au niveau de sa poitrine. Ses parents l’avaient astiqué de fierté avant la rentrée, et l’or et rouge brillaient de mille feux.
Tenant son livre de métamorphose au dessus de sa tête comme bouclier, s’agrippant à la rambarde de l’autre pour de ne pas se faire bousculer par les élèves affolés, elle cria :

- GARDEZ VOTRE CALME ! Ecartez vous du mur et rejoignez la cour le plus calmement possible !

Juste devant elle, de l’autre côté des escaliers, le Moyenâgeux Giffard Abbott, du tableau du palier du deuxième étage, passa en courant au milieu du tableau de cette pauvre Mirabella Plunkett, qui chuta du rocher où elle était assise, tombant dans l’eau du lac devant elle. Accourant à son tour, Google Stump s’arrêta au niveau de Mirabella et l’aida tant bien que mal à se relever. Lui qui avait déjà la réputation d’avoir le teint légèrement violet puisqu’il ne supportait pas le moindre effort – jusqu’à normalement ne jamais sortir de son décor –, avait le visage presque bordeaux. Les tableaux continuaient de chuter et allaient s’écraser lourdement sur le sol en pierre du rez-de-chaussée. Leurs occupants sautaient vers l’extrémité de leur cadre, dans le but de tenter de rallier le tableau le plus proche avant l’impact.
Les élèves, quant à eux, continuaient de se presser, malgré les recommandations sévères de Lily. Certains sixièmes et septièmes années continuer de rire en pointant Mimi du doigts, alors que les premières et deuxièmes années, prenaient leurs jambes à leur cou sans se retourner, quitte à bousculer quiconque se trouvait sur leur passage. Soudain, Peter Pettigrow, emporté à contre-courant par le mouvement de foule, passa devant Lily, une lueur de terreur dans les yeux, se débattant mais essayant toutefois de rester debout. Miraculeusement, il arriva au rez-de-chaussée sans avoir chuté, malgré sa maladresse et les nombreuses marches irrégulières. L’air boudeur, il jeta un coup d’œil vers les marches, toujours noires de monde, et décida de passer par le hall d’entrée plutôt que de retenter sa chance en remontant par l’endroit où il était descendu de force.

- Je vous prie de regagner vos salles de cours dans le calme et sans perdre de temps. Ne m'obligez pas à sévir le lendemain de la rentrée!

Lily haussa un sourcil. Elle qui voulait mettre en avant son statut de préfète tout fraichement acquis, n’avait plus le moyen de se valoriser en gérant une crise telle qu’un attaque de fantôme – qui n’était pas si rare que cela. Cherchant autour d’elle la source de la voix, son regard s’arrêta sur Remus Lupin, perché un palier au dessus d’elle. Lily ne put s’empêcher un petit soupir désapprobateur. Avec le nombre d’élève de cinquième année à Gryffondor, Minerva McGonagall n’avait trouvé personne de plus méritant qu’un « maraudeur » pour faire régner l’ordre et la discipline dans leur maison ? La bande de Potter, Black, Lupin et Pettigrow n’avaient cessé de se faire remarquer par leurs stupides idées de défier le règlement, vadrouiller à droite et à gauche, allant jusqu’à retirer des points à Gryffondor ! Tout cela faisait qu’un de ces quatre garçons, nommé préfet, ne semblait absolument pas judicieux selon Lily. Quoi que, finalement, Remus devait être le plus fiable du groupe.
La jeune fille continuait à faire de petits gestes pour indiquer la direction du hall aux élèves qui descendaient, de moins en moins nombreux et paniqués. Basculant la tête vers le haut des escaliers, intriguée par l’arrêt du vacarme des tableaux de bois explosant sur le sol, Lily vit rapidement que Mimi avait disparu. La crise était terminée. Passant une main dans ses cheveux, la jeune rousse soupira. Sa première mission, quoi qu’assez rapide, fut intense. Elle eue une petite pensée pour sa sœur Pétunia, qui n’avait cessé de pester, quelques années auparavant, qu’une élève « stupide » avait été élue déléguée de la classe à sa place. Ici, à Poudlard, le rôle de gardien de Maison était une toute autre paire de manche.

