Hogwarts' forum RPG Index du Forum
 
 
 
Hogwarts' forum RPG Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Retrouvailles [PV Sirius ; James]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hogwarts' forum RPG Index du Forum -> Poudlard -> Les couloirs -> Couloirs
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lunard
Gryffondor
Gryffondor

Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2012
Messages: 58
Féminin
RPG * Nom du perso: R.J Lupin
Statut: Etudiant - Gryffondor
Cinquième année

MessagePosté le: Ven 31 Juil 2015 - 23:06    Sujet du message: Retrouvailles [PV Sirius ; James] Répondre en citant

-Au revoir madame, dit Remus en refermant la porte de l'infirmerie. 

La pleine lune précédente avait été très éprouvante pour le jeune homme. De même que tout l'été d’ailleurs. Pendant les vacances, il avait essayé un nouveau traitement censé le libérer de sa lycanthropie, ou au moins l’atténuer. Il avait donc été envoyé dans un institut de recherche dont l'un de secteur essayait à présent de mettre en pratique les découvertes formidables qu'il pensait avoir fait concerne le traitement de cette maladie. Dans un premier temps le traitement semblait faire effet et donnait des résultats satisfaisants, mais à la deuxième pleine lune des vacances d'été les choses s'inversèrent. La crise se fit tellement violente que le pauvre adolescent sous son affreuse forme lycanthrope se lacéra le corps de ses griffes, hurlant à a mort, il se heurta aux murs jusqu'au lever du jour laissant alors apparaitre Remus inconscient les yeux révulsé et le corps couvert d'ecchymoses. Au petit matin, les chercheurs le firent placer à sainte Mangouste, honteux de leur échec et de l'état dans lequel ils avaient involontairement mis le jeune homme. Jamais il n'avait connu de crise aussi violente auparavant. Fort heureusement l’hôpital se trouvait être parfaitement compétent et il fut remis sur pieds rapidement. 

Hélas, comme tant d'autres tests, celui-ci n'avait guère fonctionné, laissant ses parents un peu plus désespérés. Les pauvres culpabilisaient beaucoup de la situation de leur fils unique qu'ils n'avaient pu ni protéger, ni guérir. Remus avait nettement moins de mal à gérer la situation : les choses étaient ce qu'elles étaient et si rien ne pouvait être fait contre, c'est qu'il fallait vivre avec ! Préférant voir le bon côté des choses, il considérait qu'il avait de la chance d'être accueilli à Poudlard , grâce à Dumbledore, où il s'était fait de merveilleux amis. James, Sirius et Peter étaient pour lui une seconde famille (même s’il aimait beaucoup la première), avec eux, qui étaient au courant de son problème, il pouvait être parfaitement naturel. Même avec ses quelques cicatrices sur son visage, marqué par ses pleines lunes les plus tourmentées, il savait que ses amis ne le jugeaient pas. 

Il avançait lentement dans les couloirs, évitant soigneusement le territoire de Mimi Geignarde, tout en songeant à l'explication qu'il allait bien pouvoir fournir à ses amis, il ne leur avait pas parlé de l'été éprouvant qu'il avait passé. Heureusement il avait tout de même tenu une correspondance éparse avec James, Sirius et Peter. 

 Il était arrivé avec un jour d'avance à Poudlard ; la lune pointant ses dangereux rayons la veille de la rentrée, il avait été décidé par le directeur et les parents de Remus qu'il passerait la nuit dans la cabane hurlante et pourrait ainsi profiter des soins de l'infirmerie au cas où cela serait nécessaire, et bien sûr cela l'avait été. La nuit dans la cabane fut difficile bien que la transformation lui sembla moins douloureuse que la précédente. Il s'était réveillé nauséeux et affaibli, sans aucun souvenir de la manière dont il avait rejoint le château. Lunard avait passé la rentrée à l'infirmerie, laissé aux bons soins de madame Pomfresh (plus par sûreté que par grande nécessité) et n'avait pu sortir que le lendemain, laissant ses amis sans nouvelles bien qu'ils avaient dû se douter de la raison de son absence. Ayant de la chance dans son malheur, il avait une bonne raison de n'avoir pu leur écrire depuis deux petites semaines, son hibou avait été gravement blessé à l'aile par un chasseur moldu et devait donc rester calme dans sa cage le temps de sa convalescence. 