Lily commença à monter calmement les marches, maintenant presque vides, puisque tous les élèves avaient préféré modifier leur itinéraire, pour éviter à tout prix ces escaliers. Rusard arriva par une porte sur la gauche, au rez-de-chauseée, accompagné de sa sangsue de chatte terrifiante. Un balai à la main, il grommelait quelque chose à l’encontre du fantôme, qui lui avait donné du ménage supplémentaire. Il entreprit de ramasser tous les débris de bois, qu’il mettait ensuite dans un seau, comme s’il avait l’espoir de les recoller.
Remus et James Potter étaient tranquillement sur un palier, devant un tableau qui devait être un passage secret mais dont le mot de passe était inconnu à Lily. La jeune fille passa dans leur dos et continua à gravir les marches jusqu’au troisième étage où elle s’arrêta un fois arrivée en haut des escalier. Pourquoi Mimi était-elle sortie de ses toilettes ? Lily ne l’avait jamais vraiment vue, à part peut-être au détour d’un couloir du deuxième étage. La jeune Gryffondor était juste comme tout le monde : on lui avait dit que Mimi Geignarde était folle, qu’elle piquait des colères quand on allait la voir et que les toilettes des filles du deuxième étage étaient sa propriété. La jeune Evans se mordit la lèvre en grimaçant. Qu’est-ce qui l’avait pris d’écouter des bruits de couloir, des ragots, et de s’être fait un avis sans jamais avoir vu la personne ? Un fantôme, certes, mais une personne.
Elle leva sa manche de cape de sorcier, laissant dévoiler une montre que la jeune fille avait dénichée au chemin de traverse. Il avait fallu qu’elle lise plusieurs fois la note qui expliquait son fonctionnement, mais Lily était assez fière de cet objet. Maintenant, elle pouvait connaître en un coup d’oeil toutes les heures de ses cours, l’heure des repas, les durées des pauses, le temps restant avant les examens, avant les vacances et bien sûr, en plus de nombreuses autres choses, l’heure actuelle.
L’élève fit demi-tour avec détermination et descendit les marches en trottinant. Il lui restait une bonne heure avant son prochain cours, la première journée de la rentrée étant assez calme, pour que tous les élèves se familiarisent avec leur nouvel environnement ou leurs nouveaux cours. S’engouffrant profondément dans un couloir, la lumière se faisait de plus en plus sombre, les tableaux de plus en plus rares. Seuls quelques vieux dormeurs, qui devaient être assis dans leur cadre depuis plusieurs centaines d’années, appréciaient le peu de passages dans les environs. Tournant à un angle, Lily marcha dans une flaque. Elle souleva lentement sa chaussure en cuir qui venait de prendre l’eau et, reculant d’un pas, jaugea le chemin qui lui restait. Tout était inondé, c’était fichu pour ses chaussures. La jeune fille soupira et remis son pied dans la flaque, continuant à se diriger vers l’antre de Mimi et priant pour qu’elle ne la rejette pas de son secteur, qu’elle avait rendu privé. Surtout que Lily faisait du beaucoup bruit en marchant dans les flaques, Mimi pouvait surgir à tout instant et lui flanquer la peur de sa vie.
Toutefois, l’endroit était plutôt calme. L’eau qui avait inondé le couloir avait cessé de couler et Mimi ne criait plus depuis qu’elle avait quitté les escaliers. Lily entra timidement dans les toilettes, complètement déserts. Sur la pointe des pieds, elle se dirigea vers l’immense colonne de lavabo. Les miroirs étaient émoussés et les bords étaient légèrement blancs, comme s’ils avaient été éclaboussés depuis des années mais jamais nettoyés. La jeune fille fit le tour des lavabos et se dirigea vers les cabines des toilettes. Etendant enfin un léger souffle, quelque peu heurté et reniflant, Lily décida d’y aller doucement, sur la pointe des pieds. Hésitante, elle s’assit en tailleur, adossée à une cabine légèrement en diagonale par rapport à celle d’où le bruit provenait. La jeune préfète n’était pas venue ici pour subir la même crise qu’en bas. Etrangement, elle ne savait même pas pourquoi elle était venue et ce qu’elle espérait lui dire au juste. Au fond, Lily se sentait un peu coupable de l’avoir jugée sur les dires des plus vieux élèves. De plus, comme elle ne l’avait jamais vue, elle se demandait pourquoi elle était venue. Elle espérait aussi en apprendre un peu plus sur elle, pourquoi elle était là, pourquoi les autres se moquaient d’elle…

- Bonjour, je m’appelle Lily Evans, se présenta-t-elle d’une voix claire et basse qui raisonnait à peine dans la pièce froide et humide. Je suis chez Gryffondor, en cinquième année.