Lupin sortit brusquement de ses pensées en entendant le fracas de tableaux heurtant le sol. Il leva la tête et vit Mimi Geignarde  traverser une colonne d'élèves en hurlant de sa voix stridente puis elle retraversa le plafond et retourna dans son antre laissant les élèves et les occupants des tableaux râler bruyamment. Étant préfet, il se sentit dans l'obligation de réagir et intervint pour calmer la foule de jeunes sorciers, de deuxième et troisième année principalement, qui venait d’essuyer l'attaque de Mimi. 

- Je vous prie de regagner vos salles de cours dans le calme et sans perdre de temps. Ne m'obligez pas à sévir le lendemain de la rentrée! 
  
Visiblement cette injonction remit les esprits en place et les élèves se dispersèrent rapidement. Son teint blafard et ses cernes lui donnant un air aigri avaient pour une fois joué en sa faveur. Il soupçonnerait presque le corps enseignant de l'avoir choisi comme préfet à cause de ça... 

Il fut brusquement sorti de ses rêveries par deux énergumènes aux couleurs de gryffondor qui venaient littéralement de lui sauter dessus. Visiblement ses amis venaient de le retrouver après une séparation qui avait duré une éternité !
_________________
«Hier était le début, demain sera peut-être la fin, mais quelque part entre les deux, nous sommes devenus les meilleurs amis du monde»


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 31 Juil 2015 - 23:06    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lexi
Administratrice
Administratrice

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2011
Messages: 840
Féminin
RPG * Nom du perso: James Potter
Statut: Etudiant - Gryffondor
Cinquième année
Autre: Attrapeur Gryffondor

MessagePosté le: Sam 1 Aoû 2015 - 18:30    Sujet du message: Retrouvailles [PV Sirius ; James] Répondre en citant

Alors qu’il déambulait dans les couloirs vastes et désormais familiers de Poudlard, James Potter était en plein monologue. Un monologue engagé, passionné et inspiré. Un monologue si prenant qu’il allait jusqu’à lui faire perdre tout notion du monde environnant, et sa démarche n’étant plus guidée que par l’instinct et la forme linéaire du couloir.
 
-C’était…A la fois froid, courtois, et chaud comme la braise.
 
La personne qui se mouvait à ses côtés acquiesçait, sans plus de conviction, davantage occupée à esquiver les élèves pressés qui manquaient de la heurter de plein fouet. Tant dis que pour sa part, comme meut par une force invisible et protectrice, James continuait d’avancer, pensif, le regard fixé sur un point invisible que lui seul voyait, et les élèves l’esquivant d’un bon mètre.
 
-Mais qu’est-ce qu’elle lui trouve à Servilius en plus ! Elle se sert dans les poubelles alors qu’elle a accès au buffet !
 
Cette fois-ci un rire ne put être retenu. Mais Potter n’y prit pas vraiment attention. Après tout pourquoi s’en soucier ? Il était habitué à avoir le bon mot qui faisait rire la galerie. Donc définitivement, non, ce rire étouffé, et incontrôlable, ne le perturba pas outre mesure et il poursuivit.
 
-Cette année j’ai tout une technique. La conquête de Lily, ce n’est pas très différent du Quidditch finalement, et je compte bien remporter le match. Pas question que les Serpentards gagnent toujours, et surtout pas Rogue !
 