Elle marqua un temps, réfléchissant à ce qu’elle pouvait dire. Lui raconter sa vie ne servait pas à grand chose, mais c’était plus simple pour Lily d’entamer la conversation en parlant d’elle qu’en lui balançant qu’elle était présente un étage plus bas, quelques minutes plus tôt, ou qu’elle se demandait pourquoi elle avait cette réputation. Voir tant d’élèves passer à Poudlard, n’en connaître aucun et pourtant, avoir toujours des personnes pour se moquer d’elle, malgré le temps qui passe… Pourtant, Peeves avait largement plus de raison de se faire huer et charrier que cette jeune fille qu’on ne voyait presque jamais.

- Tu peux rester cachée pour l’instant si tu veux, dit-elle en se voulant rassurante. En tout cas, je suis désolée pour tout à l’heure, tu sais, en bas…


Lily n’osa pas continuer. Elle attendit patiemment que son interlocutrice digère sa présence et surtout, voir comment elle allait prendre sa présence.
Un silence, interrompu de quelques gouttes qui chutaient du robinet cassé dans l’évier d’ivoire, marquait presque les longues secondes qui s’écoulaient.
_________________


- James se rendait toujours ridicule quand Lily était dans le coin, répondit Sirius en haussant les épaules.
Il ne pouvait s'empêcher de faire le malin chaque fois qu'il se trouvait près d'elle.





Revenir en haut
Wilhelmina
Fantôme

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2015
Messages: 53
Féminin
RPG * Nom du perso: Mimi Geignarde
Statut: Fantôme

MessagePosté le: Lun 3 Aoû 2015 - 20:56    Sujet du message: Les toilettes du deuxième étage... Répondre en citant

Des petits pas s’approchaient doucement de la cabine où était réfugiée Mimi. Le « souffle coupé » le jeune fantôme ne pipa mot, elle laissa parler l’intrus. Sa voix était douce et agréable, surement celle d’une jeune fille… Comment osait-elle se pointer ici dans l’antre de Mimi ? Etait-elle venue pour se moquer d’elle face à face ? Lily ?… son nom lui était familier, elle l’avait déjà entendu dans la bouche des Maraudeurs… spécialement dans celle de James. Elle ne l’avait encore jamais vue… Seulement imaginée grâce aux dires du jeune gryffondor. Soudain, un frisson parcourut son ectoplasme, si le sang n’avait pu faire qu’un tour il l’aurait fait. La transparence de Mimi se troubla peu à peu qu’elle imaginait James et l’intruse, ensemble. Son corps atteint une couleur blanchâtre qui lui donnait un air redoutable…
La gentillesse mielleuse de Lily lui donnait envie de vomir. La jalousie provoquait en elle un sentiment de haine pour cette jeune personne, mais contre son gré, le ton sincère de sa voix la touchait profondément. Cette fille avait l’air de porter une attention toute particulière à l’histoire de Mimi. Personne ne venait jamais la voir pour discuter… Ça n’intéressait personne. On venait la voir pour se moquer comme Rebecca, ou bien pour comploter dans les toilettes comme les Maraudeurs, ou bien pour se rincer l’œil comme les premières années qui pensaient que les toilettes étaient encore utilisés par les jeunes sorcières. Outre son statut de fantôme Mimi était invisible aux yeux de Poudlard, un spectre parmi d’autres, une âme insignifiante et agaçante pour ceux qui la croisaient. Cette attention inattendue rendait Mimi méfiante et à la fois déroutée.
Ses yeux vitreux fixaient la porte en bois qui la séparait de son interlocutrice. Elle essayait d’imaginer le portrait de cet être qui provoquait en elle des émotions contradictoires. Si Potter parlait tellement d’elle, c’est certainement qu’elle devait être belle… S’il parlait tellement d’elle c’est que Lily devait être plus jolie qu’elle… Mimi ne répondit pas pendant de longues minutes… elle réfléchissait et bouillait de rage. Elle avait envie de hurler. Une grande blonde aux yeux bleus ?… Une petite brune aux yeux noirs ?… Une grosse fille disgracieuse mouhahaha…Mimi aurait bien aimé. Malheureusement, pour attirer l’attention de James il fallait plus que ça, elle en était bien consciente, et en souffrait bien assez… Elle ne pouvait plus attendre, elle voulait voir…
D’un coup sec, Mimi traversa la porte des toilettes et se retrouva derrière l’intruse. Une envie irrésistible lui vint d’effrayer cette inconnue qui se permettait de troubler la tranquillité de son domaine. Lily ne se rendit pas compte tout de suite de la présence de Mimi, évidemment… Ce qui permit au fantôme de l’observer attentivement. Tiens une rousse, hum, étonnant. Les goûts de Potter n’étaient pas ce qu’elle espérait… De taille moyenne, de corpulence fluette… Mimi ne pouvait s’empêcher de la jalouser… Elle représentait ce qu’elle aurait toujours voulut être de son vivant. Lily plaisait plus qu’elle n’aurait jamais pu plaire à James. Mimi se rendit compte qu’elle avait perdu d’avance… Ses espoirs morts, elle continua de fixer cruellement Lily. Des envies de meurtre lui passèrent par la tête… et si par pur hasard, éventuellement, accidentellement, bien sûr, Lily glissait sur le sol et se cogna la tête on ne pourrait pas accuser Mimi… Cette idée égayait le cœur du jeune fantôme. Et si elle était différente… ? La curiosité de Mimi s’éveilla, une envie de la toucher la prit soudainement… Elle voulait voir le visage de sa rivale avant de « provoquer un malencontreux accident »…
 Mimi décida de poser la main sur cet idéal, sur cette utopie qu’elle ne pourrait jamais atteindre afin de prouver sa réelle existence. Le corps de Lily fit volteface, et se retrouva à quelques centimètres du fantôme qui avait la main tendue vers elle. Les yeux de Mimi se plongèrent dans le regard de Lily, ébahie par une telle beauté, éblouis par une telle pureté, le jeune fantôme recula bouche bée. Sans le vouloir vraiment, et malmenée par sa jalousie Mimi prit sa voix la plus désagréable et menaçante et dit à Lily :