Il se savait pas si on le suivait toujours dans sa comparaison, mais trouvait cela plutôt limpide. Aussi, il n’était pas certain que Seth approuverait cette comparaison. Quoique. A vrai dire, il ne savait plus vraiment quoi penser ces derniers temps. Lily lui posait tant de difficultés, lui qui n’avait jusque-là strictement aucun problème pour gagner le cœur de la gente féminine. Qu’avait-il bien pu se passer ? Et pourquoi n’arrivait-il pas à passer à autre chose ? Parce qu’évidemment, devant les râteaux consécutifs assénés par cette rousse incendiaire, il s’était remis en question, avait essayé de l’oublier. Mais comment oublier quelqu’un qui attire autant le regard ? Une couleur de cheveux aussi voyante est simplement comparable à un toréro agitant un bout de tissu rouge sous le nez d’un taureau.
Et que dire de son attitude globale ? Elle avait le don d’être à la fois douce et piquante, elle maniait le chaud et le froid à la perfection, lui laissant ces quelques lueurs d’espoir largement suffisantes auxquelles se rattacher pour de bon.
 
- C’est bon, cette année, je sors avec Lily Evans.
 
-D’accord, mais il faudra lui demander son avis avant, quand même non ?
 
Cette fois-ci, la personne s’était manifestée pour de bon. Et si sur le fond ses paroles étaient dans le vrai, ce n’est pas ce qui stoppa le pas de James. Ce dernier dévisagea le propriétaire de cette petite voix fluette, mielleuse et mal assurée. Il était petit, le visage encore souligné par les rondeurs de l’enfance. Cette petite personne était son ami Peter Petitgrow. Pour être totalement honnête, James fût extrêmement surpris de le découvrir. Aussi, au lieu de montrer toute sa stupéfaction, il se contenta de lui sourire de manière à faire apparaître ses jolies fossettes, remonta ses lunettes qui avaient légèrement glissées sur le bout de son nez, et continua à marcher pour aller il ne savait où.
Malheureusement, cette lamentable tentative échoua puisque Peter qui n’avait pas repris la marche l’agrippa par le bras fermement (du moins cela se voulait ferme). Son air refrogné, réprobateur et ses sourcils froncés ne le mettait vraiment pas à son avantage, James avait presqu’envie de lui demander d’arrêter de faire de mouvement de sourcils qui lui rappelait son père lorsqu’il était dans un rage extrême.
 
-James ? dit-il d’une voix traînante, comme s’il s’apprêtait à sermonner un enfant de cinq ans, Est-ce que tu viens de passer les dernières minutes à me parler en oubliant à qui tu parlais ?
 
La réponse était plus qu’évidente : oui. A vrai dire, il s’était contenter de parler en marchant, encore groggy par le cours auquel il venait d’assister et auquel il n’avait pas du tout prêté attention, et en avait oublié que ce n’était pas Sirius ou Remus qui se trouvait à côté de lui. Enfin, inconsciemment, étrangement et même paradoxalement, il savait que ce n’était pas Sirius : ce dernier aurait vivement réagi à ses paroles et ne l’aurait pas laissé faire un monologue. Il avait la même intime conviction concernant Remus, qui l’aurait sans doute écouté mais ne l’aurait pas laissé avec de tel état d’âme, et aurait tenté de lui apporter ses conseils avisés.
Mais Peter était une bouée. Il se laissait flotter, en suivant le courant. Il n’allait jamais à contre-courant, il était facile de lui faire suivre le mouvement, il était rond et petit, et surtout quand la situation était trop piquante, il se dégonflait.
Malgré tout il était toujours à l’écoute, et fidèle. Dans la situation actuelle, il était surtout vexé. Le mieux était donc peut-être de nier un peu plus. Ainsi, James se contenta de l’ignorer et de reprendre sa marche en noyant le poisson.
 
- C’est pas parce que toi tu fais ça que les autres ont les mêmes comportements bizarres que toi. C’est juste que je me disais que tu avais grandi pendant l’été.
 
James sentait qu’il ne l’avait pas convaincu mais qu’il laisserait couler, et pour cause, ils arrivèrent non loin d’un attroupement d’élèves riant aux éclats. Il ne savait même plus d’où ils étaient partis avec toute cette histoire de cœur. Lily. Décidément elle lui causait bien du souci. Il venait à peine de revenir à Poudlard qu’il avait déjà passé le plus clair de son temps à tenter de lui parler ou à défaut de l’apercevoir. Il fallait que cela cesse. Ainsi décida-t-il qu’il ne la verrait pas de la journée ! D’autant que cette journée était vraiment attendue des Maraudeurs : ils n’avaient pas trouvé Remus la veille, ce jour-ci serait donc leurs retrouvailles après un été interminable. Pour sa part, Remus lui avait beaucoup manqué, et il n’avait pu que prendre sur lui pour ne pas montrer à quel point il s’était inquiété pour son ami durant cet été. Les nombreuses lettres qu’il lui avait envoyées étaient demeurées sans réponse.
 
-On a bien dit que se retrouvait dans ce coin-là hein ? Je vois pas Lupin. Tu crois qu’il va bien… ? s’inquiéta Peter certainement pour deux centième fois de la journée.
 
James lui avait déjà expliqué que si leur ami avait eu un accident quelconque, ils auraient été réceptionnés à leur sortie du train et pris en charge. A la place, c’est un tout autre accueil qu’ils eurent à leur sortie suite à leur petit accrochage avec Rutherford.
Cependant, Peter trépignait d’impatience, et avait du mal à contenir son inquiétude. Lui rabâcher ce qu’il savait déjà ne servirait à rien. Comme si piétiner et marteler le sol ne suffisait pas, Pettigrow décida qu’il était temps de se bouger un peu les miches. Visiblement, Peter ne comprenait pas pourquoi son compère se contentait de fixer la foule d’un air à la fois amusé et perplexe. Que, du fait de sa petite taille, Peter n’ait pas le reflex de lever la tête pour regarder ce qu’il se déroulait un peu plus haut, James pouvait l’admettre. Qu’il ne s’aperçoive pas de la présence de Mimi Geignarde et du tumulte qu’elle avait le don de provoquer, ça, il le saisissait moins.
 
Il ne fallut pas longtemps pour que la situation dégénère. James empêcha son ami de rejoindre le groupe d’élèves qui étaient passé d’un état d’hilarité extrême à la frayeur totale. Sacrée Mimi Geignarde. Elle n’avait décidément rien à envier à Peeves. Cette petite bonne femme à couettes était capable de faire trembler le château entier, il était dans l’intérêt de tous qu’elle se cantonne au deuxième étage.
Cette fois-ci elle s’était aventurée bien plus loin qu’à son accoutumée. Quant à savoir ce qui avait bien pu la mettre dans un état pareil..., certainement un énième ricanement qu’elle avait pris de travers. Les tableaux avaient également subi les foudres de sa mauvaise humeur. Dans le brouhaha général, une voix se fit entendre.
 
-Je vous prie de regagner vos salles de cours dans le calme et sans perdre de temps. Ne m'obligez pas à sévir le lendemain de la rentrée !
 
Quelle autorité ! Décidément le nouveau préfet prenait son rôle très à cœur. Si cette marque d’autorité eut l’effet escomptée sur les plus jeunes, elle eut simplement le don d’amuser James au plus haut point. Alors que l’amas d’élèves se dissipait, ce dernier entreprit de rejoindre Remus, un sourire étiré jusqu’aux oreilles ornant son visage moqueur. En chemin il fut déconcentrer par la vision d’une chevelure d’un roux de feu, qui disparut tout aussi vite au détour d’un couloir, et qui lui fit perdre son sourire tout aussi vite tant l’effet de surprise l’impacta.
Il était maintenant devant son ami, l’air perdu, et mit pas moins de cinq secondes à recontextualiser le tout : à réaliser qu’il n’avait pas vu son ami depuis longtemps, à réaliser que ce dernier venant de faire preuve d’une autorité remarquable mais forcément sujette à moqueries, mais surtout de se souvenir qu’il venait littéralement de rester planter devant ce même ami sans rien dire et en regardant totalement ailleurs. Il l’enlaça énergiquement dans ses bras.
 
-Hey vieux frère ! s’exclama-t-il avant de le lâcher, Alors ? Tu martyrises les petits dès le début de l’année ? T’as vu ça Peter ?
 