- Que fais-tu là ? Tu es venue te moquer de la pauvre Mimi Geignarde ? Encore une fois, ça ne vous a pas suffi de rire dans les escaliers ? Il te faut venir me rire au nez ? Veux-tu qu’à mon tour je me moque de toi ? 


Soudain, Mimi se rendit compte que sa voix était devenue tremblante et douce à mesure que sa conviction s’évanouissait. Que pourrait-elle lui dire de désagréable… elle ne la connaissait pas. De quoi pourrait-elle se moquer ? Se joindrait-elle à l’attitude puérile de ses détracteurs ? Oh et puis zut ! Elle ne devait pas faiblir et devait répondre de cette intrusion, elle devait rester fidèle à sa « réputation ». Mimi prit son courage à deux mains et hurla sur la jeune gryffondor :


- Tu es désolée pour tout à l’heure « en bas » tu as bien raison de l’être, mais tu ne sais pas de quoi tu parles ! Que regardes-tu ainsi ? Mimi la Moche ? Celle qui est la risée de Poudlard depuis son arrivée ? Comment une sorcière comme toi pourrait comprendre un fantôme ? Comment pourrais-tu me comprendre, moi ? Tu es venue assouvir ta soif de curiosité ? Sors de là ! Je ne veux de personne !! Je n’ai besoin de personne ! – Deux humides chemins se formèrent sur les joues de Mimi à mesure qu’elle pestait. - Tu t’es sûrement dit : « Tiens voyons voir ce fantôme pitoyable qui se cache dans les toilettes des filles, faisons semblant de s’intéresser à elle, d’adopter un ton amical pour lui enfoncer un couteau dans le dos une fois parti ! » Je te déteste, je vous déteste tous, j’aimerais que vous soyez tous morts !


Mimi dévisagea Lily qui semblait l’écouter attentivement, les yeux écarquillés. La jeune fille afficha une triste mou à l’écoute de ces dernières phrases pleine de douleur et de haine.
En effet, ce n’était pas possible qu’on lui enfonce un poignard dans le dos, ni où que ce soit d’autre d’ailleurs… Détestait-elle vraiment Lily? Comment pouvait-on haïr une personne qu’on admirait ? Potter avait raison, qu’elle était belle… et son visage… Non, non, non personne ne lui avait témoigné d’intérêt sans que ce soit pour un profit particulier. Elle ne pouvait pas lui faire confiance… Et pourtant, les yeux verts de Lily posés sur Mimi semblaient percevoir son essence, l’être qu’elle était de son vivant, cette chose encore tangible que personne encore n’avait osé regarder, ni toucher... Désarmée par son air innocent et par son éloquent silence, Mimi se calma et ouvra la bouche, et de celle-ci en sortit cette phrase :

- Je m’appelle Mimi Elizabeth Warren je suis en quatrième année chez Serdaigle, enchantée de faire ta connaissance Lily…


La voix de Mimi devint grave et sérieuse, personne encore ne l’avait entendue ainsi…
_________________
"Youhou Harry, si tu meurs je serai ravie de partager mes toilettes avec toi <3 "


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:46    Sujet du message: Les toilettes du deuxième étage...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hogwarts' forum RPG Index du Forum -> Poudlard -> Salles -> Toilettes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com