Il se retourna vers ledit Peter, mais constata son absence. Il se tourna donc à nouveau vers Lupin, l’air totalement incrédule, ne comprenant pas ce qu’il avait décidément pu se passer. Il jeta un œil aux alentours, mais Peter persistait à ne pas être présent. Voyant, que les deux comparses ne cherchaient vraiment pas à comprendre, l’un des tableaux apporta une explication à l’énigme qui commençait à ronger tout particulièrement James :
 
-La marée humaine des élèves a emporté votre ami. Il a bien essayé d’alerter le binoclard pendant qu’il se faisait emporter, mais il était trop occupé à dévorer des yeux la jolie préfète rousse de Gryffondor, acheva-t-il de dire le personnage de peinture avant de quitter sa toile pour une autre oeuvre.
 
Bon, il était plus qu’évident que Peter allait le tuer, Potter avait vraiment cumulé depuis le début de la journée. Il allait finir par revenir, peut-être.
Il soupira, las, mais surtout lâche puisque la manœuvre opérée visait surtout à éviter à tout prix le regard de Remus, ne voulant pas savoir s’il allait le réprimander ou s’en amuser. Enfin, il préféra regarder largement autour de lui en disant d’un ton des plus pensifs et vague :
 
-Hum….Mais que fait Sirius… ? 
_________________


Plus groovy que groovy !
"Yeah Lily, t'es la plus groovy des Baby...Baby !" Austin Potters


Revenir en haut
Sirius
Gryffondor
Gryffondor

Hors ligne

Inscrit le: 05 Oct 2011
Messages: 247
Masculin
RPG * Nom du perso: Sirius Black
Statut: Etudiant - Gryffondor
Cinquième année
Autre: Maraudeurs : Patmol

MessagePosté le: Mer 5 Aoû 2015 - 22:33    Sujet du message: Retrouvailles [PV Sirius ; James] Répondre en citant

Le jeune Sirius Black avait des mèches de ses cheveux noirs collés sur son front, qui perlait de sueur. Il retira un de ses gants en caoutchouc et s’essuya le visage du revers de la main. Alors que la plupart des élèves de Gryffondor étaient en cours de métamorphose, Sirius était enfoncé assez profondément dans la forêt de Poudlard, à la lisière de la forêt interdite, mais à un endroit qui contrastait complètement avec la zone défendue. Le soleil de ce matin frais perçait à travers les feuillages des arbres encore bien verts, donnant à la forêt un côté rassurant et, disons le, magique. Le sol était rempli de fleurs multicolores, malgré que la saison fut plutôt estival, à la limite de l’automne.
A quatre pattes, un fois son gant remis, Sirius se glissa sous un buisson, attiré par une petite boule légèrement ovale qui diffusait une douce lumière, presque comme une luciole mais en plein jour. Il enroula délicatement sa main autour du petit cocon et le tira délicatement, le décrochant de sa feuille. Sirius enfourna le petit nid rose violacé dans sa besace, empruntée à Mme Chourave pour l’occasion. Recomptant le nombre de cocons ramassé, il vu très rapidement que le compte y était. Sirius rebroussa chemin, toujours à quatre pattes et, une fois sortis de la végétation, se redressa et se fit craquer le dos. Il avait passé la matinée enfouit sous les buissons, à la recherche de cocons de fée pour Jihl Raines.

La veille, Sirius Black était arrivé à la conclusion qu’un professeur n’était pas vraiment un professeur, en ce qui concerne de l’autorité, avant d’être arrivé sur les terres de Poudlard. Il était donc tranquillement allé à la Grande Salle lors de son arrivée à l’école, ignorant nonchalamment la convocation de sa nouvelle professeure. Malheureusement, à la fin des festivités, durant lesquels il avait retrouvé James et Peter mais dont l’absence de Remus les avait inquiété, l’Auror attendait patiemment Sirius à l’entrée du Hall. Alors que Terrence Rutherford, qui lui était directement allé la voir, n’avait eu qu’une légère remontrance, Sirius devrait rendre un service à la professeure de Défense contre les Forces du Mal.
C’est dans ce contexte que Sirius se retrouva à chercher des cocons de fée dans la forêt, afin de préparer un des premiers cours de Jihl Raines. Ce que Sirius ne parvenait pas à s’expliquer, c’est comment cette dernière avait réussi à convaincre McGonagall d’autoriser le jeune Black à rater son premier cours de l’année. En échange, celui-ci s’engageait à rendre une dissertation entière sur la métamorphose d’un bois sculpté en fleur naturelle. Le Gryffondor, qui avait tout d’abord pensé que cette punition n’en était pas une, avait maintenant le sentiment de s’être fait rouler.

Sirius remonta dans les dortoirs pour retirer sa tenue de botanique, un tee-shirt noir surmonté d’une veste beige, ainsi qu’un pantalon de toile assorti. Un fois propre, il descendit dans la salle commune. Les élèves avaient commencé à s’y regrouper, la première heure de classe était donc terminée. Eddie Fucketts se promenait, fier comme un pan, avec son assiette en argent pleine de muffins qu’il avait réussi à sortir de la Grande Salle au petit déjeuner. Sirius passa à côté d’Ed en lui piquant un gâteau et l’enfourna dans sa bouche avant que Fucketts esquisse le moindre geste pour essayer de lui reprendre. Le jeune Black lui adressa tout de même un « Merci ! » enjoué, la bouche pleine.
Le Gryffondor passa dans l’encadrement du tableau de la Grosse Dame, quand tout à coup, un vacarme lui fit se dresser les cheveux sur la tête et il manqua de s’étouffer avec son muffin. Un cri, strident au possible, accompagné de rires et d’autres cris d’élèves ainsi que… le bruit du bois qui se casse contre une surface dure ? Sirius s’approcha de la balustrade et poussa un élève de Serdaigle qui lui bouchait la vue, d’un geste pressé de la main. Le septième étage était vraiment trop loin de la scène qui intéressait Sirius ! Du grabuge le premier jour de cours ! Quelle excellente idée ! Il plissa des yeux : James était-il impliqué ? Ou un Serpentard ?
Tout ce qu’il vit, c’était un fantôme, une jeune femme qu’il déduisit être Mimi Geignard. Elle s’agitait dans tous les sens et Sirius regretta de ne pas savoir pourquoi. Les tableaux, normalement bien accrochés aux murs, volaient dans tous les recoins du Grand Escalier et allaient s’écraser sur les marches ou le sol du rez-de-chaussée. Le jeune garçon resta fasciné par ce spectacle, se moquant des premières années complètements paniqués qui couraient dans tous les sens et qui ne faisaient qu’ajouter de la zizanie au tableau. Un véritable spectacle !

- Je vous prie de regagner vos salles de cours dans le calme et sans perdre de temps. Ne m'obligez pas à sévir le lendemain de la rentrée !

Oh ! Sirius se pencha dangereusement sur la rambarde du palier, alors que l’escalier à côté de lui était en train de changer de direction. Lunard ! Son ami était là, tout en bas, trop loin pour que Sirius puisse voir s’il était en forme et en bonne santé. Remus serait donc présent à la petite réunion de rentrée, officiellement officieuse, des Maraudeurs ! Le jeune Black soupira doucement. Il ne s’imaginait pas avoir perdu son ami pendant l’été, surtout qu’il avait eu une lettre de lui il n’y avait pas si longtemps, mais le voir en chair et en os le rassurait vraiment !
Mimi la moche fini par retourner se cacher dans son antre, en moins de temps qu’il fallait à un tableau pour qu’il s’écrase par terre. Le grand gouffre du Grand Escalier redevint d’un coup assez calme. Les élèves se dispersaient lentement, chuchotant à propos de cette catastrophe inattendue, les personnages des tableaux s’entraidaient pour que chacun retrouve sa place ou pour héberger leurs camarades, qui devraient attendre la réparation de leur cadre.
Sirius passa ses deux mains dans ses cheveux noirs, qui étaient vraiment longs puisqu’il avait négligé de les couper avant de se rendre à Poudlard. Il avait failli oublier de passer dans le bureau de Raines. Sa besace était toujours à sa taille, il ne l’avait pas oublié en se changeant. Recomptant les cocons légèrement luisants à l’intérieur, il descendit rapidement les marches de l’escalier en mouvement, qui s’arrêta pile au bon palier. Le garçon pressa le pas, sentant les cocons se balancer dans son sac, passa sur le pont suspendu qui reliait le bâtiment principal à certaines salles de cours et déboula directement devant la salle de Défense contre les Forces du Mal. Poussant doucement la porte de la salle de classe, il ne tarda pas à se trouver dans la pièce vide. Les elfes de ménages n’étaient pas encore passés et les livres et feuilles en désordre témoignaient d’un premier cours assez mouvementé. La professeure Raines avait écrit son nom au tableau avec une craie, qu’elle avait ensorcelée et qui semblait encore attendre un mot de son enchanteresse afin de l’annoter au tableau. Les livres écrits par l’Auror elle-même étaient posés sur le bureau juste à côté et une pomme trônait à leur sommet. Ayant manqué le petit déjeuner, et le muffin de Eddie n’ayant pas assouvi son appétit, Sirius sortir sa baguette de sa robe de sorcier et esquissa un petit geste circulaire. La pomme s’envola dans les airs et lui parvint alors qu’il se dirigeait vers les marches menant au bureau de sa professeure. Son encas dans la bouche, il toqua doucement à la porte. Sirius se retrouva de nouveau dans une pièce vide, ce qui n’était pas sans l’arranger. Il se débarrassa volontiers de sa besace de botanique sur le bureau, se disant que Jihl Raines irait directement la rendre à la professeure qui lui avait prêté.
L’office était étrangement vide. Mlle Raines n’avait pas encore eu le temps de déballer ses affaires. Si ça n’avait pas été la rentrée, on aurait pu penser qu’elle était sur le départ. Ses souvenirs d’aventures étaient encore entreposés dans des cartons, de même que ses livres d’enseignement et objets magiques destinés à illustrer ses cours. Sur l’élégante table en bois, il n’y avait qu’une lampe vintage ainsi qu’un lettre au tampon de cire rouge. Elle venait du Ministère et le message dépassait légèrement de son enveloppe. Beaucoup trop tentant pour le Maraudeur. Il s’approcha sans bruit de la feuille, qu’il attrapa par le coin et fit glisser hors de son contenant. Le bureau des Aurors ainsi que celui de la commission d'examen des créatures dangereuses priaient, dans ses formulations tellement polis que Sirius manqua de se perdre, Mlle Jihl Raines de venir étudier le cas délicat dont ils étaient actuellement en charge, avant que celui-ci ne passe devant la cour. Il était aussi précisé, sous un cachet « TOP SECRET » en filigrane rouge, que sa mission de surveillance serait dorénavant assurée uniquement par M. Lachlan Hemsworth, qui avait été averti du départ de Jihl. Ce document avait été signé par le Ministre de la Magie et un certain… Powells, qui avait apposé plusieurs tampons officiels au bas de la page.
Sirius s’arrêta dans sa lecture et jeta un coup d’œil derrière lui afin de s’assurer que sa professeure n’était pas de retour. Mais tout était calme. Avait-il bien compris ? Le jeune garçon relu la lettre en vitesse. Le poste de Défense contre les Forces du Mal était très souvent enseigné par plusieurs personnes lors de la scolarité d’un élève à Poudlard. Mais là, un départ après une heure de cours seulement, c’était inédit. Sirius avait donc pensé juste, quand il s’était dit avec ironie qu’elle était sur le départ. Et dans ce cas, il avait passé la matinée à ramper dans la forêt profonde de Poudlard pour rien ! Aussi, autre chose avait attiré son attention : Jihl Raines était un personnage public, mais Lachlan Hemsworth ? Sirius l’avait rapidement vu au banquet la veille, lors de sa présentation, mais sans plus. Et cette lettre révélait qu’il était aussi Auror ? Pourquoi autant de personnages du Ministère se trouvaient cette année à Poudlard ? De toute évidence, cette information était supposée rester secrète… ce qui fit trépigner Sirius. Il fallait à tout prix qu’il raconte à ses amis ce qu’il avait trouvé ! Il fourra la lettre dans son enveloppe officielle, en prenant soin de la remettre comme elle était initialement. Laissant pour unique trace de son passage les cocons brillamment ramassés et la disparition de la pomme qu’il continua à grignoter, il quitta avec hâte le secteur.

Le jeune Black traversa le pont suspendu en courant, dévala les marches et arriva essoufflé sur le pallier du premier étage, où ses amis James et Remus étaient déjà réunis. Sirius ne savait pas s’il les coupait au milieu de quelque chose, mais il était vraiment trop excité pour faire attention ou attendre son tour.
Une étincelle dans les yeux dévoila qu’il avait quelque chose dans la tête. Il attrapa ses amis par les poignets, se retourna vers le tableau qui était juste derrière eux et dit d’une voix discrète mais claire « Dirigeable ». La sorcière agita sa tête, faisant voleter son ruban de mousseline accroché au bout de son chapeau pointu et ouvrit le passage secret. Très peu de personnes avaient le mot de passe de ce tableau, qui débouchait sur une pièce vide, entièrement en pierre grise. Une petite ouverture dans le mur gauche faisait entrer assez de lumière pour voir toute la pièce clairement. Sirius ne pouvait décemment pas parler de ce qu’il avait lu avec les oreilles des élèves et des tableaux qui avaient tendance à trainer partout ! Avant de commencer son récit, Sirius fronça les sourcils, semblant soudain s’apercevoir de quelque chose.

- Vous avez perdu Peter ? Ou il est plus en retard que moi ?

Au fond peu importe, il n’avait pas le temps ni la patience d’attendre.

- Ce matin, je suis allé dans la forêt pour récupérer des cocons pour Jihl Raines. Super idée de punition, hein ! J’ai le dos en compote !

Il fit un petit geste d’impatience et passa sa main dans les cheveux.

- Bref, ce n’est pas ça que je voulais vous dire ! Vous ne devinerez jamais ce que j’ai trouvé dans son bureau en lui ramenant ma « punition » !

Sirius s’autorisa un petit silence de suspens. Puis, il leur délivra son fameux sourire mi-fouineur ayant découvert l’information en or, mi-Maraudeur en pleine concoction de plan interdit

- Une lettre ! Une lettre officielle du ministère adressée à Jihl Raines. Notre professeure de Défense contre les Forces du Mal est déjà sur le départ, elle a été appelée par le bureau des Aurors et la commission des créatures dangereuses pour apporter son jugement sur une affaire… Je n’en sais pas plus là-dessus. Mais surtout … !

Le jeune Black se rapprocha dramatiquement de ses amis, après avoir jeté un coup d’œil dans la salle, qui était pourtant toujours aussi vide et sans cachette possible. Il baissa la voix.

- La mission de surveillance qui lui avait été attribuée lors de son arrivée à Poudlard serait maintenant uniquement assurée… par M. Lachlan Hemsworth, notre nouveau professeur de Soins aux Créatures Magiques !

Il fit un bon en arrière.

- Vous vous rendez compte ! s’écria-t-il, sans plus se soucier qu’on l’entende, Il y avait deux Aurors, dont un qui y est secrètement, pour une mission ministérielle, ici, à Poudlard !

Sirius s’adossa contre une colonne de pierre et mis les mains dans les poches de sa cape de sorcier, comme s’il avait soudainement retrouvé son calme nonchalant. Il avait lâché de quoi donner à réfléchir à ses amis. Avec désinvolture, il attendait la suite des évènements et laissait les deux autres Maraudeurs tenter de trouver un plan pour tirer cette histoire au clair.
_________________



"Sirius était confortablement installé sur sa chaise qu'il balançait d'avant en arrière. Il était très beau, ses cheveux bruns tombaient sur ses yeux avec une sorte d'élégance désinvolte."


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:33    Sujet du message: Retrouvailles [PV Sirius ; James]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hogwarts' forum RPG Index du Forum -> Poudlard -> Les couloirs -> Couloirs Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com